AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754808930
Éditeur : Futuropolis (07/05/2013)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 23 notes)
Résumé :
James Joyce (James Augustine Aloysius Joyce, 1882 à Dublin - Janvier 1941 à Zurich) est un romancier et poète irlandais expatrié, considéré comme l'un des écrivains les plus influents du XXe siècle. Ses oeuvres majeures sont un recueil de nouvelles, intitulé Dublinois, et des romans tels que Dedalus, Ulysse, et Finnegans Wake. Bien qu'il ait passé la majeure partie de sa vie en dehors de son pays natal, l'expérience irlandaise de Joyce est essentielle dans ses écrit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  21 juin 2013
Je viens tout juste de refermer ce magnifique roman graphique et j'en suis encore émerveillée! C'est un vrai coup de coeur car tout m'a plu.

J'ai aimé découvrir le célèbre auteur irlandais, découvrir sa vie, voyager avec lui a travers ses différentes destinations, vivre avec lui ses réussites et ses échecs.... Une vie très riche qui rempli très bien les 200 pages.
J'ai aimé en apprendre un peu plus sur mon pays, l'Irlande et découvrir le contexte politique et historique et de pouvoir croiser dans cette BD énormément de personnalités.
Et enfin les dessins, waouh, ils sont tellement bien faits. Bref foncez les yeux fermés car c'est un régal!
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
Commenter  J’apprécie          230
Melisende
  07 novembre 2013
Le hasard fait parfois bien les choses et fait parfois passer quelques ouvrages imprévus entre nos mains. Je n'avais absolument pas eu vent de cette bande-dessinée avant de devoir l'équiper à la bibliothèque : heureux hasard ! J'ai envie de découvrir James Joyce depuis de longs mois maintenant, sans jamais oser me lancer dans ses écrits, ceux-ci me semblant plutôt ardus et difficilement abordables. de cet irlandais, je ne savais rien si ce n'est que son oeuvre s'inspire fortement de l'atmosphère Dublinoise et des figures qu'il a pu croiser durant sa vie.
Je suis très contente d'avoir eu cet ouvrage entre les mains et d'avoir pu le parcourir à mon aise. J'ai découvert l'histoire de l'homme derrière l'oeuvre, les deux sont apparemment intimement liés (je crois les spécialistes sur parole) et j'ai aujourd'hui, d'autant plus envie de me lancer dans Dubliners (ou Dublinois ou Gens de Dublin selon les traductions).
Cette biographie illustrée en noir et blanc ne laisse rien passer de la vie de James Joyce et commence même avant sa naissance avec la rencontre de ses parents. Aîné de dix enfants, le futur écrivain - surnommé alors Jim -, est le préféré du père Joyce. Particulièrement brillant, sa scolarité se déroule sans heurt et il est amené à entrer dans les ordres jusqu'à son rejet définitif du catholicisme à ses 16 ans. C'est à la fin de son adolescence qu'il prend les habitudes qui marqueront toutes ses années futures : dilapider le peu d'argent qu'il gagnera en boisson et séduire les femmes. Sous le prétexte de se lancer dans des études de médecine, James Joyce quitte l'Irlande pour Paris à 21 ans... il visite alors plus souvent les bars de la capitale que les bancs de l'université. C'est l'année suivante, à son retour à Dublin, qu'il rencontre Nora, celle qui partagera sa vie jusqu'à sa mort. Mais bien loin de temporiser le jeune homme, la demoiselle devra apprendre à vivre avec les sautes d'humeur, les dépenses et les maux de son conjoint. C'est suite à un incident avec Gogarty (alors étudiant en médecine) que les deux jeunes amoureux quittent le continent pour s'installer à Trieste (alors austro-hongroise) ou Joyce donnera des cours d'anglais. C'est là-bas que naissent les deux enfants "illégitimes" du couple (puisqu'ils ne sont pas mariés) : Giorgio et Lucia. Derrière cette vie de famille qui pourrait sembler idyllique, Joyce flambe ses maigres revenus, entrent en froid avec sa famille, connait les premiers symptômes de son "iritis" et ne parvient pas à publier ses textes malgré ses nombreux essais. Jugés inacceptables par de nombreux éditeurs, les nouvelles de Dubliners ne trouvent pas preneur... jusqu'à la rencontre de l'auteur avec une éditrice féministe anglaise qui deviendra son principal mécène. Entre la guerre, les voyages, les crises d'iritis qui le laissent épuisé, les disputes avec Nora, la démence de sa fille et les problèmes d'édition de ses ouvrages, James Joyce se fait un nom. Souvent porté aux nues, parfois décrié, l'homme connait la véritable consécration avec son oeuvre majeure : Ulysse (Ulysses en anglais) et inspirera de nombreux auteurs pour les décennies suivantes.
Les spécialistes de la question l'affirment : James Joyce s'est inspiré des moments de sa vie pour alimenter son oeuvre et il base celle-ci en Irlande, choisissant d'utiliser l'atmosphère Dublinoise pour parfaire l'ensemble. de ce fait, il est donc intéressant de mieux connaître l'homme qui se cache derrière ce nom renommé.
Si je suis ravie d'avoir fait la connaissance de ce génie littéraire, je dois avouer que, malgré tout le talent qu'il a pu posséder, il m'a... "déçue". Brillant, extrêmement cultivé, ayant vécu une vie très riche ; je le reconnais. Mais j'ai envie de dire : "quel sale con !". A croire que tous les artistes particulièrement doués étaient (sont) des personnes exécrables dans leur quotidien. Je pense par exemple à la vie qu'il a fait mener à cette pauvre Nora... c'était sa muse, il l'aimait, certes, mais sa façon de le montrer était toute "artistique". L'oeuvre avant tout, l'entourage après.
Après le fond, la forme. Avec cette bande-dessinée, Alfonso Zapico nous offre plus de 200 planches en noir et blanc, souvent très riches de texte. Si l'on peut parfois regretter les bd aux rares vignettes ne contenant pas plus de deux mots, ce n'est assurément pas le cas ici. Récit descriptif ou dialogues, l'auteur tente de faire vivre ses images et je dois avouer qu'il y parvient plutôt bien.
Même si je ne suis pas hyper fan du coup de crayon, je trouve qu'il se marie bien avec la biographie qu'il raconte, je m'y suis habituée et je pense, finalement, qu'aucun autre artiste n'aurait pu arriver à un résultat aussi satisfaisant (disons que je ne vois pas comment on pourrait avoir un autre style que celui-ci).
Un gros gros gros plus pour le format du livre : plus petit et plus épais qu'une bande-dessinée habituelle, je trouve qu'il est hyper agréable à avoir entre les mains et à parcourir.
J'ai été plus attirée par ce que raconte cette bd que par les images qu'elle propose et finalement, je trouve que fond et forme se marient bien. Je suis heureuse d'avoir pu mettre des mots et des images sur l'histoire personnelle du grand James Joyce et je remercie Alfonso Zapico qui a pris soin d'illustrer chaque épisode, plus ou moins important, de la vie de l'auteur... ce qui me permettra sans doute de découvrir son oeuvre avec quelques clefs de compréhension et une approche différente !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Cristie
  15 mai 2013
James Joyce est l'un des écrivains du XX siècle parmi les plus connus. Né à Dublin, il a beaucoup voyagé et a publié des monuments de la littérature tels : "Ulysse". Cependant, derrière l'écrivain se cachait un véritable phénomène et c'est l'homme qui a inspiré l'espagnol Alfonso Zapico au point que celui-ci réalise entièrement cette bande dessinée en espagnol retraçant toute la biographie de James Joyce. Il faut dire qu'au delà du graphisme en noir et blanc dans lequel je suis tout de suite rentrée, Zapico est surtout un formidable scénariste ce qui explique peut être le fait que l'auteur ait reçu le Prix national de la bande dessinée dans son pays.
La biographie suit un ordre chronologique et là on ouvre de grands yeux lorsqu'on découvre qui était cet homme : fils adoré par son père, élève modèle de la pension de Jésuite dans laquelle il va passer quelques années. Tout va basculer un jour, laissant éclater l'artiste qui l'habite ! Il consacrera toute sa vie à l'écriture, menant une vie de bohème, aimant passionnément sa femme, Bertille Barnacle, tout en passant sa vie dans les maisons closes, marquant un fort penchant pour l'alcool, se retrouvant plusieurs fois au bord du gouffre financier faisant parfois vivre sa famille dans la plus grande misère alors que parallèlement il fera la connaissance des grands de ce monde et de l'époque,...
