AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Henri Bloch (Traducteur)Alzir Hella (Traducteur)
ISBN : 225313628X
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1995)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 72 notes)
Résumé :
Du Joueur d'échecs à Combat avec le démon, l’œuvre entière de Stefan Zweig est fascinée par les grandes aventures de l'esprit humain, qu'elles le mènent vers la pensée, l'absolu, l'idéal ou la folie. C'est de la création romanesque que nous parle ici le grand écrivain autrichien, à travers trois "géants" du XIXeme siècle.
Tous trois ont forgé un univers autonome, portant l'empreinte d'une puissante personnalité, avec ses types humains, ses lois morales, sa mé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Marple
  06 avril 2013
Cette lecture a été pour moi un immense plaisir, du fait de la finesse du propos, de la fluidité du style et de la justesse des mots. Plus que des biographies, Stefan Zweig propose ici l'analyse psychologique de trois romanciers du XIXe qui sont à ses yeux des modèles du genre, car ils ont réussi à créer leur propre univers : Balzac, Dickens et Dostoievski.
Si on n'apprend sur leur vie que des éléments parcellaires, on découvre une vision éclairée de leur oeuvre, de leurs personnages et de leurs motivations : ainsi, Zweig souligne à quel point la période napoléonienne a influencé les jeunes années De Balzac, lui donnant l'envie de régner sur son propre univers, la Comédie Humaine, dont chaque personnage est le condensé d'un vice ou d'une vertu à l'état quasi-pur. À l'inverse, la tiédeur et le manque d'ambition des personnages de Dickens s'expliquent selon lui par cette période un peu molle de l'histoire de l'Angleterre et par l'incroyable popularité de Dickens qui lui interdisait de trop innover.
C'est à Dostoievski qu'il consacre la plus grande partie du livre, évoluant tour à tour sa vie marquée par les épreuves (emprisonnement, épilepsie, exil, misère...), son exaltation et ses souffrances, son rapport à la foi et à l'âme russe, les tiraillements permanents de ses héros, la construction atypique de ses romans essentiellement constitués de dialogues passionnés et où ambiance et description sont réduits à la portion congrue. Il commente, il compare, il décortique, il complimente, il explique...
Du coup, je suis ressortie du livre pleine d'admiration, à la fois pour l'auteur et pour ses trois romanciers... Et surtout, avec une incroyable envie de lire ou de relire le Père Goriot, Eugénie Grandet, L'idiot, Crime et Châtiment, Les frères Karamazov et Oliver Twist !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
Bobby_The_Rasta_Lama
  18 décembre 2016
Trois étoiles uniquement parce que Zweig est un de mes auteurs préférés. Je me suis toujours délectée de son style plein de justesse et de l'humanité, mais là, on entre quelque peu dans la démesure. Plutôt que de la biographie, nous avons ici une apologie un peu exagérée des super héros littéraires par un admirateur fervent, sans apprendre vraiment quelque chose de neuf sur ces auteurs. La comparaison des trois reste néanmoins intéressante.
Commenter  J’apprécie          120
CasusBelli
  26 novembre 2018
A l'instar de l'empereur s'adressant à Mozart dans Amadeus pour lui reprocher le "trop de notes", je reprocherais à Sweig le "trop de mots" qui donne une nette impression de redondance à ces trois biographies, surtout concernant la partie consacrée à Dostoïevski.
Si j'ose cette comparaison c'est que je reconnais volontiers ne pas avoir suffisamment de "lettres" pour avoir su apprécier à sa juste valeur cette lecture.
Et pourtant j'ai apprécié de découvrir Balzac et Dickens que j'avoue n'avoir pas lu, beaucoup de mots dans un style du siècle dernier, je me suis accroché, j'ai relu certains passages deux ou trois fois et j'ai été captivé par moment.
