AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782723441384
48 pages
Éditeur : Glénat (06/05/2003)
3.95/5   391 notes
Résumé :
Si la couleur de ce récit évoque le "Rouge et le noir", l'atmosphère renvoie irrésistiblement aux "Hauts de Hurle vent", car, dans cette aventure, tout est romantique, palpitant, ténébreux' et passionné. "Plus ne m'est rien" : le titre sonne comme un blason lugubre : celui d'une malédiction qui entraîne vers la folie. Vers l'affrontement amoureux qui détruira Bernard Sambre et la jeune Julie...

Une œuvre forte et violente qui réunit Balzac, le scénari... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 391 notes

ninosairosse
  29 septembre 2020
♫ Je n'ai jamais su t'oublier,
Et s'il faut pour, que tu pardonnes,
Donner ma vie, je te la donne
Je ferais tout, pour te retrouver
Cette petite fille, aux yeux rouges,
Que j'ai tant fait pleurer,
Cette petite fillle, aux yeux rouges,
Que j'aurais dû garder ♫
Une petite fille aux yeux rouges - Claude François - 1969 -
Malheur à celui qui aimera
créature aux yeux rouges,
car celui-là, pleurera,
sa vie durant,
des larmes de sang...🩸
Sèche tes paupières
les larmes sont l'impudeur de l'oeil
un jars blanc pour le repas de deuil
Passer d'amour à trépas
Tu viendras, je sais que tu viendras...
A suivre, profond malaise
ces êtres aux yeux de braise...
"Rien ne m'est plus, plus ne m'est rien"
Un Echo à l'abîme au-delà de mon chagrin.
Tuée sous mes yeux...épingle à cheveux
"Révolution du mépris" vs "la guerre des yeux"
moments délits yeux
Où l'instant, s'est dit cieux
Yslaire-Balac , un livre délicieux !




Commenter  J’apprécie          951
Roggy
  06 juin 2021
Dans la famille Sambre je demande le plus torturé !
Ce ne sera pas facile de les départager tant les membres de cette cellule sociale sont présentés de manière complexe, avec leurs démons, le poids du passé et leurs malédictions.
Sous fond de révolution, d'histoire d'amour et de sacrifices, il est facile de vouloir suivre les Sambre jusqu'au bout de l'enfer.
On avance avec délice dans un univers glauque, très bien rendu par des dessins solidement réalistes mais vraiment ancrés et encrés dans le noir de chez noir.
Certaines vignettes zoomées viennent casser le rythme des cases.
Chez Bernard Yslaire il existe une vraie réflexion sur les couleurs, qui font ressortir en parallèle la nature sombre des personnages.
La mise en scène très soignée et le langage acide, sarcastique, fait de cette saga familiale culte de la bande dessinée moderne un excellent moment de divertissement.
Il me tarde de découvrir la suite !
Commenter  J’apprécie          460
XanderOne
  17 mars 2015
Challenge ABC
C'est assez marrant que je sois tombé sur Sambre, car c'est grâce au challenge ABC. Je cherchais désespérément un auteur dont le nom commençais par un Y et j'ai trouvé Yslaire. L'histoire ne m'attirait pas plus que ça, mais bon, au pire, je ne partais que pour une demi-heure de lecture, au mieux je découvrais une bonne histoire.
Et là, jour de chance, je découvre une histoire vraiment prenante ! J'ai immédiatement accroché au style graphique, uniquement en nuance de gris avec des pointes de couleur rouge. D'ailleurs la couleur est au coeur de l'intrigue, puisque l'on suit deux adolescents qui ne peuvent s'aimer à cause de la couleur de leurs yeux. Rouge pour l'un Noir pour l'autre.
Depuis toujours, la famille au yeux noirs traite en paria tous ceux qui leur sont différents. Un savant mélange sous fond de racisme, d'amour impossible, le tout servi par une narration et un style graphique parfait.
J'ai hâte de voir comment va évoluer l'intrigue dans les tomes suivants, mais pour l'instant, c'est bien parti !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Oliphant
  13 janvier 2015
Une histoire mystérieuse, une malédiction : celle de femmes aux yeux rouges, un amour interdit... Des thèmes intriguants mais je n'ai pas réussi à accrocher à cette histoire même en persévérant avec les tomes suivants. Les mystères peinent à s'éclairer et le récit s'est avéré compliqué à suivre pour moi. le point positif, ce sont les belles planches : dessins travaillés et de belles couleurs avec ce rouge qui attire le regard.
Commenter  J’apprécie          150
messielotus
  25 novembre 2020
Moi qui aie connu "Sambre" depuis mon adolescence (j'avais 13 ans) j'ai été charmée par les couleurs et les dessins et surtout par le personnage de Julie qui ô combien est mon personnage préféré de toute la saga. J'aime aussi beaucoup Sarah car malgré sa folie elle est dans l'ombre de son jeune frère et méprisée par sa mère Blanche l'ayant en réalité conçue non pas avec son mari feu Hugo Sambre dont Sarah croyait toujours qu'il était son père et son guide, mais avec son beau-père paternel Maxime-Auguste dans le tome 1 du spin-off "La Guerre des Sambre : Hugo et Iris". ; on reviendra après sur Blanche.
Je sais qu'étant maintenant une adulte, je vais paraître bien plus dure avec les 5 tomes précédents sortis en 2003 , mais plus le temps passe, plus je trouve les dessins, surtout de ce 1er tome assez simples, surtout les yeux des personnages qui ont des pupilles à la "Tintin" et pas le blanc autour, dans quelques cases ; et ce tome a beaucoup vieilli car il date de 1986 à l'origine, dans même que les 3 autres tomes sont tout aussi sombres et plus morbides où les personnages ont une teinte de peau de statue antique. Parlons maintenant des personnages en commençant pas le protagoniste masculin le plus haïssable de la saga, Bernard Sambre! Je sais que beaucoup aime ce personnage car il fait la paire avec Julie comme tous les autres amants maudits, mais je trouve celui-ci pas charismatique, je dirais même qu'il est méchant, faux voir un véritable antagoniste qui va ruiner la vie de Julie ce qui la conduira au bagne des années après! Dès le début de ce tome Bernard est décrit comme un petit bourgeois "fils-à-maman" irascible, lâche, gâté, bagarreur, arrogant, menteur (ce qui d'ailleurs est le plus grand atout de cette famille maudite) et n'ayant aucun respect envers les autres, ni envers sa soeur Sarah, et c'est pareil pour Julie, qui elle est l'opposition que ce soient l'inversement des couleurs de cheveux et des yeux par rapport aux Sambre que pour le caractère ; certes elle a aussi du caractère et provoque Bernard en plongeant son épingle à cheveux dans les yeux du jars déjà mort, comme pour se moquer de la mort du vieux fou Hugo, ennemi des êtres aux yeux rouges, ayant crevé les siens par folie. Mais au fond Julie recherche l'amour, et en tant qu'adolescente naïve elle tombe amoureuse d'un beau garçon, comme toutes les jeunes filles de son âge.
Bernard quant à lui, accepte de passer la nuit avec la belle braconnière dans le caveau familiale pour y passer du bon temps, le tout avec de belles cases érotiques, le grand fort du dessinateur Yslaire, qui en apparence ressemble à une scène d'amour, Bernard le mielleux "qui compatit et qui promet un avenir meilleur" à Julie lorsqu'elle lui raconte son passé, sa mère Iris, son désir de mourir car elle est malheureuse dans ce bas monde et Julie ne voulait pas y être née. Bernard bien sûr qui n'a pas encore l'idée de l'amour véritable et ne voulant pas mourir immédiatement, lui fait "un serment" à la va-vite, bien sûr il ment, comme l'a constatée Julie, avant de lui tracer la ligne de vie sur sa main, avant que celui-ci enrage, Julie pleure en voulant "supprimer" ses yeux rouges avec son épingle à cheveux et cet abruti de Bernard qui la traite de "folle" alors que Julie n'en est pas une! Ce sont les Sambre, plus sa mère Iris qui l'était ainsi que le vicaire! En plus c'est Bernard qui a déliré la journée suivante! Globalement je n'éprouve aucune sympathie pour Bernard contrairement à son auteur qui a écrit dans "La légende des Sambre" que son enfance a été dure pour Bernard et qu'il pleure pour lui. (Est-ce vrai, je ne sais pas!)
L'autre personnage, féminin encore, que j'aime énormément, que personne d'autre ne l'aime, c'est Sarah car elle est belle, touchante, et malgré sa folie on s'y attache car elle est méprisée par sa mère, par son frère. Son seul refuge est l'écriture de l'oeuvre inachevée de son "père" Hugo. J'aime beaucoup Guizot aussi, antagoniste charismatique et intéressant qui nous rappelle Javert du roman "Les misérables", surtout dans le 5ème tome, où il a un rôle haut-placé à l'époque de Napoléon III.
Les autres personnages que je n'aime pas ,tout comme Bernard sont Blanche née Dessang, femme méprisante, à l'arrogance qui répugne le lecteur, qui rabaisse constamment sa propre fille Sarah qui veut achevé l'oeuvre de son "père" appelée "La guerre des yeux" , mais c'est aussi une mère possessive très proche de son Bernard qu'elle a pourri-gâté depuis son enfance, lorsqu'elle fait fasse à Julie, qui pour Blanche a les traits de sa rivale Iris, maîtresse de son mari ; puis se moquer de la nuit que son petit coq de fils et la pauvre Julie ont passée ensemble , Blanche lui jette des pièces de monnaie par jalousie et mépris. Cette femme ignoble est aussi adultérine et incestueuse car elle passe la nuit avec son demi-cousin le futur commissaire Guizot. Je suis bien contente que Sarah l'ait tuée vraiment car elle ne servait à rien, à part son fils chouchouté qui la pleure , mais là c'est Julie qui est accusée du meurtre et Bernard la rejette une fois de plus après que la bonne Rosine, adolescente sous-fifre de la famille, ayant le béguin pour ce jeune bourgeois , que Sarah a laissé accusée injustement Julie, pas pour défendre elle, mais par jalousie contre Julie! Encore une que je déteste, et c'est Rosine, ainsi que Théodore, ancien ami de feu Hugo Sambre et adepte de son oeuvre écrite "La Guerre des yeux" , et qui a dénoncé Julie à la police dans le tome 3.
Ma théorie pour conclure, j'ai l'impression que la scène dans le caveau entre Bernard et Julie ressemble à un mariage forcé , comme si leur parent, Hugo Sambre et Iris Saintange ont poussé leur propre enfant dans cette malédiction des yeux, c'est pour cela que Julie malgré tout recherche l'amour en vain , quant à Bernard il a juste couché la 1ère fois avec une fille pour connaitre le plaisir charnel et non l'amour!
C'est pour cela préféré de loin la Troisième génération à partir du 6ème livre paru en 2011 "La mer vue du Purgatoire".
Lien : https://www.bdgest.com/forum..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Bedeo   30 juillet 2021
Sambre n’appartient pas à une époque, c’est une tragédie intemporelle dans laquelle les multiples thèmes, l’amour, la mort, la liberté, sont traités par un réseau de motifs et de figures visuelles riches de sens.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
XanderOneXanderOne   17 mars 2015
Quant à toi, cyclope femelle vissée derrière ton oeil-de-boeuf comme une vipère lovée autour de son oeuf, ta haine est en elle-même ta force et ton propre châtiment…
Commenter  J’apprécie          200
JumaxJumax   13 mai 2012
" Elle est morte à présent, et son corps pourrit lentement à la fosse commune... C'était une fille publique... son tombeau ressemble à lit...."
Commenter  J’apprécie          190
VexianaVexiana   12 septembre 2014
Mais que tu le veuilles ou non , nous avons jeté un pont de pierre entre nos deux âmes et le sang qui nous a réuni coule sous son arche. ... Où que j'aille je t'attendrai, car je sais que tu viendras.
Commenter  J’apprécie          40
NeljaNelja   08 septembre 2013
Ne nous déçois pas, ni moi ni la petite fille trop seule qui a rêvé ce moment si souvent et si fort qu'elle en a encore des bleus au coeur.
Commenter  J’apprécie          50
ArcaaleaArcaalea   19 septembre 2017
Et toi, pauvre Séraphin muet, qui saura jamais quels pitoyables secrets retiennent tes paupières closes ? As-tu tour à tour connu baisers de miel et larmes de fiel, avant de te pétrifier pour l'éternité ?"
Commenter  J’apprécie          31

Lire un extrait
Videos de Yslaire (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Yslaire
Dans les bras de Jeanne Duval, Baudelaire a trouvé l'inspiration. Les fleurs du mal sont une oeuvre phare de la littérature française, d'une noirceur et d'une sensualité hors norme. Bernard Yslaire s'est approprié cette histoire dans un magnifique roman graphique. Il nous livre une biographie fictionnelle de Baudelaire narrée par Jeanne Duval. Sous les crayons de Bernard Yslaire, mademoiselle Baudelaire prend vie. Les mots du poète résonnent dans la bouche d'une comédienne. Une sélection de textes de l'auteur permettra de donner toute sa nuance à l'oeuvre d'un des dessinateurs belges les plus reconnus !
Une rencontre diffusée dans le cadre de la Foire du Livre de Bruxelles 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4120 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..