AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782916130286
70 pages
Editions du Chemin de Fer (04/11/2010)
4.19/5   16 notes
Résumé :
Il n’y a rien de toi que je n’aime pas et un beau jour, tu t’es trouvé là. C’en est peut-être à hurler tant cela semble un rendez-vous manqué. Toutefois tu es là : depuis la première heure installé en moi. Je ne peux, ne veux t’ignorer. Mais même là où personne ne va, je n’imagine rien perdre ni abîmer de ma vie avant et depuis toi.

L’invention du désir ou le monologue d’une femme qui célèbre avec lyrisme et sans culpabilité le désir amoureux et... >Voir plus
Que lire après L'invention du désirVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Petit livre illustré par Frédéric Poincelet, dont j'apprécie le trait mais je trouve qu'ici ses dessins manquent de chair et de lyrisme.
Le sujet de ce court roman, l'adultère. Une femme rencontre un homme, tous deux sont mariés mais le désir est seul maître de leur relation.
C'est Madame qui raconte, avec une sensualité débordante, beaucoup de poésie et une extrême élégance.
La trivialité n'a pas de place ici, c'est un jeu subtil et charnel qui s'inscrit sous nos yeux ligne à ligne, mot à mot.
De la beauté des corps et du désir qui ne fait qu'un seul être.
« Ce jour va venir où je serai tienne pour quelques heures dérobées. J'aimerais ne plus vraiment vivre jusqu'au moment de me présenter à tes volontés libres . N e respirer que pour être mieux à toi »
Une fois de plus Carole Zalberg, nous emmène là où elle veut avec précision, et beauté de la langue française.
Commenter  J’apprécie          20
Hasard ou qualité éditoriale, je pencherais pour la deuxième solution, car voilà encore un livre que je découvre aux éditions du chemin de fer, et encore une expérience très forte!
Dès la première page, vous êtes accroché. Un nouvel univers, riche, puissant, imagé : une vraie écriture.
À peine les premières lignes avalées, me voici sur cette banquette arrière de taxi avec elle. Elle qui va me tenir en haleine jusqu'au bout, jusqu'au plus profond de sa féminité, de sa sensualité, de sa boulimie de chair, sa chair à lui, son amant, son amour impossible.

Pas d'histoire à relater. Ce livre est un cri de femme, un hurlement d'amour, la vibration d'un corps, telle une corde de harpe que ferait vibrer l'homme dont elle a tant envie.
Les corps entiers se donnent, se rencontrent, s'écrasent, se cognent, s'abandonnent puis se relâchent.
Ce livre n'est que sensualité. Sous la forme d'un texte court illustré vous ne pourrez le refermer qu'une fois terminé.

Les illustrations d'Éric Poincelet, aussi suggestives et finement érotiques soient-elles, apportent une touche concrète à un récit qui n'en a pas besoin car il comporte en lui toutes les images que l'esprit peut imaginer. Mais le trait est fin, les corps attirants et remplis eux aussi d'une forte sensualité — au risque de détourner la compréhension du texte. Elles ont l'avantage d'offrir une pause dans la lecture qui parfois vous embarque tant dans cette fougue amoureuse que vous avez besoin de reprendre votre souffle.

Neuvième livre de Carole Zalberg qui n'avait pas encore exploré cet univers — plus habituée au monde des enfants. Que dire d'elle, que j'ai rencontrée il y a peu de temps... Un regard expressif, un sourire communicatif, la capacité de s'émerveiller de l'autre, de l'instant ou de l'envol d'un Gypaète barbu.
Lien : http://dominiquelin.overblog..
Commenter  J’apprécie          20
Le désir adultère assumé, sublimé, porté en beauté et en poésie.

Sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2015/09/24/note-de-lecture-linvention-du-desir-carole-zalberg-frederic-poincelet/

Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Ce sont elles qui ont décidé. Nos mains.
Nous étions dans ce taxi qui nous emportait vers nos vies respectives.
Rien ne s’était passé. Tout avait pourtant été dit par nos yeux.
Quelques mots aussi qui avaient entrouvert une porte. Mais nous étions encore chacun encerclé par notre propre histoire, le corps et le cœur en quarantaine de tout ce qui n’appartenait pas à celle-ci. Voilà, nous étions toi et moi dans deux sphères clairement limitées. Par instant elles se frôlaient et là naissaient une transparence, une fluidité – comme une béance dans notre enceinte et par laquelle nous étions happés.
Nous roulions donc, encore lointains, avec au ventre des envies de collision, d’une fusion même maladroite et comptée. Or nos vies, tout près, nous attendaient et rien encore ne se passait.
Ta main, alors, sans douceur, s’est posée sur la mienne.
Qui l’a aussitôt saisie, pétrie. J’étais en colère. Tu avais pénétré ma sphère et je ne pouvais faire autrement que t’y vouloir. Je te refusais mon regard en vain : je sentais nos mains en bataille achever de nous mélanger.
Cette guerre éclair nous laisserait tous deux vainqueurs et vaincus.
Secrètement occupés.
Commenter  J’apprécie          30
Ce sont elles qui ont décidé. Nos mains.
Nous étions dans ce taxi qui nous emportait vers nos vies respectives. Rien ne s’était passé. Tout avait pourtant été dit par nos yeux. Quelques mots aussi qui avaient entrouvert une porte. Mais nous étions encore chacun encerclé par notre propre histoire, le corps et le cœur en quarantaine de tout ce qui n’appartenait pas à celle-ci. Voilà, nous étions toi et moi dans deux sphères clairement limitées. Par instant elles se frôlaient et là naissaient une transparence, une fluidité – comme une béance dans notre enceinte et par laquelle nous étions happés.
Nous roulions donc, encore lointains, avec au ventre des envies de collision, d’une fusion même maladroite et comptée. Or nos vies, tout près, nous attendaient et rien encore ne se passait.
Ta main, alors, sans douceur, s’est posée sur la mienne. Qui l’a aussitôt saisie, pétrie. J’étais en colère. Tu avais pénétré ma sphère et je ne pouvais faire autrement que t’y vouloir. Je te refusais mon regard en vain : je sentais nos mains en bataille achever de nous mélanger.
Cette guerre éclair nous laisserait tous deux vainqueurs et vaincus. Secrètement occupés.
Commenter  J’apprécie          20
Plus encore qu’un voyage, ce serait un morceau d’autre vie, une exception à la règle des jours.
Bien sûr, il faudrait le prévoir, le préparer, le placer quelque part dans nos existences prises. Il faudrait accepter l’idée d’être pratique, de lâcher un peu les hauteurs pour la terre ; oui, il s’agirait de fouler un sol extrêmement concret le temps d’y semer ce qui deviendrait la date, l’occasion, la parenthèse gonflée d’essentiel.
Nous aurions à parler d’agenda, de contraintes, de toutes ces obligations qui nous lient ailleurs et que nous ne souhaitons pas rompre. Parler cru, nous qui aimons dire doux.
Mais cette audace d’être triviaux nous l’aurions comme nous aurions toutes les autres forces : pour ce moment jusque-là refusé où nous pourrions être longtemps un. Plus une femme et un homme ensemble. Une créature double et brûlante. Une molécule gorgée d’atomes avides.
Dans cette parenthèse, tu le sens, nous serions une palpitation.
Commenter  J’apprécie          20
Une chambre.
Tu y pénètres avant moi, tires les rideaux pour allumer l’ombre et que je ne voie pas ce qui ne nous appartient pas : les murs un peu sales, le couvre-lit éreinté par des corps inconnus, sur le tapis des traces vagues.
Maintenant viens, dis-tu avec toute la douceur de notre monde.
Je m’avance et même si je sens le sol sous mes pieds c’est dans le vide que je plonge à cet instant-là. Non. Pas le vide. Un espace en suspens où rien n’arrêtera les vertiges et l’affolement ; notre terre comme un ciel.
Tu verras que je vacille et pour me garder entière et vivante tu me jetteras la corde de tes mots enchevêtrés. Pas un instant tu ne cesseras ton tissage étroit, qui me retiendra et me comblera.
Alors j’inventerai mon propre chant pour toi. Arrimée au fil de ta voix, je pourrai laisser mes mains te le réciter.
Commenter  J’apprécie          20
Nous roulions donc, encore lointains, avec au ventre des envies de collision, d’une fusion même maladroite et comptée. Or nos vies, tout près, nous attendaient et rien encore ne se passait.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Carole Zalberg (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carole Zalberg
L'édition 2022 du Grand prix Sofia de l'Action littéraire a eu lieu le 18 et 19 mai, à Chambéry. Elle a proposée une table-ronde intitulée « Les festivals littéraires à la croisée des arts » en présence de Daniela Farail (festival du Premier Roman de Chambéry), Sébastien Planas (Festival international du livre d'art et du film) et Dominique Rouet (festival le Goût des autres), Carole Zalberg (autrice et membre de la commission attribution des aides de la Sofia) et Hugo Boris (auteur et membre de la commission attribution des aides de la Sofia) et animée par Cécile Deniard, Présidente de la Sofia.
+ Lire la suite
autres livres classés : désirVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (42) Voir plus



Quiz Voir plus

Auteurs masqués, trouvez les titres (N°2)

Maud Granic

Les trois mousquetaires
Épitaphe pour un espion
La chambre des officiers
La cité sans sommeil
Aden Arabie

10 questions
76 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre

{* *}