AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Roland Delouya (Traducteur)
ISBN : 2207304612
Éditeur : Denoël (01/01/1980)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.95/5 (sur 667 notes)
Résumé :
Un amnésique s'échappe d'un hôpital psychiatrique après avoir découvert le nom de la personne qui l'a fait interner : Flora, sa propre sœur.
Celle-ci lui révèle qu'il se nomme Corwin, et qu'il est l'un des neufs frères qui se disputent le pouvoir au royaume d'Ambre, le seul monde réel dont tous les autres sont des reflets, des ombres; que les princes d'Ambre ont la faculté de parcourir ces univers parallèles par la puissance de leur seule volonté.
Reco... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (73) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  17 décembre 2017
Au début du livre, tu vas suivre un drôle de type devenu amnésique et qui va s'acharner à retrouver la mémoire. Par petits bouts ou par pans entiers, tu le verras reconquérir sa vie d'avant. En le voyant sortir des brumes, tu ne trouveras pas très sympathique cet homme qui met toute son intelligence hors-norme au service de son arrogance, de sa brutalité et de sa malignité. Tu te demanderas où Corwin − puisque c'est son vrai nom – va t'embarquer ? Même si tu tiens la main d'un sale type, tu peux me croire, le voyage qu'il te propose est étourdissant.
Corwin est l'un des neuf princes − qui sont aussi neuf frères − du royaume d'Ambre, et son unique dessein est d'y retourner pour conquérir le trône. Mais toutes les routes ne mènent pas à Ambre. Outre qu'il faut déjouer les pièges et autres fourberies des frangins, tu l'accompagneras dans ses voyages risqués et loufoques à travers les Ombres, des univers parallèles et instables aux lois physiques différentes. Ces Ombres, dont fait partie notre bonne vieille Terre, ne sont que des reflets en creux d'Ambre, seul élément stable de cet étrange et extravagant multivers.
Mon Dieu, ces neuf princes ! quelle famille ! Les Atrides, les rois Mérovingiens sont des enfants de choeur par rapport à cette fratrie sans foi ni loi, malveillante, cynique, et qui a le goût du sang. Corwin, pourtant poète et chansonnier à ses heures perdues, n'est ni pire ni meilleur que les autres. Il a la puissance des surhommes, il a la mémoire des siècles ; il a le goût du risque et n'a absolument aucun scrupule de conscience. Dans ce bras de fer qui l'oppose à ses frangins, on va le voir perdre, puis gagner, puis trébucher, et perdre de nouveau, et se relever encore une fois…
Une histoire ludique. Une imagination débridée. Un style sec, une écriture hâtive extraordinairement dynamique qui caracole et avance au pas de charge. Une vraie surprise. Je vais aller plus loin que ce premier tome.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          734
Ellane92
  28 décembre 2015
Un homme amnésique s'enfuit de la clinique privée dans laquelle des sédatifs lui étaient administrés pour empêcher son réveil, non sans avoir dans la poche le nom et l'adresse de la personne qui employait et payait la clinique. Lorsqu'il voit Evelyn, il ne doute pas qu'il connait bien cette personne, et qu'elle est bien sa soeur... Mais elle s'appelle Evelyn autant que lui se nomme Carl Corey, le nom figurant sur sa fiche d'admission !
Cette dernière semble moins que ravie de le voir débarquer chez lui, et estime les propos sibyllins de Carl, qui essaie de noyer le poisson pour cacher son absence de mémoire, forts appropriés et plein de sous-entendus. Carl, lui, aimerait juste savoir de quoi il parle !
Evelyn s'absente pour la journée. Carl en profite pour farfouiller chez elle et tombe sur un jeu de tarot étrange, froid au toucher, aux illustrations magnifiques. Ces cartes représentent des personnes réelles, et en les manipulant, Carl se rappelle de son propre nom, Corwin, et de ses frères et soeurs, qu'il pourrait, s'il le souhaitait, contacter au moyen de ce jeu d'atouts, puisque c'est bien là ce que sont ces cartes : un moyen pour échanger et se déplacer entre membres de la famille royale d'Ambre. Lorsque le téléphone sonne, Corwin prend sous sa protection Random, l'un de ses frères, et ensemble, ils décident de traverser les Ombres pour rejoindre le premier de tous les univers, le bastion de l'Ordre contre le Chaos, représenté par la Licorne, l'immortelle Ambre.
Il faut absolument lire ce premier tome du cycle des Princes d'Ambre !! En un peu plus de 200 pages, nous découvrons un nouvel univers, une famille aussi nombreuse que tordue et retorse, des combats d'épée, une guerre, une défaite, une mutilation, une évasion, et la promesse d'un Prince d'Ambre de conquérir son trône ! Ce cycle donnera lieu à deux série de 5 livres, l'une sur Corwin, que l'on découvre dans ce premier opus, un homme sur de lui et de ses prétentions, poète et guerrier, tenace comme la mauvaise herbe, hâbleur, mais, à sa façon également, honnête et loyal. La seconde série est consacrée à son fils, Merlin.
Avec le cycle des Princes d'Ambre, Zelazny reprend à son compte la théorie des multivers, avec un univers originel dont découlerait tous les autres, ce qu'il se passe dans le premier ayant des répercutions sur tous les autres, et vice versa. Dans ce premier tome, on découvre, en même temps que Corwin se souvient (c'est vachement malin, comme procédé ; pas hyper-méga-original, mais très efficace) surtout Ambre, les lois qui la régissent, ses hauts-lieux, comme Rebma, la ville sous l'eau, ses personnages hauts-en-couleurs (celles de Corwin sont le noir et l'argent...), et ses enjeux. le Chaos, qui se trouve à l'opposé d'Ambre et en constitue l'antithèse, sera évoqué dans les opus suivants.
Donc, Corwin, au final tout aussi légitime qu'un autre de ses frères à porter la couronne d'Ambre, est un personnage comme sait nous les offrir Zelazny, à la fois digne Prince d'Ambre (et ce n'est pas un compliment !!), charismatique et égoïste, mâtiné d'un certain sens des responsabilités et d'un zeste de compassion, sans doute à cause des siècles passés sur l'Ombre Terre (c'est-à-dire chez nous) pour cause d'amnésie.
Je pense que, objectivement, Les 9 princes d'Ambre est le meilleur tome de tout le cycle. J'ai ceci dit une tendresse particulière pour Les fusils d'Avalon, et suis raide dingue des Cours du Chaos, de la main d'Obéron et du Signe de la Licorne (oui, je sais, ce n'est pas le bon sens de lecture...). En revanche, j'ai trouvé les tomes consacrés à Merlin moins prenants.
Je préfère, personnellement, quand Zelazny s'applique à proposer à ses lecteurs une oeuvre post-moderne et expérimentale, comme dirait Alfaric, comme par exemple pour l'Oeil de Chat, mais franchement, il maitrise avec un réel talent et beaucoup d'inspiration l'écriture de ce tome sur lequel il bâtira la série, mélange de cynisme et d'humour noir, d'action héroïques et de héros désabusé. Un vrai régal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
boudicca
  21 octobre 2015
« Le cycle des Princes d'Ambre » de Roger Zelazny fait désormais partie des grands classiques pour les lecteurs de littérature de l'imaginaire, et ce n'est pas sans une certaine appréhension que j'aborde généralement ce genre d'ouvrage, inquiète à l'idée de rester hermétique à cet univers que tant d'autres ont pourtant apprécié. le suspens n'aura pas été long dans le cas de Zelazny puisque j'ai été totalement conquise dès les premières pages. Il faut dire que l'auteur sait s'y prendre en matière d'immersion ! le lecteur se trouve ainsi projeté au côté d'un homme qui se réveille sans n'avoir plus aucun souvenir de qui il est, de ce qu'il fait dans cet hôpital et encore moins des raisons pour lesquelles on refuse de le laisser partir. Loin de se laisser perturber par son amnésie, notre héros prend très vite les choses en main et décide de suivre la maigre piste qui s'offre à lui. Après tout qu'importe s'il ne sait pas encore qui il est, ce qu'il faisait, où il va et qui sont ces gens qui se présentent comme ses frères et soeurs et qu'il croit effectivement reconnaître : le tout c'est d'avoir assez d'aplomb pour préserver les apparences et ainsi en apprendre le plus possible sans se mettre en position de faiblesse. Et à ce petit jeu là, notre héros est particulièrement doué. On suit donc sa quête, d'abord pour retrouver la mémoire, puis pour tenter de conquérir le trône dont il estime qu'il lui revient de droit. Seulement il n'est pas le seul prétendant et parmi la longue liste de ses frères et soeurs, certains se trouvent dans des positions bien plus avantageuses que lui pour s'emparer du pouvoir.
Le livre se lit avec une déconcertante rapidité (à peine vingt-quatre heures en ce qui me concerne) tant on est pris par l'intrigue et tant on est peu enclin à décrocher du rythme endiablé que nous impose Zelazny. le lecteur se retrouve en effet pris dans un véritable tourbillon d'événements si bien que ce roman d'à peine plus de deux cent pages parvient à acquérir une densité peu commune que certains ouvrages de milles pages n'arrivent parfois pas à atteindre. L'auteur nous livre au compte goutte des informations concernant la fameuse ville d'Ambre qui donne son nom au cycle mais les aperçus qu'on a de cet univers sont déjà suffisants pour faire naître chez le lecteur une indéniable fascination. Il faut dire que les nombreux endroits qu'on a l'occasion d'arpenter dans ce premier tome sont déjà particulièrement riches, qu'il s'agisse de la forêt d'Arden ou encore de la ville sous-marine de Rebma et de sa Marelle, et il en va de même pour les personnages. Là encore Zelazny préfère nous jeter directement dans le bain et nous présente donc succinctement la totalité des princes et princesses d'Ambre, soit treize personnages au total qui entretiennent les uns avec les autres des relations pour le moins belliqueuses : même lorsqu'ils semblent oeuvrer main dans la main en vue d'un objectif commun, la trahison reste dans tous les esprits. L'auteur sait malgré tout entretenir le suspens aussi n'a t-on l'occasion de rencontrer que quelques uns des membres de la famille de notre héros, les autres faisant néanmoins l'objet de nombreuses conversations et spéculations.
Un premier tome haletant dans lequel Zelazny met en place un univers pour le moment tout juste esquissé mais qu'on devine déjà d'une profondeur peu commune. Ajoutez à cela un narrateur charismatique et attachant, une intrigue menée tambour battant et un style agréable et immersif et vous obtenez un ouvrage addictif. Inutile de vous dire que je me suis aussitôt ruée sur le second volume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
Dionysos89
  11 août 2016
Nouveau cycle, nouveau tome d'introduction. Commencer le cycle des Princes d'Ambre de Roger Zelazny, c'est s'exposer à la lecture de dix tomes légendaires, mais c'est surtout prendre le risque de ne plus vouloir quitter la fabuleuse cité d'Ambre.
Dans ces « Neuf Princes d'Ambre », Roger Zelazny va nous placer le contexte et les personnages de son cycle à mi-chemin entre science-fiction et fantasy. Nous suivons tout du long Corey qui se réveille amnésique dans une clinique qui semble tenir à le voir sous médication. S'échappant, puis retrouvant celle qui paye pour ses frais médicaux, il recouvre doucement mais sûrement la mémoire. Il serait donc Corwin, l'un des princes légitimes d'Ambre, sans pour autant qu'il sache pour le moment ce que c'est, et nous non plus d'ailleurs. Pour découvrir cela, il va falloir y aller ! À cheval, en voiture, par les airs ou par la mer, Ambre peut s'atteindre de bien des façons mais toutes sont dangereuses, car la rivalité entre les frères et les soeurs de Corwin fait rage et fait des morts. Qui règnera sur la fabuleuse cité d'Ambre ? c'est tout l'enjeu.
Roger Zelazny fait preuve d'un exceptionnel sens du rythme dans ce premier tome, et il en faut de fait beaucoup pour savoir ainsi alterner narration sans longueur, moments de bravoure sans temps mort et dialogues au couteau entre protagonistes. Il en faut de même pour nous faire comprendre que chaque monde parallèle vaguement esquissé pour l'instant n'est en vrai qu'une « ombre » du prestigieux et originel royaume d'Ambre que la compagnie des princes et princesses tente de contrôler aux dépens des uns et des autres.
Dans un tout autre style que son compatriote Isaac Asimov, Roger Zelazny crée son propre « cycle de Fondation » en semant une quantité phénoménale de bonnes idées : le système des Atouts, cartes maîtresses permettant aux princes et princesses de communiquer entre eux, voire même de se déplacer en cas d'urgence ; l'Escalier de Faiella-bionin est un concept à lui tout seul ; ce dernier mène à Rebma, ville antithèse construite en miroir d'Ambre, etc.
Bref, « Les Neuf Princes d'Ambre », c'est un premier tome très énergique, très inventif et qui se lit à une vitesse folle tant les personnages sont bien campés. Ce cycle débute sous les meilleurs auspices !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          426
bilodoh
  03 avril 2016
Un roman « fantasy » parfait pour un compléter un défi ABC…

Un début lent et intrigant, on découvre peu à peu de quoi il s'agit en même temps que le héros amnésique. C'est un procédé intéressant : comme le protagoniste, le lecteur ne comprend pas ce qui se passe et découvre peu à peu son étrange famille et les mondes dans lesquels ils vivent. Il y a l'Ambre et ses Ombres, un jeu de cartes qui permet de communiquer ou de voyager, et toutes sortes de choses extraordinaires.

C'est ensuite une accélération rapide du déroulement, avec des batailles sanglantes, des tempêtes meurtrières, de bons amis et de méchants monstres et une lutte pour devenir la couronne du royaume. Et ça continue avec… il faudra le lire pour le savoir !

Avec moins de 250 pages en poche, c'est facile à absorber pour s'initier à ce type de roman où l'imaginaire est roi et où se recoupent de nombreux univers.

Pour ma part, je n'hésiterai pas à m'aventurer dans le deuxième tome…
Commenter  J’apprécie          260
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric76   12 décembre 2017
J'aperçus les morts d'Auschwitz, leur peau parcheminée sous laquelle saillaient les os, noueux comme des sarments. J'avais été présent à Nuremberg. J'entendis la voix de Stephen Spender qui récitait "Vienne". Je vis Mère Courage traverser la scène le soir de la première. Je vis les fusées jaillir de lieux souillés, Peenemünde, Vanderberg, Kennedy, Kyzyl Klum dans le Kazakhstan, je touchai de mes mains la Grande Muraille de Chine. Nous buvions de la bière et du vin, et Shaxpur dit qu'il était ivre et il alla vomir. Je pénétrai dans la Réserve de l'Ouest et pris trois scalps en un jour. Je chantonnai pendant que nous marchions, et tout le monde reprit ma chanson en chœur : " auprès de ma blonde ". Je me souvenais, je me souvenais... de ma vie dans Ombre, que ses habitants appelaient la Terre. Encore trois pas... Je tenais une épée ensanglantée. Trois hommes morts, mon cheval qui m'avait permis de fuir la Révolution française. Plus encore, tellement plus, ça remontait jusqu'à...
Je fis un autre pas.
Ca remontait...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Dude76Dude76   19 septembre 2010
Ça commençait à se dissiper, mais après ce qui me parut être une éternité.
J'essayai de remuer les orteils. J'y réussis. J'étais sur un lit d'hôpital, les jambes dans le plâtre. C'étaient bien mes jambes.
Je fermai les yeux avec force et je les rouvris. Trois fois.
La chambre reprit son aplomb.
Où diable étais-je ?
Les brumes se déchirèrent lentement et la mémoire me revint. Je me souvins de nuits, d'infirmières et d'aiguilles. Chaque fois que je commençais à reprendre mes esprits, quelqu'un entrait et me piquait avec quelque chose. C'était exactement ce qui s'était passé. Exactement ça. Mais maintenant j'étais à peu près conscient. Ils allaient bien être obligés d'arrêter leur petit jeu.
Non ?
Une pensée jaillit : [i]Peut-être pas[/i].
Un léger scepticisme, bien naturel, quant à la pureté des motivations humaines vint assombrir le cours de mes pensées. Je pris brusquement conscience qu'on avait dû m'administrer une bonne dose de narcotiques. Sans aucune raison, eu égard à mon état de santé. Aucune raison non plus pour qu'ils arrêtent si on les avaient payés pour. Alors fais gaffe et joue les drogués, me conseilla une petite voix intérieure qui, malgré sa sagesse, n'était pas ce qu'il y avait de meilleur en moi.
Dix minutes plus tard, une infirmière passa la tête par l'entrebâillement de la porte. J'étais évidemment en train de ronfler avec application. Elle s'en alla.
Pendant ce temps, j'avais commencé à reconstituer ce qui était arrivé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
TeaSpoonTeaSpoon   05 janvier 2013
Puis je me suis torturé la cervelle - torturé à quel point! Dieu seul le sait - mais sans grand résultat.
Jusqu'à ce qu'un mot magique me revienne.
Ambre.
La veille au soir, j'avais été très bouleversé à l'entendre. Tellement bouleversé que depuis j'avais évité d'y repenser. Maintenant je le désirais. Maintenant je le faisais rouler dans ma tête, et j'examinais toutes les associations qui en découlaient.
Il était chargé d'un désir ardent et d'une immense nostalgie. Il cachait tout au fond de lui un sentiment de beauté oubliée, d'accomplissement grandiose, un sentiment de puissance terrible, presque élémentaire. Il appartenait à mon vocabulaire. Il en faisait partie comme il faisait partie de moi. C'était le nom d'une ville. D'une ville que j'avais connue autrefois. Mais aucun souvenir visuel ne me revint. Uniquement des émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Ellane92Ellane92   06 janvier 2016
De toutes les cités qui existent ou existeront, Ambre est la plus grande. Ambre était au début et sera à la in de tout. Toutes les cités qui ont existé n'ont été que le reflet, l'ombre d'une partie d'Ambre. Ambre, Ambre, Ambre... Je me souviens de toi. Jamais plus je ne t'oublierai.
Commenter  J’apprécie          260
bilodohbilodoh   29 mars 2016
Les larmes me montèrent aux yeux à cause de tous ces hommes, si différents des seigneurs d’Ambre, qui ne vivent qu’un bref espace de temps et se transforment en poussière, et dont beaucoup sont condamnés à rencontrer la mort sur les champs de bataille du monde entier.

(Folio SF, p. 185)
Commenter  J’apprécie          201
Videos de Roger Zelazny (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roger Zelazny
Lecture par Roger Zelazny à la 4th Street Fantasy Convention en 1986
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Roger Zelazny

Quelles sont ses années de naissance et de mort ?

1937-1995
1906-2011
1873-1951
1902-1973

11 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : Roger ZelaznyCréer un quiz sur ce livre
.. ..