AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368775102
Éditeur : IDP HOME VIDEO (Boy's Love) (03/11/2016)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Kôhei, étudiant atteint de surdité, est souvent incompris par les autres, ce qui l'a amené à prendre ses distances petit à petit avec son entourage. Mais un beau jour, il va faire la rencontre de Taichi, étudiant dans la même université que lui. De nature joviale et qui n'hésite pas à dire franchement tout ce qu'il pense, cet étrange garçon va toucher Kôhei au plus profond de son cœur avec ces quelques mots : « ce n'est pas de ta faute si tu es malentendant ! ». Il ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Koneko-Chan
  28 novembre 2016
Aaaah aucune critique sur cette merveille ? Ce manga fabuleux que j'ai découvert il y a quelques temps déjà et dont la licence m'enchante.
Et bien, je me lance !
On va suivre les aventures de Kôhei, un malentendant. Sourd mais pas totalement, ce n'est pas facile pour lui, auprès de ceux qui entendent comme auprès de ceux qui n'entendent pas du tout. Parce que lui, il est entre les deux. Les gens se lassent de répéter quand il le demande plusieurs fois, ils ne l'impliquent pas dans les conversations, ils ont des préjugés... Kôhei est devenu froid, il ne se lie pas avec les autres (et pourtant, il a du succès auprès de la gente féminine, à son grand dam), jusqu'à sa rencontre avec Taichi, qui va l'aider à prendre des notes de ses cours (très maladroitement ^^) en échange de repas. Taichi, ce gars un peu bruyant et maladroit dont la voix porte même jusqu'aux oreilles de Kôhei. Il est aussi très compréhensif et patient, il va tout faire pour comprendre Kôhei et le monde dans lequel celui-ci vit bien malgré lui. Les deux vont donc se lier d'amitié, et ça va aller bien au delà (on est dans du shonen-aï ^^).
La relation entre nos personnages s'installe doucement, le manga est à la fois léger et très lourd au niveau des émotions qu'il éveille en nous. Je le dis haut et fort : je me suis pris une claque en le lisant, j'ai trouvé que c'était beau, que c'était triste, que c'était émouvant. J'ai souris, j'ai pleuré, je me suis mise à la place des personnages.
Même les dessins sont doux.
Vraiment, ce manga est une perle, à mettre entre toute les mains, que vous soyez fan de shonen-aï ou pas.
Pour moi, c'est un coup de cœur. Un énorme coup de cœur.
Et en plus, à la base il n'y avait qu'un tome... Mais maintenant on en a un deuxième que j'ai hâte de relire (en français cette fois) ♥
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
cerisebio
  10 février 2018
Suite à leur rencontre, Taichi prend des notes de cours pour Kôhei qui en échange lui prépare des repas. Pendant que l'un découvre un monde inconnu - celui du handicap - et un but dans la vie, l'autre va se retrouver bousculé hors de son isolement, poussé à communiquer avec les autres.

En effet, Taichi est un mélange de rayon de soleil et de tornade : impulsif, joyeux, gaffeur, mais aussi extrémement ouvert d'esprit, il tombe littéralement du ciel dans la vie de Kôhei. Impossible de rester insensible devant ce garçon lumineux dont la voix porte tant que Kôhei n'a pas trop de mal à le comprendre, qui se met en colère à sa place et l'accepte sans arrière pensée.
Car si Taichi s'adapte au handicap, il ne le voit pas vraiment. Pour lui ce n'est pas ce qui définit cette personne, contrairement à sa gentillesse, sa patience ou sa douceur. Alors qu'il cherche à redonner le sourire à Kôhei et qu'il trouve tellement dommage que les autres ne voient pas ses qualités, Taichi pousse son ami à s'affirmer face aux autres.

« Ce n'est pas ta faute si tu n'entends pas bien ! »
Avec ces quelques mots, prononcés avec une innocente sincérité, Taichi soulage des années de souffrance et de culpabilisation. Alors que le handicap était déjà difficile à accepter pour Kôhei - qui n'est pas né malentendant -, le rejet social qui l'a suivi a poussé le garçon à se replier sur lui-même, à s'excuser de déranger ceux qui l'entourent. À cheval entre le monde des entendants et des sourds, il ne se sent appartenir à aucun des deux, ni le droit de s'exprimer nulle part.
Ce que Taichi lui transmet - sans vraiment le réaliser - en le poussant à dire ce qu'il ressent ce n'est rien de moins que :
« Tu as le droit d'exister. Tes sentiments ne valent pas moins que ceux des autres. »
Le handicap auditif est ainsi abordé à travers leur histoire, de cet aspect psychologique et social, aux points plus pratiques comme les adaptations possibles pour les personnes touchées : appareillage, apprentissage de la lecture sur les lèvres ou de la langue des signes.

Hidamari ga kikoeru est aussi un boy's love. Oui, aussi, pas en premier : la romance est présente, mais n'est qu'au second plan. Et ce n'est pas plus mal, car leur histoire est ainsi progressive et crédible.
La relation de Kôhei et Taichi est avant tout faite de respect mutuel et de confiance. Si Taichi veut soutenir son compagnon, il sait aussi qu'il est capable de se débrouiller seul ; quant à Kôhei il ne cherche pas à accaparer celui qu'il aime. L'intrigue nous dépeint une histoire d'amour tendre et équilibrée, où la présence de l'autre n'est pas étouffante mais une source d'enrichissement et de joie.

L'avertissement « pour public averti » au dos des volumes me laisse d'ailleurs perplexe : rien ne le justifie, il n'y a aucune scène explicite, mais au contraire un beau message de tolérance.

Lien : https://opaledefeu.jimdo.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MenInBooks
  21 novembre 2018
Premier tome d'une série en cours, qui m'a particulièrement touchée car on y parle de handicap, de harcèlements, des premiers émois dans le monde universitaire mais aussi dans la vie... Taichi est un étudiant un peu fou fou, entouré de pleins d'amis, ayant un trou noir - hyper actif - à la place de l'estomac. Vivant avec son grand-père suite au divorce de ses parents, il navigue entre ses études à la fac et des tas de petits boulots -dont il se fait souvent virer- pour pouvoir survivre et manger à sa faim. Un jour, il tombe sur Kôhei, un étudiant, lui-aussi, qu'il trouve bizarre de part son comportement, même s'il se rend vite compte que ce dernier est atteint de surdité.
Entre Taichi et Kôhei va alors se créer une entente: l'un prend les cours pour aider le malentendant et l'autre le nourrit. Il va ainsi se développer une amitié entre les deux garçons voir même un sentiment amoureux de la part de Kôhei dont l'horizon jusque là bouché et triste, s'en trouve de plus en plus éclairci. Kôhei s'ouvre de nouveau au monde, et se sociabilise de plus en plus au contact de Taichi.
Dans ce premier tome, on suit Taichi et Kôhei dans leur environnement, puis Kôhei au départ de sa surdité. On découvre le pourquoi de son handicap, sa difficulté à s'intégrer, le rejet des autres qui ne comprennent -ne veulent pas comprendre- ce qu'il doit subir tout le temps,ainsi que les reproches pour ses réactions que les autres trouvent déplacés.
La mangaka parle de ce handicap invisible, au premier abord, avec émotion, on suit le cheminement de Kôhei dans l'acceptation de l'inéluctabilité de sa situation ( il sait qu'il ne pourra jamais en guérir ), la poursuite de sa vie le plus normalement possible pour lui. Il affronte le regard des autres qui, finalement, ne lui font aucun cadeau, comme si c'était sa faute. C'est la partie très dure du manga, car on a envie de se révolter contre tant d'injuste avec lui contre le monde entier. Petit à petit, on le sent perdre pied dans sa vie, se reclure dans un environnement qui le protège et le fragilise à la fois. L'histoire est telle qu'elle soulève, de façon douce mais efficace, tous les problèmes que rencontrent les personnes handicapées dans un monde encore trop peu adapté pour eux hélas. Elle apporte une note d'optimisme grâce à Taichi qui va illuminer Kôhei sans même sans rendre compte. La réouverture "au monde " de Kôhei sera assez spectaculaire pour que ses proches le remarquent et s'en trouvent plus qu'heureux.
Ce manga, même si il se classe parmi les yaois, parle plutôt d'amitié entre deux garçons qui vont se sauver mutuellement. L'amour est plus présent chez Kôhei qui voit Taichi comme un phare dans sa tourmente personnelle, parce qu'il l'a accepté sans voir son handicap ....Véritable coup de coeur pour moi...Rose Taylor
Lien : http://meninbooks.eklablog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tachan
  18 juin 2018
Hidamari ga Kikoeru est un titre qui me faisait de l'oeil depuis sa sortie grâce aux superbes couvertures de Fumino Yuki qui sont douces et poétiques, mettant ses personnages dans un cadre bucolique enchanteur. J'ai donc de suite sentie que l'ambiance du titre allait et me plaire et ce fut le cas.
Dans ce titre, l'autrice aborde un sujet peu lu dans les mangas en général : la surdité mais pas celle où on n'entend plus rien, celle juste où on entend moins bien, mais qui est tout aussi gênante. On suit donc un jeune étudiant un peu fou fou qui va tomber par hasard sur un malentendant. Une belle amitié et plus va se nouer entre eux. Taichi vient d'une famille dysfonctionnelle, il a été recueilli par son grand-père qui ne roule pas sur l'or et a besoin de travailler pour payer ses études. Or comme il a le poing facile, il se fait virer de partout. C'est alors que par hasard, il tombe sur Kohei, un jeune malentendant avec qui il partage un déjeuner. Il va voir en lui, le moyen de manger gratuitement tout en l'aidant à prendre des notes de ses cours.
La mangaka nous parle ici de deux jeunes à la dérive. L'un s'énerve pour un rien et laisse le temps passer sans vrai but dans la vie. L'autre s'est complètement refermé sur lui-même après plusieurs déceptions à cause de son handicap. Leur rencontre va d'abord donner naissance à une belle amitié où chacun va trouver profit de la situation de l'autre pour arriver à trouver sa place dans leur relation naissante. Kohei est celui qui va peut-être le plus profiter de cette relation ici parce que le caractère enjoué et solaire de Taichi va le tirer de la noirceur dans laquelle il était tombé. C'est beau et touchant de le voir retrouver la parole, trouver sa place dans leur relation et au sein de la société. le chemin n'est pas encore terminé mais un bon bout a déjà été accompli.
Dans ce yaoi, j'ai aimé que la relation entre les deux héros démarre par une amitié et que les sentiments amoureux, si on peut déjà parler de sentiments amoureux, ne naissent que progressivement et maladroitement, et cela en dépit du fait que ce soit deux hommes, parce qu'on sent bien que le propos est ailleurs, plus vaste qu'une simple relation homosexuelle. On parle surtout de handicap, de bienveillance envers les handicapés, d'adaptation de ceux-ci à notre monde mais aussi de notre monde à eux. C'est vraiment un très beau titre, triste et dur parfois, mais plein de promesses.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PetiteNoisette
  22 janvier 2018
Dans le premier tome de ce diptyque, Kôhei et Taichi font connaissance. Ce sont les deux principaux personnages, et quasiment les deux seuls importants du récit. Presque tout le premier tome sera consacré à présenter du mieux possible les deux jeunes hommes. Ainsi, on a l'impression de bien les connaître. Kôhei, presque sourd, est taciturne et renfermé sur lui-même. Il ne parle pas beaucoup et ne sourit presque jamais. Il s'est éloigné des personnes de son âge à force de se faire moquer et de ne rien comprendre/entendre à leurs conversations. Il vit avec sa mère qui est une excellente cuisinière. Taichi vit seul avec son grand-père depuis que ses parents divorcés le trouvaient trop encombrant. Il est très pauvre et accumule les petits boulots pour ne pas mourir de faim. Mais comme il n'a que très peu de retenue, il se fait souvent renvoyer pour avoir trop parlé ou provoqué une bagarre. Tout au long de ma lecture, Taichi m'a fait penser à Luffy. Pourtant, les deux personnages n'ont rien à voir mais je trouve qu'ils ont le même caractère et la même façon de s'exprimer.
Après s'être renontrés par hasard, les deux garçons vont trouver un arrangement : Taichi prendra des notes de cours pour Kôhei qui n'entend pas bien les professeurs, pendant que Kôhei amenera à manger chaque jour à Taichi qui ne pense que par son ventre (souvent vide). A force de se fréquenter, les deux garçons vont apprendre à s'apprécier.
Dans le deuxième (et dernier) tome, Kôhei va faire une déclaration d'amour à Taichi, mais les deux garçons, apeurés par leurs sentiments respectifs vont s'éloigner. Taichi va quitter l'université pour trouver un travail. Mais même ce travail montre qu'inconsciemment il est amoureux de Kôhei et ils finiront par se retrouver quand même.
Ce manga est catalogué comme yaoi (manga sur les relations amoureuses/sexuelles entre deux hommes) mais franchement, ce n'est pas prédominant. On a au plus deux bisous et quelques déclarations.
J'ai beaucoup aimé ce manga, il est long à lire (seulement 2 tomes mais 500 pages) et on prend le temps de laisser s'installer la relation entre les deux garçons. Une belle réussite !
Lien : http://blogonoisettes.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
beamag87beamag87   12 décembre 2016
-Kôhei est un type bien! Il est peut-être un peu renfermé, mais il est très gentil!
Tout le monde ignore la quantité d'efforts qu'il fait chaque jour...
... et quel visage il peut avoir quand il sourit.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : surditéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
808 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre