AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

François-Marie Mourad (Éditeur scientifique)
EAN : 9782081208230
337 pages
Éditeur : Flammarion (20/02/2008)
3.42/5   12 notes
Résumé :
Si les contes et nouvelles de sa jeunesse frappent par leur fantaisie, les textes rassemblés dans ce volume, parus entre 1875 et 1899, font de Zola, à l'égal d'un Maupassant, l'un des maîtres de la nouvelle naturaliste, et l'un des maîtres de la nouvelle tout court. Tantôt librement inspirées de faits divers rapportés dans la presse d'alors (L'Inondation), tantôt proches de l'étude sociale (Comment on meurt) ou de la satire pittoresque - Les Coquillages de Monsieur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
StephanieIsReading
  23 juin 2019
Je ne vais pas vous mentir : j'adore Zola mais ces écrits sont de qualité moindre comparativement aux romans qui constituent Les Rougon-Macquart. Il faut croire que la vue d'ensemble manque et que la forme de la nouvelle ne sied pas véritablement à l'auteur.
Pour ce qui est du premier volume : C'est agréable de lire ces textes qui ont été principalement rédigés dans sa jeunesse mais on y décèle quelques maladresses.
À découvrir, cependant.
Commenter  J’apprécie          61
AlexandraBeker
  02 septembre 2019
Oeuvre de Zola méritant une lecture ... c'est le 2ème tome des "Contes et Nouvelles" : il propose des nouvelles un peu plus longues que dans le tome 1, qui s'apparentent plus à des petites chroniques. Ce nouvelliste de talent en proposant des nouvelles étranges ou fantastiques ("La mort d'Olivier Bécaille" : "C'est un samedi...que je suis mort", ainsi débute la nouvelle) ou des nouvelles plus naturalistes. Cela peut permettre aux adeptes de Zola de le découvrir sous un nouveau jour, et aux novices, d'aborder un auteur majeur de la littérature française sans être freiné par les romans des "Rougon Macquart". Annonçant déjà la plume unique de ce Zola. A conseiller pour les débutants en littérature et pour les adeptes (dont je suis) qui ignoraient cette part de l'oeuvre immense de Zola.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   05 octobre 2015
Je m’appelle Louis Roubieu. J’ai soixante-dix ans, et je suis né au village de Saint-Jory, à quelques lieues de Toulouse, en amont de la Garonne. Pendant quatorze ans, je me suis battu avec la terre, pour manger du pain. Enfin, l’aisance est venue, et le mois dernier, j’étais encore le plus riche fermier de la commune.

Notre maison semblait bénie. Le bonheur y poussait ; le soleil était notre frère, et je ne me souviens pas d’une récolte mauvaise. Nous étions près d’une douzaine à la ferme, dans ce bonheur. Il y avait moi, encore gaillard, menant les enfants au travail ; puis, mon cadet Pierre, un vieux garçon, un ancien sergent ; puis, ma sœur Agathe, qui s’était retirée chez nous après la mort de son mari, une maîtresse femme, énorme et gaie, dont les rires s’entendaient à l’autre bout du village. Ensuite venait toute la nichée : mon fils Jacques, sa femme Rose, et leurs trois filles, Aimée, Véronique et Marie ; la première mariée à Cyprien Bouisson, un grand gaillard, dont elle avait deux petits, l’un de deux ans, l’autre de dix mois ; la seconde, fiancée d’hier, et qui devait épouser Gaspard Rabuteau ; la troisième, enfin, une vraie demoiselle, si blanche, si blonde, qu’elle avait l’air d’être née à la ville. Ça faisait dix, en comptant tout le monde. J’étais grand-père et arrière-grand-père. Quand nous étions à table, j’avais ma sœur Agathe à ma droite, mon frère Pierre à ma gauche ; les enfants fermaient le cercle, par rang d’âges, une file où les têtes se rapetissaient jusqu’au bambin de dix mois, qui mangeait déjà sa soupe comme un homme. Allez, on entendait les cuillers dans les assiettes ! La nichée mangeait dur. Et quelle belle gaieté, entre deux coups de dents ! Je me sentais de l’orgueil et de la joie dans les veines, lorsque les petits tendaient les mains vers moi, en criant :

— Grand-père, donne-nous donc du pain !… Un gros morceau, hein ! grand-père !

Les bonnes journées ! Notre ferme en travail chantait par toutes ses fenêtres. Pierre, le soir, inventait des jeux, racontait des histoires de son régiment. Tante Agathe, le dimanche, faisait des galettes pour nos filles. Puis, c’étaient des cantiques que savait Marie, des cantiques qu’elle filait avec une voix d’enfant de chœur ; elle ressemblait à une sainte, ses cheveux blonds tombant dans son cou, ses mains nouées sur son tablier. Je m’étais décidé à élever la maison d’un étage, lorsque Aimée avait épousé Cyprien ; et je disais en riant qu’il faudrait l’élever d’un autre, après le mariage de Véronique et de Gaspard ; si bien que la maison aurait fini par toucher le ciel, si l’on avait continué, à chaque ménage nouveau. Nous ne voulions pas nous quitter. Nous aurions plutôt bâti une ville, derrière la ferme, dans notre enclos. Quand les familles sont d’accord, il est si bon de vivre et de mourir où l’on a grandi !

[extrait de L’inondation]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SZRAMOWOSZRAMOWO   13 mars 2017
Le paradis des chats dans les Nouveaux Contes à Ninon

Une tante m’a légué un chat d’Angora qui est bien la bête la plus stupide que je connaisse. Voici ce que mon chat m’a conté, un soir d’hiver, devant les cendres chaudes.
J’avais alors deux ans, et j’étais bien le chat le plus gras et le plus naïf qu’on pût voir. À cet âge tendre, je montrais encore toute la présomption d’un animal qui dédaigne les douceurs du foyer. Et pourtant que de remercîments je devais à la Providence pour m’avoir placé chez votre tante ! La brave femme m’adorait. J’avais, au fond d’une armoire, une véritable chambre à coucher, coussin de plume et triple couverture. La nourriture valait le coucher ; jamais de pain, jamais de soupe, rien que de la viande, de la bonne viande saignante.
Eh bien ! au milieu de ces douceurs, je n’avais qu’un désir, qu’un rêve, me glisser par la fenêtre entr’ouverte et me sauver sur les toits. Les caresses me semblaient fades, la mollesse de mon lit me donnait des nausées, j’étais gras à m’en écœurer moi-même. Et je m’ennuyais tout le long de la journée à être heureux.
Il faut vous dire qu’en allongeant le cou, j’avais vu de la fenêtre le toit d’en face. Quatre chats, ce jour-là, s’y battaient, le poil hérissé, la queue haute, se roulant sur les ardoises bleues, au grand soleil, avec des jurements de joie. Jamais je n’avais contemplé un spectacle si extraordinaire. Dès lors, mes croyances furent fixées. Le véritable bonheur était sur ce toit, derrière cette fenêtre qu’on fermait si soigneusement. Je me donnais pour preuve qu’on fermait ainsi les portes des armoires, derrière lesquelles on cachait la viande.
J’arrêtai le projet de m’enfuir. Il devait y avoir dans la vie autre chose que de la chair saignante. C’était là l’inconnu, l’idéal. Un jour, on oublia de pousser la fenêtre de la cuisine. Je sautai sur un petit toit qui se trouvait au-dessous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Émile Zola (106) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émile Zola
Flaubert : itinéraire d'un écrivain normand Stéphanie Dord-Crouslé Éditions Gallimard Collection Découvertes Gallimard Hors série mars 2021
Portrait de G. Flaubert (1821-1880), de sa jeunesse en Normandie à ses nombreux voyages, en passant par son amitié avec E. Zola, G. de Maupassant ou G. Sand. Son oeuvre est évoquée ainsi que ses sources d'inspiration, ses divertissements mondains ou encore sa relation avec L. Colet. ©Electre 2021
https://www.laprocure.com/flaubert-itineraire-ecrivain-normand-stephanie-dord-crousle/9782072930317.html
autres livres classés : non-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les personnages des Rougon Macquart

Dans l'assommoir, quelle est l'infirmité qui touche Gervaise dès la naissance

Elle est alcoolique
Elle boîte
Elle est myope
Elle est dépensière

7 questions
512 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur ce livre