AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782228924481
203 pages
Payot Graphic (01/09/2019)
4.09/5   146 notes
Résumé :
Lucie dort un couteau à la main. La crainte l’habite, les hommes l’effraient, la méfiance la gagne jusqu’à son fils. Tamara, elle, se bat, se débat : pour ne plus être victime, elle s'oublie dans tous les excès. Quant à Nicole, c’est l’isolement. Elle s’efface, disparaît pour ne plus être visée. Les trois ont été victimes de violences sexuelles. En réaction, elles s’inscrivent dans un atelier d’escrime thérapeutique. Un programme d’un an pour se libérer et reprendre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 146 notes
5
17 avis
4
21 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

domi_troizarsouilles
  23 mars 2022
Les chemins vers les livres sont parfois bien inattendus ! N'étant pas particulièrement attirée par les BD, et parfois un peu lasse de l'escrime qui fait trop partie de ma vie à mon goût (mon mari étant tout à la fois maître d'armes et président de son club), je n'aurais jamais imaginé le lire. Mais voilà : une élève de mon mari, devenue notre amie au fil des années, a fait connaissance avec une dame impliquée dans l'escrime thérapeutique en France, qui s'attache désormais à diffuser le concept en Belgique. La politique des sports de mon pays étant aux antipodes d'une fierté nationale comme ça semble être le cas en France, j'ai un doute qu'un tel projet aboutisse jamais, si ce n'est à un niveau très local et sans aucune reconnaissance officielle (ce qui veut dire aussi : sans aucun moyen quel qu'il soit !). Quoi qu'il en soit, mon mari s'est montré intéressé et a donc rencontré cette dame et est désormais inscrit à une formation qui aura lieu dans quelque temps… en France. Cette dame lui a notamment parlé du film « Touchées », et l'a encouragé à le regarder pour avoir une idée de ce dont il s'agit.
Et puis voilà : Internet étant ce que c'est (vous savez, big brother etc.), au hasard de mes navigations sur la toile, je suis tombée tout à fait par hasard sur la BD du même nom… et ai bien sûr aussitôt décidé de l'offrir à mon cher et tendre ! À son tour, il m'a encouragée à le lire : comment refuser ?
Dans ce contexte, et sachant que mon homme m'avait déjà raconté les choses dans les grandes lignes, je suis assez incapable de dire si l'histoire est réellement compréhensible à travers la BD seule, car en réalité elle m'a semblé assez décousue par moments : on passe de l'histoire d'une des trois « héroïnes » à l'autre parfois sans réelle transition, on mêle leur présent sur ce chemin thérapeutique à des bribes plus ou moins importantes de leur passé, également avec peu de transitions, mais un jeu de couleurs qui m'a semblé faire le job – même si, j'avoue, j'ai parfois dû me référer au synopsis pour réellement comprendre de quoi il s'agissait, notamment dans les passages mettant en scène Tamara – peut-être parce qu'elle est une personnage carrément exubérante, et qu'on ne s'attend pas à un comportement de ce type-là chez quelqu'un qui a vécu des violences sexuelles, ce qui est évidemment un a priori non fondé. On rencontre ainsi Lucie, Tamara et Nicole, trois femmes qui ont vécu des violences sexuelles (évidemment très graves) qui ne sont dévoilées que peu à peu dans le livre : si on décrypte assez vite la violence au sein d'un couple, on est beaucoup plus surpris des viols répétés vécus par une petite fille puis jeune ado ! par son propre frère, majeur ; ou la violence apparemment anodine vécue par une lycéenne, mais tellement inacceptable qu'elle en est restée marquée des années plus tard et ne parvient pas à s'en sortir.
J'ai un peu regretté que le livre ne dise pas comment elles sont arrivées à s'inscrire tout à coup à ce cours d'escrime thérapeutique… mais c'est un détail, car l'important est de les suivre tout au long d'une année, dans leur découverte de cette discipline sportive – et exclusivement au sabre, seule arme d'estoc et de taille de l'escrime sportive actuelle (on peut toucher de la pointe ou du tranchant de l'arme, le tout en étant protégé bien entendu !) et qui demande/permet une grande explosivité.
Tout cela étant dit, il n'est pas nécessaire de connaître l'escrime pour apprécier ce livre, je pense ! Il y a certes des passages entiers consacrés à ce sport (et c'est normal puisque ça fait partie du sujet), mais ce n'est jamais rébarbatif m'a-t-il semblé. Il suffit de savoir que ce sport se pratique en étant entièrement protégé (en blanc !) et masqué (ce n'est pas anodin) ; et donc ce choix du sabre, qui est clairement présenté, comme arme la plus « rapide et instinctive ». Et surtout, on s'attache terriblement à nos trois protagonistes, dans un mélange d'empathie (et de soulagement de ne pas avoir vécu de telles choses soi-même !), d'incompréhension parfois, et peu à peu de véritable compassion mêlée de joie quand peu à peu elles reprennent confiance en elles. On aime les accompagner sur ce chemin où elles s'apprivoisent d'abord, se rapprochent peu à peu sans forcément parler de ce qui fait mal mais apprennent à s'apprécier telles qu'elles sont à ce moment de leur vie. Tout cela les amène aussi à « revivre » ces moments douloureux, avec l'aide du maître d'armes qui est spécifiquement formé à cette discipline particulière de l'escrime, et d'une psychologue, également escrimeuse, qui est toujours disponible et dont la présence aux séances est tout aussi obligatoire que la formation du moniteur. Mais peu à peu, ces femmes vont s'avérer capables d'affronter leur propre vie – que ce soit en osant faire front à leurs parents toujours « bienveillants » (et sans doute bien démunis) mais qui les ont pourtant enfoncées, ou en allant enfin porter plainte, par exemple.
Avec tout ça, il y a évidemment des moments très durs (peut-être encore davantage parce qu'ils ne sont jamais « que » suggérés), d'autres extrêmement touchants, et puis ces quelques moments du quotidien qu'on dirait presque que « tout va bien » pour ces femmes… mais paf aussitôt un petit détail (une visite de la maman de Lucie par exemple, venue garder son petit-fils) replonge le lecteur au coeur de ce sujet terrible.
Mon mari a trouvé le dessin très sombre – pour ma part, je l'ai trouvé tout à fait adapté à son sujet, avec effectivement des planches qui jouent sur le registre des gris foncés, des bleus grisés également foncés ou des sépias orangés à la limite du flippant ! mais d'autres passages sont beaucoup plus lumineux, et notamment chacune des séances d'escrime, justement ! Je ne suis pas ultra-fan du dessin même (mais je suis vraiment très, très, très difficile à ce sujet), mais indéniablement tout se joue sur les expressions : elles sont réellement ciselées, que ce soit sur les visages ou dans les gestes (notamment dans l'un ou l'autre assaut – j'ai adoré par exemple la « libération » de Nicole !) ; ce sont comme des photos saisies sur le vif, très parlantes. J'ai aussi apprécié le fait qu'aucune des cases de la BD ne soit jamais « encadrée », ce qui rend l'histoire très ouverte et participe à l'idée que ces femmes sont sur un véritable chemin de libération.
C'est donc un livre très expressif et parfois glaçant, mais pas informatif cependant, même si c'est une introduction très intéressante au sujet. Peut-être parce qu'il est plein d'espoir aussi, sur le chemin d'une réelle libération pour ces femmes qui ont vécu des violences sexuelles inacceptables, et qui, à travers ce sport qui leur permet autant de « se cacher » (notamment sous le masque) que d'exploser, vont peu à peu retrouver la confiance, réapprendre à s'aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
som
  21 octobre 2019
Chacune à sa manière, Lucie, Tamara et Nicole ont été violentée par des hommes au point de sombrer. Afin de reprendre tant soit peu le contrôle de leur vie, elles s'inscrivent dans un atelier d'escrime thérapeutique. Entre l'apprentissage de l'art du combat, les séances avec une psychologue et une sororité en devenir, les trois héroïnes trouvent progressivement le chemin de la guérison.
L'aquarelle délicate mais puissante, le contraste entre des attitudes de victimes dans leur vie quotidienne et de combattante durant les cours illustrent la difficulté du parcours. Tantôt lumineuses, tantôt sombres, les couleurs sont au diapason de cette dualité. Les regards vides et perdus retrouvent peu à peu de la force dans des gros plans percutants de femmes devenues de vaillantes chevalières.
Commenter  J’apprécie          130
chocoladdict
  29 octobre 2019
Comment vivre après avoir été victime de violences sexuelles ? Dans Touchées, Lucie dort avec un couteau et la peur chevillée au corps. A sa mère qui la dit forte, elle répond :
Je ne veux pas être forte, je ne veux pas être courageuse, je veux retrouver ma légèreté.
Tamara, elle, se noie dans les excès et joue la provocation, la confrontation. Nicole, elle, s'est retirée du monde et d'elle-même, elle s'est effacée. Elle souffre de mal de dos et les médecins n'y peuvent rien. Chacune porte une armure qui les cache, chacune a érigé un mur qui les protège des autres.
Lucie, Tamara et Nicole se retrouvent à un atelier d'escrime thérapeutique Là, pendant un an, elles vont apprendre à oser attaquer, affronter, toucher l'adversaire et être touchée, s'affirmer…se libérer !
Déchargez la colère, transpercez la culpabilité, tuez la honte. Libérez-vous
Quentin Zuttion sait traduire avec talent tout le poids que portent ces trois femmes à travers leur visage fermé et leurs expressions. Il décortique avec beaucoup de justesse les dégâts causés par les violences sexuelles, l'impact qu'elles ont sur la vie sociale, professionnelle, personnelle.
Quentin Zuttion avec Touchées montre aussi très bien comment le silence de la famille est une blessure supplémentaire, une façon de minimiser les choses, une façon de refuser de considérer ces femmes comme des victimes.
A travers son dessin et son récit intimiste, il met en lumière une violence invisible au regard.
Mais dans Touchées il y a aussi l'espoir. Si le passé pèse de tout son poids, le roman graphique raconte le combat de ces trois femmes qui vont se reconstruire à travers leur amitié et l'escrime. Les scènes de combat sont magnifiquement illustrées et très puissantes sans avoir besoin de mot.
Lien : http://www.chocoladdict.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
marietjf
  22 septembre 2022
Après « La dame blanche » et « Toutes les princesses meurent après minuit », il était temps pour moi de lire cet album de Quentin Zuttion qui date pourtant de 2019. Pourquoi aujourd'hui ? Parce que ce soir sur TF1 est diffusée l'adaptation en téléfilm de cet album, première réalisation d'Alexandra Lamy.
Lucie, Tamara, Nicole, 3 femmes, 3 victimes d'abus, 3 histoires différentes. Elles se retrouvent toutes les trois à un atelier d'escrime thérapeutique. Pour se relever, pour se reconstruire, pour retrouver la légèreté…
L'histoire est touchante, forte et Quentin Zuttion la raconte avec la sensibilité qu'on lui connait. Beaucoup de cases silencieuses, des corps qui se lèvent, se redressent, combattent qui donnent de très beaux dessins d'escrimes. Jamais de pathos mais 3 femmes qui se lient, petit à petit autour d'un but, reprendre une vie sociale, aller de l'avant. Les dessins, les couleurs, tout nous rapproche de l'intime, de l'essentiel sans jamais trop montrer. Tout sonne juste et vrai.
Je ne suis pas certain de regarder l'adaptation tv ce soir, mais j'espère qu'elle sera à la hauteur de ce bel album. Que tu sois sur TF1 ce soir ou pas, je te conseille de le lire, il y a de grandes chances que tu sois touché(e) toi aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Auha
  06 octobre 2022
C'est la rencontre de Lucie, Tamara et Nicole. Trois femmes qui ont une douleur commune qu'elles vont essayer ensemble de dépasser... Se réparer pour avancer.
Un chemin long et difficile à parcourir pour ces femmes victimes de violences. le sport, la solidarité, l'entraide et l'accompagnement thérapeutique vont leur permettre de reprendre confiance en elles et de retrouver une certaine liberté.
A travers un graphisme fin, Quentin Zuttion nous raconte une histoire forte et humaine que j'ai trouvée très émouvante.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Bibliobs   25 septembre 2019
Après « Appelez-moi Nathan » [...] le dessinateur et auteur Quentin Zuttion poursuit dans « Touchées » (Payot) des thèmes qui lui sont chers : « les corps » et « les quêtes identitaires ». Toujours avec beaucoup de délicatesse. Par le trou de la serrure, il nous immerge dans les vies cabossées de celles qui tentent tant bien que mal, et souvent avec beaucoup d’humour, de vivoter.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
chocoladdictchocoladdict   29 octobre 2019
Je ne veux pas être forte, je ne veux pas être courageuse, je veux retrouver ma légèreté.
Commenter  J’apprécie          110
Pixie-FlorePixie-Flore   01 janvier 2020
Déchargez la colère, transpercez la culpabilité, tuez la honte. Libérez-vous.

[p29]
Commenter  J’apprécie          70
AproposdelivresAproposdelivres   23 février 2020
Sous le masque, vous devenez toutes anonymes.
Vous ne vous reconnaîtrez plus, votre adversaire peut prendre les traits de la personne que vous voulez.
Commenter  J’apprécie          30
AproposdelivresAproposdelivres   23 février 2020
L'escrime est un sport de combat.
Les adversaires, masqués et armés, ont un seul but : toucher sans être touché.
Commenter  J’apprécie          20
VKBatVKBat   30 octobre 2020
Déchargez la colère, transpercez la culpabilité, tuez la honte. Libérez-vous.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Quentin Zuttion (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Quentin Zuttion
Cette semaine, la librairie Point Virgule vous propose d'explorer le thème de la fin de vie à travers quatre BD à l'approche très différente :
- La Dame Blanche, Quentin Zuttion, Le Lombard, 22,50€ - Toutes les morts de Laila Starr, Ram V & Filipe Andrade, Urban Comics, 19€ - Que reste-t-il de nos rêves ? Yumi Sudo, 2 tomes, Atelier Akatombo, 9,80€ - Le petit frère, Jean Louis Tripp, Casterman, 28€
autres livres classés : escrimeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
429 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre