AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Didier Leroy (Traducteur)
EAN : 9782876786608
216 pages
Éditeur : L'Aube (27/08/2001)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 8 notes)
Résumé :
La femme et la vie, la femme et la mort, c'est sous ces deux rubriques que sont classés les treize récits deLa Plaine de Caïnet, quel que soit leur emplacement dans le recueil, ils sont touségalement désespérés.Écrits et publiés pendant la période de l'occupation soviétique en Afghanistan, ce ne sont pas des histoires de guerre mais des sortes de cauchemars à la limite du fantastique. Dans une ville quasiment déserte qui n'est jamais nommée mais dont on peut penser ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Apoapo
  04 janvier 2019
Ce recueil de nouvelles de Spôjmaï Zariâb, le premier traduit et publié en français, remonte à 1988, lorsque notre connaissance de la littérature d'Afghanistan – et peut-être de la littérature persane contemporaine tout entière – était si modeste que l'introduction, par le traducteur, possède la généralité d'un texte destiné à des lycéens. J'ignore s'il s'agit aussi des nouvelles les plus anciennes de l'auteure ou de celles qui firent l'objet d'un choix pour être les plus percutantes, les plus aptes à impressionner et à subjuguer le lecteur d'une écrivaine alors inconnue : le fait est que je les trouve les plus puissantes que j'ai lues d'elle et aussi les plus difficiles à classer, à analyser selon leur forme ou selon un ou plusieurs thèmes. Un critique a dû les regrouper en nouvelles sur la femme dans la vie et la femme dans la mort. Sincèrement, cette catégorisation très vague me laisse perplexe : j'y trouve comme seule justification la circonstance que dans les douze nouvelles qui suivent la première, éponyme, la narratrice est une femme ; dans « La plaine de Caïn », en revanche, l'histoire d'un vieil homme est contée par un narrateur indéterminé.
Ce qui rassemble plutôt ces nouvelles, d'une force évocatrice incomparable, c'est leur noirceur cauchemardesque, l'indétermination des temps et des lieux, leur caractère littéralement et authentiquement EFFROYABLE, tantôt dans le réalisme, tantôt dans un symbolisme délirant, parfois dans l'absurde. La folie est souvent proche, ou bien une angoisse venant des tréfonds d'âmes tourmentées. L'espérance est absente, interdite, inconcevable. La poésie des images répétées comme un refrain à différents moments de la nouvelle est déjà utilisée avec maîtrise.
Structurellement, l'usage des récits parallèles et enchevêtrés n'est ici encore qu'esquissé dans une ou deux nouvelles, ce qui autoriserait à penser que l'auteure a expérimenté cette technique ultérieurement. L'impression ou l'illusion d'autobiographisme est également moindre dans ce volume que dans les successifs. Deux thèmes seront de nouveaux explorés : l'enseignement et l'aliénation dans un bureau de l'administration ; un autre est creusé dans plusieurs nouvelles de ce volume : l'errance sans but dans les rues de la ville, qui entraîne la protagoniste vers des rencontres néfastes. La dernière nouvelle, « Le caftan noir », cri déchirant sur la condition féminine, vaut mille de nos stéréotypes faciles sur la burqa et la réclusion domestique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
eireannyvon
  04 juin 2008
Combien as-tu sur toi?*
Pour moi c'est une plongée dans l'inconnu avec la découverte d'un monde et également d'une littérature dont j'ignore tout. Cet auteur est née en 1949 à Kaboul. Diplômée de littérature française, elle vit en France depuis 1991. Elle écrit en persan. Comme cela devient une habitude pour moi, je commencerai par un recueil de nouvelles ma première lecture de cet auteur. Ces nouvelles ont été éditées pour la première fois en France en 1989 et ont été écrites et publiées en Afghanistan pendant la période où les communistes étaient au pouvoir.
La suite ici :
http://eireann561.canalblog.com/
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ApoapoApoapo   04 janvier 2019
« Alors le caftan noir s'agitait, les manches prenaient leur élan et les poings s'abattaient sur le visage d'Aïcha ; son crâne entier s'enflammait. Elle tournait alors son regard vers sa fille... mais ne croyez pas que pendant ce temps toute pensée s'arrêtait à l'intérieur du caftan noir ! Il en sortait par le bas deux gros pieds mal équarris qui venaient s'abattre de toute leur force sur la poitrine d'Aïcha, sur ses reins et ses cuisses. Elle se tordait de souffrance pendant que le caftan noir continuait de s'adonner à ses gesticulations frénétiques. » (p. 192)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Dans la catégorie : Littérature iranienneVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature iranienne (39)
autres livres classés : afghanistanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Point commun, ce quiz !! 🐶...🏝

Andrea H Japp et Georges Simenon :

chat vert
chien jaune

12 questions
111 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , points communs , titres , baba yagaCréer un quiz sur ce livre