J'ai lu dans un seul souffle ce que pouvait être la vie de cet homme jusqu'à son dernier jour et je suis restée sidérée par la somme d'informations reçues mais aussi et surtout par sa personnalité. Je comprends l'intérêt qu' Alfonso Zapico a eu pour lui, il y a matière à écrire plusieurs romans, mais je trouve que sous cette forme cela est particulièrement plaisant ... Au delà de la narration qui nous tient en haleine du début à la fin, il y a derrière ce livre un travail de documentation impressionnant ... Chapeau bas Monsieur Zapico ! Pourtant, c'est un James Joyce non dénué d'humour qui s'offre à nous, qui ne se prenait pas au sérieux, sensible, au caractère emporté, provocateur, croquant la vie à pleine dent,...
Zapico nous montre de façon espiègle quel homme étonnant il était, celui qui : "au milieu des pires circonstances, célébrait la vie et inventait des histoires, opposant sa vision comique à la tristesse et à la misère".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
alouett
  20 mai 2013
Alfonso Zapico relate en un peu plus de 200 pages la vie de James Joyce, célèbre romancier et poète irlandais qui vécut au XXème siècle. L'un des auteurs les plus influents de son époque.
Alfonso Zapico ne s'encombre pas de fioritures narratives pour développer son sujet. Nous suivrons ainsi James Joyce de sa naissance à sa mort et aborderons les temps forts de sa vie. L'entrée en internat chez les pères jésuites, sa rencontre avec Nora qui deviendra la femme de sa vie, ses multiples déménagements à Paris, Londres, Zurich, Trieste, Pola, Trieste, Rome… et souvent, des déménagements forcés à six mois d'intervalle (comme à Zurich ou à Trieste) en raison de nombreux impayés locatifs (Joyce avait la fâcheuse habitude de dépenser son argent dans la boisson).
Une biographie intéressante à découvrir si ce n'est qu'il faut passer outre l'accueil austère réservé au lecteur. En effet, la première double page surprend par son côté verbeux et chargé… je ne vous cacherais pas que j'ai eu un mouvement de recul et nourrit nombre d'appréhensions quant à la suite de ma lecture. Pourtant, contre toutes attentes, on se laisse facilement emporter par le rythme du récit et l'attitude nonchalante de Joyce. Puis, timidement, les dialogues prennent progressivement le dessus sur une voix-off généreuse et loquace durant les premières pages.
Je disais plus haut qu'Alfonso Zapico m'avait donné l'impression d'exclure tout élément narratif subjectif de la vie du romancier irlandais. Je trouve ce choix judicieux si ce n'est qu'il impose au récit une forme légèrement saccadée. On passe sans transition d'une scène de vie à une autre, Zapico se contente uniquement de marqueurs temporels pour introduire une nouvelle parenthèse dans le parcours de Joyce. le lecteur accède donc à de courtes scènes, dont certaines relèvent de l'anecdote. Certaines d'entre elles retranscrivent sommairement une rencontre (avec Marcel Proust, George Russell, James Stephens, John Millington Synge…), décrivent une soirée durant laquelle Joyce se noiera une fois de plus dans l'alcool ou mettent en scène le romancier en proie à l'inspiration.
Alfonso Zapico s'attarde également sur les précieux soutiens dont a bénéficié Joyce durant sa carrière ; ils lui ont permis d'être publié et d'accéder à la notoriété que nous lui connaissons. Ainsi, nous verrons régulièrement apparait Ezra Pound ou Harriet Weaver (son éditrice). Zapico aborde également les nombreuses difficultés rencontrées par Joyce pour publier Gens de Dublin, Ulysse ou bien encore son Work in Progress, la contractualisation avec des imprimeurs américains confrontés à l'interdit fédéral les empêchant de diffuser les oeuvres de Joyce, les problèmes de santé de ce dernier très tôt atteint d'un glaucome… Nous verrons également apparaître les Jolas et leur « Manifeste de la Révolution du Mot ». Alfonso Zapico nous offre une biographie complète et documentée sur la vie de "L'Irlandais".
Le graphisme quant à lui sert à merveille les propos d'Alfonso Zapico. Léger et aérien, il rend parfaitement compte de cette fausse insouciance dont témoigne Joyce et qui masque complètement un homme soucieux de l'accueil réservé à ses travaux, un homme travailleur et perfectionniste tant vis-à-vis de lui que de ses contemporains.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
antoineperroud
  02 mai 2013
J ames Joyce (1882-1941) est considéré par beaucoup comme un des plus importants écrivains du XXe siècle. Près de cent ans après sa publication, ulysses continue de fasciner critiques et amateurs de lecture. Si son oeuvre l'a rendu immortel, la trajectoire de l'homme est peut-être moins connue. Avec James Joyce, l'homme de Dublin, Alfonso Zapico revient sur la vie de l'auteur dans une imposante biographie dessinée.
Zapico a construit son récit de la plus simple des manières, en suivant chronologiquement les différentes étapes de l'existence de l'Irlandais. Cette simplicité apparente – la narration est en fait très écrite et recèle une foule de références à la bibliographie joycienne – permet au biographe de conserver un ton et une clarté constante tout au long de son ouvrage. Cette unité, évidemment centrée sur son sujet principal, est des plus remarquables au vue de l'énorme masse d'informations présentée. Après une jeunesse dublinoise, le romancier arpente l'Europe alors en mutation (Première Guerre Mondiale, crise économique, révolution irlandaise, etc.), il connaîtra la misère avant d'accéder à la reconnaissance mondiale. le scénariste explore toutes ces situations, les présente avec précision, mais toujours en les rapportant au romancier. Résultat, l'album se lit pratiquement comme un roman d'aventure avec comme héros Joyce, un homme sûr de son génie, détestable par certains côtés, mais continuellement habité par une clairvoyance intellectuelle imparable.
Les dessins au style pétillant permettent de souligner une autre facette de la personnalité du grand homme : son humour. En effet, Joyce, malgré sa continuelle quête pour la perfection littéraire, ne se prenait guère au sérieux. Fêtard avec une tendance tenace pour l'alcool et dépensier – même au faîte de sa gloire il n'a jamais eu deux sous d'avance dans sa poche -, il saisissait l'existence comme elle venait. Cette désinvolture lui coûta d'ailleurs de nombreuses amitiés. Les personnages et les différents décors sont dépeints d'une manière semi-réaliste, quasiment caricaturale par moment, qui étonne au premier abord. Heureusement, très rapidement, cette approche sert véritablement le propos, particulièrement grâce à la précision du trait. Vraiment à l'écoute de son modèle, le dessinateur montre avec espièglerie qu'on peut être sérieux, concentré et plein de vie en même temps.
Lien : http://www.bdgest.com/chroni..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43

critiques presse (5)
ActuaBD   16 août 2013
On referme l’album avec l’envie de se plonger dans les écrits de Joyce et d’y trouver les liens avec cette biographie peu commune.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Bedeo   11 juillet 2013
Une bonne BD et une bonne biographie extrêmement fournie qui vous fera voir autrement un monument de la littérature. De plus, cet homme ayant eu une vie des plus tourmentées, vous ne vous ennuierez pas en suivant le périple de sa vie.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Actualitte   20 mai 2013
La vie de Joyce nous est racontée de façon chronologique, extrêmement détaillée et pourtant toujours claire, alors que la masse d'informations est impressionnante.
Lire la critique sur le site : Actualitte
BDGest   03 mai 2013
Les dessins au style pétillant permettent de souligner une autre facette de la personnalité du grand homme : son humour. [...] Vraiment à l'écoute de son modèle, le dessinateur montre avec espièglerie qu'on peut être sérieux, concentré et plein de vie en même temps.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   25 avril 2013
Le travail de reconstitution de Zapico est vraiment excellent, très expressif, très méticuleux, avec un graphisme très agréable, très vivant !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   19 juin 2013
Rome seems to me like someone making money by showing off their grandmother's corpse.
Commenter  J’apprécie          130
Lire un extrait
Videos de Alfonso Zapico (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alfonso Zapico
En donnant rendez-vous à Irun à deux amis, l?artiste punk Firmin Muguruza et l?ancien député socialiste espagnol Eduardo Madina, Alfonso Zapico ignorait quelle forme allait prendre cette rencontre. Le premier, ex-chanteur de Kortatu et Negu Koriak était connu pour son soutien à l?indépendance du pays Basque. le second, député socialiste, appelé à un bel avenir, a perdu une jambe dans un attentat à la voiture piégée le visant. Il y a quelques années, ils ne se seraient peut-être pas parlé. Remontant aux origines de la guerre d?Espagne, puis de la création de l?ETA, l?auteur les interroge sur leurs parcours respectifs, leurs croyances et leurs doutes. Avant d?entamer avec eux un débat sur l?avenir de cette région.
+ Lire la suite
autres livres classés : irlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'Irlande

Le pays est divisé en deux : l'Irlande du Nord et...

La République d'Irlande
Le Royaume d'Irlande
La Principauté d'Irlande

11 questions
111 lecteurs ont répondu
Thèmes : irlande , paysCréer un quiz sur ce livre