AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021220435
Éditeur : Seuil (18/08/2016)

Note moyenne : 2.89/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Dans une petite université de la Virginie, une jeune lesbienne idéaliste tombe amoureuse de son professeur de poésie, réputé pour ses frasques homosexuelles. Improbable mais pas impossible − nous sommes au milieu des années 1960. S’ensuivent quelques nuits d’amour torrides, une grossesse inattendue, un mariage à la va-vite, un deuxième enfant et un ressentiment qui tourne à la haine mutuelle. Alors Peggy plaque mari et fils pour disparaître avec sa fille de tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
hcdahlem
  05 janvier 2017
Parmi les découvertes de la rentrée 2016, le premier roman traduit en français de Nell Zink occupe une place à part. Une comédie des erreurs (titre original : Mislaid) est le second roman de cette femme qui a grandi en Virginie (elle y situe l'action durant les années soixante) avant de se lancer dans la musique et l'écriture en publiant «Animal Review».Ce fanzine tomba entre les mains d'un musicologue israélien qu'elle épousera et accompagnera à Tel Aviv où elle continuera à écrire ses petites histoires. Activité qu'elle poursuivra en Allemagne où elle vit aujourd'hui. Encouragée par Jonathan Franzen, avec lequel a entretient une correspondance régulière, elle publiera un premier roman, The Wallcreeper, qui se déroule dans la mouvance écologiste allemande et qui sera salué par la critique qui l'a d'emblée placée au rang d'un John Irving.
Si ces compliments méritent encore confirmation, il est vrai que l'on retrouve dans Une comédie des erreurs des situations et une manière très imagée de retracer les événements qui nous rapproche du monde selon Garp et plus encore de L'oeuvre de Dieu, la part du diable.
Peggy Vaillaincourt est le personnage principal de cette histoire qui nous replonge dans l'Amérique profonde (nous sommes en Virginie) des années 1960. Après une enfance et une adolescence peu propice aux excentricités – son père est prêtre épiscopalien et aumônier dans un pensionnat de jeunes filles, sa mère fait office de psychologue pour les brebis égarées – elle choisit de poursuivre des études à l'université de Stillwater. Dans ce «repaire de lesbiennes», elle va parfaire sa formation auprès de Lee Fleming, un professeur de poésie homosexuel.
Cette liaison improbable ne va pas tarder à porter ses fruits : « « C'était la première fois que Peggy voyait un gynéco et cela ne lui plut pas. Il était censé lui poser un diaphragme. Au lieu de ça il jeta un coup d'oeil à son col de l'utérus et dit : « Mademoiselle Vaillaincourt, vous êtes enceinte et je dirais que vous en êtes à un stade où vous devriez saisir la première occasion pour vous marier. » Elle dit qu'elle ne voulait pas d'un bébé, et il répéta sa sentence mot pour mot sur un ton parfaitement identique, telle une machine. »
S'il répond à un souci de respectabilité, surtout à cette époque, le mariage ne résout pas les problèmes. Et si un second enfant naîtra après leur union, la conception qu'ils ont de leurs rôles respectifs va faire voler en éclat le couple. Peggy n‘entend pas jouer les mères au foyer et entend s'engager dans une carrière littéraire, Lee veut conserver sa liberté, quitte à faire interner son épouse récalcitrante et par trop fantasque.
C'est le moment que choisit Peggy pour prendre la poudre d'escampette et se réfugier avec sa fille Mireille dans une bâtisse laissée à l'abandon dans une zone de marécages. Afin d'effacer toute trace de son identité, elle prennent le nom d'une famille noire: Meg et Karen Brown. Ce subterfuge va parfaitement fonctionner, ne suscitant guère d'interrogations parmi le voisinage. Mieux même, il crédibilise les conditions de vie précaires imposées par cette fuite. Dans cette Amérique qui se bat pour les droits civiques, il est normal que les noirs soient pauvres.
Du roman de formation, on passe insensiblement à une étude sur les droits des femmes, puis à une réflexion sur le racisme et les droits civiques pour finir sur une réflexion désenchantée sur les principes d'éducation et le rôle de la famille.
Lee va effet essayer de retrouver sa femme pendant bien des années avec son fils à ses côtés. Peggy va elle tenter de s'extirper des marais qui l'entourent avec, cette fois sa fille à ses côtés. Nell Zink se place en narratrice omnisciente qui observe cette mêlée et sonde les contradictions et l'égocentrisme des uns et les autres. Avec beaucoup de subtilité, elle nous livres– quelquefois sur la même page – les arguments des uns et des autres. C'est ce que donne aussi au récit tout son sel. La comédie prend des accents joyeux et les erreurs se révèlent quelquefois des choix très lucides. Auteur à suivre !

