AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782369812159
Rue de Sèvres (23/01/2019)
3.52/5   163 notes
Résumé :
Paris, nous sommes en 2119, l’ambiance est futuriste mais quelques éléments du XXIème siècle perdurent. Le métro existe encore mais la plupart des personnes préfèrent se téléporter via la cabine « Transcore «. Tout un chacun est systématiquement scanné et reconnu dans les espaces publics et privés. Les clones, les drones et les hologrammes sont monnaie courante. Tristan Keys vit dans ce monde dont il rejette le plus possible la numérisation.
Tel un marginal, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
3,52

sur 163 notes
5
14 avis
4
18 avis
3
17 avis
2
5 avis
1
0 avis

bibiouest
  22 février 2019
Une belle BD SF au style épuré, froid, magnifique, qui colle bien à l'histoire un ZEP que je ne connaissais pas dans ce registre, une belle découverte.
Un grand merci à l'éditeur «Rue de Sèvres, l'objet est soigné, tout simplement beau.
Un livre a rangé précieusement dans une jolie bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          683
Crossroads
  02 février 2020
Tristan est un nostalgique.
C'était mieux avant qu'il disait.
Passéiste ? Certainement pas !
Observateur, assurément.
Car en 2119, ne subsistent que d'infimes scories d'un monde où l'humain avait toute liberté.
Celle d'enfanter sans demander la permission, par exemple.
Si le transcore permet effectivement de gagner un temps précieux en éradiquant les bouchons, en annihilant les distances (cf Star Trek), il pourrait bien gâcher les nuits sans lune de notre anti-héros futuriste.
Zep s'attaque à demain.
Bon, après demain, on va pas chipoter.
Décrivant un monde déshumanisé régi par des machines, il questionne sur l'intérêt d'un progrès dès lors qu'il contraint sévèrement vos libertés.
Rien de novateur dans ce monde virtuel, tout a déjà été vu/lu ou presque.
Le trait est agréable, le propos intéressant malgré un manque de surprise caractérisé.
Bref, petit moment sympa qui devrait rapidement s'estomper dans un futur très proche.
Commenter  J’apprécie          450
Derfuchs
  02 octobre 2021
Il faut dire que c'est un bel objet, très grand livre, bien supérieur aux BD dont nous avons l'habitude et fourni avec ça, une centaine de pages y compris les suppléments (scénarimage et cahier graphique).
Bref, le contenu est moins bon que je m'y attendais, le scénario est indigent, peu de dialogue (donc peu de bulles). Il y avait pourtant de quoi faire, Paris dans 100 ans c'est quand même quelque chose, d'aucuns s'y sont attelés avec un résultat bien supérieur, mais bon il y a, quand même quelques idées comme le "Transcore" moyen de locomotion à effet immédiat, ici comme là-bas qui sert à, aussi, autre chose...
Mais le rythme n'y est pas, on se ronge les ongles en lisant, on s'impatiente, alors! ça bouge ? Niet, on avance peinard, la vie est là comme ça, comme elle vient. Tristan, le héros, va de découverte en découverte, pratique sa vieille méthode de locomotion encore existante (métro, Eurostar), de page en page, à peine commencé, déjà fini, voilà, fermez le ban!
Zep pour moi c'est Titeuf, je n'en ai jamais lu, mais les gamins aimaient et comme c'est exigeant un gamin on peut supposer que c'est du lourd. Ici, pour moi, peut mieux faire.
En revanche bien que tricolore pour la couleur (bleu, blanc, noir), ce qui m'énerve l'oeil, le dessin est très bon, crayon sympa, personnages bien campés dans un style plutôt moderne. Les vignettes suivent bien le récit, l'améliorent même, dans sa lecture s'entend, sa transposition de lettres à dessins. Et ce n'est pas évident de dessiner une ville et Paris est bien rendu y compris dans ses modifications dues au temps. Donc bravo M. Bertail.
Bertail 4, Zep 1 = 5 : 2 = 2,5 étoiles.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
Bazart
  27 janvier 2019

COMMENT VIVRONS-NOUS DANS 100 ANS ? Voilà la question à laquelle le nouvel album de ZEP et DOMINIQUE BERTAIL qui est sorti le 23 janvier , tente de répondre
Zep qui continue de plus en plus à creuser le sillon de la BD adulte avait envie depuis longtemps d'écrire un scénario d'anticipation, un genre qu'il dit adore dans la BD. Il avait déjà initié le mouvement c The End, un étonnant thriller écologique.
Un Paris sans grand monde dans les rues…
Le créateur de Titeuf, qui a amusé et amuse encore ados et adultes (et même enfants, en tous cas mes enfants en ont lu et je suis sûre qu'ils se reconnaitraient dans ce rapport au ménage !). propose une nouvelle BD qui s'inscrit dans sa « veine réaliste et adulte » (Une histoire d'hommes, Un bruit étrange et beau, les strips publiés sur le blog du monde) en se demandant comment serait Paris dans cent ans.
. On retrouve dans le Paris imaginé par les auteurs ce côté assez médiéval presque mêlé à un mode de vie moderne…avec une nouvelle organisation de transport axé sur la téléportation. la plupart des gens se déplacent via le Transcore, cabine individuelle de téléportation proposée à chaque coin de rue.
Le scénario de Zep est fluide et interessant, mais ce qui interpelle le plus dans Paris 2119 c'est à quel point ce monde déshumanisé qui est remarquablement mis en images
L'influence Bilal. est manifeste dans les dessins évocateurs de Bertail qui affiche un dessin aussi sensible que figuratif très inspiré des années 80.--
Un voyage étonnant et dépaysant à faire actuellement dans les librairies en plein festival d'Angoulème ...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
blandine5674
  15 janvier 2020
Zep nous emmène dans un futur proche où les hommes se déplacent avec le Transcore, hormis quelques nostalgiques comme lui. D'ailleurs c'est dans le métro qu'un premier fait étrange se produit et qui va se répéter. La fin de l'intrigue nous laisse un peu perplexe. Une réflexion intéressante sur notre futur et sa déshumanisation. Des dessins somptueux avec une Kloé sensuelle et plantureuse.
Commenter  J’apprécie          340


critiques presse (9)
BoDoi   29 mars 2019
Il y a plein de chouettes petites idées de SF dans ce one-shot écrit par Zep, notamment dans ce décor de capitale française déshumanisée à l’excès [...] Toutefois, toutes ces bonnes idées sont assez vite aplanies par un manque d’ambition scénaristique, l’intrigue se résolvant en deux temps trois mouvements…
Lire la critique sur le site : BoDoi
Ricochet   29 mars 2019
C’est dans un Paris contrasté, entre ravages du temps et réalité virtuelle, qu’évoluent Tristan et Kloé, les héros de cette bande dessinée d’anticipation au graphisme influencé par Moebius et Bilal [...] Dans cette dystopie, à travers un scénario palpitant (mais au goût d'inachevé), Zep décrit notre monde tel qu’il pourrait être dans quelques années et nous met en garde contre notre tendance naïve à adopter sans discernement les nouvelles technologies proposées sur le marché.
Lire la critique sur le site : Ricochet
LaLibreBelgique   08 février 2019
Encore une histoire d’anticipation diront les mauvais coucheurs. Pourtant Paris 2119, signés Zep (au scénario) et Bertail (au dessin) explore avec un certain talent le futur. Il y a du 1984 (d’Orwell) et du Black Mirror (la série de Netflix) dans cette histoire, il y a du Bilal et du Moebius dans le dessin.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Auracan   01 février 2019
Pris par le récit haletant, angoissant, le lecteur qui prendra le livre en main ne le lâchera pas avant sa fin. Pas de temps mort, le personnage principal met le doigt dans un engrenage infernal, en arrivant à douter de tout même de ses proches.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom   28 janvier 2019
Comme à son habitude, Zep nous propose un scénario très fluide, au découpage aéré et bien construit : un récit d’anticipation où son complice Dominique Bertail a totalement imaginé graphiquement le Paris de demain. Pour ce faire, il a mis en place un dessin aussi sensible que figuratif qui permet une cohérence esthétique où remontent les nombreuses influences de quand il était adolescent, vers la fin des années 1980.
Lire la critique sur le site : BDZoom
ActuaBD   23 janvier 2019
Magnifiquement dessiné par Dominique Bertail, Paris 2119 pose des questions pertinentes, tout en maintenant un bon équilibre entre réflexion et divertissement [...] Loin d’un récit militant, Paris 2119 suit les codes du récit d’anticipation, avec ses projections, ses questions sur notre monde d’aujourd’hui et ce qui va se passer demain, les dérives d’un potentiel progrès, un homme seul confronté à une menace qui le dépasse. Au-delà du thriller, la force du propos réside dans les interrogations qu’il suscite, notamment dans l’évolution contrainte que notre société va devoir subir.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LeSoir   22 janvier 2019
Jules Verne avait imaginé le Paris du XXe siècle. Zep et Bertail dessinent celui de 2119 [...] Paris 2119 nous interroge directement sur la place de l’amour et de la liberté dans nos vies.
Lire la critique sur le site : LeSoir
BDGest   22 janvier 2019
Pour nourrir son album, le créateur de Titeuf transpose à peine les tendances sociétales actuelles : surconsommation, peurs climatiques, sécurité et, c’est à la mode, le transhumanisme. Fluide et habilement construit, le scénario se montre efficace à défaut d’être totalement original.
Lire la critique sur le site : BDGest
SciFiUniverse   17 janvier 2019
Paris 2119 est une histoire complète, le récit plausible d’un futur sombre. Un bel exercice d’anticipation réussi autant dans le fond que dans la forme qui prouve que la science-fiction française se porte bien !
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   15 janvier 2020
Le XXIe siècle a inventé la culpabilité du voyage. Les transports innombrables ont déclenché une pollution sans précédent, enclenchant la destruction progressive de la terre. On voyageait toujours mais on creusait notre tombe.
Commenter  J’apprécie          110
enisabenisab   29 avril 2019
Au XXe siècle, on a créé le voyage pour tous. Chacun devait pouvoir visiter la planète... Ce n'était plus réservé aux riches. Le monde appartenait à tous les hommes. Le XXIe siècle a inventé la culpabilité du voyage. Les transports innombrables ont déclenché une pollution sans précédent, enclenchant la destruction progressive de la Terre... On voyageait toujours, mais on creusait notre tombe. Et puis le Transcore est arrivé. Avec leurs cabines de téléportation, ils ont promis d'éliminer les problèmes de trafic, d'éradiquer la pollution carbone, de réduire la violence due à la surpromiscuité... Et nous avons cru au sauveur ! Reste à savoir ce qu'on appelle téléportation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Polars_urbainsPolars_urbains   25 janvier 2019
Avec leurs cabines de téléportation, ils ont promis d’éliminer les problèmes de trafic, d’éradiquer la pollution Carbonne, de réduire la violence due à la surpromiscuité… et nous avons cru au sauveur !
Commenter  J’apprécie          40
SagnesSySagnesSy   31 janvier 2019
Le temps du voyage n’est-il pas nécessaire pour appréhender une nouvelle destination ?
Commenter  J’apprécie          50
valreinevalreine   05 janvier 2020
On étudiait le principe de la téléportation... et il a été le seul à poser cette question : "Le temps du voyage n'est-il pas nécessaire pour appréhender une nouvelle destination?"
Vous posiez déjà les bonnes questions...
... ou mauvaises, c'est selon...
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Zep (70) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Zep
Zep - Le cerveau du futur
autres livres classés : anticipationVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les titres des 13 albums Titeuf (Zep)

Tome 1, 1992 : ..... le sexe et les bretelles.

Le Diable
Dieu
Les Anges
Cupidon

14 questions
76 lecteurs ont répondu
Thème : ZepCréer un quiz sur ce livre