AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques sur Les Arpenteurs (56)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
marina53
  11 décembre 2017
Dans le cadre de ses fonctions au bureau du shérif du comté de Copper, Valentine Millimaki, jeune adjoint, passait son temps à enquêter sur les délits ruraux et pistait, avec son chien, à travers la broussaille, la forêt, les ravins abrupts, les hautes montagnes de Great Falls et les coins les plus reculés, les disparus. Des disparus qu'il retrouvait, pour la plupart, déjà morts. Mais il surveillait aussi les détenus dans la prison adjacente au tribunal, affecté à la garde de nuit. C'est là qu'il allait faire plus ample connaissance avec John Gload, un tueur en série, qui s'était laissé arrêter sans mot dire. Dans ces couloirs sombres, aux heures les plus noires, des confidences allaient s'échanger...

Deux hommes que tout semble séparer, surtout les barreaux de la prison. L'un, détenu pour plusieurs crimes violents et sanguinaires, en attente de son procès. L'autre, adjoint du shérif, hanté par les nombreux cadavres qu'il découvre et dont le mariage bat de l'aile. Fortement marqués par la mort durant leur jeunesse, leur vie va néanmoins prendre une direction bien différente. John Gload va trouver en Millimaki un confident, lui qui pourtant restait cloitré dans son mutisme. Ce dernier va peu à peu apprendre à connaître le vieil homme et bien malgré lui s'épancher sur ses problèmes. C'est au coeur d'une nature éblouissante, sauvage, parfois suffocante ou hostile que Kim Zupan plante son décor. Il dépeint avec virtuosité cette région du Montana, ces grands espaces parfois impitoyables. Il décrit une amitié évidemment improbable, presque amorale, et dresse le portrait de deux hommes esseulés, cabossés, aux nombreuses fêlures. Un premier roman remarquable, impressionnant, d'une force et d'une intensité incroyables. Une plume très travaillée et parfaitement maîtrisée.
Saisissant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          763
Crossroads
  09 février 2016
Point commun entre Val Millimaki et John Gload ?
Comment ? La taule ? One point !

Jeune adjoint du shérif vs tueur froid et impitoyable.
A priori, rien de commun si ce n'est ces longues heures nocturnes partagées en attendant le procès.
Rien ne prédisposait ces deux hommes à se confier mutuellement au point d'en faire des confidents.
Une vie de couple en déliquescence pour Val, un quotidien solitaire marqué par une violence omniprésente chez John.
Puis vint ce besoin irrépressible et commun de se raconter au point d'en devenir proches, contre toute attente...

"Hypnotique et crépusculaire", la promesse était belle.
De fait, Les Arpenteurs est un premier roman hallucinant de noirceur qu'il convient de saluer à sa juste valeur.

Il est comme çà des petits miracles opportuns dans la vie d'un homme.
Val et John ne tutoyaient pas vraiment le bonheur, pour des raisons diverses et variées, mais ressentaient tous deux cette attraction malsaine en dépit des codes édictés par une certaine bien-pensance.
Une dangereuse fascination se muant subtilement en une nécessité commune de se délester de ses plus noirs secrets au point de ressentir rapidement le manque de l'autre.

Kim Zupan ou l'art de tisser une amitié contre nature.
Un magnifique portrait d'hommes à la dérive en quête de rédemption.

L'écriture, à la fois âpre et caressante, parvient à trouver le juste et fragile équilibre entre somptueuses étendues du Montana, symbole de liberté par excellence, et profond sentiment d'enfermement personnel.
Le contraste est saisissant, le choc émotionnel d'autant plus percutant.

A découvrir fissa!

Merci à Babelio et aux éditions Gallmeister pour ce petit moment de grâce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
Tostaky61
  12 février 2016
Les arpenteurs, c'est l'histoire d'une amitié, une amitié particulière, celle qui va se créer au fil des jours entre un jeune shérif adjoint et un vieil homme de 77 ans, tueur en série de son métier.
La mission confié à notre policier ?
Recueillir les informations auprès du vieillard afin de trouver les preuves qui le feront condamner.
Valentine, Val pour les intimes, devient donc le confident du prisonnier qui se laisse apprivoiser aisément et pour une simple raison, il a un service à demander.....
Kim Zupan nous entraine dans le sillage de ces deux personnages, le jeune en manque de sommeil et dont la vie de couple se délite, et l'ancien qui ne dort pas non plus et qui attend résigné la fin de son périple meurtrier.
Un récit entre présent et flashback, qui nous permet de mieux cerner ces deux êtres que la vie n'a pas toujours gâté et de comprendre les liens qui se tissent entre eux.
Pas de rebondissement extraordinaire, l'assassin est connu dès le départ. Pas de course poursuite ou d'enquête menée de main de maître.
L'intérêt de ce livre réside dans la description de ces deux personnalités atypiques, l'auteur attache également une certaine importance aux lieux et aux paysages traversés.
Un polar qui sort des sentiers battus et que j'ai beaucoup apprécié.

Merci à Babélio et aux Editions Gallmeister de m'avoir permis de découvrir ce livre qui figurait dans mes envies depuis un moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
Titania
  04 octobre 2015
C'est un premier roman, et c'est un coup de maître. Un cadre sublime évoqué avec passion, qui fait penser à l'Amerique de Jim Harrison, et un style magnifique qui envoûte dès la première page et peut vous faire lire n'importe quoi.

Kim Zupan raconte un huis clos pénitentiaire et l'improbable amitié entre un gardien et son prisonnier. le tueur en série n'est pas toujours haïssable, et l'homme de loi est parfois faillible.

Il nous donne à réfléchir sur la condition humaine, peut-être même sur la peine de mort. de part et d'autre des barreaux, sans complaisance pour l'horreur des crimes commis, des humains parlent de la difficulté à vivre.

C'est rude, émouvant, dérangeant, ça ne laisse sûrement pas indifférent .
Merci aux Babeliotes qui m'ont donné envie de lire ce grand roman.

Commenter  J’apprécie          354
NathalC
  04 novembre 2017
2 hommes. L'un est meurtrier depuis toujours, l'autre est son gardien. Tous deux sont dans la même prison.
Physiquement d'abord, le 1er est dans sa cellule, le 2nd de l'autre côté de la barrière, dans le couloir.
Moralement également. Chacun est prisonnier de son passé, de son histoire, de sa vie présente.
Chacun rêve de grands espaces.
Tous deux ont vécu parmi les morts depuis leur enfance. L'un tue, l'autre découvre des corps...
L'écriture de ce roman est très masculine, âpre, sans état d'âme...
Je n'ai pas aimé cette lecture, je ne l'ai pas détesté non plus. Je suis arrivée au bout du livre, ni plus ni moins...
Commenter  J’apprécie          321
Marylou26
  13 août 2020
Quelle belle maison d'édition que Gallmeister qui, dans ce style du « nature writing », me séduit souvent, comme cela a été le cas avec Les Arpenteurs. Kim Zupan signe ici un premier roman à l'écriture remarquable, bien rendue par la traduction, où la nature magnifie l'atmosphère qui se dégage du récit. Il y a de la beauté dans ces lignes, alors que le sujet est on ne peut plus glauque. Deux personnages se rencontrent : Valentine Millimaki, l'adjoint du shérif, en pleine crise existentielle, et John Gload, le tueur en série qui a trouvé bien tôt sa « vocation », et qui est en attente de son procès. Chacun a ses propres motivations à parler et à écouter. Une connexion se crée entre eux, mais plus indirecte et réaliste que ne le laisse entendre le quatrième de couverture. La terre finira-t-elle par rendre ses disparus ? Une histoire qui hante.
Commenter  J’apprécie          240
Mimeko
  17 avril 2016
Dès son arrestation, à laquelle il ne s'oppose pas, le vieux John Gload sait qu'il pourra faire confiance à l'adjoint du shérif Val Millimaki et quand ce dernier est affecté à la garde de nuit de la prison, les longs tête à tête vont révéler les failles et fêlures de chacun. Un duo où Val et John vont s'apprivoiser, découvrir leur histoire et leur parcours se faisant paradoxalement écho, dans l'étrange silence d'une surveillance de nuit, où seuls quelques cris ou quelques cauchemars d'autres prisonniers viennent scander ces confessions où se libère la parole... tous deux orphelins et témoins de la mort d'un de leur parent mais des parcours différents l'un s'enfonçant dans l'indifférence jusqu'à tuer sans état d'âme, l'autre s'investissant dans la recherche de personnes disparues et souvent retrouvées sous forme de cadavre...
Deux solitudes, deux êtres construits de bric et de broc, si ce n'est dans un cadre de nature qui leur permet de trouver un terrain commun.
J'ai été enthousiasmée par le talent d'écrivain dans ce premier roman Les Arpenteurs où Kim Zupan réussit à transformer grâce au lyrisme de son écriture, deux êtres ordinaires en héros malheureux........un vrai coup de coeur pour moi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Renod
  10 mai 2016
John Gload s'est installé devant sa ferme pour attendre les policiers venus l'arrêter. Pour cet homme redoutable, c'est la fin d'une longue carrière criminelle. Les agents se montrent brutaux et insultants. Seul Valentine Milimaki, un des adjoints du Shérif, se distingue par son calme et son respect. Il surprend même le criminel quand il lui pose des questions sur son verger.

Les deux hommes se retrouvent à la prison du comté où Gload est incarcéré pour la durée de son procès. Milimaki est d'abord chargé d'escorter le vieil homme dans la journée puis il est affecté à la garde de nuit de la prison. Leurs rares conversations distantes et banales au départ donnent désormais place à de véritables échanges. Les deux hommes vont se trouver de nombreux points communs. Ils souffrent tous les deux de terribles insomnies, ils ont une même passion pour l'agriculture et ce sont de véritables solitaires.

Milimaki est à une période critique de sa vie. Son manque de sommeil l'enfonce dans un étourdissement brouillant les limites entre rêve et réalité. Sa femme vient de le quitter. Il ne parvient pas à s'accoutumer à son nouveau poste à la prison et un traumatisme de sa jeunesse lui revient à l'esprit en permanence. Milimaki est parfois chargé avec l'aide de son chien de retrouver des personnes qui se perdent ou disparaissent dans les grands espaces du Montana. Quand il arrive trop tard, il prend les cadavres en photo pour une collection macabre qu'il tient pour lui-même.

Ces deux hommes fermés et peu causants vont progressivement s'ouvrir l'un à l'autre. Pour justifier ces visites, Gload va égrener au fil du temps des révélations sur des affaires oubliées. Si Milimaki veille à maintenir une distance, Kim Zupan montre comment, au fur et à mesure, les barrières tombent, les langues se délient et les coeurs s'ouvrent. L'écriture au rythme lent oscille entre les descriptions lyriques de la nature, le récit sans pathos de faits criminels et les échanges pudiques entre ces deux êtres taciturnes. le récit est entrecoupé de souvenirs, d'hallucinations ou de visions cauchemardesques. Les existences qui se révèlent progressivement ajoutent à ce roman la beauté et la force tranquille suggérées par les paysages du Montana.

A mes yeux, "les arpenteurs" est un des plus beaux romans des éditions Gallmeister.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
blandine5674
  01 juin 2016
L'histoire est originale, puisqu'il s'agit d'une amitié entre un jeune shérif et un tueur en série de 77 ans. Normalement tout les oppose. L'emploi du temps du shérif Val est modifié, il doit maintenant faire les nuits tandis que le tueur attend son procès. Les heures sont longues, surtout lorsque l'on est insomniaque. Ils commencent à sympathiser en parlant de nature et plantation. le vieux commence à faire des aveux. Quand la femme de Val le quitte, la maison est vide quand il est en congé au point que les conversations du tueur lui manquent. Ce dernier lui fera une demande bien particulière et inattendue. L'histoire se passe dans le Montana. Une pensée pour Jim Harrison. Merci à Tostaky61, c'est grâce à sa critique que je l'ai lu.
Commenter  J’apprécie          180
LiliGalipette
  26 août 2015
Valentine Millimaki est le jeune adjoint du shérif d'une ville du Montana. Son activité principale est de chercher des personnes disparues dans la montagne, mais depuis quelque temps, il ne retrouve que des cadavres. Alors que l'hiver touche à sa fin, la prison accueille John Gload, un vieil assassin soupçonné de crimes innombrables. L'agent Val est assigné au service de nuit pour surveiller le détenu : au cours des longues veilles, un dialogue s'installe entre les deux hommes et une étrange amitié se noue. « On est amis, John, dans la mesure où vous êtes de ce côté des barreaux pour le meurtre présumé d'un homme, et où je suis de l'autre côté afin de m'assurer que vous restiez en vie et que vous soyez puni. » (p. 86) Tandis que l'un raconte son passé et ses méfaits, l'autre lâche quelques bribes d'existence : ses insomnies, son mariage en perdition, son enfance bouleversée par la disparition de sa mère. Prisonniers de leur passé et des démons qui les hantent, le jeune homme et le vieillard parcourent leurs souvenirs et les étendues arides des sentiments déçus.

L'opposition est saisissante entre l'intérieur sombre et étroit de la prison et les grands espaces montagneux : dans la première, il y a la vie, si misérable soit-elle, alors que les seconds n'abritent que désolations et corps sans souffle. « Il se demande ce qui pouvait susciter une telle cruauté dans un si beau paysage. Comme si le vent qui balayait les flancs depuis les escarpements gelés et mornes apportait avec lui l'appétit des loups et des ours, pareil à un microbe contaminant le sang. » (p. 227) de même, en constante opposition, Valentine et John s'attirent et se repoussent jusqu'à former un visage unique et complexe, celui de l'humanité face au temps.

Ce premier roman est plutôt réussi, mais le style imagé est parfois ampoulé et emphatique. Toutefois, Kim Zupan offre de très beaux tableaux des extérieurs hostiles et puissants du Montana. Plus je lis les oeuvres publiées par les éditions Gallmeister et plus j'ai envie d'aller poser mes valises dans leurs paysages grandioses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2101 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre