AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2012815073
Éditeur : Hachette Education (19/12/2012)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Une jeune fille en longue robe blanche, un forgeron, un ministre, un croquemort, des chats, une hyène et un lion… La diversité des personnages mis en scène par Zola dans les récits brefs qu’il a composés tout au long de sa vie est à l’image de la variété des formes littéraires et des registres employés. Alors que la fresque des Rougon-Macquart se fédère autour du projet naturaliste, ces
contes et nouvelles ouvrent un espace de liberté dans lequel les apologue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
MllePeregrine
  17 août 2014
J'ai passé un très bon moment à la lecture de ces nouvelles d'Emile Zola, certaines écrites dans sa jeunesse, avant sa fresque des Rougon-Marquart; d'autres pendant.
Les thèmes chers à l'auteur y sont présents: la pauvreté, le destin, les différentes classes sociales etc. Certains des personnages de ces textes préfigurent ceux des romans, tel le forgeron qui sera repris dans le rôle de la Gueule-d'Or dans "l'Assommoir", Nantas qui est une variante de Claude Lantier dans" l'Oeuvre". La nouvelle "Celle qui m'aime", très imprégnée des poèmes en prose baudelairiens, annonce quant à elle "Nana".
"La mort d'Olivier Bécaille" frôle le fantastique et est très angoissante, elle fait partie de mes préférées!
A connaître, à lire et à faire lire!
Commenter  J’apprécie          200
Blog_Oceane
  15 février 2017
J'ai lu du 12/02/2017 au 14/02/2017.
J'ai décidé de lire ce recueil de nouvelles car j'adore Zola pour ses Rougon-Macquart mais je n'avais pas encore lu une de ses nouvelles. De plus, le titre m'emballait. Je suis sortie de ce recueil conquise par la diversité des thèmes abordés tout en restant dans le naturalisme.
Je vais maintenant vous parler de chaque nouvelle de ce recueil.
On nous présente "Celle qui m'aime" comme introduction et première nouvelle. Je n'ai pas compris le texte puis en m'y replongeant j'ai compris le sens de cette nouvelle qui montre que le bien-aimé peut être n'importe qui, une prostituée...
Puis on enchaîne dans un autre registre avec "Une cage de bêtes féroces" où Zola ici, à travers le lion et l'hyène remarquant la violence entre les humains, dénonce l'extrême violence de la révolution de 1830. J'ai apprécié cette nouvelle pour son sens profond.
Ensuite, on a "Mon voisin Jacques" où Zola cherche à dépeindre la vision de la population sur le métier de croque-mort. Cette nouvelle me fait ni chaud, ni froid. Je ne vois pas trop l'intérêt de l'avoir écrit car il ne se passe carrément rien juste une amitié qui se passe qui est bénéfique pour les 2. En effet, l'un écrit un livre sur son ami croque-mort, l'autre se fait un ami et il peut s'habiller chez lui, étant donné que sa fille ne sait rien du métier de son père.
Après, une nouvelle bien, on passe à "Le Paradis des chats", c'est la nouvelle qui m'a le moins plu. En effet, on suit le récit d'un chat qui raconte qu'il a voulu sortir pensant que la liberté est mieux dehors que le confort chez lui. Résultat : il est vite revenu chez lui. Ce qui montre que pour être heureux, on doit l'atteindre avec ce qu'on a.
Là, le prochain s'appelle "Le Forgeron", c'est très court et c'est rien de marquant.
Après, là ce sont mes nouvelles préférées. On commence par " Naïs Micoulin" où on suit un gars riche du nom de Fréderic qui ne fait rien et il tombe amoureux de sa camarade de jeux quand il était petit. Cette dernière, qui n'est autre que Naïs, n'a pas de chances, elle se fait battre par son père et sert la famille de Frédéric. Ainsi, s'ensuit un amour entre les 2 qui sera difficile puisque le père de la jeune fille cherche à tuer son amour. Naïs décidera de se taire et de s'opposer à son père pour sauver son amour (si ce n'est pas un sacrifice ça). Frédéric ne l'aime plus en quittant sa villa secondaire. On finit par ressentir de la tristesse pour Naïs qui aura une fin malheureuse alors qu'elle a pensé à l'autre, tandis que l'autre ingrat passe à autre chose en se faisant des prostitués.
Là, c'est le pompon car il s'agit de ma nouvelle préférée du recueil "Nantas". On a un homme pauvre voulant atteindre une ascension sociale ( à la George Duroy dans Bel Ami mais avec pas de chances) qui s'est vendu en épousant une étrangère pour son argent (et elle, pour avoir un nom pour son gosse qu'elle a eu avec un homme marié). 10 ans de mariage, il réussit dans sa carrière professionnelle et devient amoureux de sa femme mais pas elle. Il sera tourmenté surtout quand il croit que sa femme a renoué des relations avec le père biologique de son gosse et décide d'en finir. Un joli happy end entre les 2. Je trouve que c'est celui qui est le plus gai du recueil. Un pur régal pour les yeux.
Je finis mon analyse par la dernière nouvelle du livre : "La mort d'Olivier Bécaille". Une nouvelle assez légère pour parler de la mort. On suit un homme mort, qui ressuscite (enfin il a juste fait un crise profonde) dans son cercueil, il se réveille et se cache pour ne pas effrayer sa femme qui l'adore. Bon la fin n'est pas happy end pour lui mais il a fait le bon choix, je trouve. Ce n'est pas ma préférée mais j'ai apprécié.
Pour conclure, Zola dans les nouvelles, c'est extra autant que dans ses romans. A lire absolument.
Ma note : 8/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MllePeregrine
  16 juin 2013
Ce fut un véritable plaisir que de se replonger dans ces nouvelles De Maupassant, lues il y a un certain temps déjà. C'était avant tout l'ambiance, la langueur d'"Une partie de campagne" que je voulais retrouver, et je n'ai pas été déçue. Quant aux autres nouvelles de ce recueil, elles brillent toutes par leur noirceur, l'ironie mordante du narrateur. La bêtise des gens, leur méchanceté bien souvent procurent à ceux-ci des destins souvent proches du pathétique.
A lire et à relire sans modération.
Commenter  J’apprécie          140
maelto
  26 juillet 2014
J'aime bien lire des nouvelles, c'est toujours un plaisir, sa me rappelle les petite histoire du soir quand on était petit.

J'ai du le lire pour le Lycée, Et c'est vraie que ces nouvelle ne sont pas facile, bien sur c'est du Emile Zola, mais magrès sa j'ai apprécié pas ma d'entre elle, Je doit vous avouez qu'une fois l'avoir lu puis étudié, Notre prof, nous a fait comprendre certaine chose dont moi j'en aurait été incapable de trouvé seule. Effectivement de livre est bourré de metaphore..etc..

J'ai beaucoup aimé l'histoire "Une cage de bête féroce" et "La mort D'olivier Bécaille"
Je vous conseille cette lecture si vous aimez les livre ou il y a une chose a tirez et comprendre , et surtout si vous aimez les grand auteur tel que Emile Zola ;)
Commenter  J’apprécie          60
DonaSwann
  09 février 2016
Voilà encore un de ces recueils pour les scolaires où l'on fait un florilège de recueils différents en laissant croire qu'il s'agit d'une nouvelle oeuvre d'un auteur. On piochera donc dans Les Contes à Ninon, Les Nouveaux contes à Ninon, Naïs Micoulin et autres nouvelles, et je comprendrai donc après coup pourquoi la plupart de ces nouvelles ont pour moi un grand air de déjà-vu. Il n'y en a vraiment qu'un (ou deux ?) publié(s) dans la revue La Rue qui ne fait pas partie d'un recueil connu que vous avez sûrement déjà lu.
"Celle que j'aime" : Dans une fête foraine, on promet aux chalands de leur montrer "celle/celui qui [les] aime" ; garçons et filles, femmes et hommes, délurés et esseulés font la queue : la curiosité, l'espoir sont trop forts...
"Une Cage de bêtes féroces" : un lion et une hyène se sauvent de leur cage et décident d'aller regarder vivre les citadins pour leur rendre la monnaie de leur pièce. Edifiante promenade !
"Mon ami Jacques" : le timide voisin du narrateur semble avoir un secret, de ceux qui changent complètement votre regard sur quelqu'un, voire vous en éloignent... Pourtant, rien ne doit changer entre eux... La chute est vraiment douloureuse. On se demande ce que veut montrer Zola.
"Le Paradis des chats" : un chat d'intérieur se met à rêver de vivre comme les chats sauvages qu'il voit heureux au soleil et s'enfuit...
"Le Forgeron" : brève nouvelle probablement d'origine autobiographique où un forgeron vaillant et travailleur devient un modèle.
"Naïs Micoulin" : un "fils de famille", Frédéric, paresseux et viveur, décide d'agrémenter ses vacances à L'Estaque en découvrant que son amie d'enfance, Naïs, fille du méger Micoulin, est devenue une belle jeune fille.
"Nantas" : un ambitieux malchanceux et plein de talents méconnus décide de s'offrir à une aristocrate sur le point d'être déshonorée en endossant une paternité illégitime et en l'épousant. Mais il découvre bien vite que ce à quoi il aspire le plus est d'en être aimé.
"La Mort d'Olivier Bécaille" : un homme meurt, pourtant, il entend tout ce qui se dit autour de lui...
Pour ces deux dernières nouvelles, j'ai déjà fait des notes de lectures sur le Librio "La Mort d'Olivier Bécaille et autres nouvelles" (cf. lien sur le billet de mon blog).
C'est toujours un plaisir de lire ou relire Zola... Il y a dans plusieurs de ces nouvelles une ironie qu'on ne trouve pas souvent dans ses romans, un sourire en coin, même dans les péripéties les plus tristes.
Lien : http://aufildesimages.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
maeltomaelto   26 juillet 2014
Et, comme la Hyène tâtait les barreaux de la cage les uns après les autres:
-Que regardez-vous donc? demanda le Lion.
-Je regarde, répondit la Hyène, si ces barreaux sont solides et s'ils nous défendent suffisamment contre la férocité des hommes.

Une cage de bête féroce.
Commenter  J’apprécie          40
juju2009juju2009   27 octobre 2015
bonjour tous le monde j'ai lu le livre et je l'ai pas trés bien compris quelqu'un pourrais me donner un résumé au plus vite merci ;)
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Émile Zola (110) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émile Zola
Le CNRS au Collège de France. Journée du 6 avril 2019. Exposé de Jean-Baptiste Amadieu, chercheur au CNRS au sein de l?unité "République des savoirs" (CNRS/Collège de France/ENS). Il est notamment l?auteur de la Littérature du XIXe siècle mise à l?Index (2017). Pourquoi Balzac, Sand, Dumas, Flaubert, Stendhal, Hugo, Lamartine, Sue ou Zola firent l?objet de procès pour un ou plusieurs de leurs romans ? Pour un littéraire de formation, de telles investigations dans les archives de la censure nécessitent des connaissances en droit, en jurisprudence et, quand ces procédures appartiennent à un état caduc de la règlementation, en histoire du droit. Lorsque le tribunal en question est la Congrégation romaine de l?Index, le savoir exigé est celui du droit canonique et de son régime de juridicité singulier ; quant aux débats de fond, ils ne se comprennent qu?à la lumière de la théologie, de l?ecclésiologie et de la théologie morale. Cette interdisciplinarité rendue indispensable par l?objet étudié s?épanouit dans des établissements propices aux recherches non conditionnées par la délivrance d?un diplôme disciplinaire, c?est-à-dire des institutions comme le CNRS et le Collège de France. Pour plus d'informations : https://www.college-de-france.fr/site/evenements-culturels/Le-CNRS-au-College-de-France.htm
+ Lire la suite
autres livres classés : désillusionsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr






Quiz Voir plus

Les personnages des Rougon Macquart

Dans l'assommoir, quelle est l'infirmité qui touche Gervaise dès la naissance

Elle est alcoolique
Elle boîte
Elle est myope
Elle est dépensière

7 questions
432 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur ce livre