AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Di Natale (Traducteur)Marie-Brunette Spire (Traducteur)
ISBN : 2862604887
Éditeur : Autrement (30/04/1994)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :

On connaît la parabole du riche et du pauvre, on plaint les miséreux. Eh bien, on a tort ! C'est ce que va découvrir le malheureux Grobstock, pilier de synagogue et bienfaiteur des indigents, lorsqu'il rencontre une sorte d'épouvantail enturbanné : le plus redoutable des Schnorrers - ces mendiants intrépides -, Manasseh le magnifique, sublime fléau et pique-assiette exemplaire, Sépharade grand genre et prince des be... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
09 décembre 2015
Israël Zangwill nous transporte à la toute fin du XVIIIème siècle à Londres. Pas n’importe où dans Londres, dans le quartier de la grande Synagogue. Vous aurez compris qu’il ne sera question dans ce roman que de la communauté juive, elle, et rien qu’elle. Cependant, cette communauté juive londonienne, était loin d’être monolithique.
Elle se composait à l’époque d’une majorité de Sépharades, arrivés et établis de longue date en Angleterre (si mes informations sont exactes, depuis Cromwell), et d’ashkénazes, numériquement moins nombreux et fraîchement débarqués du continent, mais dont les effectifs croissaient rapidement en fonction des politiques antisémites pratiquées ici ou là en Europe de l’est qui amenaient régulièrement de nouveaux contingents de réfugiés (déjà à l’époque !).
Les Sépharades étaient principalement issus de la Péninsule ibérique et avaient fui, en son temps, l’Inquisition. Ce que nous dépeint Israël Zangwill, et ce qui est assez difficile à se représenter lorsqu’on n’appartient pas à ladite communauté, c’est, à l’époque (je ne sais pas si ce sentiment persiste aujourd’hui) l’idée répandue parmi les Sépharades que les ashkénazes étaient des Juifs de seconde zone, voire, des sous-Juifs.
Ainsi, selon l’auteur, les Sépharades, (en raison probablement de leur établissement plus ancien et donc de la meilleure situation dont ils jouissaient), avaient le sentiment d’appartenir à une sorte de « noblesse » de sang ou d’origine tandis que les ashkénazes, fraîchement arrivés d’Europe de l’est avec des accents impossibles et, le plus souvent, sans le sou, étaient ravalés, au sein de leur propre communauté religieuse, au rang de prolos peu fréquentables.
Aussi comprendrez-vous peut-être mieux que quand l’opulent financier Joseph Grobstock, (un Juif ashkénaze, donc, pour ceux qui ne sont pas familiers des patronymes juifs d’Europe de l’est) s’amuse à distribuer des oboles aux mendiants, le hautement sépharade Manasseh Bueno Barzillaï Azevedo da Costa, du haut de son mépris pour les ashkénazes prend la chose plutôt mal.
Or, ce Manasseh da Costa n’est pas n’importe qui. C’est un Schnorrer. Qu’est-ce qu’un Schnorrer, me direz-vous ? C’est le terme utilisé par la communauté pour désigner ceux qui refusent de travailler (activité indigne pour un véritable partisan de Dieu) et qui ne vivent que de leur connaissance de la Torah et du Talmud auprès des Juifs qui fréquentent la synagogue et qui leur permettent de vivre via la charité qu’ils leur octroient.
Mais, même parmi les Schnorrers, Manasseh da Costa n’est pas n’importe qui. C’est LE Schnorrer, le ROI des Schnorrers. Pas un ne lui arrive à la cheville en matière de sophisme et c’est un redoutable adversaire pour quiconque déciderait de ne lui rien laisser. Il a l’art de tirer sur toutes les ficelles de la sensibilité, de l’empathie, du qu’en-dira-t-on et d’autres procédés rhétoriques pour donner mauvaise conscience à son interlocuteur et l’obliger à casquer quoi qu’il arrive.
Un front, un toupet hors du commun, une gouaille de tribun inimitable, un talent d’avocat qui ferait fureur au barreau et une volonté de ne jamais lâcher une proie avant qu’elle n’ait versé jusqu’à son dernier shilling. Bref, c’est pétillant, pétulant, postillonnant, c’est roublard, c’est picaresque, c’est parfois drôle mais… ça ne m’a pas plu plus que ça.
J’avais entendu dire que c’était tordant de bout en bout… ouais, bof. Hormis quelques passages vraiment amusants, on ne peut pas non plus dire que je me sois fait des crampes à rire. On m’avait vendu cela pour la perle de « l’humour juif » (et de « l’humour anglais » combiné). Ouais, bof, si c’est ça l’humour juif et l’humour anglais, ça ne vaut pas un vulgaire humour bâtard bien senti. (*voir le Post Scriptum plus bas)
Il est vrai qu’il y a sans doute dans ce Manasseh da Costa, quelque chose du Mangeclous d’Albert Cohen. Cependant, je trouve Mangeclous franchement plus drôle. Mais je m’aperçois que par cette digression je m’égare un peu du synopsis du livre. Ce fameux Schnorrer, donc, est père d’une très belle jeune fille à marier.
De sorte que nombreux sont ceux autour de la synagogue qui ont déjà essayé de soudoyer da Costa pour obtenir sa fille en mariage. Mais voilà : le roi des Schorrers ne saurait laisser sa fille à n’importe qui. Seul un Schnorrer, et un Schnorrer de grande classe, peut trouver grâce à ses yeux schnorresques.
Et c’est là qu’intervient un certain Yankélé, alias Yaakov ben Yitzhok. Mais le petit est ashkénaze, donc il commence mal dans la vie. Il a un accent de tous les diables, il n’est pas spécialement bâti comme une force de la nature mais il semble présenter quelques dispositions pour le « schnorrage intensif ».
Je vous laisse savourer les situations cocasses et la mise à l’épreuve qu’organisera da Costa pour vérifier si, oui ou non, Yankélé est un Schnorrer suffisamment fréquentable pour sa fille. D’après moi, un livre très communautaire (trop communautaire) qui soulève quelques questions intéressantes sur l’identité juive et sur la place qui leur fut faire en Angleterre dans les siècles passés. Il se laisse lire sans déplaisir mais sans non plus un enthousiasme débordant.
Ceci étant, ce n’est là qu’un Schnorrer d’avis, c’est-à-dire, pas grand-chose.
P. S. : Je me questionne toujours beaucoup sur ces appellations toutes plus bidons les unes que les autres et qui consistent à presque faire breveter telle ou telle forme d’humour. L’humour est l’humour, point à la ligne. L’humour juif aurait quelque chose de spécial ? L’humour anglais aussi ? Mais alors, Israël Zangwill, en sa qualité de Juif anglais fait-il de l’humour juif ou de l’humour anglais ? Épineuse question, isn’t it ?
Sachant que Zangwill est ashkénaze, fait-il de l’humour juif ashkénaze ? Car j’imagine qu’il doit bien se trouver deux ou trois exégètes pour nous expliquer en quoi, par essence, l’humour ashkénaze est radicalement différent de l’humour sépharade. De plus, Zangwill est issu de la communauté ashkénaze russe qui pratique un humour qu’on ne saurait confondre avec l’humour ashkénaze allemand. Bref, vous voyez bien que ce sont des âneries tout ça.
Essayez donc de me définir avec des critères précis l’humour juif ou l’humour anglais et là, on va rire, car vous n’y parviendrez jamais. L’humour est quelque chose de beaucoup trop volatil, de beaucoup trop subtil pour se laisser enfermer dans une quelconque nation ou une quelconque communauté. L’humour juif, est-ce la forme d’humour destinée à rire des excès de la communauté juive et pratiquée par les Juifs eux-mêmes ? Alors qu’a-t-il de spécial par rapport à n’importe quel humour régional ? N’est-ce pas la forme d’humour pratiquée par Mohamed Fellag ?
En ma qualité de normande, petite, j’entendais mon père écouter Victor Vivier, un humoriste normand assez peu connu en dehors de la Normandie (et encore) et qui jouait à fond sur les travers locaux. Victor Vivier faisait-il de l’humour normand sans le savoir comme un certain Monsieur Jourdain qui œuvrait, lui, dans le domaine de la prose ? Réfléchissons et rendons-nous compte qu’on ne gagne rien à segmenter, à étiqueter, à enfermer dans des boîtes hermétiques des choses qui, par nature, n’ont pas vocation à l’être. Vive l’humour apatride ! Vive l’humour simplement humain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          766
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B03 décembre 2015
— Alors tu comptes supprimer toute ma ribrique d'anniversaires ?
— D'anniversaires ? Qu'est-ce que c'est ?
— Commont ? Tu né sais pas ? Quond un homme a un anniversaire, il sé sont charitable cé jour-là.
— Tu veux dire lorsqu'il commémore l'anniversaire de la mort d'un parent ? Nous, les sépharades, nous appelons cela " faire des années ". Mais y a-t-il un nombre suffisant de jours anniversaires, comme vous dites, dans votre communauté ?
— Il pourrait y on avoir pliss, jé né gagne que quinze livres onviron. Comme tu dis, notre colonie est trop réçonte. Lé cimétière dé Globe Road est aussi vide qu'une synagogue un jour dé sémaine. Les pères ont laissé leur père sur le continont, alors ils privent lé pays dé beaucoup dé jours anniversaires. Mais dons quelqués années, des pères et des mères mourront ici et chacun laissera deux ou trois fils pour célébrer l'anniversaire et chaque onfont deux ou trois frères et un père. Et pvis, chaque jour, d énouveaux Jvifs allemonds débarquent ici, c'est-à-dire dé pliss on pliss qui vont mourir. On vérité, jé ponse qu'il sérait juste dé doubler cette somme.
— Non, non, des faits. Il serait inique de spéculer sur les malheurs de nos semblables.
— Il faut bien que quelqu'un meure afin que jé pvisse vivre, répliqua Yankélé, malicieux : c'est dons l'ordre des choses. Tu n'as pas dit : « La Charité délivre dé la Mort » ? SI les geons vivaient éternellement, les Schnorrers ils pourraient plus vivre du tout.
— Chut ! Le monde ne saurait exister sans Schnorrers. Comme il est écrit : « Et le repentir, et la prière et la charité conjurent le décret fatal. » La charité est citée en dernier : c'est le summum, la chose la plus grande de ce monde. Et le Schnorreur est l'homme le plus grand en ce monde car il est dit dans le Talmud : « Celui qui suscite est plus grand que celui qui agit. » Par conséquent, le Scnorrer, qui suscite la charité, est plus grand que celui qui la fait.

Chapitre 3.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Nastasia-BNastasia-B02 décembre 2015
— J'ai toujours été profondément convaincu qu'il fallait rendre visite aux riches dans leur demeure et je déplore que cette note personnelle, ce contact avec ceux à qui tu offres l'occasion d'accomplir de bonnes actions soit remplacé par des circulaires sans âme. Nous devons à notre rang de permettre aux classes aisées de faire la charité du fond de leur cœur, nous n'avons pas le droit de les négliger, de les contraindre à libeller des lettres de crédit, le cœur sec, ni de les priver de cette chaleur humaine qui naît de la relation personnelle — comme il est écrit, " la Charité délivre de la Mort ". Penses-tu qu'une aumône accordée par l'intermédiaire d'un secrétaire et publiée dans des rapports annuels ait un pouvoir rédempteur égal à l'aumône glissée discrètement dans la main du pauvre, qui met un point d'honneur à ne pas révéler à son donateur ce qu'il a obtenu des autres ?

Chapitre 3.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Nastasia-BNastasia-B29 novembre 2015
— Eh, vous là-bas !
— Qué voulez-vous ?
— Il est où, vot' billet ?
— J'ai pas bésoin dé billet.
— Ah ouais ? Moi, si, rétorqua le préposé, en veine de plaisanterie.
— M. da Costa m'a donné une siège dons sa loge.
— Oh, vraiment ? Vous en deriez serment à la barré ?
— Voï ! Sur ma tête.
— Une siège dans sa loge ?
— Voï.
— C'est bien M. da Costa qu'vous dites ?
— Voï.
— Bon ! Alors, par ici.
Et l'humoriste lui montra la rue.
Yankélé ne bougea pas.
— Par ici, mon gars ! répéta le joyeux luron d'un ton sans appel.
— Pvisque jé vous dis que jé vais dons la loge dé M. da Costa.
— Et moi yé vous dis d'aller voir dans lé rouissau si j'y souis !
Et saisissant Yankélé par la peau du cou, il s'aida du genou pour le pousser au-dehors.

Chapitre 3.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Nastasia-BNastasia-B05 décembre 2015
— Alors, que faire ?
— Jé peux attondre la fin du déjeuner, dit Yankélé avec une aimable nonchalance. Jé né dors pas, moi.
Avant que le rabbin ait pu répondre, sa femme entra avec un rôti qu'elle déposa sur la table. Son mari lui lança un regard incendiaire mais, ponctuelle comme une horloge et tout aussi inconsciente, elle ajouta une bouteille noire, remplie de schnaps. C'était à son mari de se débarrasser de Yankélé ; son affaire à elle était d'apporter le repas. SI elle avait pris du retard, il lui en eût tenu rigueur. Non seulement elle était épouse mais aussi bonne à tout faire.
Devant l'état avancé des préparatifs, Manasseh da Costa s'installa pendant que Mme Hareng du Remords, sur un coup d'œil de son mari, s'asseyait en bout de table. Pour sa part, le rabbin s'octroya la place d'honneur, derrière le plat. C'était toujours lui qui servait, étant le seul à qui se fier pour jauger ses capacités. Yankélé était resté debout. Le fumet de la viande et des pommes de terre imprégnait l'atmosphère d'une poésie poignante. Soudain, le rabbin leva la tête et eut des intonations charmeuses pour s'adresser à lui :
— Voulez-vous imiter notre exemple ?
Le cœur du Schnorrer sursauta d'un bonheur insensé. Il posa la main sur l'unique chaise vacante et s'empressa, aimable :
— Ma foi, jé veux bien.
— Eh bien, rentrez déjeuner chez vous.

Chapitre 4.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Nastasia-BNastasia-B05 décembre 2015
— Bon Shabbath, monsieur. De quoi s'agit-il ? De votre mariage ?
— C'est une longue histvare et, comme votre excellonte épouse mé dit que votre déjeuner est prêt, jé voudrais pas vous rétarder.
— Je dispose encore de quelques minutes. Que puis-je pour vous ?
Yankélé secoua la tête :
— Il n'est pas qvestion que jé vous retienne dons cé vestibile, on plein couront d'air.
— C'est égal, je ne sens pas de courant d'air.
— Voilà bien lé donger : vous né remarquez rien et un beau jour vous vous retrouvez raide dé rhumatismes, et lé Rémords sur la Conscionce, ajouta Yankélé avec son habituelle étincelle dans le regard. Votre existonce est si précieuse… Si vous mourez, qui c'est qui consoléra la communauté ?
La formule était pour le moins ambiguë mais le rabbin l'interpréta dans son sens le plus flatteur et ses petits yeux rayonnèrent.
— Je vous demanderais bien d'entrer mais j'ai une visite.
— Aucune importonce. Cé que j'ai à vous dire, monsieur lé rabbi, n'est pas dé l'ordre privé. Un étronger peut écouter.

Chapitre 4.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Littérature anglaise : textes divers (270)
autres livres classés : juifVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12735 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre