AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Isabelle Hausser-Duclos (Éditeur scientifique)Hélène Denis-Jeanroy (Traducteur)
ISBN : 2253140163
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1996)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Cette nouvelle, l'une des premières de Stefan Zweig, se déroule à Anvers, à la veille de la guerre d'indépendance des Pays-Bas.
Articulé autour de la création et de la destruction d'un tableau religieux, ce récit poétique raconte comment un vieux peintre, chargé de faire le portrait d'une madone pour une église, la voit s'incarner sous les traits d'une jeune juive.
L'élaboration du tableau est difficile. Pour la jeune fille, réchappée d'un pogrome et r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Mimimelie
  05 janvier 2014
J'aii terminé 2013 par la lecture d'un livre de Stefan Zweig... j'ai commencé 2014 par un Stefan Zweig... Je n'avais lu de lui jusqu'ici que le joueur d'échecs et 24 heures de la vie d'une femme, il y a pas mal de temps déjà, et j'avais énormément apprécié et à la lecture de ces deux nouvelles lectures, je me demande pourquoi j'avais délaissé cet auteur …
Concernant donc Les prodiges de la vie, s'agissant de l'élaboration d'un tableau et la peinture étant l'un de mes dadas, j'en attendais un plaisir particulier qui fut bien en deçà de mes espoirs, mais néanmoins il aborde la question du mystère de la création artistique, les doutes et les remises en questions de l'artiste avec un talent magistral "L'avenir et le passé s'étaient brusquement ouverts devant lui et le fixaient comme un miroir vide, envahi par l'obscurité et l'ombre"..
Dans le registre des moins encore, je n'ai guère goûté la religiosité et les élans mystiques exaltés, la volupté dans la foi (ce n'est pas ma tasse de thé) dont tout le texte est empreint, mais bon, c'est la trame et le fonds de l'histoire ; par contre quel beau texte ! Quelle justesse d'observation ! À tel point que religiosité ou pas, je n'en ai pas perdu une miette. Quand on songe que c'est un jeune homme âgé seulement de 23 ans qui a écrit cela, on ne peut qu'être émerveillé.
L'histoire en elle-même est simple mais j'ai trouvé admirable la manière dont elle se construit, presque pareillement, à la manière d'un tableau, toutefois, la fin m'a semblé trop prévisible, mais bon, l'artiste n'a-t-il pas déjà son tableau construit avant de commencer...
Zweig aborde ici de nombreux thèmes, celui de la judaïté, l'éveil de la féminité, l'initiation, la maternité, le doute (qu'est-ce qui détermine notre vie, Dieu ou le hasard ?) mis en parallèle avec le doute de l'artiste.
Et puis il y a aussi un volet historique qui m'a beaucoup intéressée, une tranche d'histoire des Pays-Bas, dont je ne savais pas grand chose et qui m'a incité durant la lecture à en découvrir un peu plus, y compris sur le Beeldenstorme.
Au final, voilà encore un prodige de la vie, un auteur oublié qui arrive (forcément) à point nommé clore et débuter une année, un signe ?
Encore autre chose : la première phrase de cette nouvelle qui d'emblée m'a aspirée, m'a donnée l'envie de noter quelque part la première et la dernière phrase des livres que j'ai aimés.... « Une nappe de brouillard gris s'était déposée sur Anvers, elle pesait sur la ville et l'enveloppait d'une toile épaisse ».... évocation pour moi d'un tableau de William Turner ou d'Eugène Boudin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2313
Swoop
  12 décembre 2011
Aujourd'hui, je vais vous parler rapidement d'une nouvelle de Stefan Zweig, Les Prodiges de la vie. J'ai lu ce texte de 94 pages dans le cadre d'une lecture commune organisée par le forum culturel Prise de Bec, qui s'ouvre de plus en plus à la littérature.
Comme beaucoup, j'avais déjà lu le Joueur d'Échec, roman qui m'avait alors plu par sa construction, la manière de raconter cet épisode noir de l'Histoire d'une façon très originale. C'est donc avec un certain enthousiasme que je me suis lancé dans la lecture de ces Prodiges de la vie, ne sachant rien de cette oeuvre écrite par un très jeune S.Zweig âgé d'à peine 23 ans.
J'y ai découvert un texte très riche, relatant l'histoire d'un vieux peintre à qui l'on a commandé une représentation de la Vierge, et qui trouvera en une jeune Juive l'incarnation parfaite de cette icône religieuse. le texte aborde de nombreux thèmes, tout d'abord la montée du Protestantisme en situant l'action au début de la révolution aux Pays-Bas. Ensuite, nous traverserons un épisode dans lequel le peintre tentera de transmettre sa passion pour le catholicisme à cette jeune juive. Enfin, la maternité et l'amour qu'une femme peut porter à un enfant, même s'il n'est pas le sien, seront mis en avant. le roman se finira sur l'image d'une juive protégeant une représentation de la Vierge à l'Enfant.
Ce roman m'a laissé une sensation étrange. En effet, ce que j'ai ressenti pendant sa lecture ne s'apparente pas à ce qui m'en reste après. Si j'ai été séduit par le style et le démarrage de cette histoire, j'ai eu l'impression de traverser un long tunnel vers le milieu, pour n'en sortir que quelques pages avant le dénouement. J'ai trouvé le texte assez dur parfois, nécessitant un gros investissement pour ne pas décrocher. Pourtant, après quelques jours, cette nouvelle me laisse une très bonne impression, comme si les difficultés s'étaient dissipées pour ne plus révéler que l'habile construction de cette histoire. Je trouve assez admirable la façon dont Zweig nous amène à l'épisode final, d'une force et d'une émotion très touchante.
Je vous recommande donc ce court roman.
Lien : http://mots2tete.makingfx.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BJFenimore
  20 décembre 2018
Il s'agit d'une des premières nouvelles publiées par Stefan Zweig. J'avoue que ce n'est pas ma préférée mais elle est assez intéressante : l'action se déroule à Anvers au 16e s. (au moment du Beeldenstorm). le sujet porte sur la création artistique d'un peintre catholique et l'éveil à la féminité/maternité d'une jeune juive qui lui sert de modèle pour sa représentation de la Vierge à l'Enfant. La destruction des images par les protestants en 1566 amène l'histoire à son paroxysme dramatique. Une courte nouvelle sur l'éveil et le mystère : l'éveil à la foi, l'éveil des sens, l'éveil au monde ; mystère de foi, mystère de la création, mystère de la vie.
Commenter  J’apprécie          20
capuciiine
  15 avril 2010
Cette nouvelle, qui se déroule au XVIème siècle, raconte l'histoire d'un vieux peintre en manque d'inspiration. Pourtant il a répondu favorablement à une commande, celle de peindre le tableau d'une madone pour une église d'Anvers. Mais il ne trouve pas l'inspiration suffisante. le temps passe, il se décourage. Mais ce vieil homme solitaire rerouve l'espoir lorsqu'il croise le chemin d'une jeune adolescente, Esther, fille d'un aubergiste. Elle a en fait été recueillie par celui qui est aujourd'hui son père et qui lui a permis d'échapper à un pogrome. Depuis, cette jeune juive au regard sombre est restée solitaire et sauvage.
Mais le vieux peintre qui voit en elle une muse réussit à l'apprivoiser. Alors qu'elle pose pour lui, un véritable lien d'amour (paternel) profond naît entre eux. Elle s'ouvre au monde et lui veut alors croire à la possibilté de convertir cette jeune juive. Alors qu'il la croyait totalement apprivoisée et prête à se convertir au catholicisme, les souvenirs d'Esther refont surface tout comme la fierté de son judaïsme. Elle retrouve alors la dureté et l'air de "défi enfantin" qui étaient les siens. le peintre décide alors de composer un portrait de la vierge à l'enfant afin de susciter chez Esther un sentiment de douceur maternelle...
C'est désormais au tout jeune bébé, qu'elle tient des heures dans ses bras, qu'elle vouera toute sa passion et son âme, sans retenue. (...)

Lien : http://les-petitescapucines...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Floyd2408
  06 octobre 2013
Zweig Surprend dans l 'un de ces premiers romans qui se déroulent durant le Beeldenstorm....Une relation improbable entre un vieux peintre et une jeune fille juive modèle pour son tableau se noue .....La religion en fil conducteur est surement le principal acteur de ce roman ....Zweig aime les rapports entre les personnes pour les décortiquer ...Ici le jeune fille fragile orpheline sera la stèle funéraire de la folie des hommes ...une frénésie religieuse tueuse d'âme innocente ...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MimimelieMimimelie   04 janvier 2014
Et le peintre sentit, à une certaine tension de ses traits, que sous cette enfant perçait déjà une de ces femmes qui vivent leurs rêves et ne font qu'un avec leurs désirs, qui s'accrochent de toutes les fibres de leur âme à ce qu'elles aiment et qui meurent lorsqu'on le leur arrache.
Commenter  J’apprécie          90
MimimelieMimimelie   04 janvier 2014
En vain il chercha que dire ; les mots étaient d’une lourdeur de plomb et rendaient un son faux. Que valaient-ils en comparaison d’un seul souvenir douloureux ?
Commenter  J’apprécie          100
NanneNanne   08 juin 2008
Le prêche matinal était lui aussi froid, rude, sans un rayon de soleil ; il était consacré aux protestants et une colère sauvage le sous-tendait : la haine s'y associait à une grande assurance, car le temps de la clémence semblait révolue et d'Espagne parvenait aux ecclésiastiques l'heureux message que le nouveau roi servait les oeuvres de l'Eglise avec une rigueur digne de louanges. Aux représentations menaçantes du Jugement dernier se mêlaient des paroles sombres de mise en garde pour les temps à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BJFenimoreBJFenimore   20 décembre 2018
Ce fut pendant ces journées que le tableau fut réalisé. Ces milliers de gestes tendres le peintre les rassembla en un seul ; avec des milliers de regards espiègles, ravis, anxieux, heureux, intenses, il créa le regard d'une mère.
Commenter  J’apprécie          30
ceanothusceanothus   08 octobre 2012
Le vieil homme frissonna. Il se sentit très pauvre en cette heure de solitude. Il reconnut que durant ces longues années il avait erré seul entre Dieu et la vie, qu’il avait voulu donner un double visage à ce qui était simple et pourtant impossible à interpréter. Les mêmes étoiles merveilleuses n’avaient-elles pas éclairé la marche tâtonnante de cette femme en train d’éclore – Dieu et l’amour n’avaient-ils pas fait qu’un en elle comme partout ailleurs ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Stefan Zweig (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Zweig
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=61571&motExact=0&motcle=&mode=AND
QUATRE HISTOIRES INTIMES D'ÉCRIVAINS POUR LA RADIO
Zweig, Yourcenar, Céline, Aragon
Léo Koesten
Laissez-vous baigner dans l'ambiance de quatre pièces radiophoniques aux récits intimes de quatre immenses écrivains : Stefan Zweig, écrivain de langue allemande, avec le succès fulgurant qu'il connut avant-guerre et qui perdure ; Marguerite Yourcenar, si cultivée, qui fut la première femme à entrer à l'Académie française ; Louis-Ferdinand Céline et son beau Voyage au bout de la nuit, collaborateur du régime nazi et de Vichy ; et Louis Aragon, grand amoureux de notre langue, résistant et admirateur de Staline.
Léo Koesten, professeur agrégé d'allemand, est l'auteur d'une quarantaine de fictions pour France Inter, notamment pour les séries « Affaires sensibles » et « Autant en emporte L Histoire ». Il est, par ailleurs, auteur de pièces de théâtre, dont Les Peintres, pièce écrite en collaboration avec Laurent Cazanave (prix Éclat de coeur 2015) et le Vélo et le rameur, des textes parus chez L'Harmattan. Pour le jeune public, il a écrit le Roi des concombres, une pièce qui a été récemment jouée au SEL, à Sèvres. Enfin, dans le cadre du Prix franco-allemand, deux de ses documentaires ont été récompensés, le premier consacré au compositeur Olivier Messiaen, le second au peintre surréaliste Max Ernst.
Broché - format : 13,5 x 21,5 cm ISBN : 978-2-343-16360-4 ? 4 décembre 2018 ? 158 pages
+ Lire la suite
autres livres classés : obscurantismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le joueur d'échec de Zweig

Quel est le nom du champion du monde d'échecs ?

Santovik
Czentovick
Czentovic
Zenovic

9 questions
1186 lecteurs ont répondu
Thème : Le Joueur d'échecs de Stefan ZweigCréer un quiz sur ce livre