En abordant Dostoïevski (Dont j'ai lu et apprécié quelques livres), je me suis dit que cela allait être plus facile et paradoxalement non, ça a été assez pénible, trop de mots, trop de répétitions, pour le coup je me suis identifié à Dostoïevski que Zweig dépeint comme un être torturé :)
A l'arrivée j'ai quand même l'impression de m'être instruit, mais il m'aura manqué le plaisir que j'espérais en retirer en lisant un auteur que j'avais toujours apprécié jusque là...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
valamars
  22 mai 2016
Voilà une manière bien originale de nous faire découvrir ces 3 auteurs. Pour Balzac comme j'avais lu quelques ouvrages de ce dernier je me suis bien retrouvée dans les descriptions qu'il a pu faire des personnages de son oeuvre. L'analyse qu'il peut en faire est assez fine. Il explique ce qui fait la particularité des personnages De Balzac, des personnes qui visent un but et qui vont tout mettre en oeuvre pour l'atteindre. Pour Dickens je ne connaissais pas ses livres mais ça ne m'a pas dérangé car il aborde les personnages d'une autre façon mais du coup ça m'a donné envie de plonger dans les aventures Twist. Enfin Dostoïevski qui semble le plus perturbé des trous maîtres et il nous explique que de ce fait les personnages de cet auteur son des êtres bien complexes et assez torturés.
Ce livre est court mais très dense par rapport à la vision qu'il peut nous apporter sur les auteurs mais aussi sur leur époque, en mêlant la politique à leur histoire il nous offre un angle de réflexion différent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
isla16
  31 janvier 2013
…et bien ça donne un livre qui n'est pas du tout dans le ton de ceux que l'on a l'habitude de lire chez Stefan Zweig.
Moi qui suis pourtant une inconditionnelle de ses biographies, une fois n'est pas coutume, celle-ci m'a déçue. Pour tout dire je n'ai même pas réussi à terminer le livre.
Zweig essaye de nous communiquer sa passion pour ces trois écrivains que sont Balzac, Dostoïevski et Dickens, et certes il y arrive car on ne doute pas une seconde de la sincérité de sa verve, mais mon Dieu ce que l'on s'ennuie. On n'apprend rien sur ces écrivains, si ce n'est que Zweig les admire démesurément.
C'est une apologie emphatique et lourde, avec des phrases remplies de superlatifs et de tournures pompeuses. On se croirait dans un discours contre la peine de mort d'Hugo : c'est beau, la cause est noble mais on se dit qu'il en fait trop. Enfin on aime ou on déteste. Autant les tirades d'Hugo peuvent me rendre admirative, autant je préfère Zweig dans le style plus réservé, précis et tempéré qu'on lui connait d'ordinaire.
Courez plutôt acheter ses biographies de Marie Stuart ou Joseph Fouché !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (109) Voir plus Ajouter une citation
valamarsvalamars   22 mai 2016
L'anglicité n'est pas comme un vernis, comme une simple couleur revêtant l'organisme spirituel de l'être humain ; elle pénètre dans le sang, elle agit sur son rythme à la façon d'un régulateur, elle met ses pulsations dans ce qu'il y a de plus intime et de plus secret, de plus personnel en l'individu, je veux dire le sens artistique. Même comme artiste, l'Anglais est plus tributaire de sa race que l'Allemand ou le Français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   08 janvier 2013
Les créatures de Dostoïevski, ces déracinés d’une grande tradition, sont des Russes authentiques, des hommes de transition, le cœur plein du chaos initial, accablés d’entraves et d’incertitudes. Partout surgissent la timidité, le sentiment de l’humiliation et de l’offense issus du sentiment unique et élémentaire de ces hommes ; ils ne savent pas qui ils sont, ni combien ils sont ; ils sont confinés à l’orgueil et à la contrition, à la présomption et au mépris d’eux-mêmes ; sans cesse ils regardent en arrière et sont rongés d’une terreur folle d’être ridicules.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   02 janvier 2013
Les muscles que l’on ne fait pas fonctionner dépérissent, les nerfs que pendant des années l’on ne fait pas agir s’ossifient et celui qui, pendant toute une vie d’homme, a été le virtuose d’une seule passion, l’athlète d’un seul sentiment n’est qu’un incapable et un maladroit en tout autre domaine.
Commenter  J’apprécie          60
MarpleMarple   06 avril 2013
Les êtres vrais ont souffert, ils ont le respect de la souffrance et atteignent par là l'ultime secret du monde.
Commenter  J’apprécie          160
rkhettaouirkhettaoui   02 janvier 2013
La passion de Balzac, sa monomanie, fut de faire jaillir de la poitrine humaine ces forces primitives, ou, plus exactement, ces mille incarnations de la véritable force primitive, ce fut d’en accroître l’effervescence sous la pression de l’atmosphère, de les exacerber par le sentiment, de les enivrer au moyen des élixirs de la haine et de l’amour, de les rendre furieuses et enragées, de faire en sorte que quelques-unes viennent se briser contre la pierre d’achoppement du hasard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Stefan Zweig (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Zweig
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 14 décembre 2018 :
Mujirushi ou le signe des rêves (Tome 1) de Naoki Urasawa et Ilan Nguyên aux éditions Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/121681-livres-mangas-musee-du-louvre---mujirushi-ou-le-signe-des-reves-tome-1.html
Mujirushi ou le signe des rêves (Tome 2) de Naoki Urasawa et Ilan Nguyên aux éditions Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/128090-livres-mangas-mujirushi-ou-le-signe-des-reves-tome-2.html
Les Premiers voyageurs photographes: 1850-1914 de Olivier Loiseaux et Gilles Fumey aux éditions Glénat https://www.lagriffenoire.com/130050-livre-d-art-et-histoire-de-l-art-les-premiers-voyageurs-photographes---1850-1914.html
90 ans du Midi Olympique 1929-2019 le meilleur du rugby de Bruno Fabioux et Jean michel Baylet aux éditions Hugo Image 9782755639315 (pas de lien sur lagriffenoire.com)
Concours pour le Paradis de Clélia Renucci aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/121084-divers-litterature-concours-pour-le-paradis.html
Le dernier Vénitien: roman de Gilles Hertzog aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/129308-divers-litterature-le-dernier-venitien---roman.html
Casanova: Mes années vénitiennes de Michel Delon aux éditions Citadelles & Mazenod https://www.lagriffenoire.com/125796-romans--casanova---mes-annees-venitiennes.html
L'embaumeur - ou L'odieuse confession de Victor Renard de Isabelle Duquesnoy aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/116284-divers-litterature-l-embaumeur---ou-l-odieuse-confession-de-victor-renard.html
Les Confessions de Constanze Mozart de Isabelle Duquesnoy aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/57737-poche-confessions-de-constanze-mozart-les.html
Valentine ou la belle saison de Anne-Laure Bondoux aux éditions Fleuve https://www.lagriffenoire.com/127219-divers-litterature-valentine-ou-la-belle-saison.html
Mezze : Assiettes du Moyen-Orient à partager de Salma Hage aux éditions Phaidon https://www.lagriffenoire.com/126116-livres-de-cuisine-mezze---assiettes-du-moyent-orient-a-partager.html
Rosalie Lamorlière Celle qui accompagna Marie-Antoinette à l'échafaud Ludovic Miserole aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/134875-romans--rosalie-lamorliere---celle-qui-accompagna-marie-antoinette-a-l-echafaud.html
Zamor, le nègre républicain de Ludovic Miserole aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/134874-romans--zamor---le-negre-republicain.html
L'Affaire Rose Keller - tome 1 Les crimes du Marquis de Sade de Ludovic Miserole aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/12418
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature autrichienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le joueur d'échec de Zweig

Quel est le nom du champion du monde d'échecs ?

Santovik
Czentovick
Czentovic
Zenovic

9 questions
1144 lecteurs ont répondu
Thème : Le Joueur d'échecs de Stefan ZweigCréer un quiz sur ce livre