AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782370551696
Éditeur : Le Tripode (03/01/2019)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Sur l’île d’Anjouan, Dérangé est un humble docker. Avec son chariot rafistolé et ses vêtements rapiécés, il essaie modestement chaque jour de trouver assez de travail pour se nourrir. Mais un matin, alors qu’il s’est mis à la recherche d’un nouveau client, Dérangé croise le chemin d’une femme si éblouissante qu’elle « ravage tout sur son passage ». Engagé par cette femme dans un défi insensé qui l’oppose au Pipipi (trio maléfique des trois dockers Pirate, Pistolet e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
si-bemol
  17 septembre 2019
« Dérangé que je suis » s'ouvre sur un narrateur en bien fâcheuse posture : ligoté, battu, enfermé et promis vraisemblablement à la mort… Pourquoi ? Retour sur les quelques jours qui précèdent cette désolante situation, avec le récit de Dérangé, notre narrateur.
« Dérangé », ce n'est bien évidemment pas son véritable nom – que nous ne connaîtrons d'ailleurs pas – mais le surnom que lui ont valu sa nature un peu fantasque et ses comportements décalés. C'est encore un jeune homme, employé comme docker à décharger les bateaux dans le port de Mutsamudu, aux Comores - une vie misérable à courir tout le jour avec son chariot de marchandises à transporter vaille au vaille dans les rues encombrées de la ville. Une vie misérable mais dont il se contente, faute de mieux, et dont il nous raconte le quotidien et les péripéties, en compagnie de son irascible voisin surnommé « Casse-pieds », et d'un improbable trio de dockers concurrents – les « Pi-Pi-Pi », Pistolet, Pirate et Pitié. Une vie difficile mais relativement tranquille, en somme. Jusqu'à sa rencontre malencontreuse avec une femme très belle, très riche et très mariée qui l'aguiche sans vergogne et à qui, pour son plus grand malheur, il va se refuser…
Il ne se passe en fait pas grand-chose dans ce roman très bref et qui se lit d'une traite… Mais l'écriture vive et bondissante, les réparties pleines d'humour de personnages hauts en couleur auxquels on s'attache aisément, aux prises avec des mésaventures totalement rocambolesques, font de ce troisième roman d'un tout jeune auteur comorien au talent prometteur un bon moment de divertissement, plein de drôlerie, d'humour, de charme et de poésie.
Un auteur à suivre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
Cannetille
  20 mai 2019
Dérangé est un pauvre diable : il fait partie de la nuée de misérables dockers, qui, chaque jour, guettent l'arrivée des bateaux dans ce port des Comores, et se disputent les clients dont ils vont charroyer la marchandise ou les bagages en échange de quelque monnaie. Lorsque s'ouvre cette histoire, Dérangé gît dans un lieu obscur, où il est enfermé, ligoté et ensanglanté. Que lui est-il donc arrivé ?

D'emblée, le récit nous embarque dans une atmosphère remuante et colorée : en quelques mots, exactement comme en deux coups de crayon, se dessinent des personnages plus vrais que nature, saisis sur le vif avec un réalisme et une puissance d'évocation saisissants. Il n'est pas une ligne qui ne crée l'impression de voir et d'entendre, comme si on y était vraiment.

Pauvre Dérangé ! Alors qu'il nous relate ses aventures tragi-comiques dont on se demande jusqu'à la fin comment elles ont pu se refermer en un piège si cruel, nous sommes emportés par une verve pittoresque et chatoyante, où se déploie le plaisir des mots le plus pur. Car Ali Zamir use des mots rares comme il enfilerait des perles, ciselant un texte truculent et poétique, où chaque terme inattendu mais si bien choisi vous arrache un sourire.

Ce petit livre si bref est un condensé de plaisir qui change de tout ce que vous avez lu jusqu'ici : précipitez-vous sur cette histoire injuste et féroce mais si réjouissante, à l'atmosphère prenante et aux personnages criants de vérité, mais surtout, à la langue si magique.

Prolongement sur les tardigrades (petit nom dont s'affublent les dockers de Dérangé que je suis) dans la rubrique le coin des curieux, à la fin de ma chronique sur ce livre sur mon blog :
https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/2019/05/zamir-ali-derange-que-je-suis.html

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
paroles
  20 juin 2019

Si vous cherchez une lecture originale, qui vous fasse voyager dans des contrées lointaines, découvrir des petits métiers mais aussi la folie des hommes, alors vous l'avez trouvée !
Je viens de passer quelques heures hors du temps. J'entends par là, hors de mes habitudes. Les décors, les personnages et surtout la langue d'Ali Zamir, auteur francophone, vous entraînent vers un ailleurs qui enchante.
Un ailleurs également truffé d'humour que l'on savoure également.
Ali Zamir possède une écriture riche, ornée de mots anciens délicieusement surannés qui donne au récit son allure de conte ancestral. Mais ne vous y trompez pas, hier comme aujourd'hui, l'homme est un loup pour l'homme. Et quand je dis l'homme, la femme n'est pas exclue de ces propos...

Derangé est un pauvre docker du port international Ahmed-Abdallah Abderamane de Mutsamudu (Comores). Il a pour seule richesse une pauvre maison, des vêtements portant les jours de la semaine et comme outil de travail un vieux chariot pour charrier les marchandises descendues des bateaux. C'est un petit bonhomme tranquille qui se mêle peu aux autres mais qui dérange malgré tout par son accoutrement et sa façon d'être. S'il n'avait pas rencontré les Pipipi et une certaine dame il est certain que sa vie aurait été autre, mais il y a toujours des gens qui n'aiment pas que...

Lien : http://mespetitesboites.net
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
saphoo
  02 juin 2019
J'avais noté ce titre lors de la GL il me semblait bien particulier et effectivement c'est une lecture particulière. A la fois d'une écriture originale avec du vocabulaire peu courant , le personnage Dérangé parle avec un phrasé "décalé" sans doute de par sa condition. Si on peut rire parfois des situations drôles ou des personnages, on rit moins quand on comprend ce qui se trame, cette injustice.
Je découvre cet auteur et je suis agréablement surprise de son originalité, en nous dévoilant ce métier de docker sur cette île que je ne connaissais pas , la pauvreté des gars qui se démènent au jour le jour pour récupérer de quoi manger. Les querelles entre les dockers, la dure réalité d'un quotidien quand soudain le destin semble vous sourire pour apporter un peu de douceur dans ce monde cruel, faut pas rêver Dérangé que tu es, là encore ce n'est pas pour toi.
C'est beau et cruel à la fois, mais tellement bien mené et écrit. J'ai bien envie de lire les autres livres de cet auteur.
Un écrivain qui dépareille dans le paysage de la littérature d'aujourd'hui et mon dieu que ça fait du bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
nath45
  05 avril 2019
Dans ce roman, c'est le narrateur Dérangé qui nous conte son histoire, un docker sans-le-sou que l'on découvre ficelé, blessé au tout début de ce récit. Comment en est il arrivé là ?
Une fable, un conte parfois dramatique, parfois réjouissant mais tout au long de ce roman c'est l'écriture d'Ali Zamir qui m'a réjoui, une écriture pleine d'inventivité, colorée, imagée et poétique qui porte le roman. Un écrivain à découvrir pour le plaisir de la langue.
Commenter  J’apprécie          230

critiques presse (2)
Bibliobs   23 janvier 2019
Avec un bref récit, inondé de soleil, dégoulinant de sueur et de sang, qui tient de la fable insulaire et du conte philosophique. Et avec un personnage, qu'on n'est pas prêt d'oublier. Il s'appelle Dérangé. Mais il l'est beaucoup moins que le sobriquet dont on l'affuble le laisserait accroire.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeMonde   06 janvier 2019
Avec son troisième roman, autour d’un pauvre docker d’Anjouan, l’écrivain comorien poursuit son travail de subversion de la langue française.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
cornelia-onlinecornelia-online   21 février 2019
L’astre de la nuit brillait à ravir sur nos têtes illuminées et le ciel était majestueusement diamanté jusqu’aux entrailles. Cela donnait envie de partir, de partir loin de ce monde plein de fange où tout perd sa valeur et devient objet matériel, où l’objet matériel se fait idolâtrer beaucoup plus que l’être humain et où l’humanité au milieu du tout et du néant ne pèse point un grain.
Commenter  J’apprécie          60
nath45nath45   02 avril 2019
Quand on s’amuse à creuser un gouffre, on ne se rend même pas compte qu’il peut devenir notre propre tombe : c’est lorsqu’on y tombe qu’on se souvient d’avoir commis l'irréparable. C’est exécrable l’égoïsme ! (Page 71)
Commenter  J’apprécie          100
CannetilleCannetille   20 mai 2019
C’était des gens qui ne laissaient pas rouiller leurs dents. Ils ne trouvaient pas à manger tous les jours, mais quand ils en trouvaient, ils faisaient comme s’ils avaient à se venger.
Commenter  J’apprécie          90
parolesparoles   08 juillet 2019
Pauvre monde qui ignore que pour sucer la substantifique moelle qu’est la liberté il faut rompre l’os du silence suffocant !
Commenter  J’apprécie          120
cornelia-onlinecornelia-online   21 février 2019
Ce n’est pas ma spécialité, la gueuserie. Il y a même des gueux qui n’hésitent pas à paraître sous l’espèce d’un pou affamé pour vous dire qu’ils n’ont rien à se mettre sous la dent et qu’ils sont dans la panade, alors qu’ils ont des magasins et des champs fertiles dans leur village. Voilà le hic, il y en a qui font semblant d’être aveugles pour vous aveugler vous-mêmes jusqu’à vous faire tomber par terre comme un sac vide et vous piétiner. Oui, pour vous faire mordre à l’appât puis vous faire griller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Ali Zamir (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ali Zamir
Lecture du tourbillonnant roman Anguille sous roche (ed. Tripode) en présence de son auteur Ali Zamir, par le non moins tourbillonnant comédien Philippe Vincenot.
autres livres classés : dockersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..