AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Lise André (Traducteur)
ISBN : 2756420204
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (23/11/2016)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 185 notes)
Résumé :
A quinze ans, dans les forêts et les brumes de la terre britannique, Elane a vu surgir les aigles de l'envahisseur romain. Fille d'un druide farouchement attaché à l'indépendance de son peuple, promise au culte de la Déesse Mère, elle n'a jamais douté de son destin. Jusqu'au jour où, grâce à elle, le jeune Romain Gaïus échappe à la mort... Et sa vie en sera bouleversée.
Bien des siècles avant le Roi Arthur, dans une terre habitée déjà par les enchantements de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Josephine2
  01 mai 2017
Il aura fallu une masse critique de Babelio pour que je renoue avec l'univers de Marion Zimmer Bradley. J'avais lu d'elle, « Les Dames du lac », « Les brumes d'Avalon » et surtout, surtout « La Romance de Ténébreuse ».
Là elle nous emmène avant la naissance du Roi Arthur et explique comment les Dames du Lac sont arrivées dans l'île d'Avalon.
Un bon moment de lecture, qui me donne envie de replonger dans les romans cités précédemment.
Un grand merci à Babelio et aux Editions Pygmalion de m’avoir permis de retrouver l’univers de Marion Zimmer BRADLEY. Marion Zimmer BRADLEY.
Commenter  J’apprécie          304
laulautte
  27 mai 2014
Lors de l'invasion romaine de l'Ile de Bretagne le Sanctuaire des Femmes de l'Ile de Mona fut détruit, les druides massacrés et les prêtresses violées. Les survivants trouvèrent refuge au Sanctuaire de la Forêt à Vernemeton où ils vivent désormais en paix sous le protectorat d'un envahisseur qui se repentit de cet acte ignoble.
Une paix nécessaire à la survie des Brittons, car leurs tribus divisées ne pourraient faire face aux invasions des hordes irlandaises et saxonnes sans l'appui des légions romaines, mais néanmoins fragile, car le vent de la révolte souffle. Les enfants nés des derniers outrages perpétrés sur l'Ile de Mona, le petit peuple, certains druides et prêtresses ne tolèrent plus les exactions de l'envahisseur romain. Une rébellion se forme et s'organise, les tribus divisées par le passé s'unissent pour faire face ensemble à l'oppresseur.
C'est dans ce contexte de guerre imminente que Elane, petite fille du Haut Druide, et Gaius, fils d'une femme d'une tribu Britonne et d'un préfet Romain, voient leur amour contrarié, refusés l'un à l'autre par leurs pères contraints à ne pas répondre aux voeux de leurs enfants par souci de leur offrir un meilleur avenir que celui auquel ils se destinent.
Elane, séparée de l'homme auquel elle s'est donnée en secret lors des feux de Beltane, se décide malgré elle, à rejoindre la Maison des Vierges pour suivre l'enseignement des prêtresses. Gaius, lui, se résigne à épouser la fille du gouverneur romain de Bretagne, ami de son père, afin de s'assurer un avenir dans les hautes sphères du pouvoir d'un Empire Romain alors à son apogée et travailler à la préservation de la paix.
Elane, informée de l'union de son bien-aimé à une autre femme, décide alors de vouer sa vie à la Déesse et de suivre le destin que lui aura révélé par Merlin lors de son initiation. Elle deviendra la Haute Prêtresse et la gardienne de cette paix précaire avant d'être accusée par son peuple de haute trahison.
Je me suis replongée dans l'univers arthurien de Marion Zimmer Bradley avec envie et curiosité. Sans surprise, c'est avec une même passion que j'ai lu La Colline du dernier adieu, prologue au magistral Cycle d'Avalon.
La même magie, la même vague d'émotions, les mêmes sensations et sentiments, Marion Zimmer Bradley a le don de me faire vibrer, de m'émouvoir, de me faire rêver. Néanmoins je n'ai pas été saisie par l'histoire d'amour contrarié des deux personnages principaux comme j'ai pu l'être par ces mêmes récits envoûtants et tragiques lus, il y a un peu plus d'une décennie maintenant, lorsque j'ai découvert le Cycle d'Avalon. Je n'en suis pas restée indifférente loin s'en faut, j'en ai été charmée mais j'ai été surtout enchantée par l'histoire de ces femmes de pouvoirs, prêtresses au don de voyance et au rôle déterminant dans la préservation de la paix avec le colonisateur romain.
J'ai été touchée par ces femmes respectées au rôle déterminant mais surtout déterminé, contraintes à suivre le destin que leur réserve(rait) la Déesse Mère et résignées à ne pas mener la vie qu'elles ont pu désirer ; par ces femmes à la fois libres et prisonnières d'un destin présumé écrit ; par ces femmes influencées par un ordre druidique en proie à l'incertitude entre le maintien de la paix ou le soutien à la rébellion face à l'occupation romaine ; par ces femmes soumises à consentir aveuglement à d'immenses sacrifices incompris et jugés par leurs pairs comme des actes de trahison ; par ces femmes qui parfois deviennent perfides, apprennent la haine qui les conduit à la traîtrise ; par ces femmes fortes, aimantes et attachantes qui forcent l'admiration ; par ces femmes qui donnent jusqu'à leur vie pour que leur croyance et la Vérité survivent.
La vie et le combat de ces prêtresses m'ont enchantés au point que je continue mon immersion dans leur univers avec les plus célèbres d'entre elles : Les Dames du Lac. Ainsi je me replonge dans le Cycle d'Avalon…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
BubleGumm
  19 janvier 2019
M'étant lançée dans la célèbre série de Marion Z. Bradley "Les Dames du Lac", j'ai également voulu poursuivre ma lecture avec ce livre "La Colline du Dernier Adieu", livre antérieur au récit de l'Ile d'Avalon et du Roi Arthur.
En toute franchise, je ne suis pas déçue du livre mais je m'attendais à mieux, à plus de magies, de sortilèges, d'enchantements. De la magie ou autre chose, je ne sais pas, mais je n'ai pas retrouvé cette étincelle comme dans les Dames du Lac. Quand on me dit "prêtresse d'Avalon ou de Vernemeton", je pense aux ensorcellements, aux sorts, là dans ce livre c'est très peu présent. Ce n'est pas non plus "prêtresse fanatique" que j'attendais. Je ne partage pas toujours la vision des prêtresses de l'auteure. L'univers, les personnages ici, y sont moins attachants.
Ce livre est une sorte de Roméo et Juliette revisité, à la sauce romaine cette fois. Le livre, le récit, la fin est tragique!
Attention spoils !!!
Les deux héros principaux meurent, je ne sais pas si ça été utile, je ne sais pas si l'auteure l'a fait exprès. Je n'ai pourtant pas versé de larmes à la fin, quand Elane et Gaius succombent. Venons-en à l'histoire : c'est l'histoire d'une jeune fille, Elane, douce et belle comme la clarté de la lune, fille d'un druide et petite-fille du haut-druide. Nous sommes à l'époque des Romains et des Brittons, où deux religions se heurtent fièrement. Il y a aussi la nouvelle religion : celle des Chrétiens. La religion britonne est fondée sur le sanctuaire de la Forêt, la Maison des Vierges, l'Ile de la Déesse. Cette religion est composée de prêtresses qui ont fait vœux de chasteté et se vouent corps et âme à la Déesse, une sorte de divinité suprême. Il y a également des prêtres et des druides. J'ai vraiment trouvé de ce côté-là que l'auteure en faisait beaucoup trop! Les prêtresses et les druides sont littéralement des fanatiques, obsédés par leur divinité "Oh ma Déesse...Déesse, entends-nous!" Marion Z. Bradley exagère trop! Ça en devient lourd même et je m'en suis lassé! C'est exaspérant! Bref, revenons à nos moutons. Elane et son amie Dieda, une parente, se promènent un jour près de la fosse aux sangliers. Elles trouvent dans la fosse un homme blessé. Elles le sauvent, sans savoir que c'est un romain! C'est en fait Gaius, le futur amant d'Elane! Les Romains et les Brittons sont très mal vus ensemble car jadis, les Romains avaient massacré les prêtresses sur l'île de Mona. Depuis, ils ont fait la paix. Gaius, donc, sauvé et soigné par la famille d'Elane prend l'identité de Gavain pour ne pas s'attirer des soupçons. Ce nom, Gavain, est en réalité le nom donné à sa naissance par sa mère, une britonne. Peu à peu, Gaius et Elane se rapprochent et finissent par tomber amoureux. Gaius retourne auprès de son père Macellius, le préfet de Déva. Gaius veut revoir Elane. Quant à cette dernière, son destin va croiser celui de la Déesse. Gaius décide de revoir son aimée en cachette et lui annonce qu'il veut l'épouser. Mais c'est sans compter sur le refus catégorique de Macellius et de Bénédig, père d'Elane, quand ils apprennent la nouvelle. Une britonne ne peut épouser un romain, ce serait un blasphème. Contrainte de vivre sans l'être qu'elle chérit, Elane choisit donc de devenir une prêtresse au sanctuaire de la Forêt, sous le joug de Liana, la Haute Prêtresse et Kellen, son assistante.
Gaius, quant à lui, est éloigné d'Elane par son père et suit sa carrière militaire. On suit donc l'odyssée des deux jeunes héros, à travers les landes perdues et des paysages sauvages.
Personnellement, comme cité précédemment, j'ai bien aimé ma lecture mais je m'attendais à mieux! Je m'attendais à plus de magies, de fantastique! Les personnages sont moins attachants que dans sa série les Dames du Lac. Je n'ai pas du tout aimé Dieda, toujours énervante et arrogante au plus haut point, qui ne cesse de se rebeller, de répondre et d'être en confrontation avec Elane. Elle m'a saoulé. Je n'ai pas non plus aimé Liana, austère et sévère mais j'ai par contre aimé Kellen. Kellen, son assistante, même si c'est un personnage secondaire, joue un rôle très important auprès d'Elane et des siens. Elle est vraiment bienfaisante. J'ai bien aimé Gaius, Macellius, un peu Elane, mais Ardanos et Kérig bof...Ils auraient du être plus travaillés selon moi. Ils sont pour moi de simples personnages de papiers, rien de plus. Ils sont tous superficiels. La fin est tragique! Gaius meurt calciné aux côtés d'Elane qui est comme foudroyé par la Déesse. En somme, un roman pour se distraire qui ne vole pas très haut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Norlane
  09 mai 2017
La colline du dernier adieu ou Comment les prêtresses de l'ancien rite breton sont arrivées sur l'Ile d'Avalon (là où elles deviendront Dames du lac), au temps où l'empire romain colonisait la Grande-Bretagne et où le christianisme naissait.
Dans les premières pages, il y a eu l'enthousiasme de retrouver un univers aimé (j'ai lu et relu Les Dames du lac), puis un ventre mou, l'impression d'une écriture un peu différente de mes souvenirs (l'effet d'une autre traduction ?), et une fin prenante à partir du moment où j'ai fait le lien avec ce que je connaissais de la suite. Au final, le verdict est une lecture plaisante qui complète ma bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          130
Dup
  15 mai 2017
Marion Zimmer Bradley, ce nom résonnait doucement dans ma tête. La grande série des Brumes d'Avalon et Les dames du lac ont fait vibrer mon adolescence. Alors quand Babélio a proposé la lecture de la colline du dernier adieu, je n'ai pas hésité bien longtemps, ce nom étant pour moi une valeur sûre... Alors soit c'est moi, soit c'est le roman, mais un de nous deux a mal vieilli, c'est clair car je me suis passablement ennuyée pendant toute ma lecture. Partenariat oblige, je suis allée au bout tout en sachant pertinemment la fin prévue pour le couple mis en place.
Cette histoire se situe avant Les dames du lac et nous conte les origines des prêtresses d'Avalon, bien avant qu'elles viennent s'installer dans l'île sacrée. Ici elles sont dissimulées dans la forêt de Vernemeton depuis que les romains ont commis le sacrilège suprême sur l'île de Mona : ils y ont assassinés tous les druides et violés toutes les prêtresses. C'était il y a une vingtaine d'années. Depuis les druides restant tentent de vivre en harmonie avec l'envahisseur pour préserver la paix, chacun enfouissant les exactions de l'autre camp. L'île de Mona pour les Brittons, le massacre perpétré par Boadicée (Boudicca ♥) pour les Romains. Mais c'est sans compter sur les Corbeaux noirs, tous ces jeunes gens nés du viol d'alors. Voilà pour le côté historique.
Pour le côté intrigue, il n'y en a guère. le fil rouge sera l'amûûûr impossible de deux personnages que nous suivrons tout du long du roman. Mais cet amour je l'ai trouvé bien plat, mièvre, malgré toutes les épreuves que l'auteur mettra sur leur chemin. Deux jeunes se débattant pour s'affranchir du tissu social qui est le leur, de l'emprise paternelle ainsi que des traditions familiales, des préjugés racistes ambiants.
Elane est Brittone, fille de druide. Gaius est Romain, fils d'un préfet de région. Leur amour désapprouvé par les parents des deux côtés, Elane va donc se vouer au culte de la Déesse. En deuxième choix. Ces personnages principaux ne m'ont particulièrement pas touchée et au final leur histoire d'amour m'a plus énervée qu'autre chose. Je subissais cette trame imposée par l'auteur et bien trop présente dans le récit. Ils m'ont paru inconsistants, sans aucune substance.
Mais bon, il y a quand même un côté qui m'a plu dans ce roman : découvrir le fonctionnement de ce culte, la formation des prêtresses ainsi que toutes les connaissances qu'elles doivent acquérir avant de prononcer leurs voeux. La magie qu'elles manipulent, le don de double-vue. Tous ces rites celtes étroitement liés aux différentes phases de la lune, aux saisons. Ça c'était sympa, mais loin d'être suffisant pour en faire une lecture agréable.
Bref une lecture qui ne m'a pas convaincue malgré une écriture fluide et quelques passages intéressants. J'ai trouvé l'ensemble bien fade et sans ressorts, il m'a été pénible d'aller jusqu'au point final. Autre détail qui m'a franchement irritée, c'est cette phrase écrite en gros sur la quatrième de couv : « Quand Merlin, déjà, agissait dans l'ombre... ». Marketing mensonger ! Sa présence dans ce volume est plus que fugace et en plus traitée au conditionnel...
Lien : http://bookenstock.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
laulauttelaulautte   21 mai 2014
La Dame des Corbeaux se pencha vers lui, le regard ardent, et il ne put détourner les yeux.
- Je vois… murmura-t-elle, je vois s’envoler les corbeaux. Ils quittent les épaules du dieu de la lumière. Jamais plus ils ne le conseilleront… A leur place, il accueille un grand aigle. Il va devenir ce rapace, il trahira et sera trahi, il souffrira jusqu’à ce qu’enfin il redevienne un dieu. L’aigle s’envolera, effrayé par le galop vainqueur du cheval blanc qui traversera les mers. Alors l’aigle s’unira au dragon rouge, et tous deux combattront l’étalon, et l’étalon affrontera les dragons du Nord et les lions du Sud. L’un deux sortira vainqueur de la bataille et s’érigera à son tour défenseur du pays. Le sang des mors et des blessés se mêlera et nourrira la terre, et l’on ne saura plus distinguer l’ami de l’ennemi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
TatooaTatooa   13 juin 2013
Profondément émue et enhardie par sa confiance, Elane regarda Kellen dans les yeux, persuadée malgré tout qu'elle lui dissimulait encore quelque chose.
"La vérité... je veux la vérité" dit-elle en elle-même. Et la prêtresse entendit sa pensée.
Commenter  J’apprécie          30
laulauttelaulautte   26 mai 2014
Là j'ai appris les Mystères de la Déesse et les ai enseignés à mon tour à Elane, fille de Rhys, la plus grande des Prêtresses qui fut, mais que certains appelleront toujours la plus grande traîtresse de tous les temps. C'est pourtant grâce à elle, Elane, que le sang du Dragon et de l'Aigle, s'est mêlé à celui des Sages. Puisse-t-il, dans les heures cruciales, venir à jamais en aide aux Brittons !.
Commenter  J’apprécie          10
LiliealuLiliealu   30 juillet 2015
Ô lune, dispense sur ces arbres centenaires
L'argent de ta douce lumière.
Illumine cette nuit sans nuages,
Dévoile pour nous l'éclat de ton visage...
Commenter  J’apprécie          40
ConfidencesLitterairesConfidencesLitteraires   15 mars 2016
Le doute est l’ennemi de la magie, ne l’oublie jamais. On nous enseigne la magie pour pouvoir, parfois, étonner au émerveiller les gens simples ou nous défendre en cas de danger. Mais, tu dois savoir aussi qu’il est dangereux de faire des miracles pour le simple plaisir de déconcerter les spectateurs. Sois-en parcimonieuse, même lorsqu’il s'agit de sauver ta vie.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Marion Zimmer Bradley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marion Zimmer Bradley
Coup de cœur | Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley Vous aimez les légendes arthuriennes ? Qu’attendez-vous pour vous lancer dans les Dames du Lac ?!
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Généalogie Arthurienne selon Marion Zimmer Bradley

Fille de Ygerne et de Gorlois, Duc de Cornouailles, je suis l'enseignement des prêtresses de l'Ile Sacrée d'Avalon pour succéder à ma tante Viviane, la Dame du Lac, je suis (la Fée):

Morgause
Niniane
Elaine
Morgane

14 questions
56 lecteurs ont répondu
Thème : Les Dames du lac, tome 1 de Marion Zimmer BradleyCréer un quiz sur ce livre
.. ..