AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266239090
Éditeur : Pocket (14/03/2013)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Le Loup des Kilghards / Les Héritiers d'Hammerfell / Redécouverte

À la fin des Âges du Chaos, Ténébreuse a failli mourir. La sélection génétique produisait des pouvoirs de plus en plus forts : les enfants recevaient l'éducation rigoureuse des Tours, et tout cela ne servait qu'à nourrir la guerre. Des villes furent rayées de la carte ; l'anarchie s'installa. Sur les ruines de l'unité s'édifièrent Cent Royaumes acharnés à se conquérir les uns les autres... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  07 avril 2013
Après La romance de Ténébreuse, tome 1, cette seconde intégrale regroupe les deux tomes de l'époque des 100 royaumes et le premier tome de l'époque redécouverte. Elle est composée des titres suivants :
Le loup des Kilghard, sous-titré (par moi) : Bard ou l'histoire d'une rédemption.
Il s'agit du quatrième tome de cycle de Ténébreuse, écrit en 1980. On quitte les âges du chaos pour rentrer dans le cycle des 100 royaumes.
Nous allons suivre la vie et le destin de Bard di Asturien, neveu illégitime du roi en place. Bard est un crétin incapable d'assumer sa condition, violeur en série et rejetant ses faiblesses sur les femmes. Mais c'est aussi un chef de guerre respecté. Rejeté, exilé, il se forgera une réputation et reviendra en force dans le royaume. Il se fera aider par Paul Harrell, son double exact qu'il a fait venir des mondes confédérés par la magie. (Encore pire que le premier, tueur et violeur en série, une ordure de première dans les mondes civilisés, (mais un homme presque normal donc dans le monde moyenâgeux de Ténébreuse).
Comment l'auteure a-t-elle pu rendre ces affreux personnages sympathiques ? c'est tout son talent. C'est l'histoire d'une rédemption.
On retrouve tous les éléments découverts dans les tomes précédents, feuglu, oiseau-espion, Laran, sororité de l'épée... L'univers et l'époque sont désormais connus et hormis un morcellement des territoires (d'où le titre du cycle), restent inchangés.
Cela manque beaucoup de descriptions dans les combats (car il y en a), mais cela permet de mieux développer l'histoire au niveau politique, alliances et organisation des royaumes, sans toutefois être trop lourd. On parle également beaucoup de la condition féminine en ces temps barbares (récurrent, jusqu'à présent dans ce cycle).
Les personnages sont crédibles, décrits avec forces et faiblesses.
Ce roman marque enfin un tournant dans le cycle par la mise en place du Pacte (le bannissement des armes de destructions massives conçues par le Laran).
Un petit roman divertissant, plus au niveau de la belle fauconnière que de Reine des orages (les deux derniers tomes de l'intégrale précédente).
Il est suivi de Les héritiers d'Hammerfell, une très voire trop gentillette histoire :
Second et dernier tome de l'époque des 100 royaumes.
Les Storn et les Hammerfell, deux petits royaumes de montagne sont en guerre depuis cinq générations. Un conflit si ancien que tout le monde en a oublié la cause originelle. Suite à une dernière attaque des Storn, les hammerfell sont défaits et la famille régnante séparée. Un fils vivra avec sa mère à Thendara, la capitale des Hastur, son frère jumeau vivra lui dans les montagnes, chacun croyant l'autre mort. Les jumeaux réussiront-ils à reconquérir leur royaume ?
Un roman très court (à peine plus de 200 pages) sur une époque dont, je pense, on a fait le tour. Rien de neuf. L'auteure exploite la gémellité assaisonnée au Laran (qu'elle avait esquissée dans le tome précédent avec Bard et son double).
Assez peu d'action, pas d'intrigues, pas de politique, un happy end douloureusement évident dès la mi-roman sur fond de gentils voir naïfs sentiments.
C'est mignon, mais passons vite au suivant.
Enfin : Redécouverte.
Le cycle de Ténébreuse renoue avec la sf.
Redécouverte est le sixième tome (dans l'ordre chronologique) du cycle de Ténébreuse et premier de l'époque éponyme.
On notera qu'il a été écrit en 1993, soit plusieurs années après les sept autres tomes suivants écrits entre 1965 et 1984.
L'histoire se déroule environ 2.000 ans après le tome 1 : La planète aux vents de folie et plusieurs centaines d'années après l'époque des 100 royaumes, bien que le contexte socio-culturel et technologique soit resté similaire.
Le laran est essentiellement devenu de la télépathie (avec quelques pouvoirs supplémentaires de guérison, contrôle du temps (ce qui n'est pas sans rappeler Reine des orages) ect...). le Pacte est plus que jamais d'actualité.
La terre a fondé un empire galactique avec les moyens de communiquer entre les planètes colonisées, et des vaisseaux spatiaux d'exploration sillonnent l'espace.
L'un de ces vaisseaux va redécouvrir Ténébreuse. Sera-t-il accepté ?, Ténébreuse deviendra-t-elle un monde ouvert au commerce et à la colonisation ? Tout l'enjeu de ce nouveau contact.
Un choc des cultures, un choc des civilisations.
Avec ce nouvel opus on quitte la fantasy pure pour se plonger dans les délices d'un mélange de science-fiction et de fantasy. On retrouve avec plaisir des éléments dont on entendait presque plus parler depuis La planète aux vents de folie (publié en 1972).
La lecture de ce tome est beaucoup moins passive que celle du tome précédent et aussi beaucoup plus moderne. Les joies de l'écriture à deux mains (où la date de parution n'est aussi probablement pas étrangère à cet élan de modernité).
Un beau bouchon de cycle aurait dit une connaissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          660
BazaR
  06 avril 2015
A la fin de ce deuxième volume de l'intégrale de Ténébreuse, je suis convaincu d'avoir affaire à cycle globalement assez moyen avec - pardonnez-moi ce terme un peu matheux - un très fort écart-type. Je veux dire que la variation de niveau entre les romans, lus dans l'ordre chronologique de l'histoire, est très importante.
C'est vraiment flagrant dans ce volume. « le loup des Kilghards » est moyen, « Les héritiers d'Hammerfell » décevant et « Redécouverte » enthousiasmant. Je ne rentrerai pas dans les détails car j'ai publié des billets sur chacun au fur et à mesure de mes lectures. Toutefois je vais vous faire part de quelques remarques générales.
D'abord l'univers de Ténébreuse est fascinant, bien construit, avec une géographie et une histoire précises et riches. Il vaut la peine de la découverte. Avant de vous lancer, je vous conseille toutefois d'aller faire un tour sur Internet pour vous munir d'une carte et d'une chronologie réalisés par un fan. Ça peut aider.
Ensuite je trouve que Marion Zimmer Bradley n'est pas une bonne dialoguiste. Dans les pires moments, on voit des personnages lunatiques passer de l'affection à la colère envers leur interlocuteur en deux phrases. du coup, dès qu'il s'agit d'apprécier leurs émotions du moment, on ne sait pas sur quel pied danser. Ce caractère par trop superficiel empêche les personnages de s'incarner vraiment.
Enfin, les pouvoirs dits psychiques des ténébrans ne sont pas suffisamment encadrés par un jeu de règles précises, ce qui permet aux héros de faire à peu près tout et n'importe quoi. Cela peut être magnifique, comme le contrôle du temps de « Reine des orages » (intégrale volume 1) que l'on retrouve dans « Redécouverte », ou ridicule comme la transformation d'animaux en êtres humains habillés et armés (« Les héritiers d'Hammerfell ») ou la téléportation par un héros ténébran (« le loup des Kilghards ») de son « double intrinsèque » existant ailleurs dans l'univers et le passé.
A la limite j'aurais pu accepter ces dons sans trop grogner si on ne nous les présentait pas comme légendaires, jamais testés, et au premier essai bingo, jackpot ! Je préfère les récits où il faut donner de sa personne pour contrôler un don. Dans ce volume c'est souvent trop facile.
Je l'avoue, j'ai failli abandonner après « Les héritiers d'Hammerfell » mais les critiques de fnitter et Shenandoah m'ont convaincu de continuer. Et j'ai bien fait car la redécouverte de la civilisation Ténébrane par l'Empire Terrien s'annonce sous de meilleurs auspices. Mais je ne me fais pas d'illusions pour autant. J'aurai à lire des livres médiocres dans le paquet qui me reste.
Suite dans le volume 3 de l'intégrale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
MissJZB
  24 avril 2013
Après avoir succombé à la fluidité entraînante du style de Marion Zimmer Bradley dans l'intégrale 1, c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai plongé dans la suite de cette série tournant autour d'une planète peu commune et de ses habitants dotés du laran, un don qui se décline en fonction des personnes qui le possèdent (télépathie, contrôle météorologique, projection dans l'esprit des animaux…).
On pourrait avoir une certaine impression de déjà-vu car on a toujours affaire aux descendants de l'équipage qui s'est à l'origine crashé sur la planète, dont on suit les démêlés politiques et les histoires d'amours contrariées au sein d'un décor médiéval. Mais voilà, l'auteure sait se renouveler et surprendre en utilisant des personnages pas forcément recommandables mais assurément charismatiques, ou encore en faisant un retour aux sources avec l'aspect science-fiction qui m'avait tant plu dans La Planète aux vents de folie, le tout premier opus de cette saga.
Ce cycle est vraiment bon dans le sens où il mêle avec brio éléments de fantasy et de SF, de sorte qu'il peut séduire les non amateurs de SF comme moi. Il est clair qu'on en trouve pour tous les goûts, et même si certains tomes nous accrochent moins que d'autres, tous restent divertissants et vraiment bien écrits. Et évidemment, comment ne pas aimer tout ce qui touche au laran, chaque manifestation magique étant expliquée avec beaucoup de justesse.
Ce qui est assez appréciable humainement parlant, c'est le fait que l'auteure arrive à faire passer des messages sur la condition féminine ou sur la seconde chance, qui se mêlent si bien à la toile de fond « historique » que le récit ne revêt jamais un côté moralisateur.
Le Loup de Kilghard
En dépit de quelques longueurs politiques et de redondances dans le comportement de coureur de jupons de Bard, ce quatrième tome est assez original à plusieurs égards. D'une, grâce à lui, la SF s'invite de nouveau dans le cycle avec un « double » venu d'une planète où la technologie est plus avancée. Et de deux, nous suivons donc Bard di Asturien, un bâtard brillant chef de guerre doublé d'un violeur sans états d'âme. En somme, un protagoniste assez détestable, mais qui a le mérite de dépareiller des héros habituels. Exilé pour avoir attaqué un membre de la famille royale, il devient mercenaire et lorsqu'il revient, le royaume est au bord de la guerre. Invoqué par la magie, Paul, son double en tous points, va faire équipe avec lui pour livrer une bataille à l'origine du fameux Pacte qui restreint l'utilisation militaire du laran. On prend un certain plaisir à voir ces deux hommes évoluer, et même si on se dit que ce sont des sales types qui ne méritent pas de connaître le bonheur, à la fin on est satisfait de les voir finir avec deux jeunes femmes méritantes, Melora et Melisandra. À noter : j'ai beaucoup aimé les échanges du couple Bard/Melora, et les petits garçons créés par l'auteure qui sont très touchants.
Les Héritiers d'Hammerfell
Bien qu'il s'agisse ici d'un tome romanesque et perclus de bons sentiments, j'ai beaucoup aimé le découpage de l'intrigue avec ces jumeaux, Alastair et Conn, séparés lorsqu'ils étaient bébés au cours de l'incendie ayant ravagé le château du clan Hammerfell. Lorsqu'ils se retrouvent près de vingt ans plus tard, on apprécie le parallèle de leurs vies avec Alastair qui a vécu en dandy, choyé par sa mère, dans une tour où celle-ci pouvait exercer ses talents de leroni (utilisatrice du laran), et Conn qui, lui, a été éduqué à la dure dans les territoires du Nord par Markos, l'un des fidèles de son défunt père. de chaque côté, la haine des Storn, responsable de l'extinction de leur famille, est entretenue, et on retrouve les jumeaux pour une quête de vengeance qui ne manquera pas de les opposer. le laran de Conn lui permet de voir à travers les yeux de son frère et de vivre sa vie par procuration, voire ses sentiments. J'ai apprécié le côté très maternel du personnage d'Erminie, et la mise en avant de l'amour canin grâce à Bijou, la chienne dévouée de cette famille.
Redécouverte (co écrit avec Mercedes Lackey)
C'est, à mon sens, l'une des histoires les plus réussies du cycle avec ce crossover frontal entre fantasy et SF, puisque de nouveaux explorateurs s'intéressent à Ténébreuse qu'ils découvrent être l'une des plus anciennes colonies perdues. C'est le choc des cultures puisque les Ténébrans rencontrent les Terriens, ces derniers souhaitant s'approprier les dons et ressources de cette planète d'une manière conquérante. L'écriture se veut plus moderne et le texte, qui alterne les points de vue des deux camps, est bien rythmé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
althea21
  13 novembre 2014
Dans cette deuxième intégrale, on retrouve trois nouveaux romans de la romance de Ténébreuse. Les deux premiers clôturent la deuxième partie de cette saga, celle où les humains évoluent en vase clos sur Ténébreuse, au point d'oublier complètement leur origine.
Le troisième volume entama la troisième partie de la saga, celle ou des terriens redécouvrent Ténébreuse et les Ténébrans.
Le Loup de Kilghard:
C'est celui des trois livres ou j'ai eu un peu de mal à m'accrocher au personnage principale. En effet, Bard est vraiment particulier, avec des tendances foncièrement méchantes, violentes, cruelles. Surtout envers les femmes. Carlina, sa "soeur" d'adoption, est celle à qui il voue presque un culte.Son désir ultime est de l'épouser, bien que la jeun femme d'une quinzaine d'année refuse ce mariage avec force.
Cette histoire se déroule sur de nombreuses années, où l'on voit chaque personnage évoluer, s'enfoncer dans ses convictions, et finalement se retrouver au centre de nombreux rebondissements qui vont tout faire basculer.
J'ai beaucoup aimé les personnages de Melora, Mellisendra et Paul. Bard parfois, avait ses bons côtés et pouvait se faire apprécier aussi du lecteur. Mais les femmes sont clairement des figures importantes dans les romans de MZB, et c'est une des choses que j'aime chez elle.
Le laran, pouvoir psychique, est lui aussi au coeur des histoires, puisqu'on arrive avec ce livre à l'époque des Cents Royaumes, où chaque petit seigneur se fait la guerre pour un bout de terre. Un guerre terriblement dévastatrice à cause des armes du laran.
J'ai passé un très bon moment avec ce premier livre.

Les Héritiers d'Hammerfell :
J'ai adoré ce deuxième livre de bout en bout. Cette histoire tragique des frères jumeaux séparés de force par les événements, se croyant mort l'un l'autre,devant relever une armée et leur duché... je me suis régalée!
J'ai évidemment craqué pour Conn, plus que pour son jumeaux Alastair. Erminie et Floria aussi ont réussi à me toucher et à m'entraîner dans leur histoire sans aucun mal.
On poursuit toujours l'histoire des Cents Royaumes, de la guerre au laran, mais avec en intrigue supplémentaire une vendetta entre deux royaumes, querelle qui dure et fait des ravages depuis des générations.
On retrouve une trame classique de roman de fantasy, mais à la sauce MZB, ce qui en donne une lecture toujours originale et surprenante. Je crois que c'est pour l'instant mon préféré sur les 2 intégrales. On découvre une nouvelle facette du laran, avec Erminie qui détient de grands pouvoirs. Cela m'a fait sourire et m'a beaucoup plu en même temps.

Redécouverte :
On renoue ici, avec ce troisième livre de l'intégrale 2, avec la SF. Ce n'est pas mon genre de prédilection mais j'ai beaucoup aimé ce mélange de SF et de fantasy. On a un très beau choc des cultures, avec des terriens qui redécouvrent Ténébreuse par hasard.
Près de deux mille ans ont passé depuis La Planète aux Vents de Folie et l'arrivé des premiers côlons sur Ténébreuse, mais les nouveaux arrivants vont très vite comprendre à qui ils ont affaire, par des détails divers et variés. C'est quelque chose que j'ai beaucoup aimé suivre, découvrir avec eux.
Ils vont devoir s'adapter, mais l'inverse aussi puisque les Ténébrans auront très vite vent de la vérité sur leur origine.
Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce livre, c'est de revoir les ténébrans au travers des yeux d'humains. On redécouvre toutes leurs particularités, aussi bien physiques que morales. Choses qu'on avait petit à petit oublié en vivant leurs aventures. L'auteur remet aussi sur le devant de la scène les habitants originels de la planète, ces humanoïdes qui peuvent se croiser avec les humains et dont on avait déjà eu un très bref aperçu dans la Planète aux Vents de Folie. J'espère qu'elle nous en dira encore plus dans la suite!
On retrouve aussi un peu cette fameuse plante dont le pollen cause tant de soucis, et qui avait un peu été oubliée dans les romans précédents. J'ai bien aimé la voir revenir sur le devant de la scène car elle est un peu, pour moi, LA caractéristique de Ténébreuse et l'origine de beaucoup d'événements importants.
Au niveau personnages j'ai craqué pour Elizabeth et Ysaie, deux femmes que j'ai adoré suivre dans leurs aventures.

Globalement, pour cette intégrale, les personnages sont à nouveaux les points forts du livre, ainsi que les sentiments que l'auteur peut nous faire vivre au travers de ses histoires. J'ai hâte de lire la suite!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tchippy
  24 août 2014
Dans la continuité du premier tome, Marion Zimmer Bradley nous emmène en voyage sur sa planète, Ténébreuse.
On y suit l'évolution de la société, et on assiste aux premiers contacts avec d'autres mondes, le notre en l'occurence.
J'ai eu du mal à accrocher avec le Loup des Kilghards, un homme sauvage, brutal et arrogant, et j'ai trouvé la ficelle de son changement d'esprit assez grosse et facile pour la nommer corde. Cependant, ça reste quand même un bon roman.
Le deuxième roman, L'Héritier d'Hammerfell, est suffisamment épique pour avoir eu envie de le lire jusqu'au bout. C'est la première fois que l'auteure nous place dans le contexte d'une ville sur Ténébreuse. Là aussi cependant, la fin est devinée dès le milieu du roman.
Enfin le troisième, La redécouverte, est celui qui promet le plus, et mon préféré.
Les Terriens retrouvent la colonie perdue de Ténébreuse, la science-fiction renoue avec la fantasy, et la fin est aussi douce-amère que la vraie vie.
Bémol : les romans sont dans la continuité historique l'un de l'autre, mais sont très espacés sur l'échelle du temps. Les personnages qu'on a connus dans un roman sont des héros de légendes dans le suivant... Il faut juste être prévenu de ne pas trop s'attacher aux personnages, et de lire le tout comme une fresque sociétale et historique plus que comme des romans qui s'enchaînent.
Et vivement que le tome 3 me passe entre les mains, je n'arrive pas à imaginer tout ce qui pourrait se passer dans le futur de Ténébreuse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   28 septembre 2014
Erminie fit approcher Bijou, s'assit, sortit sa pierre-étoile et regarda longtemps la vieille chienne dans les yeux...
- J'ai d'abord pensé lui donner forme humaine; c'est assez simple, du moins avec une pierre-étoile. Mais elle est trop vieille pour se transformer en guerrier, et il me semble qu'elle constituera pour toi un meilleur guide sous sa forme naturelle. car, même si je la métamorphosais en femme, ce ne serait qu'un faux-semblant. Elle serait toujours un chien, elle ne pourrait pas te parler, mais elle perdrait ses sens de l'ouïe et de l'odorat. Au moins, sous sa forme naturelle, elle peut mordre quiconque te menacera, alors que si elle faisait la même chose sous forme humaine, cela...
Erminie et hésita et termina en riant:
... cela surprendrait beaucoup.
[Les héritiers d'Hammerfell]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
BazaRBazaR   30 mars 2015
Il était incontestable que Kadarin pouvait être d'une immense utilité pour les Terriens. Aliéné parmi son peuple, avide de s'intégrer à des gens qui ne l'avaient pas immédiatement rejeté - oui, si le Capitaine Gibbons avait la moindre idée de son passé, il devait avoir compris immédiatement qu'il pouvait faire un agent remarquable. Les impondérables - comme l'impression d'être accepté - étaient souvent plus importants que les réalités tangibles - comme les facteurs génétiques.
[Redécouverte]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
BazaRBazaR   11 mai 2014
Traditionnellement, la guerre se faisait en été. En hiver tout le monde restait au coin du feu, sauf les fous et les désespérés. Une campagne d'hiver comportait certains dangers supplémentaires. Les hommes pouvaient dire, et avec une certaine justesse, qu'on leur demandait actuellement des choses injustes et inhabituelles, car chevaucher dans une tempête de neige qui pouvait tourner au blizzard n'était certes pas habituel et, par conséquent, le roi n'avait pas le droit de l'exiger d'eux.
[Le Loup des Kilghard]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
fnitterfnitter   06 avril 2013
La seule façon de découvrir quelque chose était d'aller voir en personne. Méthode dangereusement primitive, mais méthode éprouvée.
Commenter  J’apprécie          530
BazaRBazaR   27 mars 2015
Les humains modifiaient toujours leurs milieux; cela faisait partie de leur nature, quels que fussent leurs efforts pour le laisser intact. Selon un adage qui revenait régulièrement dans l'histoire de l'humanité, "biologie n'est pas destin". A quoi Ysaye répondait obstinément: "Montrez-moi un lion végétarien".
[Redécouverte]
Commenter  J’apprécie          200
Video de Marion Zimmer Bradley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marion Zimmer Bradley
Coup de cœur | Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley Vous aimez les légendes arthuriennes ? Qu’attendez-vous pour vous lancer dans les Dames du Lac ?!
autres livres classés : télépathieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Généalogie Arthurienne selon Marion Zimmer Bradley

Fille de Ygerne et de Gorlois, Duc de Cornouailles, je suis l'enseignement des prêtresses de l'Ile Sacrée d'Avalon pour succéder à ma tante Viviane, la Dame du Lac, je suis (la Fée):

Morgause
Niniane
Elaine
Morgane

14 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Les Dames du lac, tome 1 de Marion Zimmer BradleyCréer un quiz sur ce livre