AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782290335048
414 pages
J'ai Lu (10/09/2004)
3.44/5   49 notes
Résumé :
Les douces collines Ngong, d'un bleu vif, s'élevaient au-dessus de l'herbe sombre (...). Des vaches, avec leur grosse tête et la bosse qui leur donnait l'apparence d'animaux préhistoriques, se dirigeaient vers l'étroite rivière, soulevant des nuages de poussière rouge.»

1938. Walter Redlich, avocat juif allemand, décide de s'exiler au Kenya avec sa femme et sa fille Regina, pour fuir la montée du nazisme. Au sein d'une Afrique sauvage, ils se perdent ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
litolff
  20 octobre 2012
Un épisode poignant, intéressant et méconnu de la période nazie, sur la fuite des juifs allemands de l'Allemagne nazie... vers le Kenya !
La découverte par une enfant émerveillée de l'Afrique riche, odorante, foisonnante, à l'opposé de la vieille Europe rigide et figée.
Un belle histoire.
Commenter  J’apprécie          190
Claude14
  28 août 2011
L'auteur nous transmet ce livre , son récit de vie, car ce roman est en partie autobiographique.
La vie dans ce pays, le Kénya est vue par Régina, petite fille et par ses parents, Walter et Jettel.

Walter, avocat en Allemagne, va devenir fermier. Son souci est de gagner assez d'argent pour subvenir aux besoins de sa famille. Leur installation est difficile pour des réfugiés qui ne parlent qu'allemand dans un pays dominé par les colonisateurs anglais et deviennent des ‘'bloody refugees''.
Stefanie Zweig nous décrit la vie de Jettel, comme un calvaire, elle ne s'adapte pas bien à cette nouvelle vie. Habituée des mondanités en Allemagne, elle se retrouve seule dans une ferme. Sa fille ne comble pas ce manque, elle s'ennuie, de son pays , de sa mère dont elle n'a aucune nouvelle .
Regina découvre ce pays africain, aux multiples senteurs .
Chacun vit sa situation différemment, que ce soit pour Jettel, Walter et Régina.
Dans ce nouveau pays, naitra Max, le petit frère de Régina. Elle l'entourera de tout son amour.
Stefanie Zweig joue avec les mots, au fil des pages , le lecteur trouve des mots appartenant au dialecte africain, et d'autres " so British " , à la langue anglaise.
Walter va s'engager dans l'armée, son but est de povoir retourner le plus vite possible en Allemagne, ce pays détruit par les nazis.
Une fois la guerre terminée, il n'attendra plus qu'une chose, ramener sa famille en Allemagne. Mais sa séparation avec leur ami Owuor est difficile et très touchante.
Regina se sentira " exilée" dans le pays où elle est née.
J'ai aimé ce roman, cette partie d'enfance de Stefanie Zweig, qu'elle décrit si bien. Je ne connaissais pas la vie au Kenya, lors de la seconde guerre mondiale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
corally4
  08 juin 2015
Une Jeunesse Allemande de Stéphanie Zweig m'a permis de découvrir l'épisode méconnu de la Seconde guerre mondiale, et du Nazisme. Ce roman, en partie autobiographique, apprend que des Juifs s'exilent en Afrique du Sud pour fuir le Nazisme. D'avocats, médecins, ils deviennent de simples fermiers ne connaissant parfois rien à cette vie. La famille Redlich, Walter, ancien avocat, Jettel, et leur fille Régina s'installe au Kenya.
le père, a beaucoup de mal : il ne parle qu'Allemand, et ne cherche pas à faire l'effort d'apprendre l'Anglais, langue officielle de ce pays colonisés par les Anglais. Quant à la mère, c'est mission impossible. . Seule, Régina, leur petite fille, va vite apprendre la langue et s'intégrée avec l'aide leur fidèle Owuor , premier boy de leur première ferme ; il les retrouvera, et les accompagnera partout. Elle nous décrit de cette Afrique, et ses coutumes, avec enthousiasme. On en ressent toutes les senteurs, la chaleur du pays, mais aussi celle des autochtones qui par tous les moyens tentent de leur apporter du bien être
Nombreuses péripéties les attendent : changement forcé de fermes, armée, pensionnat pour Régina, vie quasi communautaire dans un hôtel de luxe transformé en centre de réfugiés, et ce statut de « bloody refugees » qui leur colle à la peau. Walter s'engage dans l'armée, apprend l'Anglais avec l'espoir, à la fin de la guerre, de repartir en Allemagne…Un petit garçon, Max nait ; Régina entoure de tout son amour ce petit frère inespéré.
Ce roman se lit facilement ; l'anglais, et le dialecte africain s'entre mêle pour mieux nous décrire cette vie particulière. Régina, réussit à merveille cet exercice. Mais quel sera leur avenir dans cette Allemagne nouvelle dont Régina ne connait rien. Pour le savoir, il me reste à trouver : Une Jeunesse Allemande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BECKY1975
  09 juin 2015
Agréable autobiographie de Stephanie Zweig, qui relate son enfance africaine... un récit de plus sur ce thème, mais dont je ne me lasse point, chaque histoire étant singulière, particulière.... je déplore juste l'écriture pesante et lourde de l'auteure, qui exige une concentration maximale au cours de la lecture.
Commenter  J’apprécie          90
Guillaume72
  04 juillet 2019
Un livre en partie auto-biographique, qui retrace bien la vie des réfugiés juifs ayant réussi à quitter l'Allemagne. Certains sont restés attachés à leurs racines malgré les drames vécus. comme le dit l'auteure à plusieurs reprises, ce ne sont pas les allemands qui sont mauvais, ce sont les nazis. L'ouvrage met aussi en valeur la difficulté pour les autorités britanniques au Kenya de situer ces réfugiés : amis ou ennemis de l'empire ? de l'internement à l'enrôlement, les positions ont évolué dans le temps. On retient aussi l'attachement de l'auteure à l'Afrique, que l'on ressent bien, même si les débats sur l'exil et le déracinement sont aussi bien présents. Un ouvrage très différent de la ferme Africaine de Blixen, mais qui mérite d'être découvert.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
luis1952luis1952   27 novembre 2015
Papa qui en temps ordinaire, ne quittait jamais la cuisine avant d'avoir préparé le thé était debout devant la cheminée allumée et gardait les yeux tournés vers le bois empilé. Régina était là, elle aussi. Elle avait ôté ses bottes de caoutchouc et était assise pieds nus sous la fenêtre ; on aurait dit qu'elle était là depuis toujours. Le chien lui léchait les orteils, et elle regardait par terre, mâchant une mèche de cheveux et se serrant de plus en plus fort contre le corps massif de l'animal. Walter compris alors que sa fille pleurait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Claude14Claude14   28 août 2011
La peau d'Owuor exhalait un parfum merveilleux, une senteur de miel qui chassait la peur et qui métamorphosa d'un coup une petite fille en grande personne. Regina ouvrit grand la bouche pour mieux absorber cette odeur magique qui débarrassait le corps de la fatigue et des douleurs. Elle sentit soudain qu'elle devenait forte dans les bras d'Owuor et elle s'aperçut que sa langue avait appris à voler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
luis1952luis1952   26 novembre 2015
La nuit était froide. Un chacal parti en chasse hurlait à l'orée de la forêt. Sur l'appui de la fenêtre, il y avait les trois lampes de la nuit. Régina, la gamine en chemise de nuit, était devant la porte. Elle cria à plusieurs reprises le nom d'Owuor, de plus en plus fort, et sauta dans les bras de celui-ci. Owuor la posa sur la terre molle et elle se pencha vers le chien qui lui léchait ses orteils nus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bibibaldbibibald   27 janvier 2012
Ces trois mondes s entendaient aussi bien entre eux que des hommes ne parlant pas la même langue et donc incapables de s accorder même sur le mot querelle
Commenter  J’apprécie          50
Lili017Lili017   29 septembre 2018
Because we are Jews, Regina.

That’s the only reason.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : kenyaVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus