AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782017114444
306 pages
Hachette (22/01/2020)
2.73/5   35 notes
Résumé :
Paula souffre parce qu’elle ne peut parler à personne de son amour impossible. Janine garde un lourd secret qui la mettrait en danger si elle le révélait. Gorka, son ami obsédé par le sexe, tombe amoureux de la personne qu’il ne faut pas et Mario, le redoublant habitué à harceler les autres, se retrouve pour la première fois victime de chantage. María Elena que tout le monde à Las Encinas surnomme Melena, la Mèche, parce qu’elle a perdu ses cheveux suite à des pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
2,73

sur 35 notes
5
0 avis
4
5 avis
3
6 avis
2
3 avis
1
3 avis

AMR_La_Pirate
  26 juillet 2021
Eh oui, il m'arrive de lire des romans pour adolescents et jeunes adultes…
Ainsi, je viens de découvrir, grâce à NetGalley et Hachette que je remercie au passage, ElitE, au fond de la classe d'Abril Zamora.
Une année scolaire à Las Encinas, un établissement scolaire huppé pour gosses de riches, accueillant et formant l'élite de l'Espagne… Un récit polyphonique, une alternance de focalisations et de points de vue, un puzzle à reconstituer.
Des adolescents habitués à ne manquer de rien, imbus de leurs petites personnes. Pourtant, tous les personnages principaux ont de sérieux problèmes à affronter… Paula souffre parce qu'elle ne peut parler à personne de son amour impossible. Janine garde un lourd secret qui la mettrait en danger si elle le révélait. Gorka, son ami obsédé par le sexe, tombe amoureux de la personne qu'il ne faut pas et Mario, le redoublant habitué à harceler les autres, se retrouve pour la première fois victime de chantage. María Elena que tout le monde à Las Encinas surnomme Melena, la Mèche, parce qu'elle a perdu ses cheveux après un traumatisme émotionnel, porte une triste histoire de famille, derrière sa façade glamour.
À la fin de l'année scolaire, lors de la fête de remise des diplômes, Marina, la fille la plus populaire du lycée, est retrouvée morte, assassinée, au bord de la piscine et l'inspectrice en charge de l'enquête reçoit anonymement un mystérieux journal intime, bourré de phrases haineuses à propos de la victime. Quelqu'un la détestait et tout indique que l'auteur de ce journal était dans la même classe que la victime.
Ce roman est, en fait, un produit dérivé de la série créée par Carlos Montero et Dario Madrona, visible sur Netflix. Ce premier opus reprend l'intrigue de la saison une, à savoir le meurtre de Marina et quelques-unes des thématiques et péripéties de la série autour des histoires d'amour et des mésaventures d'un groupe d'adolescents qui tentent de se faire une place et de gérer les conflits sentimentaux, sexuels et amicaux qui les opposent.
J'ai commis l'erreur d'aller voir, en parallèle de ma lecture, à quoi ressemblait la série… Mon temps n'étant pas extensible, j'ai mis ma lecture en pause pour visionner la saison consacrée à l'enquête sur la mort de Marina. Je parle d'erreur car, ensuite, le roman m'a immédiatement paru plus fade, comme édulcoré ; de plus, je me suis immédiatement attachée à des personnages absents du livre… Pourtant, Abril Zamora est à la fois la scénariste de la série et l'auteure du roman, présenté comme une prolongation de la série…
Il faut sans doute garder en mémoire le sous-titre du roman, "au fond de la classe", et se dire que ce livre met en lumière les élèves moins populaires, les laissés pour compte, en quelque sorte.
Très honnêtement, je me suis d'abord sentie très loin des états d'âmes de ces adolescents, égocentrés…
Si l'on fait abstraction du milieu aisé, je suppose que leurs centres d'intérêt et la succession de péripéties ont une portée universelle et pourraient être transposés dans des classes sociales plus moyennes et des contextes plus réalistes… Ce n'est peut-être pas souhaitable, le milieu créant le décalage nécessaire à la mise en scène d'évènements tragiques et de postures à risque dont la surenchère participe au côté détente et distraction de l'ensemble.
Malgré le port d'un uniforme, les élèves de Las Encinas créent des clans et entretiennent des rivalités ; il paraît, en effet que le chêne vert (la encina en espagnol) symbolise la sagesse et la paix… Je suppose que c'est du second degré !
L'écriture alterne une narration omnisciente, les extraits du journal intime, les prises de positions des un(e)s et des autres, les avancées de l'enquête, les interrogatoires des témoins et suspects. C'est vivant, rythmé et captivant.
Les adolescents et jeunes adultes du lectorat visé y retrouveront des références et des codes connus, des illustrations de questionnements de leur âge.
Si je reconnais le côté addictif de la série, dont j'ai visionné les trois autres saisons, au point de frôler l'overdose, je conclurai sur un avis très mitigé concernant le roman, pâle copie, produit dérivé servant surtout, selon moi, à donner l'envie de voir la série…
#EliteAufonddelaclasse #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Analire
  23 janvier 2020
Élite, c'est la série espagnole phare du moment, celle que tous les adolescents regardent – ou en déjà regardé – sur Netflix. de cette série est née ce livre, écrit par Abril Zamora, un des scénaristes de la série. Élite : Au fond de la classe est un dérivé de la série, qui condense en presque 300 pages toutes les histoires qui se déroulent durant les 2 saisons télévisuelles.
À Las Encinas, un lycée composé essentiellement d'élèves fortunés, les histoires vont bon train. Chaque lycéen cache au reste des élèves des problèmes plus ou moins graves. Les histoires d'amour, évidemment, sont nombreuses : Paula est amoureuse d'un garçon qu'elle n'a jamais approché, alors qu'un autre lycéen, Gorka aime sa meilleure amie. Il y a aussi des problèmes familiaux plus graves, comme Melena, qui se dispute constamment avec sa mère et en est même venue jusqu'à se droguer pour oublier ses soucis. Janine, elle, souffre d'intimidations de la part de Mario, un garçon arrogant et imbu de lui-même, qui ne cesse de rabaisser la jeune fille. Mais l'ensemble de ces problèmes semblent superflus lorsque Marina, une jeune femme que tous désigneraient comme parfaite, se retrouve assassinée lors d'une fête de fin d'année. S'ensuit une enquête pour déterminer le coupable et les raisons qui l'ont poussées à la tuer.
Sans jamais avoir vu la série Netflix, je pense que ce livre est un condensé très rapide de toutes les aventures qui surviennent aux jeunes lycéens à l'écran. Ce qui fait que le rythme du roman est vraiment très soutenu : les histoires s'enchaînent les unes derrière les autres et il faut s'accrocher pour retenir le prénom et problèmes de chacun. Mais c'est totalement faisable !Finalement, on s'attache quand même rapidement à ses personnages. de plus, je trouve l'approche de cette série moderne et intelligente, puisqu'elle est destinée aux jeunes adolescents et de ce fait, les scénaristes ont adaptés leurs personnages et surtout leurs problèmes à leur cible initiale. Ainsi, il est question d'intimidation et de violences scolaires, de problèmes familiaux, de VIH, de problèmes de coeurs… Des thématiques qui vont forcément parler aux jeunes adolescents.
La particularité de ce récit, c'est que l'auteur alterne les phases de narration pures avec des paragraphes en italiques, sorte de journal intime de chacun des lycéens. Ainsi, nous pouvons avoir accès aux pensées et points de vue de chacun des personnages à tour de rôle. Je trouve ça ingénieux, puisque ça nous permet de nous rapprocher davantage des protagonistes et de s'identifier plus facilement à eux.
En revanche, je trouvais dommage que l'intrigue principale, qui est le meurtre de Marina, qui est le fil rouge de toute la série (et du roman, aussi), ne soit pas plus exploité. Ici, on l'évoque qu'en fin de chapitre, avec deux pages d'interrogatoires menés par une inspectrice, qui questionne à tour de rôle chacun des élèves pour prendre leur témoignage dans cette affaire. Même lors du dénouement, le coupable arrive comme un cheveu sur la soupe, sans préambule, et l'auteur passe directement au problème suivant, comme si ce n'était qu'une futilité. J'ai trouvé ça vraiment dommage, et j'espère que cet aspect de l'histoire est mieux développé dans la série. Peut-être qu'il aurait été plus judicieux de faire une saga comportant plusieurs tomes de la série, plutôt qu'un one shot précipité, où l'on a l'impression de courir après l'histoire et les personnages…
Un roman adapté de la série Netflix Élite, où l'on retrouve l'ensemble des célèbres adolescents de l'école de fortunés, Las Encinas. Un récit rythmé et bien écrit, qui peut se lire sans avoir vu la série d'origine !
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LightandSmell
  11 mars 2020
J'ai lu ce roman après un roman de dark fantasy, et je dois dire que niveau violence, Élite n'a rien à lui envier ! Certes, nous ne sommes pas dans de sanguinolents combats épiques, mais la violence est omniprésente dans le récit : stigmatisation systématique des personnes jugées comme « grosses », entendez mettant un 40, coups bas, harcèlement, abandon parental, agressions physiques, solitude, dénigrement… Il ne fait pas bon d'être lycéen à Las Encinas.
Cette violence atteint son paroxysme avec l'assassinat d'une élève, Marina. Qui a bien pu commettre cet odieux acte et pour quel motif ? Ce meurtre suscite moult questions et introduit un certain suspense bien que j'aurais apprécié que l'enquête soit peut-être un peu plus palpitante puisqu'elle se révèle finalement accessoire… J'ai néanmoins apprécié la manière dont le récit oscille entre une narration à la troisième personne, des extraits haineux d'un journal intime dont on ne connaît pas tout de suite le ou la propriétaire, et les pensées des différents personnages.
Ces derniers sont variés à défaut d'être très attachants : un beau gosse dans la beauté extérieure ne cache pas la laideur intérieure, un ado obsédé du sexe qui se révèle toutefois bien plus sensible qu'il n'y paraît et qui fait preuve d'une vraie dévotion à l'égard de sa meilleure amie, une fille qui couche avec un ami en s'imaginant être au lit avec le garçon qui l'intéresse vraiment, une lycéenne montrée du doigt pour son physique, mais qui garde la tête haute…
Les personnages évoluent dans un milieu favorisé, ce qui m'a donné parfois l'impression qu'ils étaient complètement déconnectés de la réalité. Entendre, par exemple, une lycéenne se plaindre des différences de classe en soulignant les stigmatisations qu'elle subit parce que ses parents ne sont que des nouveaux riches, ça peut légèrement mettre les nerfs à vif, et donner envie de conseiller à la demoiselle de se plonger dans quelques ouvrages de référence pour saisir la véritable notion de lutte des classes…
Cela ne veut pas dire que le désoeuvrement de certains n'est pas réel et poignant. Je pense notamment à Melina dont la mère, ancienne mannequin qui rêve de renouer avec la gloire, se montre maltraitante d'abord psychologiquement, puis physiquement. Voir la lycéenne plonger dans l'enfer de la drogue est difficile d'autant que dans ses moments de lucidité, elle n'est pas dénuée d'un certain recul et d'une réelle capacité de réflexion, notamment sur son milieu et ses semblables. de la même manière, difficile de ne pas ressentir un minimum d'empathie pour la victime qui apparaît finalement très peu, mais qui permet à l'autrice de montrer que les apparences sont parfois trompeuses et que derrière le glamour peuvent se cacher des personnes en souffrance.
À travers ce livre, l'autrice aborde des thèmes parfois difficiles dont l'un qui se révèle assez rare en littérature adolescente alors qu'il me semble important : le VIH et la peur que ces trois lettres peuvent susciter. Il est également question d'amour, de sexualité, d'amitié, de trahison, de drogue, d'argent, d'image et d'acceptation de soi dans un milieu formaté où aucune place n'est laissée à l'erreur et à la différence… Des sujets divers et variés qui devraient parler aux adolescent(e)s et aux jeunes adultes. Si le ton du livre se révèle assez sombre, l'autrice a heureusement veillé à distiller par-ci, par-là quelques notes d'espoir. À cet égard, j'ai particulièrement apprécié la fin qui introduit un peu de lumière dans l'obscurité…
En résumé, bien qu'il m'ait fallu quelques pages pour m'habituer à la narration protéiforme et au style plutôt original de l'autrice, Élite fut, dans l'ensemble, une lecture intense et prenante que ce soit en raison des différentes thématiques abordées ou des comportements destructeurs et autodestructeurs auxquels on assiste. Élite ou une plongée mouvementée dans la vie de lycéens fortunés pour lesquels argent ne semble pas rimer avec épanouissement !
À noter que ce roman revient sur les événements de la saison 1 de la série Élite que je n'ai pas encore visionnée…

Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sharon
  16 janvier 2020
Bienvenue. Bienvenue en Espagne dans le monde des adolescents privilégiés, qui ne manquent quasiment de rien. Mario, le beau gosse redoublant, a un ego surdimensionné par la faute de sa famille, qui lui a tout passé. Janine n'a pas vraiment de soucis, si ce n'est que sa famille, aimante, fait partie des nouveaux riches, et que Janine ne porte pas du 32 - la littérature espagnole est remplie de ses filles stigmatisées parce qu'elles ne sont pas anorexiques. Menela, Paula, Gorka, presque tous cachent un secret, et sont en tout cas tous mal dans leur peau. Nous les découvrons presque à rebours, après l'assassinat de leur camarade de classe Marina. Camarade... c'est beaucoup dire, et la police ne peut que constater l'étendue de la haine générée par la jeune fille. Son meurtre en est la preuve.
Une voix s'élève, une voix qui nous annonce le devenir de certains personnages, comme Gorka, par exemple. Plutôt rassurant pour lui, parce que, même s'il n'est pas parfait, il est capable d'apprendre de ses erreurs, et de se mettre en quatre pour ses ami(e)s, à l'opposé de Mario, de plus en plus imbuvable. le lycée ne dure pas toute la vie, il ne faut surtout pas l'oublier - heureusement, ai-je envie de dire - et ceux qui ont développé des qualités, des compétences, pourront s'en sortir, et même mener une vie parfaitement heureuse. Les autres, ceux qui ont cru qu'ils seraient les rois toutes leurs vies, sans penser à l'avenir, sont plutôt mal partis.
Je ne connais pas la série - c'est ce que je dis à chaque fois - mais le portait de la jeunesse qui nous est donné est assez désespérant. Mais le déclic, l'espoir est possible - quand on a touché le fond, il est possible de remonter, encore faut-il avoir suffisamment de lucidité, de désir d'avancer, pour y parvenir.
Un roman bien écrit, bien mené, qui donne envie de parcourir un bout de chemin avec ses grands adolescents.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Maureenbooks
  14 mai 2022
Comment faire partie de l'Élite? Commettre un meurtre c'est pas si mal...

Nous débarquons dans le lycée de Las Encinas parmi Paula, Gorka, Melena, Janine dont le destin sans le vouloir va les rapprocher comme jamais. Gorka est le meilleur ami de Melena, qui lui est amoureux de Paula mais elle, est amoureuse de Samuel qui lui est amoureux de Marina. Janine quant à elle, désespère de se faire connaître auprès du bad boy du lycée, Mario.
Et Melena, fait un peu n'importe quoi, du moment que sa mère la laisse tranquille.
Tous ont un secret mais lorsque Marina, la fille que tout le monde comme amie, est retrouvée morte après le bal du lycée, chacun soupçonne son voisin.
Au détour de leur histoire, ils vont s'entremêler, découvrir leur secret bien cachés car à Las Encinas les apparences sont maîtresses mais sont souvent trompeuses...

Malgré sa note basse sur Livraddict, j'ai plutôt passé un bon moment de lecture en compagnie de nos lycéens.
Tout n'est pas rose bien au contraire, on sens la tension qui monte crescendo au fil des chapitres.
Cette tension a été exacerbée de part les événements qui peuvent toucher nos personnages, et j'ai été plus que surprise par le ton sombre qui y est employé.
Ici on parle de drogue, de sexualité, de violence faites aux femmes, de la 1ère fois, de grossesse non désirée, de VIH, d'amitié, de sentiments non réciproque, d'image projetée.
J'ai été choquée de l'histoire de Melena, voir un mère dire ce qu'elle lui dis c'est tout bonnement inacceptable et dégoûtant.
Les personnages sont quant à eux, très stéréotypés mais on se prends à les apprécier de part leurs soucis qui pourraient être les nôtres.
Le souci que j'ai vu avec celui-ci est que j'ai trouvé la mise en immersion trop brouillonne, en effet, n'ayant pas vu la série je me suis retrouvée perdue avec des évidences de l'auteure alors que je ne connais pas l'univers.
Le fil conducteur de ce roman, à savoir le meurtre de Marina, est clairement mis au second plan. On se retrouve à apprendre les histoires des personnages pour au final ne rien savoir du meurtre. C'est dommage tout de même, mettre en avant un meurtre et se retrouver le bec dans l'eau.
Le fait qu'on ai à la fin de chaque chapitre, un passage avec l'inspectrice en charge de l'enquête aurai pu permettre d'apporter un souffle nouveau, malheureusement le fait que la fin n'en soit pas vraiment une à tout fais retombé comme un soufflet.

En bref, un roman qui m'a plu de part ses différentes histoires mais qui m'a laissé un goût amer pour la fin non travaillée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   27 janvier 2020
Les mecs ont le droit de se vanter de leurs conquêtes et du nombre de filles qu'ils ont mises dans leur lit, mais si une fille fait pareil, elle est perçue comme une salope, une marie-couche-toi-là, une fille indigne de confiance. C'était injuste, mais elle n'était pas bête au point de se lancer dans une croisade perdue d'avance.
Commenter  J’apprécie          90
AnalireAnalire   24 janvier 2020
Quand on est ado, on vit tout avec intensité, mais on ne s'en rend compte que quand on grandit et qu'arrivent les autres problèmes, quand on réalise que ça ne valait pas vraiment la peine de souffrir pour si peu. Mais on ne choisit pas. On ne se dit pas : "Tiens, je vais souffrir à cause de ça, je vais péter une case ou je vais pleurer toute la nuit"... Parfois si, parce qu'à l'adolescence on peut être un peu masochiste sur le plan émotionnel, mais normalement la plupart des sentiments à fleur de peau sont inévitables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AnalireAnalire   21 janvier 2020
Comment je sais que je suis amoureuse ? C'est très simple. C'est une réaction... chimique, animale. Mon corps réagit. Même si j'essaie de me contrôler, quand il s'approche, ma bouche se dessèche, mes genoux tremblent et je suis incapable de soutenir son regard.
Commenter  J’apprécie          80
AnalireAnalire   28 janvier 2020
S'il savait bien une chose sur le chantage, d'après ce qu'il avait vu dans les séries, c'est que si on cède ne serait-ce qu'une fois, on entre dans une boucle infinie : le maître chanteur ne s'arrête jamais et en demande toujours plus.
Commenter  J’apprécie          60
AnalireAnalire   29 janvier 2020
"Il y a longtemps qu'on n'a pas passé un peu de temps seules, toi et moi." Elle n'était pas du genre à tout contrôler ou à manipuler sa fille, mais elle avait lu dans un article que, si les parents veulent que leurs enfants s'ouvrent, le mieux est de s'ouvrir soi-même.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Abril Zamora (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abril Zamora
UN CAFÉ CON - Abril Zamora
autres livres classés : netflixVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4623 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre