AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782889081240
40 pages
La Joie de Lire (06/11/2012)
3.43/5   15 notes
Résumé :
Dans ce livre, inspiré d’un voyage au Japon, le lecteur suit le parcours d’une ligne de monorail du cœur d’une mégapole jusqu’à la campagne. A l’intérieur du train, une petite fille que sa maman vient de quitter sur le quai et qui va rendre visite à sa grand-mère. Les paysages se succèdent, et les pensées de la fillette défilent à leur rythme : quartier des affaires, quartier populaire, banlieue industrielle, no man’s land, forêt… Un livre sur le temps, son appréhen... >Voir plus
Que lire après Ligne 135Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Cet ouvrage plonge le jeune lecteur successivement dans un univers très urbanisé (celui de la jeune narratrice apparaissant au tout début et à la toute fin du récit) puis dans la ruralité (qui est le monde de la grand-mère de l'enfant). le style graphique d'Albertine reste fidèle à celui des précédents albums publiés chez l'éditeur ; il est porté par un trait précis au rotring qui sait rendre l'essentiel des composantes d'un objet en y rajoutant un détail significatif et accumuler les effets quand besoin est de traduire une atmosphère. C'est toujours dans le même train que l'enfant se déplace :
« Je connais bien deux endroits du monde. le premier endroit du monde que je connais bien, c'est chez moi, la ville. ( ...)
Ma grand-mère habite très loin. La campagne, c'est presque de l'autre côté du monde. ».
Lors de ce déplacement ses pensées défilent également très vite et elle songe à son avenir:
« Ma mère dit que je comprendrai mieux les choses quand je serai grande (…)
Je me réjouis d'être grande, car je comprends mieux les choses »:
Une phrase simple du même volume que nous avons cité accompagne chaque double-page. Un livre dont le contenu peut être adapté à l'oral (une plus ou moins grande modification du vocabulaire et simplification du sens) pour des enfants de 3-6 ans et lu de façon autonome de 7 à 9 ans.
Commenter  J’apprécie          170
Une fillette prend le train pour un voyage qui l'emmènera de la ville à la campagne, là où vit sa grand-mère. Pendant ce trajet, elle s'interroge sur le monde qui l'entoure et sur ses rêves...
Un album très épuré, où seul le train est en couleur et ressort des illustrations qui fourmillent de détails à observer.
Une ambiance poétique, voire philosophique se dégage de ce texte sobre qui pousse le lecteur à une réflexion sur le temps qui passe et sur l'environnement.
Commenter  J’apprécie          150
Une petit fille nous parle de son trajet pour aller de la ville (chez elle) à la campagne (chez sa grand mère), mais surtout elle nous parle de son envie de voyager, d'aller partout, et de ce qu'en pense les adultes lorsqu'elle leur en parle.

Mon coup de coeur de la semaine va vers cet album. Au fur et à mesure que le train, dans lequel la petite fille voyage, se rapproche de la campagne, le lecteur voit le paysage, les architectures se modifier. Encore une fois ici il y a beaucoup de détails à observer dans les images superbes d'Albertine. Mais il y a aussi un texte poétique plein de jugeote sur la manière dont les enfants perçoivent le monde qui les entoure. Je partirai bien moi aussi faire un voyage en train, dites donc !
Lien : http://calokilit.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          90
Une fillette quitte sa mère sur un quai de gare, et monte à bord d'un monorail pour rendre visite à sa mère-grand qui vit à la campagne. Et c'est tout. Et ça suffit. Pas de galette ni de pot de beurre, juste le voyage. Mais quel voyage !
Dix-huit doubles pages d'un long format à l'italienne traversé d'une simple ligne horizontale. de la grande ville jusqu'à la lointaine campagne, la ligne 135 conduit la petite fille à travers des paysages en noir et blanc, juste au trait, le trait délicat d'Albertine.
Les trois wagons plantés au milieu de la page sont vert. D'un vert qui prête à débat.
- Tu vois ça vert ou jaune, toi ?
- Vert.
- Ouais, vert.
- Sur la couverture, à la lumière, je dirais plutôt jaune, mais là, c'est vert.
- Ça m'arrange, vert.
Vert, donc. Un vert énergique et éclatant, qu'on retrouve sur les pages de garde et la tranche de l'album.
Au fur et à mesure du voyage, alors qu'on s'enfonce dans une nature de plus en plus présente, une belle étrangeté s'immisce dans le dessin, sous la forme d'animaux bienveillants et bizarres, de constructions branlantes, de centaines de fleurs dansant au gré du vent.
le texte de Germano Zullo éclate d'économie, de minimalisme parfait. Car il n'est ici question que du déroulement de la vie, de ce qu'on en comprend pendant qu'elle défile, de ce qu'on y met pendant qu'elle file. Et on en vient à douter que le train avance vraiment, on en vient à se demander si ce n'est pas simplement le monde qui court autour du train. le train, réminiscence d'un voyage au Japon, emporte l'enfant d'un lieu à l'autre, d'un âge à l'autre.
Comme avec les Oiseaux, Albertine et Germano Zullo transcendent allègrement les catégories d'âge qu'on tenterait de plaquer sur leur travail. On se fiche éperdument de savoir à qui cet album est destiné. Ou plutôt non, il est simplement destiné à qui l'aimera, à qui saura goûter cette oeuvre sensible, fine, bouleversante, au lecteur qui se penche sur le chemin parcouru, au lecteur qui devine la route encore à faire...

Lien : http://le-cabas-de-za.over-b..
Commenter  J’apprécie          20
Des illustrations au trait déterminé, comme cette petite fille qui s'en va chez sa grand-mère en train et qui est bien décidée à voyager partout, même s'il semble impossible de tout voir, même dans sa propre tête.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
Telerama
13 février 2013
Long comme un trajet en train, blanc comme le sommeil qui gagne provisoirement le passager, ce livre s'étire entre deux points [...] Les lignes du dessin sont aussi aérées que le texte, elles filent vers un ailleurs éperdu, et transmettent un message d'une belle détermination.
Lire la critique sur le site : Telerama
Ricochet
18 décembre 2012
Un album cadeau à glisser sous le sapin !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Du9
10 décembre 2012
Une précision et clarté comme un langage qui se découvre, s’apprend et forme, élabore et construit. La couleur est circonscrite à l’élément moteur, le train qui fait sens, prend la direction, colore le langage de la fillette, et par conséquent celui du texte.
Lire la critique sur le site : Du9
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Ma mère et ma grand-mère disent que c'est impossible de voyager partout. [...]
Ma mère et ma grand-mère disent que c'est déjà tellement difficile d'apprendre à faire le tour de soi-même.
Commenter  J’apprécie          20
Un jour, je voyagerai partout. J'irai ici. J'irai là. J'irai là-bas. J'irai partout.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Germano Zullo (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Germano Zullo
La Télé du Salon du livre et de la presse jeunesse présente :
Qui lit, dort
Une histoire pour s'endormir et rêver de mondes secrets, inconnus ou désirés !
Le Livre bleu, texte de Germano Zullo, illustrations d'Albertine, La Joie de lire Interprété par la comédienne Marion le Gourrierec et le comédien Julien Renon.
autres livres classés : trainsVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (34) Voir plus



Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
607 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

{* *}