AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782701193960
200 pages
Éditeur : Editions Belin (06/05/2015)

Note moyenne : 2.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Après la parution en 2013 d'Ecrits de prison (1940-1944), ce livre réunit des extraits (et quelques lettres intégrales) des 170 lettres que Jean Zay écrivit à sa femme lorsqu'il était au front, où il était parti volontairement, alors que sa fonction ministérielle l'en dispensait.
Cette sélection privilégie les passages qui évoquent la situation politique et militaire de la France ou dépeignent la vie quotidienne dans son cantonnement.
Ces lettres sont ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
alanfre
  13 juillet 2015
Les lettres regroupées dans ce livre sont écrites à la femme de ce député, Jean Zay, qui s'est proposé pour aller sur le front en Septembre 1939, plutôt que rester à l'arrière. Ces lettres mêlent vie privée, intime (on lit les nombreux surnoms donnés à sa femme et sa fillette, ainsi que les périphrases qui annoncent une deuxième grossesse) et réflexions politiques et citoyennes. Jean Zay semble assez rapidement regretter sa mobilisation parce qu'elle ne sert guère une cause (la drôle de guerre voit trois millions de soldats mobilisés et pas d'ennemis), que pendant ce temps-là, il a peur d'être oublié (de nombreuses remarques sur ceux qui ne lui écrivent pas, ceux qui font voter des lois à des députés non présents car au front...!).
Il est par contre très bien placé pour observer et relever les inepties de l'armée française, qui plus que le Front populaire, est responsable de la défaite en Juin 1940 et de la capitulation. Il s'inquiète notamment des difficultés que le commandement a pour mettre en place les permissions;
Jean Zay est un homme habitué à prendre des décisions et il se trouve ici confronté à l'inertie militaire, à l'obligation de délayer durant des heures le travail à fournir. Il visite aussi l'arrière-pays (les provinces d'aujourd'hui) et constate les conditions de vie et d'hygiène d'une France "sale" : pas d'eau courante parfois et surtout pas de "bic", c'est à dire des toilettes à l'intérieur des maisons.
Ce livre m'a été envoyé par les Editions Belin lors d'une masse critique; un constat (étonnant) sur un livre qui reste relativement cher et qui ne vise qu'un public averti, c'est le défaut d'impression sur la tranche, sans séparation entre "drôledeguerre". Personnellement, j'ai pris plaisir à cette lecture, très facile (style épistolaire très classique) mais je suis enseignante en Histoire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jimpee
  22 juin 2015
Les lettres de ce recueil sont celles qu'il a adressées à son épouse pendant qu'il était à la guerre. C'est un véritable roman épistolaire qui navigue entre Buzzati et Courteline. Merci Masse critique pour cette découverte
Ces missives sont d'abord les lettres d'un soldat à son épouse, elles retracent son quotidien et transmettent une tendresse touchante. Officier du Train, Zay retranscrit son quotidien dans "une guerre croupissante et fonctionnarisée" où 6 personnes font le travail de 2, l'attente des permissions, l'incertitude des ordres...
Il fait vivre les anecdotes et se moque du cirque des visites officielles, du tourisme militaire, rend compte des médisances de Gringoire à son encours, de l'ingratitude de ses anciens collaborateurs ou collègues qui l'ont presque tous oubliés :
Homme politique, progressiste, Jean Zay est aussi très attentif aux troupes et au "front du moral," il organise un cinéma aux armées pour distraire les soldats. le régime spécial accordé aux ouvriers spécialisés qui sont renvoyés en arrière ne lui semble pas le meilleur des signaux, notamment vis à vis de la classe paysanne, d'autant qu'il lui est difficile de retourner à Paris pour assurer son rôle de député.
Jean Zay est aussi très critique et dur envers son colonel qui "ne l'utilise pas intelligemment."
Chronique complète sur le blog http://jimpee.free.fr/index.php/19332/lettres-de-la-drole-de-guerre/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Naboo
  20 juillet 2015
Autant j'avais été marqué dans ma jeunesse par les "Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918", autant là j'avoue être resté sur ma faim.
Même si elles ont l'originalité de montrer un début de 2nde guerre mondiale où il ne se passe rien, ces lettres ont fini par me lasser.
Ce n'était peut être pas la bonne période pour les lire pour moi...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
jimpeejimpee   22 juin 2015
La paperasserie militaire a pour caractéristique de faire coïncider de principes immuables et sacro-saints avec des données pratiques et mouvantes. Elle additionne des parapluies et des masques à gaz. Elle comporte des opérations compliquées et mystérieuses qui impliquent des données préalables et techniques qu'on ne vous donne jamais.
Commenter  J’apprécie          20
alanfrealanfre   13 juillet 2015
14 Mai 1940: La guerre a pris l'aspect de la dernière fois, mais les tirs d'aujourd'hui mettent un village en quelques heures dans l'état où il se trouvait naguère après plusieurs mois de bombardement.
Commenter  J’apprécie          20
jimpeejimpee   22 juin 2015
(son colonel) Cet homme n'est certainement ni méchant ni peureux, il est pire : insignifiant.
Commenter  J’apprécie          40
alanfrealanfre   13 juillet 2015
C'est d'ailleurs la marque de toute bureaucratie militaire, même en guerre, que d'étaler sur une interminable journée un travail effectif qui, partout ailleurs, demanderait une heure ou deux.
Commenter  J’apprécie          10
alanfrealanfre   13 juillet 2015
la guerre n'est pas seulement une machine à tuer; elle est aussi une formidable machine à perdre son temps.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Jean Zay (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Zay
Jean Zay. La République au Panthéon.
autres livres classés : drôle de guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2260 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre