AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Corpus delicti : un procès (22)

Sachenka
Sachenka   10 mars 2018
Je retire toute confiance à une société composée d'êtres humains, mais fondée sur la peur de l'humain. Je retire toute confiance à une civilisation qui a trahi l'esprit au profit du corps. Je retire toute confiance à un corps qui n'est pas ma chair et mon sang, mais censé incarner l'idée que la collectivité se fait d'un corps normal. Je retire toute confiance à une normalité qui se définit elle-même comme la santé. Je retire toute confiance à une santé qui se définit elle-même comme la normalité. Je retire toute confiance à un système de domination qui se fonde sur des pétitions de principe. Je retire toute confiance à une sécurité qui prétend apporter une réponse définitive en taisant soigneusement les termes de la question. Je retire toute confiance à une philosophie qui prétend qu'il n'y a plus lieu de débattre des problèmes existentiels. Je retire toute confiance à une morale trop veule pour affronter le paradoxe du bien et du mal, et qui préfère s'en tenir aux catégories d'«utile» et d'«inutile». Je retire toute confiance à un système juridique dont les succès sont subordonnés à un contrôle permanent du citoyen. Je retire toute confiance à un peuple convaincu que la transparence totale de la vie privée n'est préjudiciable qu'à ceux qui ont quelque chose à cacher. Je retire toute confiance à une Méthode qui croit à l'ADN d'un homme plutôt qu'à ses paroles.Je retire toute confiance au bien-être collectif, parce qu'il considère les choix personnels comme un poste de dépenses inacceptables. Je retire toute confiance au bien-être individuel tant qu'il n'est qu'une variante de plus du petit dénominateur commun. Je retire toute confiance à une politique dont la popularité repose exclusivement sur la promesse d'une vie dénuée de risque. Je retire toute confiance à une science qui affirme que le libre arbitre n'existe pas. Je retire toute confiance à un amour qui se considère comme le produit d'un processus d'optimisation immunologique. Je retire toute confiance à des parents pour qui une cabane dans un arbre n'est qu'un «risque de chute» et un animal domestique un «risque de contamination». Je retire toute confiance à un État qui sait mieux que moi ce qui est bon pour moi. Je retire toute confiance à l'imbécile qui a ôté l'écriteau à l'entrée de ce monde : «Attention, la vie peut conduire à la mort.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
Sachenka
Sachenka   04 mars 2018
- L'amour de la nature est le prologue à l'amour humain, dit Kramer pour lui donner la réplique.
Commenter  J’apprécie          210
Sachenka
Sachenka   03 mars 2018
Les mêmes questions revenaient toujours : comment peut-on regarder un objet ou encore l'être aimé quand on est en permanence habité par la pensée que, tout comme l'objet regardé, nous sommes seulement une infime partie de ce gigantesque bouillonnement d'atome dont tout procède? Comment supporter l'idée que le cerveau, l'unique instrument qui nous permet de voir et de comprendre, soit composé des mêmes éléments que les choses que nous voyons et que nous comprenons? Et Moritz s'écria alors : Mais c'est quoi alors tout ça? De la matière figée dans sa propre contemplation?
Commenter  J’apprécie          160
Sachenka
Sachenka   05 mars 2018
- Pas mal. Un schéma millénaire. Au niveau personnel, l'homme est programmé pour des opérations d'une simplicité élémentaire. Amour, haine, peur, plaisir, confiance...
- Vengeance...
- ... et vengeance. Notre existence est faite de quelques ingrédients. Le bonheur, surtout, n'a rien de compliqué. Il existe deux sortes d'événements : les fastes, qui sont bons pour l'homme, et les néfastes, qui sont mauvais pour lui. La grande affaire, c'est de se concocter une vie comportant le plus possible d'ingrédients de la première catégorie et le moins possible d'ingrédients de la seconde catégorie.
Commenter  J’apprécie          120
patatipatata
patatipatata   03 juin 2012
Comment des règles, des mesures et des procédures pourraient-elles être infaillibles alors qu'elles n'ont jamais été conçues que par des êtres humains ? Des êtres qui, à quelques décennies d'intervalle, modifient leurs convictions, leurs points de vue scientifiques, voire leur "vérité" tout entière?
Commenter  J’apprécie          90
NadinePestourie
NadinePestourie   05 janvier 2011
Je retire toute confiance à une société composée d'êtres humains, mais fondée sur la peur de l'humain. Je retire toute confiance à une civilisation qui a trahi l'esprit au profit du corps. Je retire toute confiance à un corps qui n'est pas ma chair et mon sang, mais censé incarner l'idée que la collectivité se fait d'un corps normal. Je retire toute confiance à une normalité qui se définit elle-même comme la santé. Je retire toute confiance à une santé qui se définit elle-même comme la normalité. Je retire toute confiance à un système de domination qui se fonde sur des pétitions de principe. Je retire toute confiance à une sécurité qui prétend apporter une réponse définitive en taisant soigneusement les termes de la question. (...) Je retire toute confiance à un système juridique dont les succès sont subordonnés à un contrôle permanent du citoyen. Je retire toute confiance à un peuple convaincu que la transparence totale de la vie privée n'est préjudiciable qu'à ceux qui ont quelque chose à cacher. (...) Je retire toute confiance à une politique dont la popularité repose exclusivement sur la promesse d'une vie dénuée de risque. Je retire toute confiance à une science qui affirme que le libre arbitre n'existe pas. Je retire toute confiance à un amour qui se considère comme le produit d'un processus d'optimisation immunologique. Je retire toute confiance à des parents pour qui une cabane dans un arbre n'est qu'un "risque de chute" et un animal domestique un "risque de contamination".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Zora-la-Rousse
Zora-la-Rousse   15 janvier 2011
La pire malédiction de l'homme vient de ce qu'il ne reconnaît qu'a posteriori les instants les plus heureux de son existence.
Commenter  J’apprécie          60
art-bsurde
art-bsurde   27 avril 2016
La vie est une offre qu'on peut tout aussi bien décliner.
Commenter  J’apprécie          50
art-bsurde
art-bsurde   29 avril 2016
La succession des jours, elle aussi, m'est devenue étrangère. Je ne reconnais plus ma vie, une simple suite d'actions. Sans signification. Sans but.
Commenter  J’apprécie          30
Kathleene
Kathleene   09 avril 2011
L'ironie est un signe de santé mentale.
Commenter  J’apprécie          30




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Quiz: l'Allemagne et la Littérature

    Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

    Hoffmann
    Gordon
    Grimm
    Marx

    10 questions
    276 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre