AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Henri Mitterand (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070381876
404 pages
Éditeur : Gallimard (05/06/1989)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 609 notes)
Résumé :
Rédigée entre L’Assommoir et Nana, en 1878, Une page d’amour d’Émile Zola correspond à une période de répit dans les turbulences des Rougon-Macquart, formidable tableau de la société française d’un XIXe siècle finissant. C’est l’histoire d’Hélène Grandjean, veuve, retirée avec sa fille Jeanne, aux portes de Paris, à Passy. Prise de convulsions, Jeanne est traitée par le docteur Deberle. Entre le médecin et la mère, un coup de foudre réciproque va bouleverser les hab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (79) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  22 janvier 2015
Et voici, dans l'ordre de publication initial, la dernière des trois enfants Mouret, le rameau issu d'Ursule Macquart. On avait déjà vu son jeune frère Silvère dès La Fortune Des Rougon aux prises avec le coup d'état de Napoléon III ainsi que son autre frère François se débattre avec l'abbé Faujas dans La Conquête de Plassans.
Ici Hélène (la belle Hélène, sans chercher absolument à faire un vilain jeu de mots annonciateur du roman suivant Nana), s'installe à Paris venant de Marseille avec :
- une fortune acquise par un héritage imprévu,
- un mari fraîchement décédé et
- une fille chétive et sub-claquante de 12 ans.
C'est déjà assez étonnant et improbable comme canevas de base. Mais en plus, et ce qui n'arrange rien, Hélène est une femme droite, fidèle, honnête — et, pour être tout à fait sincère, de mon point de vue ennuyeuse, mais ça c'est à vous d'en décider —, qui ne lève jamais un oeil sur un homme, encore moins s'il est marié, enfin vous voyez le tableau, quoi...
Malheureusement, PAF !, pas de bol ma chérie, elle tombe sur LE médecin bellâtre qui vient soigner sa fille et son coeur commence à palpiter et cætera, et cætera, et cæteraaaaaaaaaa..... (Soupirs puis RRÔÔNN PPCHHH, RRÔÔNN PPCHHH, c'est très mauvais pour la nuque car votre menton touche votre sternum pendant de longues minutes et vous ne devez votre salut que parce que vous vous êtes réveillé(e) au bruit du livre venant de vous tomber des mains.)
Pas besoin de vous faire un dessin ; le mélo bon marché, les violons larmoyants qui vont avec et, la forte probabilité de vous ennuyer si vous avez plus de seize ans ou si vous n'êtes pas hyper fan de ce que le romantisme a de plus gnan-gnan (du genre Chateaubriant).
Il est vrai que Zola nous y avait déjà un peu habitué avec La Faute de L'Abbé Mouret. À croire que notre pauvre Émile a tout donné dans son précédent bouquin, L'Assommoir, et qu'il n'a plus grand chose en tête pour ce roman-ci.
On sent qu'il a voulu bâtir un ouvrage dans la veine d'Eugénie Grandet, de Madame Bovary ou même, avec un peu d'anticipation d'Une Vie, mais encore faut-il avoir un peu de matière en réserve, ou une quelconque recette littéraire magique propre à nous envoûter.
Ici, point de tout cela, vous avez appelé le mauvais numéro : ZOLA & Cie — COUVERTURE-ZINGUERIE-ISOLATION-RÉPARATIONS EN TOUT GENRE. Si vous aimez les descriptions interminables des ciels et des toits parisiens, vous serez servis, en revanche, pour le reste, c'est un opus très creux et très en deçà de ce dont est capable l'auteur.
Accordons à l'auteur que l'ensemble reste " assez " agréable à lire, contrairement à La Faute de L'Abbé Mouret, mais franchement sans grand intérêt.
C'est vrai, je n'y suis pas allée de main morte, mais qui aime bien châtie bien, dit-on, et au surplus, toutes ces faibles considérations ne sont que mon avis, mon tout petit avis sur le grand Zola, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          894
Kittiwake
  10 octobre 2019
Huitième opus des Rougon-Macquart, Une Page d'amour ne fait pas partie des plus connus de la série; Il n'est cependant pas dénué d'intérêt.
A travers les personnage d'Hélène, la fille d'Ursule Macquart et du chapelier Mouret, et de Jeanne sa fille, Zola analyse les mécanismes de la passion.
Hélène est seule à Paris avec sa fille, après la mort de Grandjean son époux . La jeune femme a peu de contacts, se limitant à recevoir un prêtre et son frère, épris de la jeune femme. Elle se consacre à l'éducation de la petite Jeanne, une gamine fragile, et exclusive. Lors d'une « crise « de la petite, Hélène rencontre le docteur Delberre : c'est le début d'une passion amoureuse douloureuse, qui torture la jeune femme.
Jeanne occupe une place centrale dans cette histoire. C'est elle qui illustre dans les romans la thèse de l'hérédité familiale, puisqu'elle tient de ses grand-mères la faiblesse physique et la fragilité psychique. Elle exerce par ailleurs un ascendant moral sur sa mère, dont elle devine les états d'âme à la manière d'un médium et les traduit en symptômes. La psychanalyse n'a pas encore révélé ses théories. Charcot a décrit l'hystérie de conversion. Zola se fait uniquement descriptif.
Le roman témoigne aussi de cette époque où le médecin ne disposait que de son sens de l'observation pour établir un diagnostic, dont le seul intérêt était la performance intellectuelle, puisqu'aucun arsenal thérapeutique ne pouvait détourner le cours de la maladie. Pourtant Jeanne a la chance de survivre à l'une de ses crises grâce à l'application de sangsues…
La phtisie dont elle souffre est intéressante dans ce contexte, puisque les débats faisaient rage autour de l'origine , contagieuse ou héréditaire, du mal.
Les descriptions inévitables ont pour objet Paris, vu de la fenêtre de l'appartement d'Hélène, avec ses ciels qui créent des ambiances variées, très souvent en harmonie avec l'humeur d'Hélène ou de Jeanne.

Encore une bien agréable lecture.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          601
isajulia
  30 août 2013
Voilà trois semaines que j'ai terminé Une page d'amour et jusqu'ici, tout ce que ce roman m'a inspiré c'est le syndrome de la page blanche. Déjà, il a fallu que je fasse un petit retour en arrière pour replacer Hélène Grandjean dans l'arbre généalogique. Personnage insignifiant comparé à ses deux frères Silvère et François que j'avais adoré, c'est pourtant cette pâle jeune femme qui va jouer un rôle de premier ordre dans Une page d'amour. Alors mes amis, quand il faut y aller, il faut y aller! donc en avant pour ce huitième volume des Rougon-Macquart.
Hélène Grandjean a tout pour elle. Belle, vertueuse, gentille, intelligente, riche... Toute une panoplie de qualités qui seraient susceptibles de nous filer des complexes. de plus, à son arrivée à Paris, son ennuyeux mari passe miraculeusement l'arme à gauche en lui laissant une jolie rente à vie. Cette Hélène alors! elle a ce qu'on pourrait appeler "le cul bordé de nouilles", mais attention, car même la perfection traîne des casseroles aux fesses. Dans notre cas, la casserole en question se nomme Jeanne, douze ans, sans cesse malade, c'est le petit trésor, l'amour de fille, la fierté d'Hélène. La mère et la fille vivent un quotidien paisible et ennuyeux à Passy, leur existence étant réglée comme une horloge. Hélène sans cesse inquiète pour sa progéniture va voir son quotidien basculer le jour ou sa précieuse Jeanne est prise d'une crise grave en pleine nuit. Dans l'urgence, elle fait appel à Henri Deberle, médecin renommé qui se trouve être son voisin. Entre le docteur et Hélène c'est le coup de foudre, mais Jeanne, petite peste jalouse et égoïste n'entend pas partager sa mère avec quelqu'un. Nous voilà embarqués dans un drôle de triangle amoureux...
J'ai eu beau détester certaines choses dans ce roman, il faut bien avouer que Zola met le paquet pour nous dépeindre la passion destructrice qui peut parfois s'immiscer dans une vie. Il réussit le tour de force de nous présenter une intrigue lisse et niaise à souhait, avec des tournures de phrase poétiques, des descriptions magnifiques, et pourtant... Pour ma part j'ai ressenti un malaise dès le départ, flairant la catastrophe et attendant patiemment qu'elle arrive. le fond de l'histoire est quand même violent, j'ai eu beaucoup de mal avec le personnage de Jeanne. Finalement c'est elle qui mène la danse et fait marcher son petit monde à la baguette.Cette enfant est diabolique, déjà par sa lourde hérédité mais en plus par son caractère de sale gamine pourrie gâtée,j'ai eu envie de lui coller des baffes tout au long du livre. Elle agit un peu comme un gourou vis à vis de sa mère, la tenant au chantage avec la maladie, pour mieux la garder sous sa coupe et l'autre idiote d'Hélène marche dans la combine. Si vous vous attendez à une héroïne qui a du caractère, passer votre chemin car la Hélène est une vraie guimauve, s'en est lassant et désespérant !
J'ai adoré le style et l'écriture, j'ai moins aimé les personnages et le contexte qui sont malsains. Je garde de cette lecture un goût amer d'ou les trois étoiles de notation, j'adore Zola mais sur ce coup-là mes nerfs ont été mis à rude épreuve. Libre à vous de découvrir ce volume si vous en avez envie. En ce qui me concerne je ne pense pas que je le relirai un jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          492
Gwen21
  18 juin 2016
Un très bel opus des Rougon-Macquart qui exalte la passion amoureuse dans tout ce qu'elle contient de puissant, de fragile, d'imprudent et d'éphémère.
Hélène, jeune veuve mère de Jeanne, une enfant maladive et possessive âgée d'une dizaine d'années, vit à Passy, aux portes de Paris, depuis deux ans. Son appartement, à la fois bourgeois et modeste, lui assure un asile protecteur. Dans ce cocon, pas grand chose ne l'atteint, ses heures sont partagées entre ses travaux d'aiguille pour les pauvres, les soins apportés à sa fille de complexion délicate et de tendres songes nés du spectacle de Paris étalé à ses pieds, tour à tour agité ou paisible. Sa rencontre inopinée avec le Dr Henri Deberle, à la fois son voisin et son logeur, va bousculer sa quiétude et insérer dans sa vie linéaire une page d'amour.
J'ai beaucoup apprécié ce tome des Rougon-Macquart. Malgré la maladie de Jeanne, éprouvante à contempler, j'y ai trouvé une grande douceur dans la narration et une belle lumière dans les superbes descriptions qui sont faites du Paris d'avant les grands bouleversements urbains. Une grande poésie se dégage de la plume de Zola sans toutefois tomber dans les débordements emphatiques que j'ai pu regretter par exemple dans "Le rêve" ou "La faute de l'abbé Mouret". Je me suis tout de suite fortement attachée au personnage d'Hélène que j'ai trouvée belle dans sa simplicité et son innocence. La découverte du sentiment amoureux, puis du désir, de la jalousie et enfin de l'amertume, est parfaitement décrite par l'auteur, dans une analyse à la portée de toute personne ayant déjà éprouvé ces émotions.
Bien que le drame guette le lecteur au détour de chaque page, le récit est riche de belles luminosités, sans compter les fascinantes descriptions se rapportant au mode de vie bourgeois, dans l'intimité des foyers et le faste des mondanités.
A ce jour, l'un de mes Zola préférés.

Challenge 19ème siècle 2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          501
Nastie92
  13 octobre 2019
♬ Parlez-moi d'amour, redites-moi des choses tendres... ♬
Après avoir exploré tour à tour l'appât du gain, les intrigues, l'alimentation, la manipulation et le pouvoir, Zola s'attaque à un sujet ô combien important : l'amour.
Le thème est fort mais l'auteur dit dans sa préface qu'Une page d'amour est une "oeuvre intime et de demi-teinte" : voilà le lecteur prévenu, il ne doit pas avoir de trop grandes attentes, sous peine d'être déçu.
Surtout après la lecture du volume précédent, le sublime L'Assommoir !
Zola, conscient de la puissance de ce dernier, a volontairement écrit un roman plus en retrait, sachant que n'importe quel texte paraîtrait fade en comparaison.
Il l'explique lui-même : "Une page d'amour, écrite entre l'Assommoir et Nana, a dû être, dans ma pensée, une opposition, une halte de tendresse et de douceur. J'avais, depuis longtemps, le désir d'étudier, dans une nature de femme honnête, un coup de passion, un amour qui naît et qui passe, imprévu, sans laisser de trace. Le titre veut dire cela : une page dans une oeuvre, une journée dans une vie."
Une page d'amour est donc une sorte de pause dans la lecture du cycle des Rougon-Macquart, avant de repartir vers des tomes plus forts.
C'est dans cet état d'esprit qu'il faut aborder cette lecture sous peine de passer à côté.
La trame est très simple : Hélène, veuve tout entière dévouée à sa fille Jeanne, enfant chétive et souffreteuse, tombe amoureuse du docteur Henri Deberle venu soigner cette dernière une nuit de crise.
Zola nous narre un "coup de passion", un coup de tonnerre dans la vie tranquille et rangée d'Hélène.
Un des intérêts du roman est la façon dont Zola traite les deux "couples", Hélène/Henri et Hélène/Jeanne, ainsi que les obstacles qui se dressent en travers de cette passion soudaine : Henri est marié et Jeanne, enfant capricieuse, jalouse et possessive, n'entend partager sa mère avec personne.
Hélène, honnête et respectueuse des conventions, est douloureusement tiraillée entre son devoir de mère et la possibilité qu'elle entrevoit de s'épanouir en tant que femme.
Le sujet est délicat, et l'on est sur le fil tout au long du récit ; un petit écart et le livre pourrait basculer dans la mièvrerie façon roman de gare. Heureusement, Émile Zola est aux commandes et navigue entre les écueils.
Une page d'amour ne fait pas, selon moi, partie des meilleurs volumes des Rougon-Macquart, et à qui voudrait découvrir l'auteur, ce n'est pas du tout celui que je conseillerais. Mais il est loin d'être inintéressant.
Il ne contient que peu d'action mais quelques très belles scènes dont Zola a le secret, comme le goûter d'anniversaire ou l'enterrement.
Il nous offre de superbes descriptions de Paris. Celles-ci reviennent régulièrement et nous montrent ce qu'Hélène voit de sa fenêtre. La ville est présentée à différentes heures du jour, sous différentes lumières, et l'atmosphère qui se dégage du paysage est à chaque fois un reflet de la psychologie de l'héroïne. J'ai adoré ces pages.
J'ai aimé également les personnages du roman, en particulier Hélène et Jeanne.
Hélène est droite, honnête et vertueuse. Une belle âme.
Jeanne est tyrannique, manipulatrice, perverse même.
Chacune a son caractère propre, et le contraste entre la mère et la fille est vraiment intéressant.
Je referme cette page d'amour, que j'ai appréciée pour ce qu'elle est, et me réjouis du prochain tome à venir : Nana. Nana, personnage apparu dans L'Assommoir, et qui a l'air si prometteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
Citations et extraits (174) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   27 mai 2020
Bientôt, elle oublia tout. La scène de l’aveu, malgré elle, renaissait. Sur le fond d’un noir d’encre, Henri apparaissait avec une netteté singulière, si vivant, qu’elle distinguait les petits battements nerveux de ses lèvres. Il s’approchait, il se penchait. Alors, follement, elle se rejetait en arrière. Mais, quand même, elle sentait une brûlure effleurer ses épaules, elle entendait une voix : « Je vous aime… Je vous aime… » Puis, lorsque d’un suprême effort elle avait chassé la vision, elle la voyait se reformer plus lointaine, lentement grossie ; et c’était de nouveau Henri qui la poursuivait dans la salle à manger, avec les mêmes mots : « Je vous aime… Je vous aime », dont la répétition prenait en elle la sonorité continue d’une cloche. Elle n’entendait plus que ces mots vibrant à toute volée dans ses membres. Cela lui brisait la poitrine. Cependant, elle voulait réfléchir, elle s’efforçait encore d’échapper à l’image d’Henri. Il avait parlé, jamais elle n’oserait le revoir face à face. Sa brutalité d’homme venait de gâter leur tendresse. Et elle évoquait les heures où il l’aimait sans avoir la cruauté de le dire, ces heures passées au fond du jardin, dans la sérénité du printemps naissant. Mon Dieu ! il avait parlé ! Cette pensée s’entêtait, devenait si grosse et si lourde, qu’un coup de foudre détruisant Paris devant elle ne lui aurait pas paru d’une égale importance. C’était, dans son coeur, un sentiment de protestation indignée, d’orgueilleuse colère, mêlé à une sourde et invincible volupté qui lui montait des entrailles et la grisait. Il avait parlé et il parlait toujours, il surgissait obstinément, avec ces paroles brûlantes : « Je vous aime… Je vous aime… », qui emportaient toute sa vie passée d’épouse et de mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Nastie92Nastie92   14 mai 2020
Alors, Hélène regarda fixement les tours de Notre-Dame, très loin. Un rayon, dardant entre deux nuages, les dorait. Elle avait la tête lourde, comme trop pleine des idées tumultueuses qui s’y heurtaient. C’était une souffrance, elle aurait voulu s’intéresser à Paris, retrouver sa sérénité, en promenant sur l’océan des toitures ses regards tranquilles de chaque jour. Que de fois, à pareille heure, l’inconnu de la grande ville, dans le calme d’un beau soir, l’avait bercée d’un rêve attendri ! Cependant, devant elle, Paris s’éclairait de coups de soleil. Au premier rayon qui était tombé sur Notre-Dame, d’autres rayons avaient succédé, frappant la ville. L’astre, à son déclin, faisait craquer les nuages. Alors, les quartiers s’étendirent, dans une bigarrure d’ombres et de lumières. Un moment, toute la rive gauche fut d’un gris de plomb, tandis que des lueurs rondes tigraient la rive droite, déroulée au bord du fleuve comme une gigantesque peau de bête. Puis, les formes changeaient et se déplaçaient, au gré du vent qui emportait les nuées. C’était, sur le ton doré des toits, des nappes noires voyageant toutes dans le même sens, avec le même glissement doux et silencieux. Il y en avait d’énormes, nageant de l’air majestueux d’un vaisseau amiral, entourées de plus petites qui gardaient des symétries d’escadre en ordre de bataille. Une ombre immense, allongée, ouvrant une gueule de reptile, barra un instant Paris, qu’elle semblait vouloir dévorer. Et, quand elle se fut perdue au fond de l’horizon, rapetissée à la taille d’un ver de terre, un rayon, dont les rais jaillissaient en pluie de la crevasse d’un nuage, tomba dans le trou vide qu’elle laissait. On en voyait la poussière d’or filer comme un sable fin, s’élargir en vaste cône, pleuvoir sans relâche sur le quartier des Champs-Élysées, qu’elle éclaboussait d’une clarté dansante. Longtemps, cette averse d’étincelles dura, avec son poudroiement continu de fusée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
isajuliaisajulia   04 août 2013
Aimer, aimer ! et ce mot qu'elle ne prononçait pas, qui de lui-même vibrait en elle, l'étonnait et la faisait sourire. Au loin, des flocons pâles nageaient sur Paris, emportés par une brise, pareils à une bande de cygnes. De grandes nappes de brouillard se déplaçaient ; un instant, la rive gauche apparut, tremblante et voilée, comme une ville féerique aperçue en songe ; mais une masse de vapeur s'écroula, et cette ville fut engloutie sous le débordement d'une inondation. Maintenant, les vapeurs, également épandues sur tous les quartiers, arrondissaient un beau lac, aux eaux blanches et unies. Seul un courant plus épais marquait d'une courbe grise le cours de la Seine. Lentement, sur ces eaux blanches, si calmes, des ombres semblaient faire voyager des vaisseaux aux voiles roses que la jeune femme suivait d'un regard songeur. Aimer, aimer ! et elle souriait à son rêve qui flottait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Nastie92Nastie92   11 avril 2020
Aussi Rosalie se montrait-elle maternelle. Elle sermonnait Zéphyrin tout en mettant la broche, lui prodiguait de bons conseils sur les précipices qu’il devait éviter ; et il obéissait, en appuyant chaque conseil d’un vigoureux mouvement de tête. Tous les dimanches, il devait lui jurer qu’il était allé à la messe et qu’il avait dit religieusement ses prières matin et soir. Elle l’exhortait encore à la propreté, lui donnait un coup de brosse quand il partait, consolidait un bouton de sa tunique, le visitait de la tête aux pieds, regardant si rien ne clochait. Elle s’inquiétait aussi de sa santé et lui indiquait des recettes contre toutes sortes de maladies. Zéphyrin, pour reconnaître ses complaisances, lui offrait de remplir sa fontaine. Longtemps elle refusa, par crainte qu’il ne renversât de l’eau. Mais, un jour, il monta les deux seaux sans laisser tomber une goutte dans l’escalier, et, dès lors, ce fut lui qui, le dimanche, remplit la fontaine. Il lui rendait d’autres services, faisait toutes les grosses besognes, allait très bien acheter du beurre chez la fruitière, si elle avait oublié d’en prendre. Même il finit par se mettre à la cuisine. D’abord, il éplucha les légumes. Plus tard, elle lui permit de hacher. Au bout de six semaines, il ne touchait point aux sauces, mais il les surveillait, la cuiller de bois à la main. Rosalie en avait fait son aide, et elle éclatait de rire parfois, quand elle le voyait, avec son pantalon rouge et son collet jaune, actionné devant le fourneau, un torchon sur le bras, comme un marmiton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nastasia-BNastasia-B   28 août 2013
Paris, lentement, apparut. Pas un souffle de vent n’avait passé, ce fut comme une évocation. La dernière gaze se détacha, monta, s’évanouit dans l’air. Et la ville s’étendit sans une ombre, sous le soleil vainqueur. Hélène resta le menton appuyé sur la main, regardant cet éveil colossal.
Toute une vallée sans fin de constructions entassées. Sur la ligne perdue des coteaux, des amas de toitures se détachaient, tandis que l’on sentait le flot des maisons rouler au loin, derrière les plis de terrain, dans des campagnes qu’on ne voyait plus. C’était la pleine mer, avec l’infini et l’inconnu de ses vagues. Paris se déployait, aussi grand que le ciel. Sous cette radieuse matinée, la ville, jaune de soleil, semblait un champ d’épis mûrs ; et l’immense tableau avait une simplicité, deux tons seulement, le bleu pâle de l’air et le reflet doré des toits. L’ondée de ces rayons printaniers donnait aux choses une grâce d’enfance. On distinguait nettement les plus petits détails, tant la lumière était pure. Paris, avec le chaos inextricable de ses pierres, luisait comme sous un cristal. De temps à autre pourtant, dans cette sérénité éclatante et immobile, un souffle passait ; et alors on voyait des quartiers dont les lignes mollissaient et tremblaient, comme si on les eût regardés à travers quelque flamme invisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Videos de Émile Zola (131) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émile Zola
À l'occasion du Festival International de la Bande Dessinée 2020, Méliane Marcaggi & Alice Chemama, vous présentent leur bande dessinée, "Les Zola".
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2349921/meliane-marcaggi-les-zola
Notes de Musique : Youtube Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : naturalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les personnages des Rougon Macquart

Dans l'assommoir, quelle est l'infirmité qui touche Gervaise dès la naissance

Elle est alcoolique
Elle boîte
Elle est myope
Elle est dépensière

7 questions
468 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur ce livre
.. ..