AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782362290497
128 pages
Éditeur : Editions Bruno Doucey (02/05/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Maram al-Masri est l’exilée d’un pays-blessure qui saigne en elle. Petite mère d’orphelins. Funambule toujours sur le fil entre tristesse et espérance. Je l’ai vue se vêtir du drapeau de son pays, incarnant la Syrie martyrisée ; glisser son portable sous son oreiller, ne plus respirer, ensevelie sous ses morts. Depuis que la révolution syrienne a éclaté, Maram guette chaque jour les vidéos sur Facebook ou YouTube. Ainsi sont nés les poèmes de ce recueil. Ils ne cher... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
KateNightingale
  09 septembre 2018
Merci à @dell pour cette découverte loin de mes lectures habituelles. (Ce livre m'a été offert dans le cadre d'un échange lors du pique-nique du club de lecture Babelio Nord).
Des poèmes en arabe avec leurs pendants en français, face à face, et Maram al-Masri nous raconte sa Syrie en guerre : les morts, les endeuillés, les destructions, le combat qui continue malgré tout.
Ses vers sont brefs et donc rythmés, sa poésie est très visuelle. En la lisant, l'empathie est intense.
Pas de note car j'ai décidé de plus noter qui ou quoi que ce soit sur internet, mais je ne peux que recommander ce recueil à tout ceux qui n'ont pas envie de détourner les yeux sur le conflit syrien.
Commenter  J’apprécie          62
lesecondsouffle
  20 octobre 2019
Je n'ai pas les mots concernant ce livre qui est un recueil de poèmes proposé par Maram al-Masri, tant les poèmes sont prenants. Syrienne exilée, Maram ne supporte pas ce qui ce passe dans son pays d'origine. Ces actes ne peuvent être banalisés, ces atrocités doivent cesser. En soutien à son peuple et afin ne pas les laisser dans l'indifférence, elle décrit l'horreur, les morts et souhaite la liberté... Je ne le dirais jamais assez, Paix et Amour.
Commenter  J’apprécie          20
valondres
  01 novembre 2018
un parcours poétique de l'actualité syrienne à partir de photos et articles lus au loin.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   24 juin 2015
LETTRE D’UNE MÈRE ARABE À SON FILS

La liberté
est l’explosion d’une corde
dans une poitrine
qui n’en peut plus.
Elle est le chant des sirènes
pour les marins courageux.

La liberté
est la Belle des belles
maîtresse de la force
déesse de la sagesse.
Aime-la.

Elle est le paradis du feu
qui commence par une étincelle
comme le poème par un mot
comme l’amour par un baiser.
Elle est la chère des chères.
Deviens elle.

Mon fils, sois la goutte d’eau
unie aux autres gouttes
qui formeront la vague
nettoieront la côte du monde,
et adouciront le rocher pointu.

Mon fils, sois le souffle qui s’unira à l’air
pour que la tempête arrache
les racines de l’injustice.
Sois l’étincelle
de lumière.
Que le soleil de la liberté illumine ton pays.

Ta vie m’est chère…
comme celle des enfants de toutes les mères.
Je te dédie, mon fils,
à la liberté.


45.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
coco4649coco4649   26 avril 2017
 
 
Les enfants de la liberté
ne s’habillent pas en Petit Bateau.
Leur peau s’habitue vite à une étoffe rêche.
Les enfants de la liberté
ont des vêtements usés
et des chaussures trop grandes pour leurs pieds.
Souvent ils enfilent l’air nu ou la terre.

Les enfants de la liberté
ne connaissent pas le goût de la banane
ni de la fraise.
Ils mangent du pain sec
trempé dans l’eau de la patience.

Le soir,
les enfants de la liberté
ne prennent pas de bain,
ils ne soufflent pas dans des bulles de savon.
Ils jouent avec des pneus, des cailloux
et les débris
des bombes.

Avant de dormir,
les enfants de la liberté
ne se brossent pas les dents.
Ils n’attendent pas les histoires magiques
de prince et de princesse.

Ils écoutent le bruit de la peur et du froid.
Sur les trottoirs de la rue,
devant les portes de leur maison détruite,
dans les camps des pays voisins
ou
dans les tombes.

Les enfants de la liberté
attendent comme
tous les enfants du monde
le retour de leur mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ay_guadalquiviray_guadalquivir   19 janvier 2015
La Syrie, pour moi,
Est une blessure qui saigne.
C'est ma mère sur son lit de mort
C'est mon enfance égorgée
C'est mon cauchemar et mon espoir
C'est mon insomnie et mon réveil.
Commenter  J’apprécie          80
melina1965melina1965   27 novembre 2013
1

Sur le mur d'une école
le mot liberté a été écrit avec de la craie blanche
par les petites mains d'écoliers.

Sur le mur de l'Histoire
la liberté a écrit leurs noms
avec du sang.
Commenter  J’apprécie          40
melina1965melina1965   27 novembre 2013
28

Dans une photo souvenir
le jeune de vingt ans
s'allonge au milieu des champs
dans les plantes vertes de son village.
Il pose, fier de sa jeunesse.

Il ne sait pas
ou peut-être il sait
que bientôt
il sera
leur sève.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Maram al-Masri (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maram al-Masri
Maram al Masri, poétesse syrienne et Bernard Louargant, réalisateur étaient présents au Centre Artistique et Culturel, dans le cadre du Printemps des Poètes, pour nous présenter le film "La Poétesse aux pieds nus" reportage Virginie Hoffmann - DeltaTv
autres livres classés : syrieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
854 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre