AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782803670277
64 pages
Le Lombard (04/11/2016)
3.74/5   59 notes
Résumé :
Charles Singulier, un petit commis de bureau, s’offre un chapeau melon pour célébrer la promotion qui lui sera annoncée dans quelques jours. Mais voilà, le couvre-chef a appartenu à René Magritte et son nouveau propriétaire ne pourra l’enlever sans avoir percé les secrets du maître. Du coup, il se voit plongé dans un univers fait de feuilles-arbres, de miroirs facétieux, de trains qui sortent des cheminées et de personnages suspendus dans les airs.
Que lire après Magritte : Ceci n'est pas une biographieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 59 notes
5
6 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis
Charles Singulier, une fois n'est pas coutume, s'est fait plaisir en s'achetant un chapeau melon. La perspective d'être promu, après 20 ans de travail sérieux, a de quoi le griser. Une fois rentré chez lui, il n'arrive pas à enlever son chapeau. Nerveux, il brise la fenêtre en tentant de l'ouvrir. Apparaît alors dans sa télévision un homme masqué qui l'informe que, maintenant qu'il porte le chapeau de Magritte, il a une mission : saisir les secrets de l'oeuvre du peintre belge. Sans quoi, son chapeau restera à jamais vissé sur sa tête. Charles se rend donc à une exposition animée par une jeune femme à qui il racontera sa mésaventure. Les deux jeunes gens vont alors vivre de bien drôles d'expériences...

Vincent Zabus nous entraîne au coeur même des oeuvres du célèbre peintre belge que l'on découvre au fil des pages, en compagnie de Charles Singulier. Plongeant son personnage dans les tableaux de Magritte, il nous offre un album pour le moins décalé et original. Une biographie intéressante et didactique qui met en scène Charles Singulier et qui donne vie aux peintures. L'on en apprend ainsi un peu plus sur l'origine des tableaux mais aussi sur l'homme et ce qu'il pensait de son art. Graphiquement, Thomas Campi fait preuve d'originalité en nous proposant des planches un brin surréalistes parfois dès lors que les tableaux prennent vie. Une réinterprétation des oeuvres plutôt bien vue et habilement menée.
Commenter  J’apprécie          580
Peindre le réel équivaut à le penser par l'image, une trahison féconde.
-
Cet ouvrage porte sur René Magritte (1898-1967) peintre surréaliste belge, et son oeuvre, mais, comme l'indique le titre, ce n'est pas une biographie. Son édition originale date de 2016. Il a été réalisé par Vincent Zabus pour le scénario et par Thomas Campi pour les dessins et les couleurs. Il comprend soixante-deux pages de bande dessinée.

Un chapeau melon ! Qui eut cru qu'un jour, lui, Charles Singulier, il s'abandonnerait à la fantaisie d'acheter une futilité de ce genre. Et avec plaisir, qui plus est. Et il ose même le porter. Quelle extravagance ! il faut dire que la perspective d'être officiellement promu ce lundi a de quoi griser le plus imperturbable des hommes. Comme quoi, vingt ans de travail sérieux ont plus de valeur que le fayotage auquel se sont livrés nombre de ses collègues. Midi. Dans 24 heures, il sera un homme nouveau. Il faut qu'il se calme. Et qu'il enlève ce foutu chapeau. Un peu d'air lui fera du bien. Au fil de ses pensées, il a traversé le marché en plein air, puis remonté sa rue jusqu'à la porte d'entrée de son appartement. Il rentre à l'intérieur passe devant et regarde le miroir de l'entrée qui, étrangement, reflète son dos. Il s'approche de la fenêtre à guillotine. Elle est bloquée et à force de tirer pour la soulever le verre se brise. Il regarde son image fracturée sur les morceaux de verre par terre. L'image de Fantômas apparaît sur son écran de téléviseur et il s'adresse à Charles : c'est à cause lui, Magritte, car Charles n'aurait pas dû mettre son chapeau. Maintenant ça ne va plus s'arrêter.

Charles Singulier a du mal à comprendre. L'avatar de Fantômas continue : ils sont ici pour informer Charles de l'objet de sa mission. Charles se retourne : une géante nue se tient dernière lui. Elle lui indique qu'il doit percer le mystère de Magritte. Fantômas lui dit qu'il a été choisi, à cause du chapeau qui était le sien. La femme ajoute : en le portant, il est entré dans son monde, maintenant il doit en saisir les secrets, sinon… Fantômas complète : sinon son chapeau restera à jamais vissé sur sa tête. Tant que Charles n'aura pas accompli sa mission, il portera le chapeau. Il essaye en vain de retirer le chapeau melon, sans succès. Il débranche sa télévision pour faire disparaître Fantômas, sans succès. L'image de dos de Charles, identique à celle du miroir, apparaît ensuite sur ledit écran. Il se retourne et découvre un petit carton sur sa table basse : au recto figure le nom de Fantômas, et au verso le cinéma bleu, 13h. Il se rend à pied, à cette invitation. Une jolie jeune femme évoque le peintre. Magritte a toujours adoré les films de Fantômas qu'il allait voir adolescent au Cinéma Bleu de Charleroi. Avec les nouvelles d'Edgar Poe, Fantômas fait partie des oeuvres fondatrices qui le marquent durablement. le refus de l'ordre établi revendiqué par le roi des voleurs plaisait au peintre. de même, le changement d'identité de Fantômas ne pouvait que séduire Magritte, lui qui n'aura de cesse d'étonner en affichant une personnalité changeante suivant les époques. La conférence est terminée, les spectateurs se rendent dans les salles de l'exposition pour admirer les tableaux du peintre.

Ceci n'est pas une biographie : un bel avertissement en guise de sous-titre, ainsi qu'un écho de la phrase figurant sur le tableau La trahison des images (1928/1929). le lecteur suit un personnage sur lequel il n'apprend quasiment rien. Les dessins montrent que Charles Singulier est un homme blanc, habitant à Bruxelles, mince et d'une grande taille, habillé en costume avec une cravate, portant le chapeau melon de René Magritte, une apparence évoquant un pâle reflet du peintre, une version affadie. Il doit accomplir une mission bien vague : percer le mystère de l'artiste. le lecteur se dit qu'il peut y voir une incarnation littérale de la démarche des auteurs : à défaut de percer ledit mystère, charge à eux de le présenter, de le mettre en scène, de donner à voir ce mystère sous différents angles pour en présenter différentes facettes… Et peut-être donner quelques clés de compréhension, quelques faits et quelques circonstances présentant pour partie le contexte dans lequel René Magritte a grandi et a produit ses oeuvres. Cette bande dessinée n'est pas une biographie dans le sens où elle ne retrace pas la vie et l'oeuvre de René Magritte dans l'ordre chronologique, avec une ambition d'exhaustivité quant aux circonstances ayant engendré un artiste aussi singulier, pour reprendre l'adjectif servant de patronyme au personnage principal.

Dès la première page, le lecteur se sent confortablement installé dans une narration visuelle très sympathique : des couleurs douces pour le marché avec un savant dosage entre éléments représentés avec précision, et formes donnant plus dans l'impression produite. le premier contact avec le personnage principal s'effectue à la fois avec les courtes cellules de texte établissant la situation en une douzaine de phrases sur deux pages, et c'est parti pour la mission. Charles Singulier ne paye pas de mine, un monsieur anonyme, assez pour que le lecteur puisse s'y reconnaître sans effort, assez particulier pour ne pas faire mentir son patronyme. En page cinq, le lecteur comprend facilement que les morceaux de verre reflétant une image brisée de Charles et l'apparition de Fantômas à l'identique de l'affiche du premier film (1913) réalisé par Louis Feuillade donnent des indications sur la manière dont le personnage perçoit la peinture de René Magritte, et donc par voie de conséquence de la manière dont les auteurs vont la présenter. le coup du chapeau inamovible relève du surréalisme, tout en constituant également un phénomène d'empreinte de l'oeuvre de Magritte sur Charles Singulier. L'esprit de l'artiste l'a touché, a laissé une marque sur lui et il ne pourra s'en défaire qu'en s'y intéressant, c'est-à-dire littéralement en accomplissant la mission que lui confie cet avatar de Fantômas.

La suite de la narration visuelle se situe dans le registre de la première séquence. le dessinateur continue d'utiliser des couleurs douces, une palette évoquant celle de René Magritte. Un mode de représentation sans trait de contour, en couleur directe, comme les tableaux de Magritte. D'ailleurs, il est amené à réaliser plusieurs reproductions de ses oeuvres. Tout d'abord lors d'une visite du musée René Magritte à Bruxelles, de nuit, plusieurs tableaux célèbres : le modèle rouge, L'invention collective, La clairvoyance, Mal du pays, La magie noire, Condition humaine. Puis quelques-unes éparpillées dans les séquences, en particulier quand les images des cases se décollent pour révéler des oeuvres en dessous, comme La lampe du philosophe, Clairvoyance, Perspective du balcon, le faux miroir, La légende des siècles. le lecteur observe également que les bédéistes jouent avec les codes de leur support comme Magritte pouvait jouer avec les conventions de la peinture : intégration d'éléments oniriques (la géante nue dans le salon de Singulier, Fantômas apparaissant sur l'écran éteint), de nombreux éléments absurdes, comme les deux chasseurs au bord de la nuit, sans visage), le feuillage des arbres qui est en deux dimensions dans le cimetière, l'irruption d'un train miniature dans le salon de Singulier par la cheminée (évoquant le tableau La durée poignardée), l'utilisation d'un tableau pour en faire un trou dans une porte (La réponse imprévue), le placardage du tableau Georgette Magritte sur les murs de la cité, des mots s'inscrivant sur les images, les grelots qui flottent dans l'air (La voix des airs), le passage d'un plan d'existence à un autre, d'une réalité à une autre, le désordre chronologique, les apparitions et disparitions de la jeune femme et du biographe officiel de l'artiste, etc.

La narration visuelle constitue une lecture très accessible et très agréable, tout en se nourrissant des facéties et des rapprochements visuels de René Magritte. le lecteur se sent vite gagné par ce jeu de citations et d'écho, ainsi que par la dimension ludique de la structure du récit. Effectivement, le scénariste ne se sent pas tenu de respecter le déroulement chronologique de la vie de Magritte, comme le ferait un biographe académique. Pour autant, lors d'une demi-douzaine de passages, il expose des éléments biographiques que ce soit le séjour dans la banlieue parisienne ou les conditions de la mort de Regina Bertinchamps, la mort de l'artiste. Dans le même temps, il ne fait qu'évoquer en passant les réunions du groupe des surréalistes belges, ou les relations de Magritte avec d'André Breton (1896-1966), la valeur marchande de ses tableaux n'apparaissant que lors d'une fugace allusion, l'analyse restant à l'état embryonnaire pour les tableaux et leur modernité par rapport à la production de l'époque. le rôle de son épouse Georgette n'est que succinctement évoqué et elle-même n'apparaît que d'une bien étrange façon. de temps à autre, un personnage effectue une remarque sur l'artiste ou sur son oeuvre. Deux protagonistes différents font observer que Magritte n'aime pas qu'on fouille dans son passé, ce qui vient apporter une explication au fait que les auteurs eux-mêmes ne le fouillent pas beaucoup. le lecteur relève quelques observations éparses sur l'oeuvre. Vingt ans de travail sérieux ont plus de valeur que le fayotage auquel se sont livrés nombre de mes collègues. L'oeuvre de Magritte est figurative, mais elle est un attentat permanent contre la représentation. Peindre le réel équivaut à le penser par l'image, une trahison féconde. La vraie vie est toujours un ailleurs qui n'existe pas. La peinture n'agit pas comme un miroir passif de la réalité, elle la métamorphose. On ne fume pas dans une pipe peinte. L'oeil du peintre est un faux miroir. Tout objet en cache un autre. Magritte déteste la psychologie. Elle essaie d'expliquer le mystère, tout le contraire de sa démarche.

Ceci n'est pas une biographie : en effet, cette promesse est tenue. L'artiste réalise une narration visuelle en osmose avec la peinture de René Magritte, ce qui permet d'intégrer ses oeuvres, soit comme telle, soit comme dispositif narratif, sans solution de continuité. le scénariste joue également entre les éléments biographiques désordonnées, les énigmes des tableaux, le paradoxe de la vie rangée de Magritte et la remise en cause rebelle contenues dans ses oeuvres, avec quelques questions et réflexions sur sa démarche artistique. Les auteurs laissent le lecteur avec une dernière question : Pourquoi vouloir répondre aux questions que la peinture nous pose ?
Commenter  J’apprécie          352
La vie très ordinaire, voire fade de Charles Singulier va se trouver complétement bousculée dès lors qu'il va s'acheter sur le marché des Marolles de Bruxelles, un chapeau melon ! Ce chapeau n'est autre que celui de Magritte. Il ne pourra enlever ce chapeau que lorsqu'il aura percé le mystère de son propriétaire ! le voilà alors transporté dans l'univers surréel, décalé, de Magritte.
Nous traversons alors avec Charles les tableaux les plus connus de Magritte ce qui va l'aider et aider le lecteur à comprendre un peu mieux le surréalisme mais aussi nous donne quelques précisions sur la jeunesse de ce peintre provocateur.
Notre Charles semble souvent perdu et avoir du mal à comprendre ce qui l'entoure mais cela le fait réfléchir sur sa propre vie qui lui parait alors manquer de fantaisie…
Campi et Zabus ont fait une BD qui aurait sans doute plu à Magritte !
Commenter  J’apprécie          523
"Un chapeau melon ! Qui eut cru qu'un jour, moi, Charles Singulier, je m'abandonnerais à la fantaisie d'acheter une futilité de ce genre. Et avec plaisir, qui plus est. Et j'ose même le porter. Quelle extravagance ! " Ce chapeau melon, acheté sur un marché aux puces de Bruxelles, va chambouler le quotidien bien rangé de Charles Singulier. Une fois porté, il est impossible de l'ôter, à moins de résoudre les mystères des oeuvres de Magritte.

On s'envole alors dans un monde onirique, dans lequel les oeuvres d'art du peintre prennent vie, où Charles rencontre une jeune femme travaillant au musée Magritte de Bruxelles, le biographe de l'artiste... Mais tout ceci est un peu irréel. Quoi qu'il en soit cela va lui permettre de voir les choses d'une manière différente et de réfléchir sur sa vie.

Une jolie bande dessinée pleine d'onirisme qui nous emmène l'espace d'un instant dans un univers poétique. J'ai beaucoup aimé les tonalités de cet album. Il permet de connaître quelques éléments sur la vie de l'artiste (sa vie n'est pas énormément développée, c'est plutôt son art qui est mis en avant). J'ai pris plaisir à découvrir des tableaux que je ne connaissais pas (quelques fois une petite note aurait été bienvenue) et à en revoir d'autres plus connus (L'empire des lumières, Les chasseurs de la nuit, Temps transpercé, La voix de l'espace...).
Commenter  J’apprécie          180
ceci n'est pas une biographie, dès le titre nous entrons dans l'univers du peintre belge René Magritte, lui qui nommait certaines de ses oeuvres ainsi... ceci n'est pas...

La biographie vécue et racontée par Charles Singulier; après avoir acheté un chapeau melon cette mission lui est dévolue s'il veut pouvoir un jour, se débarrasser du dit chapeau accroché à son cuir chevelu.

Dès ses premières oeuvres en Belgique puis son séjour en France pour se rapprocher de Breton et des surréalistes et enfin son retour dans son pays, il n'aura de cesse de vouloir provoquer mais aussi de mettre toute sa révolte dans ses peintures.
Les drames familiaux nourriront aussi les toiles de Magritte et en premier lieu le suicide de sa mère alors qu'il n'est qu'adolescent puis ensuite sa rencontre avec Georgette qui deviendra sa femme et sa muse.

Cette BD est agrémentée au fil des pages d'oeuvres du Maître.
originale et pédagogique.
Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (4)
Sceneario
26 décembre 2016
Un bien bel hommage à l'un des maîtres du surréalisme dans une biographie qui se veut pleinement audacieuse et éducative.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Auracan
21 novembre 2016
Le dessinateur s'approprie les oeuvres pour en extraire des personnages ou en faire les décors du cheminement de Charles Singulier dans sa connaissance de René Magritte, de sa vie et de sa production.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom
18 novembre 2016
Jeux graphiques, jeux de mots, glissements ludiques et burlesques… tout est permis et les auteurs n’ont pas joué la facilité.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest
09 novembre 2016
Une biographie habilement menée, où la forme et le fond rappellent de jolie façon l’« esprit Magritte ».
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Un chapeau melon ! Qui eut cru qu’un jour, moi, Charles Singulier, je m’abandonnerais à la fantaisie d’acheter une futilité de ce genre. Et avec plaisir, qui plus est. Et j’ose même le porter. Quelle extravagance ! il faut dire que la perspective d’être officiellement promu ce lundi a de quoi griser le plus imperturbable des hommes. Comme quoi, vingt ans de travail sérieux ont plus de valeur que le fayotage auquel se sont livrés nombre de mes collègues. Midi. Dans 24 heures, je serai un homme nouveau. Il faut que je me calme. Et que j’enlève ce foutu chapeau. Un peu d’air me fera du bien.
Commenter  J’apprécie          190
- Plus j'en sais sur Magritte, plus je le trouve compliqué...
- N'est-ce pas toujours le cas lorsqu'on s'approche d'un être humain ?
Commenter  J’apprécie          400
L’œuvre de Magritte est figurative, mais elle est un attentat permanent contre la représentation. Peindre le réel équivaut à le penser par l’image, une trahison féconde. La vraie vie est toujours un ailleurs qui n’existe pas. La peinture n’agit pas comme un miroir passif de la réalité, elle la métamorphose. On ne fume pas dans une pipe peinte. L’œil du peintre est un faux miroir. Tout objet en cache un autre.
Commenter  J’apprécie          80
La peinture n'agit pas comme un miroir passif de la réalité, elle la métamorphose !
Commenter  J’apprécie          351
Magritte a toujours adoré les films de Fantômas qu’il allait voir adolescent au Cinéma Bleu de Charleroi. Avec les nouvelles d’Edgar Poe, Fantômas fait partie des œuvres fondatrices qui le marquent durablement. Le refus de l’ordre établi revendiqué par le roi des voleurs plaisait au peintre. De même, le changement d’identité de Fantômas ne pouvait que séduire Magritte, lui n’aura de cesse d’étonner en affichant une personnalité changeante suivant les époques.
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Vincent Zabus (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Zabus
Booktrailer - Le monde de sophie - Tome 2
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (130) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5212 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}