AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782376540052
160 pages
Éditeur : Atelier Mosésu (19/10/2017)
4/5   4 notes
Résumé :
Un futur proche, trop proche... Elle a pris le pouvoir, elle a ruiné la France. Le pays est sous la tutelle de la Russie. Plus de police, ou si peu. Il ne reste que les gangs de motards pour faire régner un semblant de loi. Dans ce monde post-apocalyptique, Tonton tanne. Il tanne la peau humaine, prélève les « patchs ». Jusqu'au jour où un drôle de zig vient lui proposer un marché : tanner une pièce de collection. Une oeuvre magistrale. Mais d'autres gangs sont aux ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LisaGiraudTaylor
  08 mai 2021
De toute évidence, Borya ne fait pas dans la dentelle, ni dans le reste ! Et son Tonton, lui, fait dans la peau, il est tanneur… tanneur de peau humaine, en fait !
Ces acolytes (Paulo, Teddy et Antoine, l'apprenti), son chef Daddy, ne sont pas des enfants de choeur (ou alors ils transpercent les coeurs !), jurent comme des charretiers, ça forme un stagiaire, le sang, la peau, les odeurs et le pognon.
Car oui, tout est une affaire de fric !
Un jour, dans une France post-apocalyptique sous tutelle russe, alors que le gang est un peu en mode « chill », on lui propose une belle somme pour tanner la peau d'une grand-mère trépassée mais congelée par son petit-fils… rapport au tableau tatoué qui pourrait se négocier cher…
Et voilà notre groupe plongé dans les arcanes de cette « tannerie », avec les crocs des autres qui s'affûtent… business is business, baby et c'est la loi de la jungle… surtout que ceux qui convoitent le business ne sont pas des tendres… comme la bande à Daddy (c'est dire !) !
De la violence, de l'humour, des jurons, des mots crus, des trucs bien sanguinolents et vogue la galère !
Personne n'engendre la mélancolie, ou alors pas longtemps… c'est brut de décoffrage, avec un humour pas politiquement trop correct mais cela fait le job !
Bien sûr, sous couvert de ce côté sanglant, barjo et compagnie, ça tire à boulets rouge sur la dictature, le pouvoir aux mains des militaires et une France en déliquescence.
En tous les cas, je suis assez bon public et pas trop à cheval de manière drastique sur l'humour hors limite…
Attention âmes sensibles et control-freak du politiquement correct s'abstenir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
collectifpolar
  11 novembre 2019
Borya Zavod   vous connaissez ?
Il paraîtrait que Mad Max est un bisounours à côté.
Il paraîtrait aussi que Borya Zavod soit un ancien mercenaire serbe.
Borya aurait torturé et tué pour survivre, mais peut-être aussi par plaisir. C'est dans la furie des combats qu'il a menés qu'il puise son imagination pour écrire. Ceci explique peut-être la violence de ses textes. Des romans sans espoir sur l'avenir de l'humanité.
Au détour d'une soirée fortement arrosée, il croise Jérémy Bouquin et Stanislas Petrosky. Les deux auteurs sont fascinés par l'homme et ses récits. Ils décident de le traduire et de faire ses textes en France.
Borya Zavod est en fait une hydre à deux têtes née de la folie passagère qui s'est emparée de ses deux créateurs Jérémy Bouquin et Stanislas Petrosky.
Mais qu'est qu'il est passé par la tête de ses deux gaillards.
Il nous offre un récit furieux et totalement déjanté. Et en plus c'est jubilatoire.
Que je vous explique :
Dans une France post-apocalyptique sous la tutelle de la Russie, Tonton tanne la peau humaine. Un jour, un homme lui propose de tanner une pièce de collection, mais d'autres gangs aimeraient se procurer cette oeuvre d'art.
Et voilà vous êtes lancé dans un road-movie dans vous n'allez pas sortir indemne.
On va suivre Tonton et sa bande de bikers
Il y a là Daddy le chef de la meute, Paulo le mécano, Teddy, un méchant très méchant limite pervers et Antoine, l'apprenti qui n'est autre que le neveu de Tonton.
Notre joyeuse bande parcourt les routes hexagonales pour gagner leur vie. Tonton est tanneur. Ok tanneur d'un genre un peu spécial. En effet il tanne les peaux humaines. 
Vous vous souvenez sans doute du film avec Gabin et de Funes, le tatoué ? Mais si le film de  Denys de la Patellière, non toujours pas ?
Bon ok je vous en fait le pitch : « Le richissime Félicien Mézeray, un marchand d'art avare, découvre qu'un dénommé Legrain, légionnaire à la retraite, a un authentique Modigliani tatoué dans le dos ! Stupéfait, Mézeray veut aussitôt s'en porter acquéreur. Mais l'irascible Legrain n'a pas l'intention de le lui céder. Face au refus du noble désargenté, Mézeray lui propose de restaurer son manoir du Périgord en échange du précieux dessin. »
Nous étions ici dans une comédie enlevée qui réunissait à l'écran deux monstres sacrés du cinéma français. Et bien avec le tanneur on reste sur le ton de la comédie mais furieuse cette fois-ci. Et c'est aussi deux sacrés lascars qui sont à la manoeuvre pour nous entraîner avec eux dans ce road- trip pas piqué des hannetons servi par des dialogues savoureux.
Bon ok c'est une comédie mais elle est noire et sanglante, attention ne vous méprenez pas.
Nos deux auteurs n'ont pas fait dans la dentelle.
Ça cisaille, ça découpe, ça flingue aussi. Ça surine sec dans ces territoires de l'Ouest.
Et si nos motards sont loin d'être des tendres, que dire des gars qui sont à leur trousse.
Vous l'aurez compris on est ici dans un truc totalement barré cependant derrière les sourires en coin et les éclats de rire se cachent des sourires de façade car on parle bien de dictature, de pouvoir aux mains des militaires mais aussi d'un pays en "délitation" ,en dislocation totale, où la loi, les lois du plus fort est de mise.
Bon, perso, j'avoue, j'ai kiffé et surtout je n'ai pas boudé mon plaisir
Alors prêt(e)s pour le grand saut ?
Lien : https://collectifpolar.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
khynou31
  02 juin 2021
Avant toute chose, je remercie Evidence Editions de m'avoir permis de découvrir Borya Zavod traduit par Jérémy Bouquin et Stanislas Petrovsky. Franchement je ne regrette pas. Attention, c'est du lourd, du super lourd, pas pour les fillettes, ne pas mettre entre toutes les paluches, minimum 18 balais. Excusez mon écriture, mais j'essaie de me mettre dans le ton et je suis carrément plusieurs étages en dessous. A croire que l'auteur a été biberonné à l'Audiard. On est dans un monde post apocalyptique, pas celui des bisounours, non celui de bikers tatoués en Harley, des purs et durs, comme leur monde. Ce ne sont pas des tendres, ça cogne, ça saigne, ça flingue, ça explose, c'est une meute. On pense à mad max (le 1), mais c'est pire, plus cruel, plus cru, plus sordide. le texte est ciselé au scalpel (outil de prédilection de Tonton), ça roule comme une mécanique bien huilée (grâce à Paulo), ça explose (voir Teddy), tout est parfaitement orchestré (c'est du Daddy). On ne dira pas que je ne vous ai pas prévenu. Moi j'ai ADORE (mon coté tontons flingueurs et motard).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   11 novembre 2019
Dix-sept ans à peine le gamin. Des petits tatouages de taulard sur les mains, les avant-bras, les trucs qu’on se fait en maison de redressement, quand on s’emmerde.

Ce n’est pas dans la rue ou dans son centre de remise dans le droit chemin qu’on vit des trucs pareils. De toute façon, il n’aime pas l’école, le gosse, alors on l’a fait sortir. Il préfère apprendre à survivre avec nous. C’est pour cela que je lui ai proposé une petite formation maison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   11 novembre 2019
— On fait quoi ? je demande aux gars. On se branle la nouille ou on le calme ? Je déconne !

Mais je vois bien que mes quatre lascars n’ont pas le mot pour rire. Ils en ont chié grave ! Ils ont donné tout ce qu’ils pouvaient pour immobiliser le molosse.

Je me tais.

Je prépare mon matériel : scalpel, les différents bains, les pinces hémostatiques, les pinces de dissection, les crochets et séparateurs.

— Vous... vous allez l’endormir ? la ramène le gamin.

C’est le grand jour pour lui, il va falloir passer de la théorie à la pratique. Son premier cas pratique sur un vivant. Je me souviens de moi il y a des décennies, le stress et les questions débiles.

— Non... Tu vois un anesthésiste parmi nous ? On fait dans la boucherie-charcuterie, pas dans la chirurgie esthétique, gamin.

Je clipsela lame de mon scalpel fétiche, la base du manche est un peu oxydée, la lame, elle, est neuve, pas question de bâcler le travail.

Teddy recule, lâche la pression. Il laisse Paulo tirer sur les sangles pour les régler au mieux.

— C’est bon, ça devrait le faire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolarcollectifpolar   11 novembre 2019
Je m’avance. Je termine mon joint en regardant le Cramé, la gueule éclatée sur la table. Il me semble plus calme, moins nerveux. On va pouvoir bosser, enfin…
Je jette ma clope.

— On va fixer une bonne fois pour toutes !

Je cherche mes outils dans la caisse rouge en ferraille, elle traîne toujours à mes pieds quand je bosse. J’ai beau chercher, je ne la trouve pas. Elle est où ?
Paulo capte de suite, il file alors dans l’arrière-fond et pioche dans une malle. Il débarque à la rescousse avec la visseuse sans fil.
Paulo, Teddy et Daddy ne se font pas prier, ils compressent mon client de tout leur poids. Daddy sur les cuisses, Teddy sur le torse et Paulo tire sur les sangles. Je me concentre alors sur le bras gauche et plaque l’épaule du cramé assommé sur le billot.
Seul l’apprenti ne bouge pas, il ne se doute pas, ne peut pas savoir.
Quand il faut, il faut, je vérifie que l’embout Torx soit le bon, une vis de 6/110 dessus, une rondelle de cuir au bout, histoire de pas traverser la viande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolarcollectifpolar   11 novembre 2019
Bon, ça y est, c’est à moi de jouer, je m’avance. Et là, crois-moi si tu veux ou pas, mais voilà que le Cramé se réveille !
L’instinct.
Le mec se met à gesticuler de plus belle, il secoue les bras, envoie valdinguer les câbles, les sangles sautent d’un coup. Il est doté d’une force surhumaine.
Je manque me prendre un coup de pied dans la gueule. Un des gars lui balance de justesse un coup de batte de base-ball dans le buffet. Lui défonce d’un coup trois côtes au passage, il relance un deuxième coup, en plein dans le bas-ventre. Pour se reproduire, j’espère que c’est fait, parce que là, ça ne va plus être possible.
Les coups pleuvent de tous les côtés, Teddy attaque carrément à coups de barre à mine, lui défonce le bide, pendant que Paulo lui colle la tête contre le bois de la table, ce con manque se faire bouffer le pouce.
Daddy lui fracasse la mâchoire avec la crosse de son fusil à pompe. Le Cramé tombe dans les vapes.
— On va bien finir par y arriver, bordel de merde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolarcollectifpolar   11 novembre 2019
Le Cramé et son groupe se sont installés en secteur breton, il y a déjà deux ans, ils avaient repris le contrôle sur les Anglais de Brigthon, trafic de drogue, de filles, et surtout de migrants. C’est bon ça le migrant, de la viande humaine pas chère. Du temps du gouvernement français, nos élus nous ont offert un marché aux esclaves, on a juste à se servir, et on revend, aux désirs les plus fous des clients. On en a refourgué de l’esclave sexuel…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16951 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre