AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de traversay


traversay
  12 novembre 2016
Xu Mingzhang est un exilé. Géographique, mais aussi de lui-même. Entre ici, Berlin, où il vit et là-bas, Taïwan, où il est né, il n'a pas de maison, pas de lieu où il se sente chez lui. le principal personnage du premier roman de Tsou Yung-Shan est, à première vue, un homme seul, depuis que sa femme l'a quitté, et sans ambition. Sans personnalité, même, ce que le livre va réfuter, lentement, explorant la routine de cet exilé, sa claustration, ses obligations continuelles de remplir des formalités administratives afin de renouveler son permis de séjour. La salle d'attente, titre du roman symbolise aussi bien l'endroit où Xu vient régulièrement, au ministère des affaires étrangères, que plus symboliquement l'état dans lequel il se trouve, dans une identité confuse. En parallèle, l'ouvrage suit d'autres personnages qu'il croise : une employée du ministère, allemande qui a perdu toutes ses illusions, vieillie avant l'âge et malade ; une mère de famille d'origine biélorusse, perdue entre deux cultures ; une jeune artiste, mi-allemande, mi-turque. le roman procède par répétitions, dans une atmosphère de tristesse et de mélancolie. La pluie et la grisaille recouvrent Berlin. La plume de Tsou Yung-Shan, délicate et fluide, nous attache à ces êtres égarés et fragiles. Son style évoque parfois L'étranger de Camus. Au bout, il y a une petite lueur d'espoir. Ici, là-bas ou ailleurs, la vie continue.
Commenter  J’apprécie          150



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Ont apprécié cette critique (13)voir plus