AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2277370010
Éditeur : J'ai Lu (26/02/2001)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Les coulisses du tournage du film Autant en emporte le vent.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
manU17
  26 janvier 2014
J'ignore quel âge j'avais quand j'ai vu Autant en emporte le vent pour la première fois. Ce dont je me souviens parfaitement en revanche, c'est d'avoir été d'emblée fasciné par le personnage de garce que représente Scarlett O'Hara. Belle, sensuelle, désirable, calculatrice, manipulatrice, égoïste, menteuse, elle avait tout pour me plaire. Un modèle de garce en somme, beaucoup d'autres suivront…
Quand Margaret Mitchell créa le personnage de Pansy O'Hara, qu'elle rebaptisa finalement Scarlett, prénom moins fade, plus éclatant, elle n'imaginait sans doute pas que son roman deviendrait un film, pas plus que l'aventure qu'allait constituer la réalisation du dit film. C'est ce que Jacques Zimmer, déjà l'auteur d'un intéressant Alfred Hitchcock se propose de nous raconter dans cette regrettée formidable petite collection, toujours très richement illustrée et documentée, « J'ai lu Cinéma ».
C'est suite à un banal accident de cheval l'immobilisant quelques temps que Margaret Mitchell s'attela à l'écriture d'un roman qui allait devenir l'un des plus populaires et des plus lus au monde. le destin tient parfois à peu de chose. « Une histoire de femme écrite par une femme ».
De femmes, il est beaucoup question ici. En effet, si le choix de Clark Gable pour le rôle de Rhett Butler s'imposa rapidement, la recherche de l'actrice idéale pour le rôle de Scarlett dura une éternité et alimenta toutes les gazettes de l'époque. Une multitude de noms circula, Bette Davis, Katharine Hepburn, Joan Crawford, Paulette Goddard, Susan Hayward et bien d'autres. le choix du producteur David O'Selznick s'arrêta finalement sur Vivien Leigh, une quasi-inconnue à Hollywood et anglaise de surcroit. « La plus grande chasse à la femme. »
La collaboration entre le producteur et la comédienne sera orageuse. Producteur tout puissant, grossier et coléreux, O'Selznick est réputé pour ses mémos dont il abreuvera son équipe tout au long de ce tournage mémorable. La réalisation fut d'abord confiée à George Cukor qui commença le film mais fut finalement remplacé par Victor Flemming à qui O'Selznick adjoint finalement un certain Sam Wood sur la fin. D'une durée de cinq heures dans un premier temps, le film fut ramené à quatre heures dix-sept pour enfin atteindre sa durée définitive de trois heures quarante. « Un tournage fou, fou, fou. »
Une chose qui m'a toujours amusé à propos de ce tournage, c'est la reconstitution de l'incendie d'Atlanta. D'abord parce que le chariot que l'on voit passer devant les flammes ne contenait aucune des deux stars du film pour la simple raison que la scène fut tournée avant qu'elles soient choisies. Enfin, comme il fallait faire de la place, on brûla tout un tas de vieux décors dont ceux du King Kong de 1933 de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack. Si vous regardez attentivement, vous reconnaitrez l'imposante muraille de bois dont les indigènes se servent pour se protéger du gorille géant et vous la verrez sombrer dans les flammes. Les riverains crurent d'ailleurs à un véritable incendie.
Dépassement de la durée de tournage, coût d'origine multiplié par deux, qui n'empêchèrent pas d'obtenir « le plus grand succès de tous les temps » et dix Oscars dont celui de la meilleure actrice pour Vivien Leigh, meilleur réalisateur pour Victor Flemming et meilleur film. J'aurai malgré tout aimé que l'auteur insiste sur le fait l'actrice Hattie McDaniel fut la première actrice noire à obtenir un Oscar pour un seconde rôle, celui de la nounou de Scarlett. de la même manière aucune mention sur la musique de Max Steiner, compositeur réputé, qui apporta aussi beaucoup au film avec une musique reconnaissable entre toutes.
Finalement, quoi de plus logique qu'un tournage pharaonique pour un film de légende porté par une actrice qui interpréta plus tard le rôle de Cléopâtre !

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Lynnae
  10 novembre 2012
Je termine mon challenge Autant en emporte le vent, partie livresque, sur une idée d'Evy.
J'adore la collection J'ai Lu Cinéma ^^ je la trouve superbe, pleine d'informations, d'anecdotes, de détails, et de superbes illustrations !
Mon regret principal, forcément ? C'est trop court ! J'en redemande ^^
On découvre plus avant l'auteure, Margaret Mitchell, le producteur, David O'Selznick, comment il a décidé que Clark Gable jouerait Rhett puis découvert l'interprète parfaite de Scarlett après avoir rejeté nombre de grands noms il se fixe sur une jeune Anglaise inconnue.
Suivent ensuite de nombreuses anecdotes sur le film en lui-même, avec les difficultés qu'a représenté le tournage. Trois réalisateurs, le premier très apprécié de l'héroïne, qui le regretta énormément, changé pour quelqu'un de plus « brut de décoffrage » au langage plus vif qui n'hésitait pas à se moquer d'elle. Judy Garland a failli jouer la soeur de Scarlett. Etc.
La dernière partie évoque son succès puis l'avenir des acteurs : c'est apparemment le dernier grand film de Gable. On évoque les projets de suite assez invraisemblables du producteur, les films tentés de bâtir sur ce modèle et leur peu de succès rencontré.
Enfin, le générique, avec affiche et fiche du film (préciser le personnage pour tous les acteurs n'aurait pas été du luxe).
De nombreuses photos du film, des acteurs, des potentiels ou des affiches. Chaque page est illustrée, et j'ai beaucoup aimé la diversité dans les illustrations : Autant en emporte le vent, oui, mais aussi Vivien Leigh, Gable, Howard, de Havilland (que j'ai appris être une actrice à succès, connue avant Mélanie), des affiches de film, celles qui ont failli être Scarlett et surtout d'autres illustrations des films dans lesquels ont joué les stars.
Très beau livre visuellement parlant, magistralement illustré et fourmillant d'anecdotes et d'informations sur un film superbe. Vraiment, une lecture passionnante servie par une écriture qui l'est tout autant, rendant vivants tous ces détails.
Un petit incontournable bien sympathique ^^
Lien : http://falaiselynnaenne.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mosaique92
  21 janvier 2016
La conception, la préparation et le tournage du film ‘'Autant en emporte le vent'' relèvent du roman d'aventure avec multiples rebondissements. Voulu par un producteur visionnaire, mégalomane et despotique, l'accouchement de ce film s'est fait dans la douleur pour tous les protagonistes.
Jacques Zimmer nous replonge dans cette période particulière de l'industrie du cinéma : stars mythiques, règne despotique des producteurs, scandales, influence du puritanisme américain et des chroniqueurs comme Louella Parsons, etc…
Les coulisses d'un film mythique adapté d'un roman non moins mythique : une aventure épique à ne pas manquer !
Commenter  J’apprécie          40
sld09
  27 juin 2017
lu en 1992Je ne lis presque que des romans, mais j'ai fait une exception pour ce livre qui parle du tournage d'un des films les plus mythiques du cinéma américain (qui est aussi l'adaptation d'un de mes romans préférés...).J'ai passé un bon moment avec ce livre qui offre tout un tas d'anecdotes, mais il ne m'a pas fait changé d'avis sur le fait que je préfère les romans...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
manU17manU17   20 janvier 2014
[...] l'une de ses altercations avec Flemming se termina par cette phrase :

"Miss Leigh, votre roman, vos idées, vos amis, vous pouvez vous les mettre au cul."

Victor Fleming, en effet, pratiquait un langage d'une grande verdeur. Après avoir visionné ce qui avait été tourné par Georges Cukor, il prononça cette phrase restée célèbre :

"David, votre scénario est une vraie merde."

A défaut, d'être un grand réalisateur, c'était un homme de caractère et un solide technicien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Video de Jacques Zimmer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Zimmer

L'érotisme au cinéma dans les livres
Frédéric Levêque, libraire à la Musardine, présente une sélection de livres en rapports avec le cinéma érotique, dont "Sade et le cinéma", de Jacques Zimmer, noveauté Musardine 2010.
autres livres classés : hollywoodVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
4910 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre