AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266016962
Éditeur : Pocket (17/08/2006)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Certains l'appellent Dilvish le Damné. On dit qu'il a rencontré son cheval métallique en enfer. Il blasphème des dieux oubliés des prêtres et semble surgi d'un passé lointain. Meliash, le gardien, le voit sans surprise : beaucoup d'aventuriers ont déjà revendiqué le Château Sans Age. Aucun n'est revenu. Mais ceux-là voulaient maîtriser Talua, le dieu fou aux superpouvoirs enfoui sous le château. Dilvish, lui, a juré la mort du sorcier Jelerak, maître de Talua. Rien ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (0) Ajouter une critique
BazaR
  24 janvier 2016
J'ai lu la version de ce roman intégrée dans le recueil des aventures de Dilvish le Damné (Folio ou Denoël). La traduction est plus récente, le titre lui-même change pour « Terres Changeantes ».
J'imagine qu'il ne devait pas être facile de rentrer dans ce roman sans avoir lu les nouvelles consacrées à Dilvish et qui expliquent beaucoup le monde et les allusions à des évènements passés. Armé de ce contexte, le roman se révèle excellent. Il conte l'histoire d'une des forteresses du sorcier Jérélak, la Némésis de Dilvish que ce dernier recherche partout pour l'étriper (le sorcier l'a jadis transformé en statue et laissé dans cet état des âges durant ; ça peut irriter). Ce château abrite le Dieu Très Ancien Tooaloa, aussi cracra et tentaculaire que Cthulu, dont la puissance déforme et met en mouvement les terres alentours. La forteresse est surveillée de loin par la Société – sorte d'administration recensant l'ensemble des magiciens de toute obédience – qui s'inquiète des effets de la puissance du Dieu et avertit du risque qu'ils courent les aventuriers et autres audacieux qui cherchent à pénétrer dans les terres changeantes et aimeraient bien contrôler ce pouvoir. Évidemment, Dilvish va tenter l'aventure au cas où Jérélak serait là-bas.
Dans ce roman, la magie l'emporte sur l'épée. On suit le point de vue d'une multitude de personnages sans rentrer en profondeur dans leur psychologie. C'est l'action qui prime, allègrement teintée d'humour dans les actes et surtout dans les dialogues. La fin se révèle plutôt frustrante, aussi bien pour certains personnages que pour le lecteur car on apprécierait bien de prolonger les débats et d'approfondir cet univers. Dommage, Zelazny a préféré s'intéresser à des personnages sans saveur comme Corwin d'Ambre (je rigole, j'adore Corwin).
Si vous aimez Zelazny et si ce billet vous donne envie d'aborder le roman, lisez plutôt Dilvish le Damné. Plus complet et aussi plus facilement accessible car toujours édité.
Sur ce, je repars déchiffrer le grimoire des Sorts Interdits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
Tatooa
  23 mai 2013
Bon ben finalement je me demande si je ne vais pas acheter la re-édition complète (Nouvelles + roman), puisqu'elle a été retraduite (Enfin il faut d'abord que j'ai l'occasion de la feuilleter...).
Car, fini, ce roman laisse un fort goût d'inachevé et de, comment dirais-je... Il y a trop d'idées intéressantes, trop de personnages et pas assez de développement. Mais vraiment pas assez, imaginez, il ne fait que 220 pages !
Voilà. En fait, ça part dans tous les sens, il y a une idée par page (bon, toutes les deux pages, admettons), plein de personnages dont finalement on ne sait rien ou pas grand chose, (25 au bas mot), et même les personnages principaux sont à peine ébauchés. Quant à la fin, elle est surprenante, trop rapide et facile, aussi.
Je ne sais pas trop si tout ça relève de la traduction, j'ai quand même un petit doute.
Bref, je suis déçue.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
WalktapusWalktapus   20 mai 2015
Les majestueux édifices d'une prodigieuse antiquité n'ont pas coutume d'être des oeuvres humaines. Le Château Sans Âge ne faisait pas exception à la règle : de même que la plupart des cités anciennes tiennent leur origine de la hardiesse architecturale de dieux ou demi-dieux, de même la lourde construction des Kannais, antérieure à toute autre et affectée au fil des âges à tous les usages - du palais royal à la geôle, du bordel à l'université, du monastère au refuge de goules - changeant même de forme, dit-on, pour répondre à ces diverses fonctions si bien qu'il résonnait des échos de tous les âges, cet édifice, donc, à en croire certains murmures que l'on ne risque qu'en détournant les yeux et en se protégeant d'un geste contre le mauvais sort, était une relique du temps où les Dieux Antiques hantaient la terre, un point de contact entre ces dieux et le globe, un jouet, une machine, peut-être même quelque étrange entité vivante façonnée par des puissances supérieures dont la vision transcendait celle de l'humanité - une entité vivante à laquelle ils avaient conféré, qu'ils en soient bénis ou maudits, cette étincelle de la conscience de soi et cette curiosité dévorante qui sont le levain de l'âme - ces dieux étant à l'homme ce que l'homme est à ces arboricoles velus que d'aucun rattachent à la famille humaine dans un dessein connu de ces seuls êtres brillants qui durent bien en tirer quelque profit, ne serait-ce que l'appartenance à un club interdimensionnel, avant que ces mêmes êtres accèdent à une félicité d'un ordre plus élevé, laissant derrière eux les fruits verts de leur ingérence dans les affaires des simiens par ailleurs satisfaits de leur sort ; façonné, à en croire certains métaphysiciens, sur un plan intemporel à partir de substances spirituelles, ne faisant donc pas partie intégrante du monde grossier où il avait été transplanté car il était composé d'égales mesures de bien et de mal et, chose plus intéressante, de leurs contreparties, l'amour et la haine, révélant par là une beauté à la fois sinistre et bénéfique, possédant une aura aussi absorbante qu'une éponge psychique et aussi douée de discernement, créature vivante comme le serait un homme dont seule une portion de son hémisphère droit fonctionnerait, ancré dans le temps et dans l'espace par un acte de volonté imparfait parce que divisé, et pourtant supérieur aux créations terrestres normales avec leurs vicissitudes, cela pour toutes les raisons non terrestres que les métaphysiciens n'auraient cure de réciter une seconde fois.

Tout cela n'était bien sûr que billevesées aux yeux de théoriciens plus pragmatiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
BazaRBazaR   20 janvier 2016
-- Si jamais celui que vous cherchez est là, je crains que vous ne rentriez pas chez vous.
-- Vous avez probablement raison, mais je serai enchanté de partir, à condition de l'emmener avec moi.
-- J'ai souvent entendu dire qu'une haine violente poussait à l'autodestruction. Je constate que c'est exact.
Commenter  J’apprécie          190
WalktapusWalktapus   15 mai 2015
Melbriniononsadsazzersteldregandishfeltselior avait rarement été utilisé par des adeptes terrestres, et pour cause : pour asservir un démon le rituel exigeait qu'on put l'appeler par son nom. (...) Mais pour le malheur de Melbriniononsadsazzersteldregandishfeltselior, Baran à la Tierce Main venait de Blackwold, où l'on parlait une complexe langue agglutinante.
Commenter  J’apprécie          135
WalktapusWalktapus   18 mai 2015
- Surveillez les angles ! cria Black. Il y a fort à parier qu'ils vont surgir des coins de la salle. Frappez de taille en décrivant des courbes... Pas toi, Derkon. Toi, tu devras faire usage de la baguette.
- Contre quoi ? Comment ? (...)
- Contre les chiens de Tindalos, répondit Black.
Commenter  J’apprécie          130
BazaRBazaR   22 janvier 2016
-- Un présage... Bon ou mauvais? demanda Galt à Van.
-- Comme toujours avec les présages, nous ne le saurons que quand il sera trop tard, répondit Van.
Commenter  J’apprécie          223
Video de Roger Zelazny (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roger Zelazny
Les 9 princes d'Ambre de Roger ZELAZNY : Extrait Audio
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Roger Zelazny

Quelles sont ses années de naissance et de mort ?

1937-1995
1906-2011
1873-1951
1902-1973

11 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Roger ZelaznyCréer un quiz sur ce livre