AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081238187
Éditeur : Flammarion (21/08/2010)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Pourquoi Jacques Damour, un ouvrier pris dans la tourmente de la guerre de 1870 et de la Commune, mort et enterré au bagne de Nouméa, ressurgit-il un beau jour à la guerre du Nord?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ClaireG
  25 décembre 2015
Ménilmontant - le dur labeur du ciseleur.
Jacques Damour travaille avec acharnement et amour pour sa femme Félicie et leurs deux enfants, Eugène et Louise. Surviennent les troubles de la Commune et l'enthousiasme délirant d'un profiteur qui pousse Jacques et Eugène à s'engager dans la garde nationale. le fils est tué. le père est déporté au bagne de Nouméa. le pique-assiette a trouvé d'autres victimes.
Evadé, Jacques tente de faire fortune en Amérique. En vain. Un long exil commence. Il travaille dans une mine de charbon en Belgique lorsqu'il apprend l'amnistie pour tous les communards. Il rentre à Paris où il retrouve Berru l'opportuniste qui lui apprend le remariage de Félicie qui a reçu bien des années auparavant le certificat de décès de son mari. Sa vie de misère continue, son esprit de vengeance grandit.
Jacques finit par retrouver sa fille chérie, devenue une riche cocotte au grand coeur. Elle recueille son père.
Cette nouvelle de Zola montre à merveille la déchéance de l'ouvrier entraîné dans une action politique qui le dépasse mais qui, malgré son statut de renégat, garde le coeur pur et toute son humanité.
Un petit bijou où se côtoient rudesse extrême et tendresse absolue.
Un tout grand merci à Henri l'Oiseleur dont le billet m'avait enthousiasmée au point d'en faire une lecture immédiate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
PiertyM
  28 février 2019
Quelle aventure que celle de Jacques Damour, un homme supposé mort, mais qui réapparait dix ans après et qui veut récupérer sa femme déjà remariée à un riche boucher, quand il la revoit, elle encore toute belle, toute rajeunie alors lui, il n'est plus qu'un spectre sorti droit du tombeau...Zola n'arrêtera pas de nous surprendre et de nous faire vivre des grandes émotions!
Commenter  J’apprécie          223
ColonelBubble
  19 septembre 2013
Le temps perdu qu'on ne rattrape plus
Ancien communard déporté au bagne de Nouméa, Jacques Damour a attendu dix longues années de misère, d'errances en Amérique ou en Angleterre avant d'être amnistié et de rentrer à Paris où on le croit mort après une tentative d'évasion. Il se souvient très bien de son ancienne vie à Ménilmontant : ciseleur sur métaux, marié à Félicie (« une grande belle fille »), pauvre mais heureux avec ses deux enfants, Eugène qui « poussait gaillardement » et Louise « si chétive » pour qui il avait dépensé « beaucoup en médecins et en drogues. »
Tout bascule pendant le siège des Prussiens devant Paris. C'est à cette époque qu'il fait la connaissance de Berru, un peintre en bâtiment affamé. Celui-ci mange bientôt matin et soir à la table du couple. Il se dit patriote, tient des propos enflammés sur le gouvernement (« un tas de lâches »), prône la république et « la richesse à tout le monde, la justice et l'égalité régnant partout ». Ses discours inquiètent Félicie (son père est mort sur une barricade en 1848) mais impressionnent Jacques et surtout Eugène qui a maintenant 19 ans. L'armistice est conclu et les Prussiens défilent sur les Champs-Elysées. Et c'est le début de la Commune : le père et le fils font le coup de feu. Un jour, Eugène, garde national, est touché par une balle en pleine poitrine et meurt. Jacques Damour sanglote devant sa femme. Au dos d'une photographie d'Eugène, il écrit, avec la date et sa signature : « Je te vengerai ». Peu de temps après, il est fait prisonnier. Berru, lui, qui « avait eu l'habileté d'obtenir une bonne place dans l'intendance », a filé trois jours avant l'arrivée des troupes…
C'est cet « ami » justement que Damour retrouve par hasard sur le pont Notre-Dame. La mine « fleurie, l'air plus jeune », Berru lui apprend alors que Félicie s'est remarié avec un riche boucher des Batignolles, veuf, la soixantaine, nommé Sagnard. « Moi, à ta place, j'irais chez eux, et je m'installerais, et je flanquerais le Sagnard à la porte, s'il m'embêtait... » crie violemment Berru qui veut faire « danser la bourgeoisie ! » Les deux hommes, grisés par le vin, partent pour la boucherie… Quelle sera la réaction de Félicie en voyant Damour qu'elle croit mort ? Eugène va-t-il être vengé ? Et Louise, qu'est-elle devenue ?
C'est l'histoire d'un malchanceux, un faible manipulé par un hypocrite (Berru, après le départ de Damour, a tenté de se mettre avec Félicie), un lâche de surcroît, qui tient de beaux discours sur la révolution et « le bonheur universel ». L'histoire aussi d'un revenant (on pense au Colonel Chabert de Balzac) qui cherche à renouer avec un passé à jamais perdu (« le pauvre Eugène, vêtu de son uniforme de garde national, semblait une ombre d'émeutier, perdu dans la légende ») et qui ne trouve plus de place dans une société qui a irrémédiablement changé (La France de la Troisième République).
Publiée en août 1880, la nouvelle dépeint de manière terriblement ironique la Commune et fait le portrait cruel d'hommes intéressés, veules dont l'âme est trop petite pour tenir leur promesse ou faire vivre leur idéal politique… Zola est ici à son meilleur pour montrer les déterminismes qui président au destin d'un homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Henri-l-oiseleur
  05 décembre 2015
Une lecture surprenante, qui mérite bien une édition dans la collection "étonnants classiques" (pris au meilleur sens du terme). Jamais on n'aurait cru l'auteur de l'Assommoir capable d'un tel tableau de la Commune, qui est pour lui l'emballement de cervelles ouvrières échauffées par le vin, la faim et les démagogues. Si l'on met à part l'étonnant message politique de la nouvelle, on remarquera qu'elle est une réécriture plutôt réussie du Colonel Chabert de Balzac, transposée en milieu ouvrier et dans les années 1870-1880 du siècle. Un texte réussi qui surclasse les gros romans pesants de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          62
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ClaireGClaireG   25 décembre 2015
Dans ces maisons pauvres où les congés tombent dru comme grêle, dix années avaient suffi pour changer presque tous les locataires. D'ailleurs, une prudence lui restait, mêlée de honte, une sorte de sauvagerie effrayée, qui le faisait trembler à l'idée d'être reconnu (p. 59).
Commenter  J’apprécie          110
picturapictura   24 mars 2014
Là-bas, à Nouméa, lorsque Jacques Damour regardait l'horizon vide de la mer, il croyait y voir parfois toute son histoire, les misères du siège, les colères de la commune, puis cet arrachement qui l'avait jeté si loin, meurtri et comme assommé. Ce n'était pas une vision nette des souvenirs où il se plaisait et s'attendrissait, mais la sourde rumination d'une intelligence obscurcie, qui revenait d'elle-même à certains faits restés debout et précis, dans l'écroulement du reste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
picturapictura   22 mars 2014
Chez lui, il n'aurait pas été capable d'écraser un insecte ; mais, aux
avant-postes, il démolissait les gendarmes, sans un scrupule. Quand il
revenait, harassé, noir de sueur et de poudre, il passait des heures auprès de
la petite Louise, à l'écouter respirer.
Commenter  J’apprécie          60
picturapictura   29 mars 2014
Il était mort, il n’avait personne au monde, plus rien n’importait. Pendant près d’un an, il travailla dans une mine de charbon, sous terre, ne voyant plus le soleil, absolument supprimé, mangeant et dormant, sans rien désirer au-delà.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Émile Zola (110) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émile Zola
Le CNRS au Collège de France. Journée du 6 avril 2019. Exposé de Jean-Baptiste Amadieu, chercheur au CNRS au sein de l?unité "République des savoirs" (CNRS/Collège de France/ENS). Il est notamment l?auteur de la Littérature du XIXe siècle mise à l?Index (2017). Pourquoi Balzac, Sand, Dumas, Flaubert, Stendhal, Hugo, Lamartine, Sue ou Zola firent l?objet de procès pour un ou plusieurs de leurs romans ? Pour un littéraire de formation, de telles investigations dans les archives de la censure nécessitent des connaissances en droit, en jurisprudence et, quand ces procédures appartiennent à un état caduc de la règlementation, en histoire du droit. Lorsque le tribunal en question est la Congrégation romaine de l?Index, le savoir exigé est celui du droit canonique et de son régime de juridicité singulier ; quant aux débats de fond, ils ne se comprennent qu?à la lumière de la théologie, de l?ecclésiologie et de la théologie morale. Cette interdisciplinarité rendue indispensable par l?objet étudié s?épanouit dans des établissements propices aux recherches non conditionnées par la délivrance d?un diplôme disciplinaire, c?est-à-dire des institutions comme le CNRS et le Collège de France. Pour plus d'informations : https://www.college-de-france.fr/site/evenements-culturels/Le-CNRS-au-College-de-France.htm
+ Lire la suite
autres livres classés : naturalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr






Quiz Voir plus

Les personnages des Rougon Macquart

Dans l'assommoir, quelle est l'infirmité qui touche Gervaise dès la naissance

Elle est alcoolique
Elle boîte
Elle est myope
Elle est dépensière

7 questions
432 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur ce livre