AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gabrielle Perrier (Auteur de la postface, du colophon, etc.)Samuel Pintel (Auteur de la postface, du colophon, etc.)François Mitterrand (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070728046
180 pages
Éditeur : Gallimard (13/01/1993)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Comment une jeune militante du Bund, ce mouvement ouvrier juif antisioniste, s'éprend-elle de la France, dans les années trente, au point de sacrifier sa vocation de peintre, élève de Gromaire et familière de Montparnasse, pour partager la vie de son mari, émigré russe devenu exploitant d'une ferme avicole dans le Nord ? Comment, à peine naturalisée française, s'engage-t-elle dès le début de la guerre comme infirmière militaire de la Croix-Rouge pour aboutir au camp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Pixie-Flore
  01 février 2018
J'ai entendu parler de la Maison d'Izieu et de Sabine Zlatin grâce à un téléfilm en deux parties avec Véronique Genest. Ça m'avait glacé et profondément ému.
Le témoignage de cette femme est, paradoxalement, émouvant et froid. Ce quel raconte est horrible mais elle reste très stoïque dans ses propos. Elle maîtrise ses émotions et s'exprime de façon un peu scolaire. Elle écrit sa biographie chronologiquement - même si parfois ça s'embrouille un peu - et sans faire étalage de ses souffrances. D'ailleurs, elle évoque la Maison des enfants d'Izieu très rapidement finalement.
L'institutrice de la colonie, Gabrielle Perrier, et l'un des anciens pensionnaires, Samuel Pintel, apporte plus de vie à la Maison d'Izieu en évoquant des souvenirs touchants. On en apprend plus sur les enfants et les éducateurs. Les photographies et les quelques lettres permettent également de mettre des visages sur des noms, ce qui est primordial car on s'y attache plus intensément.
Ce qui s'est passé là-bas est terrible et je crois que beaucoup oubli où peuvent nous conduire la haine et l'indifférence. Des témoignages comme ceux-là permettent de remettre les choses en place.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Pixie-FlorePixie-Flore   01 février 2018
Plus qu'un simple mémorial ou un musée, cette maison se doit d'être le centre animateur de ceux qui luttent dans le sens indiqué par la pensée de John Donne :

Tout homme est un morceau du Continent
Une part du Tout.
La mort de tout homme me diminue
Parce que je fais partie du genre humain.

[p95]
Commenter  J’apprécie          40
Pixie-FlorePixie-Flore   01 février 2018
Un agent de la C.I.A. a parlé longuement, en français, expliquant comment Barbie était allé aux Etats-Unis, travaillant pour le compte des services de renseignements américains. Puis on l'avait laissé partir. " Pourquoi l'avez-vous laissé partir en Bolivie ? lui avait alors demandé le président ; il vous rendait de grands services en vous renseignant sur l'U.R.S.S. ? " L'agent de la C.I.A. eut cette réponse : " Nous nous sommes débarrassés de lui parce qu'il ne nous donnait presque pas de renseignements. Il devenait donc inutile de le garder sur notre territoire. Nous l'avons envoyé en Bolivie. "

[p85]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pixie-FlorePixie-Flore   01 février 2018
En 1984, accompagnée d'Yvette, j'ai fait un voyage de trois semaines en Israël : ma première visite. A Jérusalem, j'ai constaté ce qui ne manque pas de frapper tous les visiteurs. Les mosquées Al-Aqsa et d'Omar qu'on voit de partout. La coupole du Rocher devenue un musée, avec ses tapis, ses vitraux non figuratifs, le roc d'Abraham. Aux deux soldats qui étaient à la porte, j'ai demandé un guide, c'était un Marocain. Il me dit : " Il y a ici trois religions. Nous sommes tous des frères qui se détestent. "

[p78-79]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pixie-FlorePixie-Flore   01 février 2018
J'ai déjà évoqué le cas des Tziganes. Les juifs étaient très malheureux dans les camps français. Mais les Tziganes l'étaient peut-être encore plus encore. Car il y avait pour les juifs des assistantes sociales qui arrivaient à en faire libérer quelques-uns, des associations comme l'O.S.E., Amitiés chrétiennes, les Quakers et d'autres, des familles qui les recueillaient et les cachaient. Pour les Tziganes, il n'y avait personne.

[p83]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pixie-FlorePixie-Flore   01 février 2018
Le souvenir est la première justice. Déjà certains sont à l'oeuvre pour absoudre les assassins et déshonorer les victimes. Les enfants d'Izieu et Sabine Zlatin rappellent où est le crime et où est la vertu. A nous de refuser les confusions et l'oubli. A nous de maintenir vivante la vérité.

[II - Avant-propos de François Mitterrand]
Commenter  J’apprécie          00

>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : Izieu , Rafle d' (1944)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1049 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre