AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Vincent Zabus (Autre)Thomas Campi (Autre)
EAN : 9782413036654
88 pages
Delcourt (25/08/2021)
3.81/5   34 notes
Résumé :
Un polar qui se déroule dans les années 50, à Bruxelles, capitale défigurée par les travaux de L'Exposition Universelle. Un polar existentiel entre un maquereau citant Shakespeare et un héros cherchant à trouver coûte que coûte sa place dans un monde trop moderne pour lui. Un polar où il sera question de prostitution estudiantine, de vieilles bourgeoises, de pieds humains congelés et de jolies indics...
Que lire après Autopsie d'un imposteurVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 34 notes
5
5 avis
4
5 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
Tout ce qui le rendait si impressionnant a disparu en un instant.
-
Ce tome contient une histoire complète, indépendante de toute autre. Sa première édition date de 2021. Il a été réalisé par Thomas Campi pour les dessins et les couleurs, Vincent Zabus pour le scénario et Maïté Verjux pour le lettrage. Il comporte soixante-seize pages de bande dessinée. Les auteurs avaient déjà collaboré ensemble pour L'éveil (2020).

Prologue : en début d'automne 1957, un jeune homme à la belle allure se promène dans les rues de Bruxelles. le narrateur omniscient commente. Voici Louis Dansart, le personnage central de ce récit. Un étudiant en dernière année de droit dont les pas résonnent sur le pavé bruxellois en cette chaude journée d'été. Il ne sait pas pourquoi il s'intéresse à ce type, ni pourquoi il prend la peine de raconter son histoire aux lecteurs. Il n'en vaut pas la peine. Regardez-le… Comme tous les jours, il rêve de l'exposition universelle qui s'annonce. Un moment où il en est convaincu, l'histoire basculera et donnera sa chance à des gars comme lui. Comme tous les jours, il passe par les rues chics de la capitale pour observer les bourgeois. Avec attention, il les regarde dépenser leur argent, traque leurs tics langagiers, scrute leur façon de marcher. S'il osait, il se laisserait même aller à les imiter. Eux. Les riches. Toutes les nuits, dans sa mansarde puante, Louis Dansart ne rêve que d'une chose : devenir comme eux, devenir l'un d'eux. Toutes les nuits, il rêve de moment où il en sera fini des repas frugaux et des nuits froides. Louis se retourne dans son lit et demande au narrateur de se taire, car il aimerait dormir. le narrateur en profite pour lui demander pourquoi : il veut être en forme, demain, pour commencer son ascension sociale, c'est ça ? Réponse : exactement, alors il faut le laisser pioncer.

Le lendemain matin, le narrateur reprend ses questionnements et demande à Luis Dansart ce qu'il fait au petit marin, devant la vitrine de Chez Degand. Il sait pourtant qu'il n'a pas les moyens, alors que l'homme qui pénètre dans la boutique les a. Il conseille au jeune homme de ne pas y entrer, car ce n'est pas une bonne idée, il devrait lui faire confiance. le jeune homme n'en a cure et il pousse à son tour la porte. Bon… Tant pis pour lui. Odette, une vendeuse s'approche et lui demande s'il veut essayer le costume qu'il est en train de regarder. La réponse est positive, Louis l'essaye et il sourit béatement à son reflet dans le miroir en pied. le patron sort de l'arrière-boutique et pénètre dans l'espace de vente. Il jette un coup d'oeil rapide à Louis, il prend la veste avec laquelle il est entré et il effectue des commentaires pour l'édification d'Odette : le col élimé, les coudières mal assorties, et la coupe ! Il ne porterait pas ça même pour sortir ses poubelles. Et en plus ça sent. Il a bien jugé Louis : un blanc-bec sans le sou qui veut se donner des grands airs pour séduire les belles vendeuses. Louis reprend sa veste et sort, humilié et rageur. La voix du narrateur reprend : il l'avait prévenu, et il reprend le terme d'odeur employé par le patron. C'est dingue, Louis a beau se laver, mettre du parfum, il a toujours l'impression qu'elle est là, qu'elle transpire de lui. Peut-être parce que c'est l'odeur de son enfance ? L'odeur de la pauvreté, l'odeur de la honte. Et toujours cette impression que les passants la sentent, eux aussi, non ?

Quel étrange début : un narrateur omniscient (ou presque car il n'a pas connaissance de tout le déroulement du récit) commence par dire qu'il ne sait pas pourquoi il s'intéresse à ce type, ni pourquoi il prend la peine de raconter son histoire aux lecteurs. Il n'en vaut pas la peine. Puis, Louis Dansart, le personnage principal, répond au commentaire du narrateur omniscient, comme s'il entendait ses commentaires dans son esprit. Effectivement, par la suite, le narrateur fait preuve d'un mépris certain pour le manque de rectitude morale de Louis. Puis, apparaît Monsieur Albert, le responsable d'un réseau de prostitution aussi huppé que secret, qui semble facilement anticiper certains choix de Louis, qui semble parfois se déplacer avec une rapidité surnaturelle, qui conçoit Louis comme son personnage, et qui, en donnant une forme de théâtralité à son quotidien, concède un certain prix à la vie. Sans cela, il préfèrerait mourir. Pour cet écrivain frustré, il est plaisant de jouer avec ceux qui l'approchent comme s'ils étaient ses personnages. Lors de sa dernière apparition, il se conduit comme s'il jouait devant des spectateurs. le scénariste semble s'amuser avec une mise en abîme à tiroir : il est ce narrateur omniscient persifleur, Monsieur Albert cite régulièrement William Shakespeare (1564-1616) laissant à penser que le scénariste a relu ses pièces récemment, Monsieur Albert voit Louis Dansart comme un personnage ce qu'il est pour les auteurs.

Avec une telle entrée en la matière, le lecteur se dit que Louis Dansart doit être un arriviste, prêt à profiter des autres pour sortir de sa condition sociale et s'élever sur l'échelle en marchant sur les autres. La couverture montre un beau jeune homme pris à parti par des individus portant un masque d'animal : il attire la sympathie du lecteur en se trouvant en position d'infériorité. La première page du prologue se présente sous la forme d'un dessin en pleine page. le lecteur commence par remarquer l'importance donnée au décor : les façades de bâtiments se trouvant en arrière-plan. L'artiste a pris le temps de soigner leur représentation : les fenêtres, les rambardes des balcons, l'auvent de l'hôtel. Sur la seconde page, le nom de l'hôtel apparaît : Hôtel Métropole, et si l'envie lui en prend le lecteur peut effectuer une rechercher et constater que l'artiste en reproduit fidèlement la façade. Par la suite, le regard du lecteur s'attarde sur l'aménagement du petit appartement de Louis, les cinq étages de son immeuble qui s'élèvent au-dessus des constructions à deux étages qui l'entourent, la magnifique salle de réception du club dans lequel Camille s'acoquine avec des clients, la brasserie dans laquelle Louis fait le service, le très bel escalier d'un immeuble bourgeois, les magnifiques pelouses de l'université, la modeste cabane au fond des bois, d'autres rues de Bruxelles avec un tramway, et bien sûr l'Atomium pour l'exposition universelle de 1958.

La reconstitution de la période historique se voit plus encore dans les tenues vestimentaires, à commencer par la chemise blanche et la veste, peut-être plus de toute première jeunesse de Louis. En passant, le lecteur peut faire le constat que le trio pantalon + chemise + veste n'a pas beaucoup évolué pour ces messieurs, et que les robes de ces dames présentent plus de variété et font effectivement un peu datées vues du début du troisième millénaire. L'artiste représente les individus avec des morphologies normales : une belle silhouette affinée et élégante pour Louis, un corps jeune pour Camille avec des gestes naturels dépourvus de toute pudibonderie ou de pudeur (avec même un geste très nature pour s'essuyer le sexe après l'amour), un corps portant les outrages de l'âge pour des bourgeoises ayant atteint la cinquantaine. Seul Monsieur Albert présente une caractéristique physique exagérée : un nez pointu et allongé, ce qui renforce encore sa nature métaphorique. La narration visuelle s'avère très facile d'accès, avec des cases alignées en bande, présentant la caractéristique d'être sans bordure encrée. Elle se situe dans une veine réaliste, avec de ci de là une petite exagération pour souligner un mouvement (Louis en train de courir avec ses pieds qui ne touchent pas terre), une ambiance lumineuse (parfois des scènes plus sombres), et uniquement les expressions de visage de Monsieur Albert qui sont un peu appuyées, en cohérence avec le fait qu'il donne une forme de théâtralité à son quotidien, qu'il agit parfois comme s'il était sur scène.

Le scénariste souligne ce positionnement de Monsieur Albert en lui faisant citer régulièrement William Shakespeare, dont certaines des plus célèbres, comme le temps est le souverain des hommes, car il est leur créateur comme il est leur tombeau, et il octroie ce qu'il veut, et non ce qu'ils demandent. Il est précisé à la fin qu'il a eu recours aux textes traduits par François-Victor Hugo (1828-1873). À l'occasion du refuge dans une modeste cabane en bois, le narrateur effectue une comparaison avec le célèbre conte de Blanche-Neige. Plus loin, il compare Louis Dansart à Rastignac, personnage récurrent de la comédie humaine d'Honoré de Balzac (1799-1850). le lecteur se rend compte que ses références littéraires trouvent leur place dans un ouvrage qui s'apparente à un roman littéraire. Au fil des séquences, les dialogues entre le personnage principal et le narrateur, ainsi que les remarques de Monsieur Albert jettent un éclairage sur différentes facettes de la vie de Louis Dansart, sur son comportement, et sa manière d'envisager son ascension sociale. Ainsi sa personnalité se dévoile : sa certitude que l'Exposition universelle sera l'occasion d'un événement favorable pour sa personne, sa conscience de classe qui s'accompagne d'un sentiment d'infériorité vis-à-vis de la classe bourgeoise et d'une forme de jalousie vindicative, la confrontation de ses idéaux particuliers au principe de réalité, le sentiment insupportable de devoir tout le temps compter en dépensant, la culpabilité de faire commerce de son corps, la monotonie implacable du quotidien, le retour au milieu de son enfance comme environnement protecteur, le sentiment de n'exister que par le regard des autres, etc.

De façon organique et discrète, les auteurs abordent de nombreuses facettes de la vie intérieure de leur personnage, de sa frustration, de ses conflits moraux entre ses aspirations et les moyens auxquels il recourt. Il souhaite à tout prix renier ses origines campagnardes et modestes, nier cette partie de son histoire personnelle, donc nier une partie de lui-même. En devenant un gigolo, il se retrouve dans un paradoxe à rendre fou. D'un côté, il vit de ses charmes, une source de revenus confortable lui permettant de s'offrir ses études et de côtoyer cette société qui lui fait tant envie ; de l'autre côté, il est convaincu que tout le monde connaît son activité, ce qui lui barre l'accès à cette même société, lui coupe son désir, et l'émascule d'une certaine manière. Dans le même temps, Monsieur Albert incarne également ce paradoxe. Louis le considère comme un individu vivant de proxénétisme, pervers, mais ce même individu lui cite Shakespeare ! Shakespeare : Il n'y a de bien et de mal que selon l'opinion qu'on a. Louis a l'impression en acceptant de travailler pour lui, de passer un pacte avec le Diable, avec un individu qui s'est affranchit du bien et du mal, qui se place au-dessus, et donc qui fait le mal pour le jeune homme. Lors de sa dernière apparition, il effectue une autre citation : La vie n'est qu'un fantôme errant, un pauvre comédien qui se pavane et s'agite durant son heure durant sur la scène et qu'ensuite on n'entend plus ; c'est une histoire dite par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien… Voilà qui ôte tout sens et toute valeur aux actions de Louis, proposant une autre perspective sur sa vie.

Le titre suggère une histoire qui va analyser comment un individu s'est passer pour ce qu'il n'était pas. La narration visuelle s'avère séduisante et évocatrice, parfois doucement vénéneuse. Louis Dansart finit par se résoudre à compromettre ses beaux idéaux, la fin justifiant les moyens, mais aussi une forme de passage à l'âge adulte en faisant l'expérience que les idéaux ne font pas le poids face au principe de réalité. L'imposture dévoile alors une autre nature que celle de s'imposer dans une classe sociale, celle d'un être humain qui se trompe lui-même dans ses moeurs, dans sa conduite, afin de se croire plus fort qu'il n'est de se faire passer à ses propres yeux pour une autre personne. Une bande dessinée littéraire à la lecture facile, à la profondeur étonnante.
Commenter  J’apprécie          235
Autopsie d'un ImposteurThomas Campi (Italie, 75)/ Vincent Zabus (Belge, 71) - 2021 – Delcourt
La scène d'exposition, au moins, n'est pas tirée par les cheveux. Louis Dansart, présenté comme un gars sans intérêt. Il observe les riches, essaye des costumes…
« Ta gueule, le narrateur ! »
Le mone impitoyable des riches qui mangent des huitres et peuvent se faire sucer par n'importe qui…
Louis ne s'enfuit pas… Il préfère se taire. Louis a dû jouer les gigolos pour subvenir à ses besoins…
Son amie entremetteuse veut sortir avec lui, portant un masque de Lézard.
Il se retrouve un maître Corbeau… Et une grosse et belle femme pour s'occuper de Lui, en dehors des radars…
Voilà ce que peut devenir un Louis ordinaire ; ).
Un clown pitoyable qui ne termine même pas sa blague avant de mourir.
« Et pendant des dizaines d'années, des milliers de voitures rouleront sur le cadavre d'un Fou »
Phoenix ++
Lien : https://linktr.ee/phoenixtcg
Commenter  J’apprécie          312
J'attendais avec impatience cet album, conquis que j'avais été par le dessin de Thomas Campi découvert dans « les larmes du seigneur afghan ».

Une ambiance totalement différente ici. Chronique sociale, faux polar, expérience littéraire… ‘Autopsie d'un imposteur » est tout ça à la fois.
Le récit est original, sous forme de dialogue entre le narrateur et le héros, Louis, en quête d'affranchissement, d'ascenseur social dans la Belgique des années 50. Louis fait des études, il veut devenir avocat mais tout semble le ramener à sa condition sociale d'en bas… Comment quitter ce masque d'imposteur ?

L'ambiance graphique est magnifique… les couleurs, les atmosphères, les personnages, tout démontre le talent de Thomas Campi. Cette couv splendide et forte donne le ton d'un album impressionnant !

Au final, c'est un superbe album, une chronique noire et puissante portée par un dessin que je ne me lasse pas d'admirer !
Commenter  J’apprécie          90
Le narrateur nous conte l'histoire de Louis DANSART, avec qui il échange régulièrement au fil des pages tel un coach de vie un brin moqueur. Louis est un provincial monté à Bruxelles pour devenir architecte. Il a du mal à trouver sa place et se rêve en grand bourgeois. Mais son quotidien le ramène toujours de manière brutale à la réalité.

La vie va mettre sur sa route Monsieur Albert, maquereau de son état.

Citant Shakespeare à tous bouts de champ cet homme au visage de cire se plaît à manipuler ses semblables à la manière d'un marionnettiste fou.

Je vous laisse découvrir la suite de cette superbe BD aux couleurs vibrantes, jeux d'ombres et de lumières dans un Bruxelles des années 50 ayant pour fond l'exposition universelle. Quand l'ancien et le nouveau monde se côtoient il n'est pas facile de trouver sa place et quand bien même, comment savoir que l'on y est arrivé, qu'elle vaut les sacrifices perpétrés sur l'autel de l'ascension sociale.

Dessinateur et scénariste se jouent de leurs personnages et du lecteur. N'avançons-nous pas tous masqués, manipulé par nos propres idéaux ? (Le livre ne donne pas la réponse).
Commenter  J’apprécie          40
Après l'Eveil, j'étais curieuse de lire cet autre opus du duo Zabus / Campi. A nouveau, l'intrigue se situe à Bruxelles, ce qui (me) permet de jouir de paysages connus, de bâtiments familiers : la place de Brouckere, l'ULB, l'église Sainte Marie… le dessin reste soigné et vif.
Dans ce récit, le narrateur entre en dialogue avec le personnage principal, sorte de Rastignac bruxellois des années 50. On est pris dans l'intrigue qui nous plonge dans la prostitution de luxe et les parties fines accueillant des notables de la ville.
Ce qui est intéressant, c'est d'une part ces échanges entre narrateur et personnage, mais aussi l'universelle question de l'ascension sociale : jusqu'où est-on prêt à aller pour vivre une vie meilleure, ? faut-il pour autant renier ses origines? ne reste-t-on pas un imposteur malgré la réussite ?
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (3)
ActuaBD
10 janvier 2022
Scandé par des citations de Shakespeare, Autopsie d’un imposteur traque les consciences agitées et la morale malmenée. En évoquant un milieu piégé par les désirs égoïstes, le récit paraît nous alerter sur nos ambitions dangereuses en nous ramenant constamment à notre modestie imposée d’êtres humains. Fragiles et torturés.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest
21 octobre 2021
Dans Autopsie d’un imposteur, Vincent Zabus propose un récit, plutôt bien construit, conduisant à une intéressante double chute. (...) Thomas Campi accompagne la nouvelle d’un très beau dessin charbonneux. Ses personnages, semi-réalistes, jouent juste et leurs regards traduisent toujours l'émotion attendue.
Lire la critique sur le site : BDGest
LigneClaire
05 octobre 2021
Une démonstration brillante, dure, sans concession, c’est celle qu’ont mis en scène dans Autopsie d’un imposteur Vincent Zabus au scénario et Thomas Campi au dessin très enlevé et talentueux. (...) Une comédie de mœurs dramatique assez noire, désespérée aussi. Louis Dansart va danser une gigue dont il ne maîtrise pas la musique.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Ça y est, Louis. C’est le moment. Celui de ma grande scène finale, celle que j’ai toujours rêvé d’écrire. Ce sera un grand moment de théâtre, celui qui va donner tout son sens à cette histoire, à toute ma vie… Enfin ! Malheureusement, je crains qu’un de nous deux ne doive mourir. Il en va toujours ainsi dans les tragédies. Je dois simplement trouver la bonne réplique finale, celle dont on se souvient, celle qu’on trouve dans les manuels. Où sont les spectateurs ? Il est essentiel qu’on me regarde. Sinon, à quoi bon… Terminer seul avec toi dans cet immeuble sordide ? Ce serait ridicule… La vie n’est qu’un fantôme errant, un pauvre comédien qui se pavane et s’agite durant son heure durant sur la scène et qu’ensuite on n’entend plus ; c’est une histoire dite par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien… C’est bien ça. Dommage que ce soit de Shakespeare. Tu ne pourrais pas me la souffler, cette ultime réplique, Louis ? Je ne sais pourquoi, mais j’ai le souffle court et les idées me manquent. Regarde ! Je me suis peint les ongles en rouge, comme l’empereur Caligula dans la pièce de Camus. Ça devrait pourtant m’inspirer, non ?
Commenter  J’apprécie          80
Non-assistance à personne en danger ? Homicide involontaire ? Si tu devais plaider pour ta propre défense, quelle serait ta tactique ? Comme la lâcheté ne fait pas partie de ton vocabulaire juridique, on resterait de toute façon éloigné de la vérité. T’es un beau salaud, Louis. Tu repasses dans ton village. Pourquoi ? C’est le moment nostalgique ? Tu veux attendrir avec les rues de ton passé ? La triste fermette de ta pauvre enfance… Elle est à gauche, ou à droite, la maison où tu te faisais cogner par ton papa ? Là où tu ne mangeais souvent qu’un jour sur deux… Cette fois, tu pues vraiment. Tu sens la mort. Décidément, je ne sais pas pourquoi je raconte ton histoire. Tu me dégoûtes.
Commenter  J’apprécie          120
Prologue – Voici Louis Dansart, le personnage central de ce récit. Un étudiant en dernière année de droit dont les pas résonnent sur le pavé bruxellois en cette chaude journée d’été. Je ne sais pas pourquoi je m’intéresse à ce type, ni pourquoi je prends la peine de vous raconter son histoire. Il n’en vaut pas la peine. Regardez-le… Comme tous les jours, il rêve de l’exposition universelle qui s’annonce. Un moment où il en est convaincu, l’histoire basculera et donnera sa chance à des gars comme lui. Comme tous les jours, il passe par les rues chics de la capitale pour observer les bourgeois. Avec attention, il les regarde dépenser leur argent, traque leurs tics langagiers, scrute leur façon de marcher. S’il osait, il se laisserait même aller à les imiter. Eux. Les riches. Toutes les nuits, dans sa mansarde puante, Louis Dansart ne rêve que d’une chose : devenir comme eux, devenir l’un d’eux. Toutes les nuits, il rêve de moment où il en sera fini des repas frugaux et des nuits froides.
Commenter  J’apprécie          60
Tu aimes te raconter que tu continues à voir des vieilles dames pour payer ton loyer, de nouveaux frais scolaires imprévus… Mais une petite voix te souffle aussi que ces compliments susurrés sous les draps flattent ta vanité si longtemps blessée.

C’est si facile.

Tu as maintenant accès à une autre vie qui t’était jusque-là refusée.

Une vie avec des rires aux dents blanches et lisses, faite de cous habillés d’émeraudes de Brasilia et de perles du Pacifique.
C’est si facile…
Maintenant, même la neige te semble différente. Comme si les flocons se plaisaient à tomber au rythme d’une musique sirupeuse dans un mauvais film hollywoodien.
Leur argent apaise ta colère, n’est-ce pas, Louis ? Ce sentiment de t’avoir fait naître au mauvais endroit. Chez les pauvres.
Tu as enfin le sentiment d’exister pleinement.

Pourtant… ne la sens-tu pas toujours prête à jaillir, incontrôlable et dangereuse, cette vieille fureur ?
Commenter  J’apprécie          50
Comment trouver sa place, quand on est certain de ne pas la mériter ? Demande aux passants de Bruxelles… Demande aux visiteurs de l’expo universelle, aux badauds de la capitale, demande-leur s’ils ont des nouvelles de Louis Dansart, ce petit provincial convaincu qu’il allait réussir dans la vie grâce à ses études Droits. Demande à la propriétaire du petit immeuble où il louait sa chambre s’il a aimé Camille, sa belle voisine de palier qui lui offrait son corps quand tous les autres le payaient. Et elle te répondra oui, il l’aimait quoi que la suite des événements puisse amener à penser.
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Vincent Zabus (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Zabus
Booktrailer - Le monde de sophie - Tome 2
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (59) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5215 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..