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
traversay
  28 août 2016
Adoubée par Jonathan Franzen, comparée à Tartt, Roth, Wolfe et Irving par The Daily Telegraph, Nell Zink a fait une entrée tonitruante dans les lettres américaines, à 50 ans passés. Une comédie des erreurs, son deuxième roman, offre une intrigue passablement échevelée avec une héroïne lesbienne, qui fuit avec sa fille loin de son mari gay, en se faisant passer pour une femme noire (c'est possible en en ayant quelques gouttes de sang dans sa lignée) au coeur de la Virginie des années 60 à 80. Original, excentrique, brillant, cocasse et subversif : le livre est tout cela avec une succession de péripéties étranges et des commentaires, comme une voix off, d'une auteure en roue libre qui n'a peur de rien et surtout pas de choquer. C'est ici que se situent les limites d'un roman qui s'éloigne assez vite de tout réalisme et dont la fantaisie, pour agréable qu'elle soit malgré son systématisme, sert un discours faussement innocent qui n'a d'autre but que de faire admirer un style trop consciemment élaboré pour faire illusion. Les grands thèmes en filigrane : quête d'identité (y compris sexuelle) et racisme ne s'imposent jamais vaincus par une écriture qui semble surtout éprise d'elle-même. La mécanique d'Une comédie des erreurs est séduisante mais elle tourne un peu à vide.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LeaTouchBook
  20 août 2016
3.75/5 : Une comédie des erreurs est le premier roman de Nell Zink traduit en France, un roman qui réussit -en à peine 300 pages- à toucher de nombreuses thématiques et raconter l'histoire d'une famille très atypique.
Elle est étudiante, persuadée d'être lesbienne, lui est professeur avec des frasques homosexuelles. Pourtant le désir s'amène au rendez-vous, Lee et Peggy se laissent emporter au risque de le regretter des années plus tard voire quelques semaines après : un bébé naît et voilà que les deux sont obligés de se marier pour convenir aux bonnes moeurs de l'époque. L'influence malsaine et hégémonique De Lee sur son ancienne étudiante ne peut qu'amener cette féministe affirmée à se révolter et à quitter mari et enfant. Elle emporte sa petite fille née ultérieurement et laisse son aîné entre les mains d'un mari volage. Se faisant passer pour une noire à la peau blanche, elle va vivre le racisme implicite...
Ce livre est réellement très curieux, alors que tout va très vite, que les années passent à la vitesse de la lumière, je n'ai jamais eu l'impression que cela restait en surface. Les situations sont inattendues, parfois complètement surréelles mais je n'ai jamais eu la sensation que cela était burlesque ou improbable. L'auteure est toujours sur le fil et maîtrise le funambulisme littéraire. En racontant le vieux Sud, en nous contant la vision raciste de cette époque et de cet Etat, Nell Zink explore un sujet essentiel et intrinsèque aux USA.
Les conséquences du départ de Peggy sur ses enfants vont se sentir au travers des mois qui passent : le fils tente de s'en sortir malgré l'absence de la figure maternelle et la vie débauchée de son père; la fille qui n'a aucun souvenir, est persuadée d'être une jeune fille de couleur. le lecteur se demandera jusqu'au bout si les routes se croiseront, si les destins se noueront ou si les secrets seront enterrés dans la tombe. Franzen défend l'originalité de cette auteure et il a bien raison : Nell Zink décrit la réalité et pourtant j'ai eu l'impression d'être dans une dimension parallèle !
En définitive, une lecture atypique, très intéressante qui dépeint avec originalité les moeurs d'une époque et le destin d'une étrange famille...
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cathulu
  04 septembre 2016
Virginie, milieu des années 60 . Peggy, jeune étudiante, s'amourache de son professeur de poésie. Classique me direz-vous .Sauf que tous deux sont homosexuels. Dix ans et deux enfants plus tard, Peggy plaque son mari et son fils, s'enfuit avec sa fille. Pour échapper à d'éventuelles recherches, par un tour de passe-passe administratif, Peggy et Mireille endossent l'identité de noires, ce qui est possible à l'époque pour peu qu'on ait une goutte de sang noir.La petite fille, blonde, ne remet pas en question son identité, pas plus que la société , dans laquelle évoluent les deux femmes, car le racisme est encore latent.
Évidemment, les chemins des membres de cette famille atypique finiront bien par se croiser à nouveau...
Roman de l'ambivalence et de l'identité, raciale et sexuelle,Une comédie des erreurs est un texte en roue libre où l'autrice se lâche avec un bonheur évident. Humour vachard, écriture brillante, font de ce roman un pur moment de jubilation ! à découvrir sans plus tarder !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
noid
  07 août 2017
Le mariage loupé de deux homosexuels au milieu des années 60 débouche sur la fuite de la femme avec sa fille dans la clandestinité en laissant le mari avec son fils. Elle ne donnera plus de nouvelle et on suit la vie de ces deux bouts de famille dans le Sud des Etats-Unis un brin raciste et homophobe.
Un livre bien tendu, militant et ingénieux au début mais qui s'enlise au milieu et fini par mièvrement s'effondrer à la fin. Rhooo, zut !
Lien : http://noid.ch/une-comedie-d..
Commenter  J’apprécie          80
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   05 janvier 2017
Peggy Vaillaincourt, née en 1948 à Port Royal, au nord de Richmond, était fille unique. Ses parents avaient des moyens mais menaient une vie modeste et dévouée à leur paroisse. Son père était prêtre épiscopalien et aumônier dans un pensionnat de jeunes filles. Sa mère était la femme de son père – un sacerdoce à plein temps. L’ère des psychologues et des thérapeutes n’était pas encore advenue, ainsi lorsqu’une fille perdait l’appétit ou qu’une femme se sentait coupable après un curetage, elle allait voir Mme Vaillaincourt, ce qui donnait à celle- ci un sentiment d’importance. Le révérend Vaillaincourt, lui, se sentait important tout le temps, car il descendait d’une famille qui avait caché John Wilkes Booth, l’assassin de Lincoln.. (p. 13)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
StockardStockard   14 avril 2017
Une quantité de Noirs étaient tombés pour des histoires de crack tandis que les étudiants continuaient à s'envoyer des produits luxueux sans être inquiétés. Toutes sortes de drogues dures s'écoulaient sur le campus, presque toujours dans l'indifférence générale. Une odeur d'herbe pendant un concert à la fac, et les flics du campus faisaient les gros yeux. La même odeur devant une boîte noire en ville, et c'étaient des condamnations et des vies foutues en l'air. Il était grand temps, de l'avis des gauchistes comme des poulets, de foutre des vies en l'air dans l'autre camp.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
StockardStockard   12 avril 2017
Car les gens ne s'habituent jamais aux mensonges. Soit ils y croient, soit ils n'y croient pas. Et un gros mensonge n'est jamais pardonné. Celui qui l'a raconté cesse d'exister pour être remplacé par un paradoxe : le menteur fiable. Celui qui vous mentira à tous les coups car il l'a déjà fait et avoué. Et jamais, plus jamais vous ne le croirez
Commenter  J’apprécie          30
BibaliceBibalice   01 juillet 2016
Elle lui offrit un cigarillo. Elle s'assit sur le bord de son bureau pour le lui allumer, se pencha avec grâce en abritant l'allumette au creux de ses mains, elle avait dix-sept ans, elle souriait et avait des bouclettes comme des ressorts, et il s'aperçut qu'il bandait.
Commenter  J’apprécie          41
StockardStockard   10 avril 2017
Il n'y eut pas de circoncision. D'après Lee, c'était un procédé inventé par les moralistes et les vendeurs de lotion pour rendre les branlettes irritantes.
Commenter  J’apprécie          60
Video de Nell Zink (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nell Zink
Une comédie des erreurs - Nell Zink [Rentrée Littéraire 2016] .Dans une petite université de la Virginie, une jeune lesbienne idéaliste tombe amoureuse de son professeur de poésie, réputé pour ses frasques homosexuelles. Improbable mais pas impossible ? nous sommes au milieu des années 1960. S?ensuivent quelques nuits d?amour torrides, une grossesse inattendue, un mariage à la va-vite, un deuxième enfant et un ressentiment qui tourne à la haine mutuelle. Alors Peggy plaque mari et fils pour disparaître avec sa fille de trois ans dans une cambrousse du sud des États-Unis. Elles squattent une bicoque délabrée et vivotent sous les identités usurpées d?une femme noire et de sa fille. Pour Peggy, recherchée par son mari, c?est la planque idéale. Mais échappe-t-on jamais à ses origines ? Les hasards du destin rapprocheront les membres de cette famille ô combien dysfonctionnelle, pour le meilleur et pour le pire. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Charles Recoursé http://www.seuil.com/ouvrage/une-comedie-des-erreurs-nell-zink/9782021220438
+ Lire la suite
autres livres classés : racismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12988 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre