AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782211061087
258 pages
Éditeur : L'Ecole des loisirs (22/08/2002)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 100 notes)
Résumé :
Avoir dix-huit ans en France, ça signifie passer son bac, son permis de conduire, avoir le droit de vote, travailler enfin ou entreprendre des études. Dix-huit ans est synonyme de majorité, de maturité et de liberté.

Mais avoir dix-huit ans en Israël ça signifie donner les deux prochaines années de sa vie au pays, à sa défense, à sa survie. Devenir un matricule. Porter l’uniforme. Se réveiller à quatre heures et demie. Faire la vaisselle pour soixante... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
mollymon
  17 juillet 2017
Dans ce roman sorti en 2002, un an après la fin définitive de la conscription en France, Valérie Zenatti raconte ses 24 mois mois de Sherout Sadir, le service militaire obligatoire au sein de Tsahal, l'armée de défense d'Israël. Elle y rend compte de la difficulté de passer de la vie civile insouciante à un vie militaire à laquelle rien ne l'avait préparée.
C'est avec ambivalence qu'elle appréhende la situation car si la privation de liberté et la discipline stricte lui pèsent, elle ressent de l'intérêt pour une formation très rigoureuse dans une unité d'élite. Elle réalise qu'elle peut repousser très loin ses limites malgré la pression constante et la fatigue qui s'accumule. Ambivalence aussi envers son Uzi chargé à balles réelles qu'elle porte en permanence. Si elle prend plaisir aux séances de tir, elle sait qu'elle est susceptible d'en faire usage pour se défendre car en pleine intifada, les attaques contre les soldats sont fréquentes. Le danger est bien réel...
Quand j'étais soldate est un roman destiné à un lectorat adolescent. Sans y faire l'apologie de Tsahal, Valérie Zenatti montre aux jeunes lecteurs français qui se contentent d'assister à une journée défense et citoyenneté, que le service militaire en Israël prend une importance capitale dans la vie des jeunes israéliens en tant que véritable rite de passage vers l'âge adulte.
Pour Valérie, arrivée en Israël à l'âge de 13 ans et qui se sentait encore une étrangère cinq ans après, ce passage par l’armée est constitutif de sa citoyenneté israélienne. Cette période lui a donné aussi l'occasion de découvrir la réalité du conflit israëlo-palestinien, de poser un regard critique et nuancé sur sa patrie d’adoption et de faire naître en elle les espoirs de paix..
Le sujet peut paraître aride pour un roman jeunesse mais Valérie Zenatti évoque aussi avec humour et poésie ses préoccupations d'ado. Sa plume reste toujours suffisamment légère pour rendre cette lecture agréable à tout âge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Ziliz
  26 mai 2011
Après la découverte de "Une bouteille dans la mer de Gaza", j'ai eu très envie d'en connaître davantage sur Valérie Zenatti, de savoir quelle était son expérience concernant Israël. Ce récit autobiographique a répondu à mes attentes. L'auteur y relate ses deux années de service militaire obligatoire à partir de 18 ans, soit cinq ans après avoir quitté la France avec ses parents...
Tendresse et rires avec les amies de lycée, épreuves du baccalauréat, départ pour l'armée, classes et impitoyable discipline militaire, formation éprouvante pour les services secrets - réservés à l'élite - puis affectation... Pas de révolte à l'idée d'aller "faire l'armée", de l'appréhension bien sûr mais beaucoup de sagesse et la conscience de servir son pays pour une cause qui lui tient à coeur.
