AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Alzir Hella (Traducteur)
EAN : 9782253150794
411 pages
Le Livre de Poche (06/06/2001)
4.13/5   731 notes
Résumé :
Reine d’Écosse à l'âge de six jours, en 1542, puis reine de France à dix-sept ans par son mariage avec François II, Marie Stuart est un des personnages les plus romanesques de l'histoire.

Veuve en 1560, elle rentre en Écosse et épouse lord Darnley. Déçue par ce mariage, elle devient la maîtresse du comte Bothwell. Lorsque ce dernier assassine Darnley, l'horreur est telle que Marie doit se réfugier auprès de sa rivale, Elisabeth Ire, reine d'Angleterre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (103) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 731 notes
5
42 avis
4
40 avis
3
10 avis
2
3 avis
1
0 avis

berni_29
  08 juin 2021
Le destin de Marie Stuart est aussi bref que saisissant. Il fallait un peintre, un orfèvre comme Stefan Zweig pour en saisir toutes les nuances, la complexité, les ténèbres d'un personnage solaire hors du commun au sens tragédien. Car la vie de Marie Stuart est digne d'une tragédie antique.
Pensez donc ! Reine d'Écosse à l'âge de six jours, en 1542, puis reine de France à dix-sept ans par son mariage avec François II, elle retournera à son royaume d'Écosse en 1560 à la mort de celui-ci. Après quelques péripéties conjugales et sentimentales, elle fuit son royaume d'Écosse et sera retenue captive par sa cousine et rivale durant vingt ans, Elisabeth Ire, reine d'Angleterre, avant que celle-ci ne finisse par signer la promulgation de sa condamnation à mort en 1587. Son existence aura été aussi fulgurante que la trajectoire d'une comète, la légende peut alors commencer, l'imaginaire collectif s'en empare et Stefan Zweig vient y mettre quelques touches de sa palette de couleurs.
J'ai retrouvé cette écriture propre à Stefan Zweig, ciselée à merveille, se posant sur les contours et l'âme des personnages de cette fresque historique.
Je me suis posé la question au moment où le texte se déroulait sous mes yeux : ai-je affaire ici à une biographie ou un bien un roman historique ?
L'écriture de Zweig se faufile entre les plis de l'Histoire. Souvent j'ai senti ici la ferveur de l'artiste prendre le pas sur la rigueur historique. Il comble le vide laissé par les traces de l'Histoire ou le mystère d'une existence, là où les historiens sont demeurés muets à jamais, il y jette le pouvoir de l'imagination et des mots d'un écrivain romanesque. Après tout, cela ne me dérange pas lorsque l'écriture de l'Histoire n'est pas dévoyée. Les silences de l'Histoire sont des interstices incroyables pour un écrivain comme Zweig, guettant de ces failles la lumière, les respirations, des soubresauts peut-être telluriques. Il les perçoit peut-être en lisant et relisant les sonnets qu'a écrit Marie Stuart comme un journal intime empreint de poésie. À certains endroits, il pose ainsi une dimension qu'on sent bien sûr fortement fictionnelle.
Il cherche à étonner, à nous surprendre. Il nous laisse entrevoir, il suggère pour que nous tirions nos propres conclusions. C'est le ressort de la mécanique romanesque de Stefan Zweig huilée ici à merveille.
Alors il y met une atmosphère, une épaisseur, une tragédie aiguisée par la dague de son écriture.
Stefan Zweig est un auteur qui aime les personnages romanesques, qu'ils soient fictifs ou réels.
Je ne vais pas vous refaire l'histoire, tout le monde la connaît. Ce qui m'intéresse ici, c'est de vous partager ce regard que porte l'auteur sur son personnage, la manière dont j'ai perçu ce regard, un regard empli d'empathie sur une reine à la destinée aussi exceptionnelle que brève, un regard pas toujours impartial pour cette reine d'Écosse qu'il dépeint souvent comme une muse chevaleresque, pas toujours non plus inspiré dans sa maîtrise de la psychologie féminine, un regard qui m'a à la fois émerveillé à certains endroits et franchement agacé à d'autres. Quant à la manière dont il s'est saisi des enjeux politiques qui sous-tendent l'affrontement de deux femmes puissantes de l'histoire européenne, il le fait avec le prisme d'un artiste, d'un séducteur exalté, d'un homme en exil aussi face à la plus grande tyrannie et barbarie qu'est connu le monde jusqu'à présent... Il ne réécrit pas L Histoire, il la comble de ses mots.
Sous l'aspect narratif, sa plume est parfaitement maîtrisée, tenant fermement le texte comme la bride d'un cheval lancé à folle allure à travers les pages de ce récit.
Marie Stuart, c'est une vie traversée de cavalcades, de fuites, d'intrigues, de manoeuvres, d'alcôves et de sang.
Stefan Zweig nous décrit une Marie Stuart ambitieuse. Quand elle revient de France, veuve, les contours de son royaume d'Écosse lui paraissent déjà trop étroits, les ténèbres de ce pays sombre et rude lui donnent simplement envie d'élargir son horizon. Il est possible que le whisky fumé à la tourbe, des hommes rustres et ivrognes attablés à boire ce breuvage local, il est possible que le port du kilt, il est possible que la brume humide posée longtemps sur un paysage qu'elle trouve froid et morne, oui il est fort possible que tout ceci ait peut-être façonné l'ambition d'un reine qui rêve d'élargir son royaume. Elle se sent alors pleinement possible héritière du royaume d'Angleterre, plus large pour porter ses rêves.
Marie Stuart est d'un tempérament exalté. Souvent sa démarche relève de la haute voltige.
Elle fut toute sa vie une femme audacieuse, insouciante, imprudente, capable de brûler d'un amour ardent qui la consume.
J'ai très vite compris que Zweig a pu être à son tour séduit par ce coeur impatient d'une reine si romanesque. Sous les aspects de douceur apparente se cache un volcan qui gronde et c'est ce qui fascine l'écrivain.
Et puis vient, selon moi le coeur de l'intrigue, cette confrontation à distance entre deux reines qui dura un quart de siècle. Pensez donc, elles sont cousines, certes rivales, ne se sont jamais vu, physiquement, en face à face.
Stefan Zweig dévoile autre chose des représentations que nous avons eu si souvent de cette reine Elisabeth, il nous la rend plus nuancée, plus humaine, plus tourmentée, en proie au doute, un désir caché en elle semble la déchirer, la torturer, entre vouloir le bien et le mal. Elle a incontestablement un sens politique plus fort que sa rivale écossaise et c'est cela qui fera basculer la balance... Pour autant, c'est une femme qui hésite, qui hésitera jusqu'au geste ultime scellant le destin de Marie Stuart.
Stefan Zweig n'est jamais aussi envoûtant que lorsqu'il approche les forces intérieures qui traversent et soulèvent ses personnages. Ici deux statures se dressent, elles ont comme points communs l'orgueil, l'intelligence, l'érudition, la soif du pouvoir...
C'est dans cette confrontation magistrale, cette lutte fratricide d'un quart de siècle entre deux cousines et rivales, que ce texte selon moi prend toute sa saveur.
Et puis brusquement, au détour d'une page, évoquant l'affrontement à distance entre les deux reines, je découvre cette phrase qui me sidère :
« Malgré leur envergure extraordinaire, ces deux femmes restent toujours des femmes, elles ne peuvent pas surmonter les faiblesses de leur sexe ; la haine qu'elles se portent, au lieu d'être franche, est petite et perfide. Placés dans la même situation, deux hommes, deux rois s'expliqueraient nettement, une fois pour toutes et, dans l'impossibilité de s'entendre, se prendraient aussitôt à la gorge ; au contraire la lutte entre Marie Stuart et Elizabeth, c'est une bataille de chattes où l'on rampe et s'épie en rentrant ses griffes, un jeu plein de traîtrise et d'astuce. »
Oh ! My God ! Mais que s'est-il passé là, notre ami Stefan Zweig aurait-il perdu la tête (oui, facile je reconnais, mais je voulais absolument marquer vos esprits) ? Je ne reconnais pas dans cette phrase l'auteur qui m'a emporté lorsqu'il effleurait les contours d'autres personnages féminins comme dans « Lettre d'une inconnue » ou mieux « Vingt-quatre heures de la vie d'une femme ».
Pourtant j'ai aimé l'hésitation d'Elisabeth, j'ai aimé qu'elle hésite même si je savais sa décision avant elle, elle hésitait peut-être car elle savait, nous révèle Zweig, que sa décision, ce serait montrer que les monarques sont vulnérables, que leurs têtes peuvent rouler du billot comme celles de simples sujets. C'est pour cela peut-être qu'elle a attendu vingt ans avant de signer cet arrêt de mort, la condamnation à mort d'une du même rang, du même titre qu'elle. Ça, c'est prodigieux dans le texte de Zweig.
La passion de Marie Stuart la conduit auprès d'un homme aux allures rudes, aux mains brutales dont elle s'amourache, ce conseiller et commandant suprême de l'armée, le comte Bothwell. Et c'est là que Stefan Zweig écrit quelque chose qui ne passerait sans doute plus aujourd'hui...
Lisez un peu : « « Il se fait de son corps possesseur », il la prend par surprise ou la viole (qui peut mesurer la différence dans de tels instants où la volonté et la résistance se fondent si voluptueusement ?). Mais l'acte de brutal de Bothwell - ses sens enivrés en sont encore tout étourdis - l'a mise brusquement en face d'un homme véritable, d'un homme qui a réduit à bien peu de chose ses forces féminines, sa pudeur, sa fierté, son assurance, qui as révélé avec volupté le monde volcanique qu'elle portait en elle ignorait jusqu'alors l'existence ».
Là, je me suis dit que le père Zweig n'y allait pas avec le dos de la hache.
Oui je sais... D'aucuns diront qu'il faut remettre ce texte dans le contexte de l'époque, mais quelle époque ? Celle de 1567 où Marie Stuart se fait violer ou bien en 1935 l'année où Zweig écrit ce récit, séducteur exalté, déjà en exil, déjà en partance pour d'autres rivages amoureux ?
Et puis... et puis... Voilà... Je continuerais d'aimer Stefan Zweig comme un ami qui peut parfois s'égarer, décevoir, continuer de m'envoûter.
J'ai trouvé la scène finale, effroyable, grandiose et poignante. Oui, cette scène que vous savez... Avec une pointe de surprise qui vient comme un rendez-vous insolite, inattendu, quelque chose de touchant. Et là je voudrais savoir si ce détail que je ne vous divulguerai pas ici est de l'ordre du fait historique ou de l'imaginaire de l'auteur. Qu'importe peut-être !
Alors cela me vient brusquement à l'esprit, je sais déjà que je chemine plus près encore vers le récit que Zweig fit d'une certaine Marie-Antoinette...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6422
Gwen21
  24 août 2017
Comme tous les hommes qui ont côtoyé Marie Stuart, cette reine maudite, Stefan Zweig s'abandonne à son tour à la fascination qu'elle exerça toute sa courte existence sur la gente masculine. Le caractère passionné de Marie Stuart en fait naturellement l'égérie de tous ceux qui "cherchent la Femme" derrière le mythique voile de mystère censé l'envelopper et la rendre fatale. Zweig peine et échoue à dissimuler la tendresse que lui inspire son sujet comme en témoigne la seconde partie du récit qui débute avec l'évasion de la reine prisonnière qui se réfugie en Angleterre, dans la gueule du loup. Zweig la dépeint sous les traits d'une biche aux abois qui feraient un peu rapidement oublier que cette souveraine de vingt-quatre ans est une autre Lady MacBeth aux mains rougies par le sang du crime. Cette complaisance de l'auteur pour Marie Stuart m'a de plus en plus déplu au fil de ma lecture car elle trahit trop clairement que le biographe a fait place au romancier.
Parce qu'écrite par un romancier, cette biographie se lit bien et avec plaisir, par là elle comblera tout lecteur en recherche d'une approche romanesque de l'Histoire. A contrario, pour le lecteur qui recherche moins l'humanité que la réalité des faits, les épanchements de l'auteur finiront par lasser, aussi bien écrits soient-ils. Quant à Marie Stuart et à son étonnant, à son dramatique destin, comment ne pas être profondément touché par cette destinée, vraiment hors du commun, même pour un prince ? Désignée reine une semaine après sa venue au monde, elle lutta toute sa vie contre sa parente et voisine Elisabeth, mortelle ennemie qu'elle ne rencontra même jamais ; elle contestera la couronne d'Ecosse à son propre fils Jacques VI qu'elle quitta nourrisson et qui ne conserva aucun souvenir de sa mère ; et elle aima passionnément sans jamais l'être réellement en retour. Quelle vacuité quand on y songe que cette existence pourtant si débordante d'aventures, de chevauchées, de maris, de sang, de révoltes, de faits d'armes, de prisons et d'espoirs. Et à la fin, le cou sur le billot, comme un poulet. On a envie de dire "Tout ça pour quoi" ?
Bonne question. Bien qu'instructive, cette biographie ne m'aura pas expliqué le point qui m'intéressait le plus : pourquoi tout ce foin pour l'Ecosse ? Est-ce que vous avez vu ce que représentait l'Ecosse à la Renaissance ? Un confetti de brume et d'humidité, habité par des nobles aux moeurs rustres et des pâtres miséreux. Certes, pour y avoir voyagé, c'est une terre fascinante mais ce ne n'est pas pour des paysages à couper le souffle et un tonneau de vieux whisky qu'on s'entre-déchirait alors. Or Zweig présente l'Ecosse comme THE enjeu politique de l'Europe de Charles Quint. Il n'y va pas avec le dos de la cuillère tout en oubliant d'insister sur le fait crucial que derrière le trône d'Ecosse, c'est le trône d'Angleterre qui est l'objet de convoitise : Elisabeth Ier étant une souveraine à la légitimité fragile et, Virgin Queen, n'ayant pas de descendant, c'est aux Stuart que doit revenir sa couronne à l'issue de son règne. Cet aspect politique est survolé à mon sens, dommage que Zweig ait été un peu trop obnubilé par la femme pour bien décrire la reine que fut Marie Stuart.
Enfin - et là je risque à mon tour de poser le cou sur le billot des légitimes admirateurs de l'auteur - suis-je vraiment la seule à trouver que Zweig est par trop sexiste et misogyne dans son propos ? Je sais qu'on est en 1935 mais quand même, 14-18 est passée par là et les femmes ont commencé à s'émanciper. Quelques extraits pour illustrer mon propos :
"Malgré leur envergure extraordinaire, ces deux femmes restent toujours des femmes, elles ne peuvent pas surmonter les faiblesses de leur sexe ; la haine qu'elles se portent, au lieu d'être franche, est petite et perfide. Placés dans la même situation, deux hommes, deux rois s'expliqueraient nettement, une fois pour toutes et, dans l'impossibilité de s'entendre, se prendraient aussitôt à la gorge ; au contraire la lutte entre Marie Stuart et Élisabeth, c'est une bataille de chattes où l'on rampe et s'épie en rentrant ses griffes, un jeu plein de traîtrise et d'astuce."
"Tout à coup la voici entrée en contact avec un homme sur qui son trop-plein de passion va pouvoir se déverser. Sans penser, sans réfléchir, elle voit en lui, comme font souvent les femmes, l'être unique, celui dont elles avaient rêvé. Sûrement, il serait plus sage d'attendre, de mettre sa valeur à l'épreuve. Mais demander de la logique à une jeune femme amoureuse serait vouloir l'impossible."
"Il n'est pas d'homme que la femme aime plus passionnément que celui qu'elle craint et admire en même temps, avec qui un certain sentiment de peur et de danger accroît le plaisir amoureux dans des proportions mystérieuses."
Et le pompon revient à la description du viol dont Marie Stuart fut victime de la part de Bothwell, son futur troisième mari, également assassin du second, Darnley :
"Il passe brutalement à l'attaque, empoigne la femme, qui se trouve depuis longtemps dans un état d'excitation et d'énervement extrêmes et dont les sens ont été aiguillonnés par sa folle inclination pour Darnley sans être vraiment apaisés : "Il se fait de son corps possesseur", il la prend par surprise ou la viole (qui peut mesurer la différence dans de tels instants où la volonté et la résistance se fondent si voluptueusement ?). [...] Mais l'acte brutal de Bothwell – ses sens enivrés en sont encore tout étourdis – l'a mise brusquement en face d'un homme véritable, d'un homme qui a réduit à bien peu de choses ses forces féminines, sa pudeur, sa fierté, son assurance, qui lui a révélé avec volupté le monde volcanique qu'elle portait en elle et dont elle ignorait jusqu'alors l'existence. Avant même de s'être rendu compte du danger, avant même d'avoir tenté une résistance, elle est déjà vaincue, la dure enveloppe qui la protégeait est brisée, et le feu qui couvait en elle l'envahit et la dévore. Il est probable que le premier sentiment qu'elle éprouve devant cette attaque est la colère, l'indignation, une haine mortelle pour l'homme qui vient d'avoir raison de sa fierté féminine. Mais on sait qu'en vertu d'un des plus profonds secrets de la nature, toujours les extrêmes se touchent. De même que la peau est incapable de distinguer entre l'extrême froid et l'extrême chaud, au point que le froid peut brûler comme si c'était du feu, de même il arrive fréquemment que les sentiments les plus opposés se confondent avec rapidité. En l'espace d'un instant la haine peut se transformer dans l'âme d'une femme en amour, et son orgueil offensé en aveugle soumission, son corps peut vouloir follement ce qu'une seconde encore auparavant il avait refusé avec la dernière énergie."
Bref, je ne prête pas à Stefan Zweig une grande maîtrise de la psychologie féminine, contrairement à lui. Sa plume est certes très belle, l'intention y est mais je reste assez mitigée quant au résultat.

Challenge MULTI-DÉFIS 2017
Challenge 1914-1968 / 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6617
Allantvers
  26 juin 2017
Fascinante personnalité que celle de Marie Stuart, que Zweig nous présente dans toute sa complexité avec ses ombres et sa lumière, et dont la vie se lit comme un thriller. Racée, orgueilleuse, fougueuse, égotiste comme seuls le sont les rois, tantôt en-dessous de sa charge historique et tantôt très au-dessus, Marie Stuart traverse son destin avec morgue et panache et paiera cher ses errances dans la passion qui lui font perdre le sens de la morale royale et la conscience du poids de l'histoire qui pèse sur ses épaules.
Reine dès le berceau, rendue à l'austère royaume d'Ecosse après les raffineries de la cour de France, déterminée à tenir son rang dans les puissants jeux de pouvoir qui animent l'Europe, tenant pied à pied dans sa lutte fratricide autour de la couronne anglaise avec la rouée et ambivalente Elisabeth, c'est elle-même qui, pour la passion d'un homme, précipitera sa chute pout tomber, dès vingt-trois ans, dans une vie de prison dorée, enragée de reconquérir un pouvoir qu'elle ne retrouvera plus jusqu'à l'échafaud.
Après m'être régalée de nombre de ses nouvelles, de son autobiographie, je découvre Stefan Zweig en biographe et le charme opère toujours. Il faut dire que si Stefan Zweig avait rédigé les notices de montage des meubles Ikea, je crois que je les dévorerais aussi, certaine qu'il aurait su sonder le bois comme il sait explorer toutes les matières, âmes, hommes, histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7812
Carosand
  09 novembre 2012
Magistral ! Flamboyant ! Au départ n'étant pas férue d'histoire, je n'étais pas assurée d'être transportée tout le long de ce récit, mais Stefan Zweig a cette particularité miraculeuse d'écrire avec son coeur, il transperce le carcan royal et politique de l'époque pour mettre à jour l'âme humaire qui se cache derrière et pour mieux en comprendre les actes répréhensibles. Il n'a pas le regard froid et conventionnel d'un historien, il arrive par sa profonde sensibilité sans prétention ni manières complexes à éclairer ce qui est juste entre morale et devoir.
Zweig est pour moi le maître du sentiment qu'elle soit fictive, historique ou toute autre, sa littérature est à lire et à relire le plus souvent, elle fait du bien à l'âme et au coeur.
Commenter  J’apprécie          785
Marple
  09 mars 2016
Reine d'Ecosse à 6 jours, Marie Stuart devient par la suite reine de France, prétendante au trône d'Angleterre, mais aussi amoureuse exaltée, meurtrière sans scrupule et politicienne arrogante... avant de terminer sa vie sur l'échafaud, condamnée par sa propre cousine la reine d'Angleterre. C'est dire si son destin fut tragique et romanesque !
Et quoi de mieux pour retracer ce destin tragique et romanesque qu'un biographe aguerri, fin psychologue, bon historien, excellent écrivain ? J'aime toutes les biographies de Zweig, et celle-ci n'a pas échappé à la règle : le style en est un délice de précision et de rythme, l'histoire est digne d'un roman et les descriptions des personnages, des événements ou du contexte historique sont tout à fait fascinantes.
Comme dans Marie-Antoinette, la soubrette qui sommeille en moi a été ravie des détails croustillants sur la sexualité des puissants, en l'occurrence sur la malformation secrète d'Elisabeth qui l'empêcha sa vie durant de faire l'amour ou de devenir mère. Plus généralement, j'ai été impressionnée par la masse de détails donnés sur les différents sujets, qu'il s'agisse des relations entre Marie Stuart et ses courtisans, des rapports de l'ambassadeur de France ou même du compte-rendu de son exécution.
Si les portraits sont passionnants par leur justesse psychologique, ils prennent un relief supplémentaire dans la confrontation organisée par Zweig entre les deux reines, Marie Stuart, la fantasque flamboyante, et Elisabeth, la politicienne besogneuse et retorse. Selon lui, Elisabeth a gagné la bataille de leur vivant à toutes deux, mais Marie Stuart a pris sa revanche avec la postérité... Pas sûr, mais Zweig a fait tout ce qu'il pouvait pour l'aider à triompher !
Challenge PAL
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          614

Citations et extraits (180) Voir plus Ajouter une citation
Quintessence492Quintessence492   03 octobre 2022
Mais de tout temps la politique a été la science de l'absurdité. Elle est opposée aux solutions simples, naturelles et raisonnables, les difficultés représentent son plus grand plaisir et la discorde est son élément.
Commenter  J’apprécie          10
Quintessence492Quintessence492   03 octobre 2022
La raison et la politique suivent rarement le même chemin et ce sont peut-être ces occasions manquées qui donnent à l'histoire son caractère dramatique.
Commenter  J’apprécie          10
Gwen21Gwen21   17 août 2017
Il en est des passions comme des maladies, on ne peut ni les accuser ni les excuser, on ne peut que les décrire avec cet étonnement toujours renouvelé et mêlé d’un léger frisson que l’on ressent devant les forces élémentaires qui se déchaînent tantôt dans la nature, tantôt chez l’homme. Des passions d’un tel degré ne sont plus soumises à la volonté de l’individu qu’elles assaillent ; elles ne font plus partie de la sphère de sa vie consciente, mais elles éclatent pour ainsi dire en dehors de lui, par delà sa responsabilité. Vouloir juger un homme subjugué par la passion serait aussi absurde que de demander des comptes à un orage ou traduire en justice un volcan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
berni_29berni_29   02 juin 2021
La politique, cette force artificielle des hommes, se heurte à une force éternelle de la nature. Après bien des années d'attente calme et patiente, la femme s'est enfin éveillée en Marie Stuart. Jusqu'alors elle n'avait été que fille, femme et veuve de roi, le jouet de volontés étrangères, une docile créature de la diplomatie. Mais maintenant un sentiment véritable vient d'éclore dans son coeur, elle veut disposer librement de son jeune corps. Elle n'écoute plus les autres. Elle n'entend plus que les pulsations de son sang, elle n'obéit plus qu'au désir et à la volonté de ses sens.
Et c'est ici que commence l'histoire de sa vie intérieure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
WolandWoland   17 février 2014
[...] ... Le Moyen-Âge est violent et cruel mais il n'est pas sans âme. Dans maintes de ses pratiques, il a plus profondément conscience de son inhumanité que notre époque. Toute exécution, si barbare soit-elle, a, au milieu de son horreur, un bref instant d'humaine grandeur ; avant que le bourreau lève la main pour se mettre à tuer ou à torturer, il doit demander pardon à sa victime. C'est ainsi que l'exécuteur et son aide, le visage à présent découvert, s'agenouillent devant la condamnée et la prient de leur pardonner ce qu'ils vont faire. Et Marie Stuart de leur répondre : "Je vous pardonne de tout coeur, car j'espère que cette mort me délivrera de toutes mes peines." Le bourreau et son aide se relèvent et se préparent à leur tâche.

En même temps Jane Kennedy et Elisabeth Curle [=dames de la reine] ont commencé à déshabiller Marie Stuart, qui les aide à enlever son Agnus Dei. Elle le fait d'une main ferme et - comme le rapporte l'agent de son ennemi, Cecil [= représentant de la reine d'Angleterre] - "avec une telle hâte qu'elle paraît impatiente de quitter ce monde." Lorsque le manteau noir, puis la robe sombre tombent de ses épaules, l'habit de soie pourpre jette un vif éclat ; et dès que ses suivantes auront glissé les gants rouges par-dessus ses manches elle apparaîtra comme une flamme sanglante, image grandiose et inoubliable. C'est le moment des adieux. La reine embrasse ses femmes et leur demande de ne pas sangloter, d'être calmes. Alors elle s'agenouille sur le coussin et récite à haute voix le psaume latin : "In te, Domine, confido, ne confundar in aeternum."

A présent il ne lui reste plus grand chose à faire. Elle n'a plus qu'à pencher la tête sur le billot, qu'elle enlace de ses deux bras. Jusqu'au dernier instant Marie Stuart a conservé sa grandeur royale. Aucune de ses paroles, aucun de ses gestes n'exprime la crainte. Dignement la fille des Stuart, des Tudor, des Guise, s'est préparée à la mort. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Stefan Zweig (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Zweig
Une occasion de découvrir les dernières parutions de leur collection Les Plis, avec 6 nouveaux titres.
La nuit est couleur, Vincent Van Gogh Sur le bon usage des mauvaises santé, Marcel Proust Dans l’ombre des choses, Stefan Zweig Une heure de littérature nouvelle, Arthur Rimbaud Nos têtes audacieuses, Louisa May Alcott Le bonheur au coin de la rue, Rosa Luxemburg
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : marie stuartVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le joueur d'échec de Zweig

Quel est le nom du champion du monde d'échecs ?

Santovik
Czentovick
Czentovic
Zenovic

9 questions
1630 lecteurs ont répondu
Thème : Le Joueur d'échecs de Stefan ZweigCréer un quiz sur ce livre