AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782012944497
527 pages
Hachette Livre BNF (01/06/2013)
4.18/5   11 notes
Résumé :
Il s’agit ici d’un roman d’un nouveau genre pour Zola, puisque c’est une œuvre d’anticipation construite sur la volonté générale de progrès social et sur les évolutions industrielles de la fin du xixe siècle. Alors que les idéaux socialisants appellent à une lutte des classes sanglante, Zola aspire à une entraide. Il écrit : « je veux montrer toute cette vieille charpente sociale craquant sous la poussée démocratique, la question de la réorganisation du travail se p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
PiertyM
  27 novembre 2020
Un roman qui parle de la révolution et de la modernisation du travail! C"est un rêve de Zola de voir un futur monde faisant du travail son Dieu, ne jurer que par lui. Et aussi de voir l'amélioration des conditions du travail, un meilleur traitement pour l'ouvrier, bien plus la dissolution des classes...une oeuvre difficile à mettre en place, au point que Luc Froment, le personnage incarnant nettement la pensée de l'auteur, celle du monde meilleur, devra passer par diverses epreuves pour faca à un monde très conservateur...
Commenter  J’apprécie          160
charlene_bzh
  25 juillet 2021
Ayant beaucoup aimé le premier tome Fécondité des Quatre Evangiles, je me suis penchée sur le deuxième Travail. Mais j'avoue avoir eu beaucoup plus de difficultés.
J'y ai retrouvé la même construction, un saga sur plusieurs générations, qui s'étant sur soixante ans. J'aime beaucoup voir l'évolution de la vie des personnages, leur descendance... C'est ce qui m'avait plus.
Ici, dans la première partie, Luc est simple spectateur de ce qui se passe autour de lui. Il avance entre les différents personnages. Il imagine sa société en critiquant la vie actuelle.
Dans la deuxième partie, c'est lui le personnage central. Il construit sa société nouvelle, où tout est mis en commun pour un partage du profit et des bénéfice, son utopie socialiste envers et contre tous "Mais l'eau qui féconde doit être à tout le monde, comme le soleil qui luit et qui réchauffe, comme la terre elle-même qui enfante et qui nourrit. Quand au meilleur moyen de partage, c'estde ne pas partager du tout, c'est de laisser en commun ce que la nature donne en commun à tous les hommes".
Et dans la troisième partie, c'est sa société qui prend une place centrale, sa réussite et le bonheur unanime des gens.
Luc est un éternel optimiste que rien ou presque n'arrête. Il construit et vit son rêve.
Dans ce tome, Zola y invente une société utopiste. J'ai eu quelques difficultés à y accrocher. Je n'aime pas la politique, les idéologies. Cette société idéaliste que prone Zola est trop utopiste et idéaliste. Je lui reproche dans ce livre de faire un hymne à l'amour, la fraternité, à l'entraide sans méchanceté et sans profit, l'abolition de la pauvreté et de la faim et de la misère. C'est très beau sur le papier, mais totalement irréalisable. Cela m'a ennuyé. Et pourtant, j'aimerai y habiter dans sa Cité nouvelle !
Dans ce roman on voit la construction de la France et de ses chemins de fer qui se développent, l'arrivée de l'électricité, des idées avant-gardistes d'écoles mixtes et d'union libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Jeni
  30 mars 2016
c'est ma profs de français qui m'a fait decouvir c'est livres comme Maupassant aussi
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
AustralAustral   24 juin 2015
Je vous le dis, l'abbé, votre église va être balayée, si vous ne vous défendez pas... Sans doute, votre religion n'a jamais été la mienne. Mais j'ai toujours reconnu la nécessité d'une religion pour le peuple, et certainement le catholicisme était une machine de gouvernement admirable... Agissez donc ! nous voilà avec vous, et nous nous expliquerons après, quand nous aurons ensemble reconquis les âmes et les corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AustralAustral   24 juin 2015
Et, dans ce jardin délicieux, où dormait la poussière d'une religion de misère et de mort, poussait maintenant l'allégresse humaine, la débordante floraison de la vie.
Commenter  J’apprécie          150
AustralAustral   24 juin 2015
Au lieu de l'imbécile imagination du péché originel, de l'homme mauvais qu'un Dieu d'illogisme punit et doit sauver à chaque pas, la menace d'un enfer enfantin et la promesse d'un paradis menteur, il n'y avait plus que l'évolution naturelle d'une espèce d'êtres supérieurs, simplement en lutte contre les forces de la nature, et qui les vaincront, qui les soumettront pour leur bonheur, le jour où, cessant leur guerre fratricide, ils vivront en frères tout-puissants, après avoir douloureusement conquis la vérité, la justice et la paix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AustralAustral   22 juin 2015
Et les Mazelle s'en allèrent à l'église, car ils y brûlaient des cierges pour la guérison de madame Mazelle, depuis que le docteur Novarre avait eu la brutalité, un jour, de dire à celle-ci qu'elle n'était pas malade. Pas malade ! une maladie qu'elle soignait avec amour depuis tant d'années, dont elle vivait, tellement elle avait fini par en faire son occupation, sa joie, sa raison d'être ! Le médecin la croyait donc incurable, puisqu'il l'abandonnait ; et, prise de terreur, elle s'était adressée à la religion, elle y trouvait de grands soulagements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AustralAustral   24 juin 2015
Est-ce que le désir, condamné par les religions, le désir que des siècles d'ascétisme se sont efforcés de détruire comme une bête mauvaise, le désir traqué, écrasé dans l'homme et dans la femme, victorieux quand même, n'est pas la flamme vivante du monde, le levier qui met les astres en branle, la vie en marche dont la disparition éteindrait le soleil, replongerait la terre aux ténèbres glacées du néant ? Il n'y a pas de concupiscents, il n'y a que des coeurs de flamme qui rêvent d'infini dans la joie d'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Émile Zola (109) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émile Zola
C'est un chef d'oeuvre de roman social qui a préfiguré les luttes ouvrières du siècle suivant. Pour écrire cet hommage au rude destin des mineurs de fond, Zola a gardé sa méthode organisée de reporter.
Il aurait pu s'appeler “Les Affamés”, “L'Assiette au beurre” ou encore “La Moisson rouge”. Dans ce classique étudié par des générations de collégiens, on suit le parcours d'Étienne Lantier, un jeune mineur qui prend la tête d'une révolte ouvrière dans le Nord. Et forcément, il y a un peu de la personne de l'auteur dans “Germinal”.
Émile Zola a connu la misère, dans son enfance à Aix-en-Provence : son père disparaît alors qu'il a 6 ans, laissant des dettes derrière lui. Zola vit sa vingtaine dans le Paris bohème du Second Empire et côtoie des peintres comme Édouard Manet ou Camille Pissarro.
#germinal #emilezola #cultureprime _____________
Les autres vidéos de  @Culture Prime  https://www.youtube.com/watch?v=¤££¤24PLKpTasoeXDrrruXDfYbZhsarxXP14¤££¤&list=PLKpTasoeXDrrruXDfYbZhsarxXP9MYzsZ&ab_channel=FranceCulture
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : CoopérationVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Les personnages des Rougon Macquart

Dans l'assommoir, quelle est l'infirmité qui touche Gervaise dès la naissance

Elle est alcoolique
Elle boîte
Elle est myope
Elle est dépensière

7 questions
522 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur ce livre