AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de zellereb


zellereb
  27 novembre 2016
Un roman tourmenté et sombre, ma foi. Gervaise, le personnage principal, blanchisseuse originaire des environs de Marseille, est en couple avec Lantier, qui la quitte bientôt, en la laissant seule avec ses enfants sur les bras, et bien peu de ressources. Vite promise à Coupeau qui ne perd pas de temps pour la courtiser, elle ne saura pas tendre la main à Goujet, ce forgeron humble, profondément amoureux d'elle. L'occasion de pages bien tristes, mais très belles.

Le début est difficile à lire : trop de mots. de plus, la première fresque qui prend place parmi les femmes dans le lavoir est assez bestiale. Cette atmosphère de misère n'est pas accueillante, et Zola fait beaucoup de descriptions détaillées qui sont exigeantes. C'est lorsque le personnage de Goujet fait son apparition, avec toute sa tendresse, que le récit si noir s'illumine un peu en se remplissant de sentiments qui l'adoucissent quelque peu. Les fresques suivantes sont énormes et saisissantes (le mariage, le dîner, etc). Gervaise et Coupeau ont très peu pour survivre et ils font des allers retours au mont piété. de plus, l'alcoolisme s'installe.

Avec la rumeur de la société qui s'amplifie de plus en plus autour des moindres agissements de Gervaise, et le réalisme du récit qui nous décrit les addictions, les vanités, les trahisons, la brutalité envers les femmes et évidemment la pauvreté, le roman fait froid dans le dos. Il m'a fait vivre des moments extraordinaires mais ô combien affreux. Que penser de la fin du récit.

Si ce livre a été par moments éprouvant, je suis pourtant heureuse d'avoir repris cette saga de l'auteur là où elle en était restée après tant d'années en sachant que d'autres textes de lui restent encore à être lus témoignant de la misère sociale.
Commenter  J’apprécie          190



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (17)voir plus