AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021091538
Éditeur : Seuil (23/08/2012)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Pourquoi est-ce à New-York que la terre a tremblé le 23 août 2011 ?
Chaos brûlant, c’est la chronique de la démesure sexuelle, médiatique, politique et financière du monde moderne, telle qu’elle éclata dans toute sa virulence au cours de l’invraisemblable été 2011.
Cette démence universelle, dont l’affaire DSK est l’un des révélateurs, il était logique de l’envisager depuis le coeur du Manhattan Psychiatric Center, à New York, où quelques fous surdoué... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Epictete
12 mai 2017
Stéphane Zagdanski nous propose un ouvrage qui démarre sur les circonstances entourant l'affaire DSK au Sofitel de New-York. Son objectif n'étant pas d'écrire les aventures du patron du FMI, il va faire commenter les faits par une bande de pensionnaires du Manhattan Psychiatric Center.
Il va donc inviter avec son narrateur, un psychotique surnommé « Sac d'os » et tatoué d'un squelette sur tout le corps, les grands commentateurs que sont Antonin Artaud, Kafka, Marx , Debord, Freund, qui chacun dans sa spécialité va extrapoler la réflexion à la situation de notre monde et de son évolution. Ils seront aidés en cela par de nombreuses références à Nietzsche.
Cette affaire cristallise la barbarie du monde et l'étiolement de notre civilisation.
En effet, la parole semble disparaître alors qu'elle était le fondement de nos civilisations. Elle se meurt par atrophie, les tics verbaux, les discours politiques ou économiques dans lesquels il est bon de s'afficher en expert sans se soucier de la faisabilité des choses.
On a transformé le verbe en chiffres. On parle de la Shoah en termes de statistiques, les traders tiennent le monde car l'activité humaine st devenue tributaire de leurs résultats.
C'est l'occasion d'un plaidoyer contre la finance et surtout ceux qui se considèrent comme des experts incontournables, reprenant certaines références comme Keynes, Schumpeter, etc.
L'auteur démontre ainsi qu'un certain nombre de déclarations du FMI se sont avérées parfaitement fantaisistes sans que personne ne s'en souvienne par la suite. Ces financiers et dirigeants politiques sont décortiqués et présentés comme des apprentis sorciers.
Mais c'est aussi une diatribe contre « J't'enyoutube, Fuitter et cancanpédia » (P 241)
Au bout de cent pages, on ne sait toujours pas quel ouvrage on est en train de lire : Livre d'histoire, de sciences, d'économie, de philosophie, de politique, ?
La couverture précise qu'il s'agit d'un roman. Oui, mais on pourrait dire aussi qu'il s'agit d'un essai, d'un pamphlet.
En tout état de cause c'est un roman très documenté aussi bien sur la finance que sur la psychiatrie, l'affaire DSK, l'antisémitisme, etc...
Il est également très bien écrit, avec un vocabulaire riche, voire luxuriant, une utilisation intelligente de la langue Française.
Mais, s'il s'agit d'un roman érudit, c'est aussi un roman loufoque et très dérangeant.
J'ai vraiment hésité à lui attribuer une note : 3 parce que c'est un roman intéressant, ou 5 parce qu'il est génial en termes de style, d'originalité et d'écriture.
Ce sera finalement 4,5 car je trouve qu'il est vraiment original et rare, mais qu'il reste parfois un peu difficile à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
virgidoc2
27 avril 2013
"La civilisation n'est qu'une mince pellicule au-dessus d'un chaos brûlant. Nietzsche ouvre le roman et est partout présent.
Ceci est un drôle de roman, grotesque, cynique, cruel, drôle, jubilatoire et au final peu politiquement correct...Le narrateur de l'histoire, de notre Histoire s'avère être un barjot, un fou mais dans sa géniale folie réside une sagesse à laquelle nous devrions être plus attentif. Tel Cassandre, il parle de notre monde, de notre folie, de notre barbarie et nous ne l'écoutons pas. Avec ses acolytes du Manhattan Psychiatric Center de New York, il nous commente avec cruauté et délice le séïsme médiatique provoqué par la chute de DSK en cet été 2011. Cette affaire n'est que la partie par trop visible de l'étiolement de notre civilisation envahie par une technologie, un management, une publicité, un langage médiatico-politico-financier qui ne tendent qu'à affaiblir le Verbe. de la manipulation des masses par le nazisme ou par le système qui régit notre monde contemporain, il n'y a parfois qu'un pas que n'hésite pas à franchir l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (3)
LePoint08 août 2012
Chaos brûlant est un roman-monstre, un roman-somme érudit, vertigineux et dérangeant.
Lire la critique sur le site : LePoint
Culturebox07 août 2012
[…] Stéphane Zagdanski contre dans cet ouvrage la surpuissance de l’économie grâce à la luxuriance de la langue française.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Lexpress07 août 2012
Stéphane Zagdanski convoque tous les protagonistes de l'affaire DSK, à commencer par Nafissatou Diallo, Anne Sinclair, Barack Obama ou Nicolas Sarkozy, en exploitant la "puissance comique de la langue française".
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
virgidoc2virgidoc224 avril 2013
La chose m'est apparue quand j'avais neuf ans. (...)Taraudée pazr le souvenir de notre bébé martyr Cordelia, ma mère ne savait me proférer sa tendresse que sous la forme d'avertissements tourmentés : 'Tu vas prendre froid à sortir dans écharpe...', 'Mets donc une casquette ou tu attraperas une insolation...', 'Tu finiras par te briser les vertèbres avec ton skateboard...', 'Cesse de lire sous les draps avec une lampe de poche, tu vas t'user les yeux...'. A son insu, par l'acrimonieuse affection dont elle me criblait, à force d'inlassables appréhensions délétères, ma mère me ravageait. Ses préventions nerveuses du pire me lacéraient l'âme. J'étouffais dans cette atmosphère raréfiée par l'angoisse, je dépérissais dans cet environnement de ronces mentales. (...) Je finis par me convaincre que le mieux à faire, pour la soulager était encore d'accomplir une de ses insatiables prophéties de crécelle. (...) Bientôt je n'eux plus qu'une préoccupation : par quel biais sacrifier ma santé florissante de gamin hyperactif aux craintes masochistes de ma mère ? Le suicide, issue trop évidente, n'en était pas une pour moi puisque j'aurais délaissé ma mère et définitivement empêché le transvasement de sa douleur. Ce qu'il fallait, c'était prendre sur moi l'immonde péché de mon père, fracasser ma santé en mille morceaux sans en mourir, afin que le vase maternel se récure enfin de sa torture, que son coeur brisé dans un sourire contemple, apaisé, mon irréparable déconstruction...(...) C'est à cette époque que je commençai à maigrir immodérément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Stéphane Zagdanski (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Zagdanski
Colloque «Heidegger et "les juifs"» - Stéphane Zagdanski .Colloque «Heidegger et "les juifs"» Die Verzauberung (L'Ensorcellement), par Stéphane Zagdanski Au Centre Culturel Irlandais le 24 janvier 2015
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
241 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre