AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Camille Zabka (Autre)
EAN : 9782378801786
144 pages
L' Iconoclaste (07/01/2021)
3.7/5   64 notes
Résumé :
C’est un couple parfait d’expatriés français en Indonésie. Lui travaille dans l’exploitation de la palme, elle poursuit en indépendante son travail de rédactrice. Au début, les jours sont heureux sur cette île de Java aux paysages somptueux. Cassandra, issue d’un milieu modeste, aime quitter le complexe, où vivent derrière leurs hauts murs les Occidentaux, et découvrir seule les villages alentour. Mais bientôt le décor de rêve se fissure : la catastrophe écologique ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 64 notes
5
9 avis
4
12 avis
3
4 avis
2
4 avis
1
0 avis

Ladybirdy
  12 janvier 2021
Voici un très beau roman que j'ai lu d'une traite, presque en apnée, subjuguée par cette héroïne écartelée entre deux mondes.
On ouvre le roman en découvrant une mère et son bébé en fuite. La mère est blessée et ne veut qu'une chose : partir partir partir.
On découvre alors comme deux pièces de puzzle une vie passée à l'occidentale et celle d'aujourd'hui comme expatriée en Asie. Les séquences s'assemblent pour dessiner le portrait d'une femme titubante depuis toute jeune.
Cassandre rêve de quitter sa banlieue d'Arras. Elle a soif de voyages, d'horizons, de culture. Ce qu'elle ne trouve pas près de sa mère.
Quand elle rencontre Lucas, l'homme l'emmène vivre sur l'île de Java. Cassandre a soif de cette vie aux senteurs épicées.
Très vite, elle déchante. le paradis qu'on promet aux occidentaux semble être pure chimère. Les catastrophes naturelles, la chaleur humide omniprésente, les coutumes qui la privent de son enfant à peine né. Cassandre pensait enfin vivre là-bas mais elle s'éteint et se sent mourir. La mélancolie la rattrape.
Je ne connaissais pas l'auteure de Celle qui attend, je la découvre ici avec Ne crains pas l'ombre ni les chiens errants. Un roman aéré comme je les aime, nourri du juste nécessaire de détails pour percevoir une odeur, un malaise, une joie, les premières peurs.
Une héroïne qui se cherche et dont les rêves n'étaient peut-être pas au bon endroit. Mais une héroïne qui ne veut pas mourir. Et cette force est tenante tout le long du roman.
Un très beau voyage où les fantômes du paradis indonésiens ont des choses à raconter. Et Camille Zabka pose et expulse avec brio les ombres d'un paradis et les fêlures d'une femme en fuite depuis très longtemps.
À découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          775
Verdure35
  11 mars 2021
Quel beau roman! je suis bluffée par l'écriture qui retranscrit une atmosphère propre aux pays d'Orient . Une atmosphère chaude , humide, loin des clichés d'agences de voyages.
Cassandre a passé sa jeunesse dans le Pas de Calais, elle est partie à Paris dès qu'elle a pu, a toujours rêvé d'exotisme , et mariée, elle accompagne Lucas à Java où son métier l'attend.
La déception est rapide , le paradis terrestre n'est pas au rendez-vous, mais elle s'adapte, la vie d'"expat" n'est pas forcément riante. Mais elle a Clara, une adorable petite fille.
Elle tombe tranquillement et malheureusement pour elle amoureuse d'Amu, un autochtone fier et fou de la nature et des animaux qui la peuplent.
Elle reviendra en France avec sa fille comme une évadée, et c'est presque ça, elle étouffe littéralement. Elle retrouve la paix en France près de ses racines.
Une histoire banale peut-être mais tellement belle grâce au talent de l'auteure et à la mise en page aérée, bienvenue dans la chaleur étouffante de Java.
Merci aux Edts de l'Iconoclaste pour cette belle lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Hippocampelephantocamelos
  27 février 2021
Pour finir cette première semaine de vacances, j'ai intercalé dans ma Pile à lire, conséquente, je veux bien l'avouer, la lecture du dernier Camille Zabka, Ne crains pas l'ombre ni les chiens errants. J'avais découvert l'autrice avec son premier roman, Celle qui attend, et avait tout de suite apprécié sa plume. A quelques jours près, mon Papa finissait Celle qui attend alors que je débutais la lecture du dernier paru. Vous l'avez déjà compris, dans la famille, on lit, on lit, on lit ! Une lecture qui a accompagné un après-midi de presque printemps, où le soleil commençait à chauffer notre peau qu'on osait exposer…
Ce roman ne peut pas être résumé : on perdrait toute la dimension poétique en se frottant à cet exercice. Si nous pouvons dire qu'il s'agit d'une femme qui prend la fuite avec sa fille, on lit ce roman comme un long poème, dédié à la vie, à ses peurs, à ses craintes, à ce que nous sommes et ce que nous pouvons devenir. Ce livre raconte l'espoir, la prise en main d'une vie que nous pensions toute tracée. Ce livre raconte aussi l'amour, sous toutes ses formes. L'amour filial qui n'est pas toujours compris lorsqu'il est là, l'amour conjugal qui parfois n'est déjà plus là, l'amour de la nature, l'amour de cet autre qui représente la liberté… Un roman polymorphe dans lequel le lecteur est plongé. Une jolie parenthèse poétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Christlbouquine
  02 mars 2021
Cassandre a trente ans. Son bébé dans les bras, elle est lancée sur les routes de l'île de Java pour rejoindre Jakarta et partir. Fuir. Loin. A quel rêve transformé en cauchemar cherche-t-elle à échapper ?
Pour Cassandre tout a commencé quand son mari, Lucas, s'est vu proposer ce poste important par son entreprise. Cela veut dire expatriation, installation dans un pays inconnu mais pour Cassandre c'est aussi une aventure qui répond à son envie d'ailleurs voire d'exotisme. Très vite, elle déchante. Enfermée dans une résidence baptisée le Complex avec d'autres expatriés, elle tourne en circuit fermé au sein d'une communauté habitée par l'ennui, l'égoïsme, la condescendance à l'égard des habitants voire un racisme à peine contenu. Pourtant , elle n'est pas comme eux et, au contraire, cherche le contact avec les habitants. Et puis elle doit composer avec une météo dont elle n'a pas l'habitude, faite de chaleur et de moiteur. Cassandre sent tout autour d'elle cette nature imposante et omniprésente. A la fois hostile en réponse aux agressions de l'homme qui détruit pour s'imposer et terriblement attirante et belle. Et puis il y a les habitants. Un en particulier, Amu, avec lequel elle a une relation amoureuse et qui lui ouvre les portes d'une sensualité nouvelle tout en lui faisant toucher du doigt la fragilité de ce qui les entoure. Cassandre compose avec tout cela jusqu'au trop plein, jusqu'à la fuite.
Ce roman court qui se lit vite est habité par une profonde animalité. Cassandre ressent avec toutes les fibres de son corps son environnement, sa grossesse, sa relation avec sa fille, sa liaison avec Amu. C'est primitif comme cet instinct qui la pousse à fuir pour mettre sa fille à l'abri et la protéger. Mais pour aussi se protéger elle-même de ce qu'elle voit se profiler à l'horizon, des menaces qui s'accumulent. Car Cassandre, et elle le dit plusieurs fois, a choisi de vivre. Et vivre cela veut dire partir, quitter son mari, revenir à ses propres racines qu'elle avait pourtant laissé de côté. Si on comprend toute l'urgence pour l'héroïne de fuir, il n'y a pour autant pas de folle poursuite, de mari lancé sur les traces de sa femme et de sa fille. On saura à peine ce que deviennent Cassandre et Clara dans un bref chapitre final qui ramène la quiétude et la sérénité après cette parenthèse indonésienne terriblement intense.
Avec une économie de moyen notable Camille Zabka nous fait éprouver tous les sentiments de Cassandre et ressentir presque physiquement l'oppression qui monte mais aussi les instants de calme auprès d'Amu. Alors que ce roman est assez court, comme je l'ai déjà dit, tout y est dit. On ne voit pas ce qui aurait pu être ajouté pour être plus complet comme parfois certains textes peuvent le faire penser. Tout ce qui aurait été en plus aurait tout simplement gâché cette sobriété qui porte le roman et qui m'a totalement séduite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jg69
  16 février 2021
"J'ai trente ans et c'est un âge pour vivre ou pour mourir."
Le roman s'ouvre sur la fuite de la narratrice, Cassandra, avec sa fille Clara. Elle fuit sa vie auprès de son mari Lucas avec qui elle s'est installée en Indonésie dans la forêt à Magelang au centre de Java. le couple rêvait de quitter Paris, l'occasion s'est présentée peu de temps après leur mariage quand une compagnie d'hydrocarbures a proposé à Lucas de monter une filiale responsable de sa production d'huile de palme. Ils s'installent au Complex, "le Magelang des riches", constitué de maisons entourées de grilles, surveillées par des gardiens, avec les employés de la compagnie pour voisins. Cassandra poursuit en indépendante son travail de rédactrice.
Contrairement aux autres expatriés qui se réfugient derrière leurs hauts murs, Cassandra aime aller à la rencontre des habitants, elle se déplace sans chauffeur, elle paie ses employés de maison au dessus du tarif en vigueur dans leur communauté. Une attitude aux antipodes de celle des collègues de son mari qui méprisent leur personnel de maison, ne voient en eux que des bons à rien et se comportent en "consommateurs de paysages, de fausses aventures, de souvenirs"
Rapidement Cassandra a du mal avec l'absence de saisons, les mois qui se ressemblent tous, les pluies inhabituelles dû au dérèglement climatique, les feux qui jettent les gens sur les routes. "J'ai découvert la chaleur. Pas une chaleur naturelle, non. Une chaleur recrachée par les pots d'échappement et la climatisation des maisons, une chaleur lourde des brûlis et des feux de forêt... Derrière l'éclat, le paradis et les îles claires, toujours l'ombre et l'obscène."
Sa vie bascule lorsqu'elle rencontre Amu, un garde-forestier, alors que son couple commence à se déliter...
L'histoire d'un couple de trentenaires, de caractères opposés, il est extraverti, elle est solitaire, taciturne et un brin mélancolique. Issus de milieux très différents, tout les sépare y compris l'éducation qu'ils ont reçue. Cassandra, issue d''un milieu modeste, a découvert avec Lucas un monde qu'elle n'imaginait pas mais leur séjour en Indonésie et la naissance de leur fille vont transformer leurs différences en divergences.
Une héroïne au parcours intéressant, une jolie plume sans ostentation, une construction qui mêle le présent et les souvenirs de l'enfance de la jeune femme à Arras, son départ à Paris jusqu'à sa rencontre avec Lucas. Les différents thèmes annexes à l'histoire de Cassandra, le désastre écologique, l'égocentrisme des expatriés sont abordés dans quelques passages avec beaucoup de sobriété avec l'Indonésie en toile de fond, ses paysages somptueux, sa faune, sa flore, son dialecte, ses coutumes, ses habitants. Un agréable moment de lecture.
Lien : http://leslivresdejoelle.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
Actualitte   20 mai 2021
Dans un style fluide, sans artifices, qui fait vivre au lecteur l’expérience javanaise, Camille Zabka offre un portrait de femme sensible en quête d’elle-même. Elle confirme, avec ce deuxième roman, la subtilité de son écriture et son talent de conteuse.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
LadybirdyLadybirdy   12 janvier 2021
Il y a ce moment magique, où les oiseaux nocturnes chantent encore et où les autres se réveillent, dans un ordre bien précis. C’est l’heure symphonique. Écoute, c’est maintenant.
Commenter  J’apprécie          261
LadybirdyLadybirdy   11 janvier 2021
L’intérieur de notre corps est un lieu étranger, plus mystérieux que les rivages lointains.
Commenter  J’apprécie          230
Olivia-AOlivia-A   08 février 2021
Quand j'étais enfant, j'attendais avec impatience l'heure de me mettre au lit. C'était le moment des rêves d'aventure, avec Robin des Bois mon amoureux secret, des cachettes derrière les cascades, des maisons dans les arbres. Chaque soir, je construisais mes histoires minutieusement, et d'un jour à l'autre, je bâtissais des passerelles entre ces assemblages fragiles. Ils formaient bientôt tout un monde imaginaire, dans lequel je m'enfonçais avant de dormir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HippocampelephantocamelosHippocampelephantocamelos   03 mars 2021
C’est la bonne nuit pour fuir. La lune éclaire la route. Je chante pour me donner le courage de rejoindre le village, au loin là-bas, de l’autre côté de la forêt. Je chante pour ma fille, endormie dans le kain. Une berceuse, quelques mots simples en bahasa: ils disent de ne pas craindre le vent qui gronde, ni les chiens errants dans l’ombre. Un arbre s’ébroue très haut. Je retiens mon souffle, protège mon enfant de mes mains. Un singe peut-être, ou un ours des cocotiers. Le bois se tait un court instant puis reprend sa rumeur nocturne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
HippocampelephantocamelosHippocampelephantocamelos   03 mars 2021
A Magelang, j’ai découvert la chaleur. Pas une chaleur naturelle, non. Une chaleur recrachée par les pots d’échappement et la climatisation des maisons, une chaleur lourde des brûlis et des feux de forêt. Quand j’avais appris que nous viendrions vivre en Indonésie, j’avais rêvé un éternel été, une garde-robe légère, des chapeaux. Mais la chaleur ici est si étouffante. Elle comprime les corps, brûle les yeux et remplit la bouche, la gorge et le nez. Il n’y a pas de saison et le jour se lève toujours sur un ciel lourd de nuages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Camille Zabka (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille Zabka
Les libraires Decitre vous guident dans cette rentrée littéraire Hiver 2021 : Manon nous partage son coup de coeur pour "Ne crains pas l'ombre ni les chiens errants" de Camille Zabka (Editions de l'Iconoclaste)
Un roman à découvrir ici : https://www.decitre.fr/livres/ne-crains-pas-l-ombre-ni-les-chiens-errants-9782378801786.html ______________________________________________________________ Depuis 1907, Decitre a développé un réseau de 10 librairies en Rhône-Alpes. Ses libraires sont reconnus pour leur expertise et leur passion des livres, dans les domaines de la connaissance comme du loisir.
Permettre à chaque lecteur de trouver ses livres et à chaque livre de trouver ses lecteurs est l'objectif quotidien de chacun de ses 400 collaborateurs.
Retrouvez nous sur : http://www.decitre.fr/ Les librairies Decitre près de chez vous : http://www.decitre.fr/nos-librairies
Facebook : https://www.facebook.com/Decitre/?fref=ts Twitter : https://twitter.com/Decitre?lang=fr Instagram : https://www.instagram.com/librairiedecitre/ Pinterest : https://fr.pinterest.com/decitre/
Bonnes lectures !
+ Lire la suite
autres livres classés : indonésieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2943 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre