AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Didier Leroy (Traducteur)
EAN : 9782752600790
98 pages
Éditeur : L'Aube (11/03/2005)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Sept nouvelles épurées, faites de souvenirs, d’évocations du passé. Des regards d’enfants heureux et confiants certes, mais conscients des drames terribles qui se jouent autour d’eux, à l'évocation de sa vie d’étudiante exilée en France et nostalgique de la musique de sa langue maternelle, on retrouve ici Spôjmaï la passionnée, qui écrit entre ombre et lumière. "Le coq du roi du Portugal" : une minuscule anecdote d’école racontée par une fillette fait re... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Apoapo
  28 décembre 2018
Voici un recueil de sept nouvelles qui ont pour thème les relations entre mères et enfants, parfois narrées à la première personne, d'où le soupçon, le doute, presque le souhait ou l'illusion qu'elle recèlent une certaine part autobiographique, parfois au contraire narrées à la troisième personne, dans des situations et de temps évidemment éloignés de la propre biographie de l'auteure. Il y a une seule l'exception : « Dans les griffes des chiffres », où il n'y a ni mère ni enfants, mais où par contre l'autobiographisme semble presque une certitude, tant est précise et intime la description de la nostalgie qu'éprouve une jeune étudiante résidant en France de l'usage de sa langue maternelle, et tant est réaliste le personnage de son voisin Youssouf Behrouz.
Comme dans les autres nouvelles de Zariâb que j'ai lues, il plane ici aussi une désespérance tantôt diffuse, tantôt aiguë, une angoisse liée à la condition féminine ressentie autant au plus jeune âge qu'à l'âge adulte.
Une caractéristique technique qui m'a surpris dans plusieurs de ces nouvelles est la présence de deux récits, parfois même presque d'une longueur comparable, à l'intérieur d'un texte : s'ils finissent par s'emboîter parfaitement l'un dans l'autre, le mécanisme de cet engrenage est étonnant. Dans la première nouvelle éponyme, qui est la plus longue, il y a d'abord une évocation trans-générationnelle (j'avais déjà lu ce procédé dans une autre nouvelle de Zariâb) de la même image : le dessin du coq ; mais on peut également penser à la digression des personnages masculins croisés dans ce fameux onzième jour du mois, jour de la préparation et distribution de l'helva. Dans « Le chant de l'Indépendance », une place assez équivalente occupent le souvenir de l'accident du puits et le récit principal de la petite fille avec son travail manuel confectionné par sa mère, alors que la chute qui donne son titre à la nouvelle peut n'être qu'un clin d'oeil politique (éventuellement ironique). Dans « Quand les chats deviennent des hommes », il semble que la description des les sentiments respectifs et opposés de la mère et de ses filles lors de la visite au zoo n'a qu'un lien assez éloigné (voire « capillotracté »!) par rapport à la cruauté de l'histoire du petit voisin qui martyrise les chatons du quartier. Enfin dans « Le combat des géants », l'on se demande si le malaise de l'enseignante, dont les filles provoqueront un déclic salutaire de remise en question, est un dépit vis-à-vis des élèves cancres ou une gêne vis-à-vis des collègues et de la surveillante, dont la description se situe en parallèle avec l'action et le lieu principaux. Cette forme composite de narration avec plusieurs récits parallèles contribue naturellement à la vraisemblance de la nouvelle, elle offre aussi davantage de profondeur et de complexité aux personnages et aux situations, mais elle peut, pour le moins, surprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ApoapoApoapo   28 décembre 2018
« Je me demandai soudain si mes élèves n'avaient pas volontairement évacué de leur esprit la honteuse machination d'Afrâssyâb pour apprendre et décrire, pour leur plaisir – et pour le mien – le merveilleux gotha des amoureux les plus célèbres de la terre. Je pris la décision de revoir d'ici le lendemain mes appréciations et les zéros que je leur avais infligés. Je me levai. Je couchai mes filles. Je me sentis tout à coup très seule. » (p. 98)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : afghanistanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Acrostiche de Sphinx (10).... 🎬

Film espagnol de 2002 :

Parle avec elle
Un chien andalou

7 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : acrostiches , pseudo , cinema , espagnol , baba yagaCréer un quiz sur ce livre