D'une grande sensibilité et non dénué d'humour, ce témoignage est passionnant et très riche d'enseignements. Beaucoup de douceur dans le récit, la jeune femme est vraiment attachante. Vive, passionnée, mais mûre et réfléchie, la jeune Valérie s'interroge sur son avenir, sur l'amour, réserve une grande place à l'amitié et aux livres, mais est aussi très préoccupée par Israël et la paix qu'elle aimerait voir y régner
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
100choses
  30 novembre 2012
Mes lecteurs réguliers le savent sans doute mais autant le rappeler ici pour les petits nouveaux ou les visiteurs de passage, j'ai vécu trois ans en Israël. C'est au cours de ce séjour que j'ai découvert l'existence de ce livre, mais il a fallu attendre mon retour en France pour que je puisse me le procurer. Au final, j'ai un peu du mal à parler de cette lecture…
Ce qui est certain, c'est que j'étais heureuse de retrouver ce pays, ne serait-ce que le temps d'une lecture. Il a rappelé en moi tout un tas de souvenirs, d' images en appelant d'autres en retour et j'ai aimé cela. J'ai trouvé quelque chose de familier dans ce roman et j'aurais aimé que ma lecture se prolonge encore et encore parce que le pays, ses paysages, son atmosphère, ses odeurs, ses couleurs, ses saveurs, les personnes que j'ai rencontrées… me manquent.
En même temps, et cela peut sembler assez contradictoire avec ce que je viens d'ennoncer mais j'ai aussi parfois eu l'impression d'être une intruse entre ces pages, parce qu' elles m' ont rappelé que de mon côté, contrairement à l'héroïne et aux personnes rencontrées sur place, je n'avais pas fait mon service militaire. Et j'ai beau petit à petit, au fil des lectures et des rencontres, accumuler les informations sur le sujet, je ne le connaîtrais jamais réellement.
J'ai donc vécu là-bas pendant trois ans, j'ai voyagé d'un bout à l'autre du pays, j'y ai étudié, travaillé, j'y ai fait des rencontres formidables. Je m'y sentais même presque chez moi et le quitter à été douloureux. Mais justement, tout repose sur ce « presque ». Parce que, comme le fait bien sentir cet ouvrage, l'armée fait partie de la vie quotidienne là-bas : entre le service militaire obligatoire pour filles et garçons et les périodes de réserve effectuées chaque année, difficile d'échapper à la question quand on découvre le pays. C'est un aspect de la vie quotidienne qui forme les individus, créer des liens, contribue à créer une identité.
Mais assez parlé de mes états d'âme. Revenons-en plutôt au récit. J'ai aimé ce qu'il montre au lecteur du pays, la façon dont on voit la narratrice gagner en maturité au fil des pages, son amour pour la littérature, la naïveté, l'insouciance dont elle fait preuve au début et la façon dont tout cela va se transformer peu à peu.
Bref, un petit ouvrage rapidement lu, au thème original, dépaysant et à la narratrice attachante. Au-delà du sujet du service militaire, on découvre pas mal de petites choses sur le pays, ses habitants, la vie quotidienne de ses habitants. Loin du ton politique et polémique employé par les médias, une sympathique introduction à ce qu'est vraiment Israël.
Lien : http://leboudoirdemeloe.co.u..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Troisieme6
  09 octobre 2013
Je détestais lire avant de lire ce livre.Ce livre est vraiment bien! dans tous les chapitre,il y a du suspens et ça jusqu'à la fin du livre. On se croirait dans l'histoire avec toute les précisions qu'il y a tout au long de l'histoire. Chaque mouvements et chaque sentiments se fait ressentir.
Au début du livre,je n'aimais pas trop l'histoire parce que je n'arrivais pas à me mettre à la place de l'auteur mais,plus je lisais,et plus j'aimais ce livre. Ce roman est vraiment très bien et il est vraimment réussi.
Plus je lisais et plus je me mettais en quelque sorte dans l'histoire mais je n'ai pas réussi à voir les qualités et les défauts de Valerie Zenatti car elle parle beaucoup des autres.
J'ai vraiment aimé ce livre. Il est vraiment bien et très réaliste on en devient très vite accro. "Quand j'étais soldate" de Valerie Zenatti est un roman exeptionnel.
CC
Commenter  J’apprécie          130
peneloppe277
  04 octobre 2019
Livre qui fait réfléchir sur le sens de la guerre, l'amitié et les différences cultuelles avec de petites touches d'humour.
Écrit comme un journal, avec dates, lieux , etc et des encarts de réflexions existentielles; une grande "leçon" de maturité ; ce livre aurait pu porter le titre " la jeune fille au fusil dans les mains et la tête pleine de papillons de paix"
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   26 mai 2011
C'est à ça que je reconnais un bon livre. Quand le sourire et le désespoir sont mêlés. (p. 50)
Commenter  J’apprécie          120
nathalie02nathalie02   09 mai 2018
Une ville laide, oui, mais une ville qui vit à grande vitesse, comme si demain était synonyme de jamais, comme si tous allaient mourir dans quelques heures et qu'il fallait danser une dernière fois, boire un dernier verre, se soûler d'amour, de musique et d'alcool avant le grand saut.
Commenter  J’apprécie          31
ZilizZiliz   26 mai 2011
Je n'aimerais pas vivre dans un pays où il n'y a rien à changer. (p. 213).
Commenter  J’apprécie          120
sylvie2sylvie2   31 décembre 2018
"C'est avec eux que j'ai appris qu'une langue était débord une musique, un assemblage de sons." - Eux = ses camarades de classes qui sont tous d'origine différentes;
Commenter  J’apprécie          30
nathalie02nathalie02   09 mai 2018
Et lorsque le voisin raconte que son fils est tombé, lui demander s'il ne s'est pas fait mal.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Valérie Zenatti (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Zenatti
33EME FÊTE DU LIVRE DE BRON 6—10 MARS 2019 HIPPODROME DE PARILLY + LIEuX PARTENAIRES
Au fil des grands romans, essais, bandes dessinées, recueils poétiques ou livres jeunesse publiés dans l'année, nombreux sont les auteurs qui explorent les liens entre nature et culture, animalité et civilisation, instinct et normes sociales, urbanité et sauvagerie.
De Serge Joncour à Nicolas Mathieu, Prix Goncourt 2018 pour Leurs enfants après eux, en passant par la brillante essayiste Marielle Macé, l'écrivain David Diop ou le grand anthropologue Philippe Descola, cette interrogation sur la part animale se double d'une réflexion profonde sur les enjeux de notre monde contemporain – l'urgence environnementale, la violence sociale, la pauvreté, les migrations – autant de thèmes que la littérature et les sciences humaines permettent d'éclairer et de mettre en perspective.
Mais La Vie Sauvage, c'est aussi la vie vivante, électrique, désobéissante, audacieuse et imaginative, cette part de rêve et de poésie, de subversion et d'invention que les livres continuent de porter envers et contre tout.
La littérature aussi est une forme de vie sauvage !
Avec DOMINIQUE A · NINE ANTICO DIDIER CORNILLE · GAUTHIER DAVID PHILIPPE DESCOLA · DAVID DIOP · FABCARO · JÉRÔME FERRARI · JÉRÉMIE FISCHER · RAPHAËLE FRIER · CLAIRE GARRALON · PIERRE GUYOTAT · SERGE JONCOUR · ANDREÏ KOURKOV · OLIVIA DE LAMBERTERIE · RÉGIS LEJONC · NICOLAS MATHIEU · LAURENT MOREAU · FRANÇOIS MOREL · JEAN-CLAUDE MOURLEVAT · FRANCK PRÉVOT · VÉRONIQUE OVALDÉ · ATIQ RAHIMI · DELPHINE DE VIGAN · ÉRIC VUILLARD · VALÉRIE ZENATTI.
Festival en entrée libre. Programmation complète sur www.fetedulivredebron.com.
Suivez la Fête du Livre de Bron : facebook.com/fetedulivredebron twitter.com/FeteBron instagram.com/fetedulivredebron
Réalisation : François Leconte/Agence Tintamarre ©2019
+ Lire la suite
autres livres classés : service militaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie Zenatti

Par quel événement débute le récit?

un attentat en Israël
un attentat en Palestine
un meurtre en Israël
un meurtre en Palestine

30 questions
1114 lecteurs ont répondu
Thème : Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie ZenattiCréer un quiz sur ce livre
.. ..