AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782351782613
Éditeur : Gallmeister (03/06/2021)
3.67/5   24 notes
Résumé :
Tout réussit à Darren Taskin, malfrat prudent et calculateur qui sait éviter les écueils du métier. Même s’il n’hésite pas à recourir à des méthodes douteuses, le beau Task se voit plutôt comme un entrepreneur qui gère méticuleusement son business. Ses activités de jeu et de prostitution sont habilement dissimulées dans des immeubles résidentiels, loin du regard de la police. Rien ni personne ne semble pouvoir l’empêcher d’atteindre son but : mettre de côté un énorm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
ODP31
  04 juillet 2021
L'esthète des règlements de compte.
S.Craig.Zahler, un blaze sur mesure pour figurer sur des génériques de séries B, est une sommité dans la représentation de la violence et un portraitiste de l'instinct de survie. Chez cet auteur, l'homme descend plus du Tricératops que du singe.
Nourri par le cinéma de Sam Peckinpah et de Tarantino, ce romancier qui est aussi réalisateur, scénariste, compositeur et batteur, collectionne les dialogues décalés et des scènes très chorégraphiées. le bonhomme n'est pas avare d'hémoglobine mais il la consomme avec une paille.
Darren Taskin, son truand de héros, est un souteneur protégé par une organisation plus ou moins mafieuse. Plus que moins. Très organisé, beau parleur, prêt à élaborer les plans les plus alambiqués pour recruter de nouvelles filles, il a laissé la morale au vestiaire et la probité aux toilettes. Pour lui, il y a deux catégories de personne : les gens à priori honnêtes sont « Nord » et ceux qui sont en marge de la société sont « Sud ». Ses faveurs voisinent l'Antarctique.
Prudent à l'extrême, le proxénète ne manque pas de style et il évite de se salir les mains. C'est ce talent d'architecte de la magouille qui le rapproche du Dédale du titre et de celui de la mythologie Grecque. On l'oublie souvent mais Dédale a conçu le labyrinthe qui enferme le Minotaure.
Ses affaires vont se compliquer quand il recrute Erin pour jouer les hôtesses dans un de ses clubs, car la créature irrésistible va lui chauffer les sens. Erin sonne comme Ariane mais elle va rompre le fil et Taskin (Thésée) va devoir improviser. le mélange Boulot dodo, associé à des gugusses un peu soupe au lait et la rancune tenace d'un chasseur de dettes amateur de catch, vont dérégler la mécanique. Extorsion de fonds et distorsion d'os au programme.
Le héros de Zahler partage plus que des gènes avec le Parker de Westlake (quand il écrivait sous le pseudonyme de Richard Stark) et avec certains personnages d'Elmore Leonard. de belles références et Taskin ne fait pas pâle figure dans cette distribution de crapules. Même avec des gènes, il peut donc y avoir du plaisir.
J'ai beaucoup apprécié le rythme du roman, ses personnages qui traversent toujours hors des clous, qui vivent la nuit pour échapper au conformisme du jour.
Seul le dénouement m'a un peu refroidi… certes moins que certains protagonistes, mais si dézinguer une partie non négligeable du casting permet de faire des économies sur la masse salariale, le massacre va heurter les âmes sensibles. Adeptes de la pensée positive, gourous du développement personnel qui aiment enlacer des arbres et déguster du tofu, les livres de S.Craig.Zahler sont à éviter si vous ne voulez pas parasiter vos prochaines séances de méditation par des idées noires.
Cet auteur a la plume insolente. Il est allergique à la bien-pensance et aux gardiens de la morale. Cette irrévérence s'était déjà bien exprimée dans ses oeuvres précédentes.
Sur une trame finalement assez classique, l'auteur arrive à surprendre son lecteur par son inventivité, par des scènes qui squattent la mémoire pour un bon moment et un humour qui flirte avec un cynisme assumé. Une bonne cure de lecture qui n'est pas garantie sans oxydants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          832
Wyoming
  18 août 2021
Excellent ce faux dédale qui conduit en ligne droite la plupart des protagonistes vers une fin mortelle alors que plusieurs se croyaient invulnérables, protégés soit par le consortium qui tient et tire leurs ficelles de pantins, soit par leur propre savoir-faire qui se télescope à des séries d'événements qu'eux-mêmes mettent en place sans le vouloir tout en assumant les risques pris.
Ce sont tous de sacrés héros, certains du mal, d'autres d'un bien douteux qu'ils voudraient quelquefois pratiquer mais qui se trouve toujours contrarié par leurs contraintes personnelles ou collectives.
Le héros malheureux, c'est Task, qui jongle sur le fil en laissant échapper quelques balles qui tomberont dans l'escarcelle d'autres méchants lesquels les lui renverront sous forme oblongue au creux des reins ou de l'omoplate.
Il est très attachant Task, même si c'est un voyou haut de gamme, c'est un penseur, un analyste de situations, un homme qui sait que certaines de ses erreurs lui coûteront le prix le plus fort.
Autre héroïne, pulpeuse, intelligente, aux longues jambes blanches, Erin, prise malgré elle dans cette tourmente mortelle. Elle ne peut sortir du dédale, prise au piège de l'endettement, disposant de son seul corps pour tenter d'en sortir.
Le troisième est Chester, très grand méchant, capable d'infliger les pires supplices, très grande gueule mais finalement petit cerveau. le lecteur ne peut l'aimer, néanmoins il est au coeur des moments les plus chauds et gore de ce roman.
Les autres sont moins sous les feux de la rampe, comme Nowski, ami fidèle et dévoué de Task, le patron du consortium Strembicky, tout puissant, qui règle tous les problèmes, invulnérable en apparence.
Le roman est long mais les chapitres assez brefs, la structure de l'histoire se met en place sans longueurs inutiles, les dialogues sont savoureux, souvent hard et ajoutent à l'ambiance une tonalité appropriée. La pluie est omniprésente et son fracas ou son martèlement viennent perturber les faits et gestes des personnages.
Le rythme imprimé dans les différentes séquences installe un suspense qui n'est pas coupé par les fins de chapitres comme très souvent dans les polars américains. Les titres des chapitres ne manquent d'ailleurs pas d'humour et le vocabulaire de même, par exemple la destination suprême, à savoir l'Alaska, vers lequel mieux vaut que le voyage soit bref.
Cinq étoiles, c'est peut-être trop bien payé, mais je trouve que l'originalité de ce texte peut les mériter. A ne pas placer tout de même sur le plan des grands chefs d'oeuvres pour lesquels il faudrait de dix à vingt étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          681
JIEMDE
  06 juin 2021
Un rencard tant attendu : tu espères, tu te prépares, tu imagines déjà les shoots d'adrénaline et de bonheur à venir, tu as l'oeil qui scintille et les doigts qui frétillent, prêts à transmettre un max d'enthousiasme dans une chronique de feu. C'est l'effet S. Craig Zahler.
Et puis, ça ne se passe d'abord pas comme prévu : fini l'ambiance western des Chacals ou des Spectres, les chevauchées sanglantes, le combat contre le Mal, les déversements d'hémoglobine à faire passer Tarantino pour un enfant de choeur. Déstabilisation temporaire, perte de repères, début du doute.
Pauvre @jiemde, lecteur de peu de foi. Car sitôt la surprise passée, la sauce Zahler prend rapidement, comme d'hab' et les 550 pages de Dédale Mortel – traduit par Janique Jouin-de-Laurens – s'avalent d'une traite, avec une efficacité redoutable.
À Great Crown en Floride, Darren Tasking maquereau-raketteur-entrepreneur a peu à peu construit sa place au soleil, régnant sur plusieurs bordels, bars et tripots dont il relève les compteurs chaque fin de nuit en faisant la tournée. Un équilibre solide qui tient par la violence, le chantage et les intimidations, rarement effectuées lui-même mais sous-traitées à un réseau de seconds couteaux sans états d'âmes. Encore quelques années, et Darren pourra se retirer tranquille dans les Caraïbes.
Mais un grain de poussière imprévu va venir enrayer la mécanique à fric, lorsque la belle Erin Green rejoint l'écurie des putes de Darren. Petite cause, grands effets, tout va alors partir en sucette : Darren découvre qu'il a un coeur et baisse la garde ! Les ambitions peuvent s'exprimer, les alliances et protections s'inverser et la violence se déchaîner. Et me voilà rassuré : on est bien chez Zahler !
Dédale mortel est donc un bon cru à l'intrigue solide mais surprend. Zahler y semble apaisé et lève – un peu - le pied sur le déjanté, pour travailler davantage ses personnages, leurs faiblesses et leurs doutes, donnant l'impression d'un livre entre deux où il tenterait d'investiguer un ton nouveau. À suivre donc pour confirmation dans le prochain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2711
Romileon
  29 août 2021
Le beau Darren Tasking est « entrepreneur » terme qu'il préfère à proxénète. D'une extrême prudence, il met tout en oeuvre pour ne plus rencontrer de problèmes avec la police, d'autres équipes de malfrats. Pourtant cela ne suffira pas.
Entre combines, précautions, prudences et ruses pour parvenir à ses fins, se ménager une retraite dorée, un grain de sable appellé Erin va se glisser dans les rouages de cette trop belle mécanique.
Si je ne suis pas ennuyée, je ne me suis pas régalée comme à la lecture de « Les spectres de la terre brisée », je me suis même même agacée assez souvent.
Le fond de l'histoire, cette chute annoncée sur la 4ème de couverture (je sais, certains ne lisent rien du tout avant d'entamer un livre… ), le rythme bien lent à démarrer (dernier 1/3) et surtout une écriture que j'ai trouvée artificielle : des répétitions en veux-tu en voilà « le souteneur », « la belle-de-nuit », « la brunette » ; des approximations comme "Elle franchit un rideau de perles scintillantes, ses talons aiguilles assortis, laissant des marques sur le sol." Ses chaussures sont assorties entre elles ? Non ? elles sont assorties au rideau ???
D'ailleurs, il doit y avoir quelque chose avec les chaussures. Ce n'est pas possible... le personnage d'Erin progresse par les marques que les semelles de ses chaussures laissent sur son passage : des trous si ce sont des talons aiguilles, des triangles si elle porte des chaussures à semelles compensées, quant à Task, ce sont les claquements de "ses italiennes"... ! Qu'est-ce que ça m'a gonflé !
C'est comme si, cette impression n'engage que moi évidemment, l'auteur avait cherché un style « dur à cuire plein d'esprit » et n'avait trouvé qu'un ton macho sans subtilité et même souvent carrément lourdingue.
Bien déçue moi, qui attendais avec tant d'impatience ce nouveau roman de Zahler…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Corboland78
  24 juin 2021
S. Craig Zahler, né en 1973 à Miami (Floride), est un romancier, novelliste, réalisateur, scénariste, directeur de la photographie, compositeur et musicien américain (batteur et parolier d'un groupe de Heavy Metal) vivant aujourd'hui à New York. Dédale mortel, son nouveau roman, vient de paraître.
Great Town en Floride. Darren Tasking, se déclare entrepreneur, entrepreneur dans une branche très spéciale, « Je dirige des lieux de plaisir pour une clientèle riche », un souteneur donc. Bel homme, très soigné de sa personne et extrêmement prudent dans ses affaires, il répugne à employer la manière forte et déteste le crime. Quand il croise Erin Green dans un club, la belle strip-teaseuse lui tape dans l'oeil et il va employer les grands moyens pour la convaincre de venir bosser pour lui. Criblée de dettes et vu l'offre mirobolante et les conditions de travail luxueuses, elle accepte, le temps de se renflouer et pouvoir redémarrer une nouvelle vie. Ce serait sans compter sur les complications imprévues qui vont venir contrarier les projets de Tasking…
Le roman démarre lentement et il en sera ainsi très longtemps. Nous faisons connaissance avec Tasking, la classe et le luxe ; l'organisation méticuleuse et hyper sécurisée de son commerce ; le bonhomme ne nous est pas réellement antipathique et si sur le fond sa morale est plus que douteuse, il a néanmoins des codes d'honneur et de vie. Entrée en scène d'Erin qui affole la galerie, à commencer par notre souteneur. Elle aussi est très sympathique, c'est d'ailleurs l'un des points forts de ce roman, deux héros sympas aux vies et actions plus que condamnables…
Le bouquin est très bien écrit, presque d'une écriture classique pour une ambiance BCBG, malgré le sujet traité. La narration, simple à suivre, ne manque pas néanmoins d'emprunter des voies de traverse que le lecteur imagine importantes pour la suite mais qui ne le seront pas ! La story ne prend réellement son envol qu'après quatre cents pages et j'entends par « envol », ce qui caractérise le style de Zahler et ce pourquoi nous l'adorons (ou pas !) : l'arrivée de la violence et du sexe et pour ça, l'écrivain est balèze, les scène d'anthologie vont s'aligner, ça va gicler de sang ou de liqueurs plus intimes avec les exagérations telles que celles qu'on retrouve chez des cinéastes comme Tarentino. On aime ou on déteste, mais on en prend plein les yeux.
Un fou furieux (« le bouseux ») croisé bien plus en avant du bouquin revient à la charge tandis que Tasking et Erin qui commençaient à planifier une liaison en viennent à s'affronter, conséquence de mensonges mal négociés de leur part : quelle est la vraie identité d'Erin s'interroge le mac, est-ce lui qui a tout manigancé pour faire de moi une pute se demande la belle ? Les réponses à ces questions méritent la mort pour le(s) menteur(s)…
Le long finale est une apothéose granguignolesque d'une grande inventivité perverse de l'auteur, d'un feu d'artifices et de pétarades sanglantes et plus que douloureuses.
PS : pour une raison que j'ignore, dans ce roman, les acteurs urinent fréquemment. Je sais bien que ce n'est pas ça qui va vous donner envie de le lire, c'était juste pour dire.
PPS : pour être tout à fait franc avec vous, j'avais préféré le précédent livre de l'écrivain Les Spectres de la terre brisée (2018).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
WyomingWyoming   18 août 2021
Les phares d'un bus étincelèrent dans les yeux de la belle-de-nuit et transformèrent son mince T-shirt vert en une sorte de soutien-gorge en bas-relief. Au milieu de ces lignes se trouvaient les cercles dressés de ses aréoles.
Commenter  J’apprécie          180
WyomingWyoming   17 août 2021
Le gros bras rasé tourna à droite et la voiture s'engagea dans une petite rue où un clochard voûté vernissait un mur en brique du contenu de sa vessie.
Commenter  J’apprécie          200
WyomingWyoming   17 août 2021
Chaque fois que quelqu'un dit "je m'en fous", en fait, il veut dire, "je ne m'en fous pas, mais je vais faire de mon mieux pour prétendre le contraire". Personne n'utilise le mot "s'en foutre" s'il est indifférent.
Commenter  J’apprécie          130
WyomingWyoming   17 août 2021
Deux battes de base-ball étaient posées sur la banquette arrière et un couteau de chasse était planté dans le tableau de bord comme si quelqu'un avait tenté d'assassiner la voiture.
Commenter  J’apprécie          110
WyomingWyoming   18 août 2021
Une faux en caoutchouc effaça des gouttes émeraude du pare-brise et la belle-de-nuit accéléra dans l'orage faiblissant.
Commenter  J’apprécie          150

Videos de S. Craig Zahler (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de S. Craig Zahler
Payot - Marque Page - S. Craig Zahler - Dédale mortel
autres livres classés : usurierVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2187 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre