AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Monique Lebailly (Traducteur)Édith Ochs (Traducteur)
ISBN : 2253087858
Éditeur : Le Livre de Poche (14/01/2009)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 185 notes)
Résumé :
(PEUT ETRE LU INDÉPENDAMMENT DES AUTRES TOMES)

Au IIIe siècle, Eilan, fille d'une prêtresse et d'un prince de Grande-Bretagne, part sur l'île d'Avalon suivre l'apprentissage rare et magique réservé aux servantes de la Déesse.
Au contact des femmes d'exception qui enseignent et règnent sur ce lieu mythique, l'enfant se familiarise avec les rites et les sortilèges, mais aussi avec les lois de cette lignée de magiciennes. En grandissant, elle déco... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
claireo
  07 mai 2019
Un livre où se mêlent histoire, légende et magie.
Bien qu'il puisse se lire seul, on y retrouve des personnages et lieux d'un autre tome des dames du lac.
Le parcours intéressant d'une femme de caractère, d'Avalon au monde romain du IIIème siècle. Eilan quitte Avalon par amour pour Constance, futur empereur, elle le suivra au sein de l'empire romain, et sera la mère de l'empereur Constantin. Entre histoire et monde magique, une très bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          490
BubleGumm
  17 février 2019
Étant toujours motivée pour lire la suite de la série "Les Dames du Lac" par Marion Zimmer Bradley, j'ai donc attaqué le dernier tome, "La Prêtresse d'Avalon". Marion Zimmer Bradley étant décédée, c'est donc son amie écrivaine de longue date Diana Paxson qui a achevé le roman.
Ce livre est un récit historique qui se passe à la fin du III ème siècle.
Romancé, c'est l'histoire de Sainte Hélène, celle qui porta la croix et qui est devenue chrétienne. Bien qu'assez gros (413 pages), le livre se décompose en 3 parties : la voie d'Avalon, la voie du Pouvoir et la voie de la Sagesse.
J'ai été heureuse de retrouver la magie et l'île mystique d'Avalon, avec ses secrets, ses personnages mystérieux et leurs aventures.
Eilan ou Hélène est la fille de Rian, Grande Dame d'Avalon et d'un prince anglais. Sa mère meurt en la mettant au monde tandis que son père lui survit et souhaite que sa fille poursuive son enseignement à Avalon.
Eilan est donc envoyé sur l'île sacrée secrète d'Avalon, aussi appelé le pays d'été, une île isolée de tout envahie par les brumes. Cette île est habitée par des prêtresses et des druides qui servent une divinité, la Déesse. C'est une sorte de secte. Eilan est recueillie par le petit peuple de femmes et est accueillie comme une reine, à bras ouverts. Sauf par Ganeda, sa méchante vieille tante devenue la Haute Dame d'Avalon. On dirait que Ganeda en veut à Eilan de la mort de sa sœur Rian! C'est complètement idiot! Eilan n'y est pour rien!Perso, j'ai détesté Ganeda, une vieille pie arrogante et prétentieuse qui veut tout commander, tout diriger. J'ai par contre apprécié Eilan et son courage, sa grandeur d'âme. Elle est très mature. Eilan se fera donc des amies telles qu'Aelia, Dierna et Becca, Heron, Suona, Roud etc... La jeune prêtresse se voit aussi offrir une chienne-fée Surette -que j'ai adoré-, et est initiée aux mystères de la Déesse.
A 18 ans, une étrange vision va bouleverser son existence : Constance, un officier romain viendra à elle et deviendra l'homme de sa vie. Ensemble ils auront un enfant, Constantin, qui transformera le monde.
Cette vision se réalise! En effet, par un concours de circonstances, Eilan se retrouve bannie d'Avalon par Ganeda. Elle par donc vivre avec Constance.
Constance est un brave et courageux romain attachant. Volontaire, il se battra jusqu'au bout aux côtés de sa femme Hélène pour servir l'Empire romain. J'ai bien aimé Constance, un homme sincère et téméraire pas du tout arrogant. Il est beau, grand et fort, blond comme le dieu grec Apollon. Son fils Constantin lui ressemble trait pour trait.
Hélène s'adapte donc à la nouvelle vie romaine. C'est un peu dur au départ, mais elle s'y fait. Avalon lui manque terriblement, de même que ses tendres amies.
Constance, malheureusement, est contraint de répudier Hélène et prend pour nouvelle épouse Théodora pour des questions de politique. Ils auront de nombreux enfants. L'unique fils d'Hélène lui est enlevé et s'en va vivre auprès de l'Empereur Dioclétien.
Le temps passe, Hélène vieillit et Constantin grandit.
On rencontre un florilège de personnages différents et on a même droit à la visite de la Reine des Fées! Surette, le petit chien d'Hélène, reste avec la Reine des Fées. Elle se retrouve donc seule, sans compagnie, excepté celle de ses domestiques. Hélène est seule plus que jamais. Son cœur est meurtri, blessé par le rejet de Constance. Mais peu à peu, elle s'y fait.
L'ancienne prêtresse se fait des amis parmi les chrétiens et a un autre chien, Hylas.
Constance lui a laissé une forte somme d'argent. Ainsi, elle peut vivre aisément. Hélène a beaucoup voyagé avec Constance, maintenant elle doit se faire à son absence. Constantin grandit, écrivant toujours des lettres à sa mère. Le temps passe et s'écoule comme un sablier. Constance prend de l'ampleur et prend son envol tel un aigle de Rome. Il devient l'Empereur Suprême. Quand il revoit Hélène, il est mourant. Son corps de guerrier a longtemps servi pour la guerre. Maintenant, il ne lui sert plus à rien. Il est usé. Hélène tente d'user de ses pouvoirs de prêtresse pour le sauver. En vain...La grande faucheuse vient prendre la vie de son bien-aimé. Hélène et Constantin mettront du temps à s'en remettre de cette perte sentimentale et douloureuse. Mais le temps guérit les blessures et ces blessures s'apaiseront au fil des jours, des mois et des années. Vient ensuite le règne de Constantin, le Ier Empereur chrétien.
Les aventures d'Hélène ne seront pas de tout repos.
Ce livre est un petit bijou! C'est une belle histoire et une belle critique du temps des romains et des différents ethnies, avec leur culture et leur religion..
D'un côté, on a Hélène et la Déesse, de l'autre les romains et leurs Dieux. Ensuite, on a les païens et les chrétiens.
J'ai bien aimé le livre en lui-même malgré certaines fois un vocabulaire difficile. Le livre était parfois compliqué à comprendre, mais je ne m'arrêtais pas au premier mot étranger. Je pense qu'en lisant ce livre, il faut voir au-delà de ce que l'on voit, aller plus loin, voir au-delà de nos rêves et des apparences.
Écrit à la première personne, on s'identifie à Hélène et on peut ainsi mieux la comprendre, mieux intégrer les différents paysages et lieux, ainsi que les autres personnages. On a droit à ses sentiments et émotions intérieurs.
Hélène n'est pas un personnage compliqué en soi, au contraire, c'est une âme charitable, quelqu'un de bien et qui veut le meilleur pour son fils et ses petits-enfants. Hélène a quand même eu une belle vie, mondaine et profitant de son statut d'épouse de gradé romain, avec ses serviteurs, grandes villas, robes, etc...
A sa place, on ne peut pas se plaindre!
Elle a mené un parcours étrange, passant de prêtresse d'Avalon à femme de romain.
J'ai remarqué que Marion Zimmer Bradley aime écrire des histoires d'amour de prêtresses avec des romains.
C'est presque incontournable chez elle.
Un beau livre en somme.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pinklychee
  09 décembre 2017
Il est impossible de ne pas penser à Marion Zimmer Bradley lorsque l'on parle de la légende arthurienne. Je n'ai pas encore lu sa saga des Dames du Lac (les 2 tomes sont dans ma PAL) mais celui-ci me donnait bien envie.
Nous allons suivre Eilan durant toute sa vie, et j'ai naïvement cru que la majeure partie de l'histoire se déroulerait à Avalon. J'aurais compris que ce ne serait pas forcément le cas si j'avais lu le résumé, mais le titre se suffisait à lui-même à mes yeux. de ce point de vue, c'est donc une petite déception, même si on ne peut pas nier que la vie d'Hélène est extraordinaire.

Notre héroïne est la fille de Rian, Haute Prêtresse d'Avalon, qui meurt en lui donnant la vie. Merlin va prédire à cette enfant un destin extraordinaire, au tournant d'une nouvelle ère.
D'abord élevée par son père, Eilan revient vite à Avalon. Jalousée par certaines, aimée par d'autres, Eilan suit la formation qui fera d'elle une prêtresse, jusqu'au jour où une vision lui montre un avenir bien différent de ce qu'elle espérait.

A partir de cet instant, l'existence d'Eilan va prendre une autre tournure, et là où beaucoup pensaient la voir devenir Grande Prêtresse, elle va choisir un homme et l'amour en la personne de Constance, un officier romain. Avec lui, elle aura un fils, l'Enfant de la prophétie, dont il est dit qu'il changera la face du monde.
Il faudra bien des années à Eilan, devenue Hélène, pour comprendre que ce que l'on vit ne s'accorde pas toujours à ce que l'on avait espéré, et que les visions du futur ne sont pas immuables et varient en fonction de nos choix.

Le monde est effectivement en plein chamboulement, le christianisme s'impose peu à peu comme étant la nouvelle religion, les anciens dieux et rites païens sont oubliés face au culte de l'Unique.
Hélène est le témoin privilégié de cette transformation, la société se retrouve profondément chamboulée, entre martyrs et persécutions. Elle-même est tiraillée entre sa formation de prêtresse et son culte à la Déesse, et la religion chrétienne encore à ses balbutiements.

Hélène au début erre dans un monde qu'elle ne connaît pas et dont elle ne maîtrise pas les codes; elle qui n'a connu quasiment qu'Avalon est perdue, et pourtant grâce à une incroyable force de caractère elle va s'élever jusqu'aux plus hautes sphères, quitte à parfois s'en mordre les doigts.
Elle aidera son mari et son fils dans leurs carrières politiques, ce dernier étant appelé à connaître un grand destin.

Hélène s'oubliera de diverses façons, tenant à sa manière d'être toujours utile aux autres, et si sa route s'éloigne souvent d'Avalon et de sa formation de prêtresse, elle finit toujours par y revenir d'une manière ou d'une autre, même si bien souvent ce sont par des chemins (très) détournés.
C'est un personnage sans cesse tiraillé entre son amour d'Avalon et celui qu'elle ressent pour sa famille, une femme prête à tous les sacrifices, et même si parfois il lui en coûte elle reste fidèle à ses convictions.

C'est un très beau portrait de femme donc, à mi-chemin entre la vérité historique (on sent tout le travail de recherche effectué par l'auteure) et le côté plus romancé (c'est un personnage dont on sait finalement peu de choses, il a donc été plus facile de lui inventer une vie).
J'ai juste trouvé qu'il y avait parfois quelques longueurs, ce qui est dommage quand on voit à quel point la vie d'Hélène a été riche et pleine de péripéties.
Dommage également que l'on ne soit pas restés plus longtemps à Avalon, mais je compte bien me rattraper à ce propos avec Les Dames du Lac!
Lien : http://pinklychee-millepages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Philemont
  01 janvier 2013
Avec la Prêtresse d'Avalon, Marion Zimmer BRADLEY stoppe sa remontée du temps et nous conte des évènements qui se déroulent dans la seconde moitié du IIIème siècle et au début du IVème, légèrement en amont de ceux qu'elle a narré dans la deuxième partie du Secret d'Avalon.
Le personnage central est Hélène, personnage historique connu pour l'influence qu'elle exerça sur son fils, l'empereur Constantin, et pour sa défense de la cause des chrétiens, ce qui la conduira d'ailleurs à la canonisation. Mais les historiens ne savent finalement que peu de choses sur sa vie, les références à ce personnage relevant plus de la légende que de faits avérés.
C'est donc dans cette brèche que l'auteur s'est engouffrée en imaginant une jeune Eilan élevée sur l'île sacrée d'Avalon avant d'en être chassée à l'âge de 18 ans. C'est à ce moment qu'Eilan devient Hélène, une femme doublement déchirée : entre sa formation de prêtresse et le christianisme émergeant d'une part, entre l'amour qu'elle porte à sa famille et la politique de l'empire romain sur le déclin d'autre part.
Notons que Marion Zimmer BRADLEY n'a pu achever l'écriture de ce roman puisqu'elle est décédée en 1999. C'est sa collaboratrice de longue date, Diana Lucile PAXSON, qui l'a donc achevé. Toutefois, BRADLEY demeure à l'origine de l'inspiration essentielle du roman. le ton est donc très similaire à ce que l'on a pu lire jusqu'à maintenant dans le cycle des Dames du Lac, la qualité également.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
madamelafee
  20 novembre 2017
Lorsqu'elle vient au monde Eilan devrait devenir la nouvelle Dame du Lac. Sa mère, la Haute Prêtresse d'Avalon meurt en couche. Eilan est élevée pendant 10 ans par son père puis elle rejoint l'île d'Avalon et elle plonge dans les racines antiques des mystères des Druides et de la magie celtique. Consacrer sa vie comme prêtresse d'Avalon est un don de soi. Il faudra qu'elle le désire ardemment. Eilan devra oublier tout ce qu'elle a reçu comme enseignement avant. Son histoire va être tout autre, Eilan/Hélène va suivre son époux à Rome et elle aura un fils Constantin qui règnera grâce et avec la protection du Dieu des Chrétiens. Je tiens à remercier Babélio pour l'envoi de ce livre. L'auteur excelle lorsqu'elle parle de l'île d'Avalon, île séparée du monde qui fait figure d'une sorte de pays des morts car je trouve que son emplacement ne correspond pas au monde réel. Prendre la barque pour y accéder me fait toujours rêver à un monde merveilleux et insolite peuplé de fées et d'elfes. Il faut dire que c'est le lieu de résidence de la Dame du Lac et de Merlin l'enchanteur. Dommage que l'on ne reste pas dans cet endroit merveilleux, Eilan devient Hélène et passe dans l'autre monde lors du grand rituel des feux de Beltane, elle se donne à Constance et le suivra dans le monde "désenchanté" des romains. Un garçon naîtra de cet amour illégitime et il connaîtra un grand destin mais pour moi la magie n'était plus là.
Je conseille tout de même cette lecture pour l'écriture soignée, précieuse et raffinée.
Roman pour adolescents et Young adult.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   08 mai 2018
Cependant, elle estima essentiel de nous faire savoir que Postumus, l’empereur sorti du rang, avait été assassiné par ses propres soldats pour avoir refusé de leur livrer le butin d’une ville qu’ils venaient de prendre, car c’était lui qui avait séparé l’Occident, y compris l’Angleterre, du reste de l’Empire. Un homme appelé Victorinus avait repris son titre, mais le bruit courait qu’il s’agissait d’un guerrier en chambre dont les adultères réduisaient déjà le nombre de partisans. En fait, c’était sa mère, Victoria, qui gouvernait en son nom l’Imperium Galliarum, disait la rumeur.

Mais pour nous qui résidions sur l’île sainte, ces histoires ne signifiaient pas grand-chose ; à la fin de l’hiver, Sian, la fille de Ganeda et son héritière probable, perdit la bataille qu’elle menait contre la maladie depuis la naissance de son second enfant, et la communauté d’Avalon fut plongée dans le deuil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
laulauttelaulautte   18 avril 2015
Durant l'année de silence qui nous fut ensuite imposée, je dus regarder en moi d'une manière que les innombrables exigences de ma formation ne m'avaient jamais permise. Je pense maintenant que ce fut la véritable initiation, car ce ne sont pas les adversaires extérieurs, que l'on peut affronter et défier, qui sont les plus dangereux, mais les antagonismes plus subtils qui habitent en nous.
Commenter  J’apprécie          70
sld09sld09   18 novembre 2017
Au coucher du soleil, un air frais et vivifiant s’était mis à souffler de la mer. En cette saison, les fermiers brûlaient le chaume de leurs champs, mais le vent avait balayé le voile de brume et la Voie lactée traçait d’un bout à l’autre du ciel une route d’un blanc éclatant. Le Merlin d’Angleterre était assis sur la Pierre du Veilleur, au sommet du Tor, les yeux fixés sur les étoiles. Bien que la gloire des cieux dominât sa vision, elle ne retenait pas toute son attention. Il tendait l’oreille pour capter tous les bruits provenant de la demeure de la Grande Prêtresse, située sur la pente en dessous de lui.Depuis l’aube, Rian connaissait les douleurs de l’enfantement. Ce serait son cinquième enfant et les premiers bébés étaient venus au monde facilement. L'accouchement n’aurait pas dû s’éterniser ainsi. Les sages-femmes celaient jalousement leurs mystères, mais au coucher du soleil, quand Merlin s’était préparé à sa veille, il avait lu de l’inquiétude dans leurs yeux. Le roi Coelius de Camulodunum, qui avait convoqué Rian au grand rite pour qu’elle protège ses champs inondés, était un grand blond solidement charpenté, comme tous les membres des tribus belges qui avaient envahi et colonisé les terres de lest de l’Angleterre. La Grande Prêtresse, en revanche, était une petite brune présentant tous les traits elfiques du peuple qui fut le premier à s’établir dans ces collines.
Rien de surprenant à ce que l’enfant que Coelius avait engendré fût trop gros pour sortir aisément de l’utérus. Quand Rian avait découvert qu’elle était enceinte, des prêtresses plus âgées lui avaient vivement conseillé de s’en débarrasser. Mais agir ainsi, ç’aurait été nier L'existence de la magie, et Rian leur avait répliqué qu’elle servait depuis trop longtemps la Déesse pour ne pas s’en remettre à ses Desseins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MeduzanticMeduzantic   19 mai 2017
Pas besoin de l'accabler avec ma nostalgie pour la maison de mon père. C'était de toute façon sans espoir. On m'avait prévenue que celui-ci était mort, et l'un de mes frères aussi. L'autre servait le faux empereur Tetricus, en Gaule. C'était un lointain cousin qui régnait désormais dans le palais de Camulodunum. Le foyer de mon enfance avait disparu aussi sûrement que la petite fille qui, autrefois, ramassait des coquillages sur ce rivage sablonneux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mab012mab012   06 juin 2013
"Il est difficile d'aimer quelque chose qui n'a pas de visage ni de nom.
- [...] En esprit, nous pouvons comprendre le Dieu suprême, mais tant que nous sommes dans nos corps humains, vivant dans ce monde riche et varié, nous avons besoin d'images que nous pouvons voir, toucher et aimer. Chacune d'entre elles nous montre une partie de cette Puissance suprême et toutes les parties ensemble nous donnent un aperçu du Tout. Ainsi ceux qui affirment qu'il n'y a qu'un seul Dieu et ceux qui en vénèrent plusieurs ont raison, mais d'une manière différente."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Marion Zimmer Bradley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marion Zimmer Bradley
Coup de cœur | Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley Vous aimez les légendes arthuriennes ? Qu’attendez-vous pour vous lancer dans les Dames du Lac ?!
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Généalogie Arthurienne selon Marion Zimmer Bradley

Fille de Ygerne et de Gorlois, Duc de Cornouailles, je suis l'enseignement des prêtresses de l'Ile Sacrée d'Avalon pour succéder à ma tante Viviane, la Dame du Lac, je suis (la Fée):

Morgause
Niniane
Elaine
Morgane

14 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Les Dames du lac, tome 1 de Marion Zimmer BradleyCréer un quiz sur ce livre
.. ..