AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bruno Martin (Traducteur)
ISBN : 2207304655
Éditeur : Denoël (05/04/1988)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 323 notes)
Résumé :
Le roi Oberon s'est éclipsé pour la seconde fois, laissant sa succession ouverte. Mais le trône n'est plus désormais l'enjeu premier des luttes qui opposent Corwin et ses frères : car Ambre la magique, Ambre et sa Marelle prodigieuse, Ambre, dont notre Terre n'est qu'un reflet, risque de disparaître sous les terribles assauts des forces du Chaos.
Pour sauver le royaume, il faudra en dévoiler les ultimes mystères, et comprendre les liens qui l'unissent au Chao... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  15 décembre 2015
Cinquième volume du « Cycle des Princes d'Ambre », « Les cours du chaos » marque la fin des aventures de Corwin, narrateur depuis le tout premier tome, qui arrive enfin ici au bout de sa quête. Contrairement aux précédents opus dans lesquels Zelazny entraînait volontiers ses lecteurs de fausses pistes en fausses pistes tout en laissant planer le doute sur les motivations de ses personnages, les enjeux et les positions de chacun sont cette fois clairement définis : l'identité du « méchant » de l'histoire ne fait plus aucun doute et on connaît désormais précisément l'ampleur de la menace qui pèse sur la cité d'Ambre ainsi que sur les héritiers du trône. Autre élément important qui place ce cinquième tome légèrement à part des précédents : la quête du héros est avant tout solitaire si bien que, contrairement à ce dont on avait jusqu'à présent l'habitude, il interagit finalement assez peu avec les autres membres de sa nombreuse et complexe famille. Si son parcours est certes parsemé de quantité de confrontations et de rencontres (plus étonnantes les unes que les autres), l'essentiel de l'intrigue concerne ici la succession d'épreuves psychologiques auxquelles se trouve soumis notre narrateur qui va devoir faire appel à toute sa ruse et toute sa force pour parvenir à contrer les redoutables plans de son frère.
Ce cinquième volume se fait ainsi un peu moins rythmé que ses prédécesseurs, même si on prend toujours un immense plaisir à suivre les pérégrinations de cet attachant protagoniste qu'est Corwin. de plus, les choses s'accélèrent nettement dans le dernier tiers du roman où les lecteurs seront ravis d'enfin trouver toutes les réponses à leurs interrogations. Zelazny ne résiste à nouveau pas à l'idée de nous surprendre jusqu'au bout et multiplie les rebondissements, heureux pour quelques uns, tragiques pour beaucoup. Bien malin celui qui aurait pu prévoir que les choses finiraient ainsi pour certains personnages ! Les retrouvailles entre tous les héritiers d'Ambre sont évidemment riches en émotion et nous permettent de véritablement mesurer le chemin parcouru depuis le premier tome. C'est notamment le cas pour Corwin qu'on a progressivement vu évoluer à mesure que son sens du devoir prenait le dessus sur son ambition et sur les vieilles rancoeurs l'opposant aux membres de sa fratrie. On retrouve d'ailleurs ces derniers avec plaisir, quand bien même leur rôle se fait ici plus limité que dans les autres opus. Qu'il s'agisse de Bénédict, Fiona, Gérard, Random, Deirdre, ou encore Julian, tous se révèlent finalement attachants, même si leur personnalité recèle toujours une part d'ombre plus ou moins grande qui ne demande qu'à être éclaircie.
Un cinquième tome définitivement à part et qui clôt parfaitement le récit des aventures de Corwin. le « Cycle des Princes d'Ambre » est cependant loin de s'achever avec « Les cours du chaos » puisqu'il comprend également cinq autres volumes qui donne cette fois la parole à un autre narrateur qui n'est autre que le fils du précédent. C'est donc une nouvelle aventure qui commence dans le fascinant univers d'Ambre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
ibon
  06 février 2018
Un mets long en bouche digne d'un 4 étoiles comme dirait le guide Michemin!
Corwin est sollicité de partout et paraît un héros fatigué à courir deci delà entre la Marelle, qui est la matrice des mondes des gentils, et le Chaos appartenant aux ennemis. En outre, la fin du monde annoncée prédédemment est imminente.
Un tome qui ne déçoit pas dans l'ensemble malgré beaucoup de descriptions apocalyptiques et psychédéliques en milieu de récit (sans queue ni tête avec du rose, du vert, du jaune et beaucoup de brouillard) dans la zone du Chaos.
Malgré les extravagances de couleurs et d'altérations des formes dans les cours du Chaos, nous sommes malgré tout en pays de connaissance, avec des personnages d'une famille dont les caractères sont inchangés et très humains. Cachoteries, jalousies, trahisons et quêtes du pouvoir jalonnent le récit. Sans trahir l'intrigue, le héros Corwin qui avait beaucoup de peine à recoller les morceaux de son histoire dans les précédents tomes après son amnésie, sait dorénavant quel membre de sa famille est le redoutable adversaire à abattre.
Pourtant ils ne veulent plus tous le trône d'Ambre!
Car les responsabilités sont devenues énormes avec la menace grandissante d'une attaque des forces du Chaos. Corwin montre un peu plus de recul avec l'accession au trône et d'humilité surtout depuis qu'Oberon, son père, est revenu.
Au sujet des influences, je persiste à trouver quelques ressemblances avec le "Seigneur des anneaux". L'anneau est remplacé par une pierre magique rouge que l'on porte en collier. Elle est un objet de convoitise car elle possède un énorme pouvoir sur la destinée d'Ambre. Cette pierre épuise son porteur au tome 2 (mais le renforce bizarrement au tome 5). le Mordor est ici le Chaos, un pays sombre et rocheux. Des armées de toutes les contrées sont nombreuses et d'aspect effrayant.
Les points communs s'arrêtent là, car, pour ce qui est des différences, je trouve Zelazny plus fin que Tolkien dans les interactions entre les personnages. Plus fin car moins caricatural et sans vision aussi manichéenne.
De plus, les tomes de la saga ont l'avantage d'être assez concis, clairs et envoûtants. Peut-être par habitude du très bon avec Zelazny, il me chaut de poursuivre avec le récit suivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
bilodoh
  28 août 2016
Plusieurs semaines ont passé depuis ma dernière incursion en Ambre, mais je suis contente de retrouver cette ambiance maintenant familière. Je poursuis donc la route avec Corwin, un héros qui a entrepris une longue quête, qui s'humanise, ou plutôt, qui devient plus altruiste et sage, prêt même à se sacrifier pour le royaume.

Après l'ambition et les cruelles rivalités entre les princes, on assiste à un voyage intérieur, on découvre la valeur de l'amitié et de la confiance. Mais rassurez-vous, les trahisons et les problèmes ne sont pas tous disparus, ce n'est pas tout à fait une fin à la « ils vécurent heureux jusqu'à la fin des temps ».

Il s'agit de la dernière partie du « cycle de Corwin », mais pas de la fin des princes. L'aventure se poursuivra dans plusieurs tomes et les critiques bienveillantes des amis babeliens m'incitent à continuer. Et après avoir sauté à cloche-pied dans la marelle, peut-être pourrais-je enfin savoir ce qu'il y a après le Chaos…
Commenter  J’apprécie          140
Mondaye
  29 février 2016
Une fin assez troublante pour cette série magique.
Il se passe moins de chose que ce à quoi on s'attendait: une bonne partie du livre est un voyage qui sans être exempt de péripéties, reste relativement "pauvre" en action. Mais néanmoins il est si bien écrit, si enchanteur que l'on ne s'ennuie pas.
Par contre... la vraie fin arrive du coup un peu rapidement, et plusieurs points restent dans l'ombre.
Mais ce n'est que la fin d'un cycle, et Corwin nous donnera sans doute un peu de ses nouvelles dans le suivant.
Commenter  J’apprécie          141
CasusBelli
  30 juin 2017
Un cinquième tome au goût très différent, j'ai presque envie de dire bravo et pourtant c'est de loin celui qui m'a le moins emballé.
Je m'explique, après l'introduction qui voit Corwin hériter d'une mission dont il se serait bien passé, la quasi-totalité du récit se déroule dans le monde du chaos, et c'est long, très long...
Que de descriptions de lieux et d'ambiances, que d'états d'âmes décrits, quel long, très long chemin à parcourir avant d'arriver (peut-être) à destination...
Là où je dis bravo, c'est que le transfert opère, la lassitude qui gagne Corwin déteint sur le lecteur (ce n'est que mon ressenti, soyez rassuré), la fatigue, le doute et le désespoir nous accompagnent tout du long, c'est pénible et génial en même temps, car n'allez pas croire que l'histoire est du coup moins intéressante, et c'est là où je dis bravo, j'ai adhéré jusqu'à la fin, car oui ce cinquième tome marque la fin de ce premier cycle (au moment où j'écris ces lignes j'ai pratiquement fini le tome six).
L'auteur aura réussi le tour de force de nous livrer cinq récit ayant chacun une texture différente jusqu'à un final très convaincant, cela m'impressionne vraiment.
J'aurais dû découvrir cette série il y a longtemps, je l'aurais déjà relue plusieurs fois avec plaisir :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Dude76Dude76   26 septembre 2010
... Le cassis et les odeurs des fleurs de châtaigniers. Tout au long des Champs-Élysées, les châtaigniers n'étaient qu'une blanche écume...
Je me rappelais les entrelacs des jets d'eau de la place concorde... et, en descendant la rue de Seine et le long des quais, l'odeur des vieux bouquins, celle du fleuve... Le parfum des châtaigniers en fleur...
Pourquoi me souvenais-je soudain de 1905 et de Paris sur l'ombre Terre, sinon que j'étais très heureux cette année-là et qu'à la réflexion j'y avais peut-être cherché un antidote au temps présent ? Oui...
L'absinthe blanche, l'Amer Picon, la grenadine... Les fraises des bois à la crème d'Isigny... Les parties d'échecs au [i]Café de la Régence[/i], avec des acteurs de la Comédie-Française, juste de l'autre côté de la rue ... Les courses à Chantilly ... Les soirées dans la [i]Boîte à Fursy[/i], rue Pigalle...
Je posais fermement le pied gauche devant le droit, le droit devant le gauche. De la main gauche, je tenais la chaîne de la Pierre - et je la portais haut afin de pouvoir en regarder les profondeurs, y voir et y sentir la naissance de la nouvelle Marelle que je décrivais à chaque pas. J'avais planté mon bâton en terre pour marquer le point de départ de la Marelle. À gauche...
Le vent chantait autour de moi et le tonnerre était tout proche. Je ne me heurtais pas à la résistance physique que j'avais rencontrée sur l'ancienne Marelle. Il n'y avait même aucune résistance. Au contraire - et c'était pire de bien des manières - une lenteur particulière guidait tous mes mouvements, en faisant un rite. Il me semblait dépenser plus d'énergie pour préparer chaque pas - le percevoir, l'exécuter et ordonner à mon corps de le faire - que pour le geste matériel à accomplir. Pourtant cette lenteur paraissait "se vouloir", m'être imposée par quelque agent inconnu qui décidait de la précision et du ralenti de tout ce que je faisais. Bien...
... Et de même que la Marelle de Rebma avait aidé au retour de ma mémoire, celle-ci, que j'essayais de créer, agitait mes souvenirs et faisait remonter l'odeur des châtaigniers et des camions chargés de légumes qui se rendaient aux Halles à l'aube... Je n'étais amoureux de personne en particulier à l'époque, bien qu'il y eût de nombreuses filles - des Yvette, des Mimi, des Simone dont les visages se confondaient - et c'était le printemps de Paris, avec les orchestres tziganes et les cocktails chez Louis... Je me souvenais et mon cœur bondissait d'une sorte de joie proustienne tandis que le Temps sonnait autour de moi comme une cloche... Et peut-être y avait-il une raison à ces souvenirs, car cette joie se transmettait en quelque sorte à mes mouvements, enrichissait mes perceptions, donnais de la puissance à ma volonté...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Dude76Dude76   26 septembre 2010
Quelques lignes d'une nouvelle d'Isak Dinensen me revinrent en mémoire, des mots qui m'avaient suffisamment frappé pour que je les apprenne, en dépit du fait que j'étais à l'époque Carl Corey : " Peu de gens peuvent se dire libérés de la croyance que ce monde qu'ils voient autour d'eux est en réalité l'œuvre de leur propre imagination. En sommes-nous donc satisfaits et fiers ? " Un résumé du passe-temps philosophique favori de la famille. Fabriquons-nous les mondes des Ombres ? Ou existent-ils, indépendants de nous, attendant nos pas ? Ou y a-t-il un moyen terme injustement exclus ? Est-ce davantage une question de plus ou moins que de soit ... soit ? Un rire sec m'échappa quand je m'aperçus que je ne connaîtrais probablement jamais la vraie réponse. Pourtant, comme je l'avais pensé cette nuit, il existe un endroit, un lieu où le moi arrive à son terme, un lieu où le solipsisme n'est plus la réponse plausible aux sites que nous visitons, aux choses que nous trouvons. L'existence de cet endroit, de ces choses, dit qu'ici au moins il y a une différence, et si elle est ici, peut-être remonte-t-elle aussi par nos ombres, pour nous donner la notion du non-moi, ramenant nos ego à une moindre stature. Car j'avais bien l'impression d'être en un tel lieu, un lieu où la question "En sommes-nous donc satisfaits et fiers ? " ne se posait plus, contrairement à la vallée déchirée de Garnath et à ma malédiction, plus près de chez nous. Quelle que dût être ma croyance ultime, je sentais que j'allais pénétrer dans le pays du non moi total. Il se pourrait que passé ce point mes pouvoirs sur Ombre se voient annulés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
bilodohbilodoh   22 août 2016
Il est vrai que j’ai rencontré moi aussi des gens qui m’avaient fait bonne impression et que j’en était venu à détester en apprenant ce qu’ils étaient sons la surface. Et ils étaient parfois comme cette femme-sorcière, il n’y avait pas grand-chose dessous.

(Folio SF, p. 109)
Commenter  J’apprécie          170
bilodohbilodoh   28 août 2016
Le fait que la ligne droite soit le chemin le plus facile n’en fait pas l’unique. Pourtant nous le recherchons si souvent que nous avons tendance à oublier que l’on peut également progresser tout en décrivant des cercles…

(Folio SF, p.65)
Commenter  J’apprécie          100
TatooaTatooa   12 novembre 2013
Je dépassai l'oiseau. Un instant après, il me rattrapait et allait se percher sur un roc à ma droite.
- Je m'appelle Hugi, m'annonça-t-il. Je vois que tu as un morceau de ce vieux Ygg.
- Ygg ?
- Ce vieil arbre arrogant qui attend à l'entrée des lieux et qui ne permet à personne de se reposer sur ses branches. Je te parie qu'il a du gueuler un bon coup quand tu lui en a coupé une ! "
Commenter  J’apprécie          30
Video de Roger Zelazny (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roger Zelazny
Les 9 princes d'Ambre de Roger ZELAZNY : Extrait Audio
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Roger Zelazny

Quelles sont ses années de naissance et de mort ?

1937-1995
1906-2011
1873-1951
1902-1973

11 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Roger ZelaznyCréer un quiz sur ce livre