AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702497675
Éditeur : Le Masque (16/02/2005)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Paris, décembre 1642, le commissaire de police du quartier de Saint-Avoye a été assassiné dans une pièce entièrement close. Louis Fronsac, jeune notaire audacieux, mène l'enquête avec son ami de toujours, Gaston de Tilly, que l'on vient de nommer commissaire à Saint-Germain-l'Auxerrois.
Au même moment, autour de la duchesse de Rambouillet, de Marie de Robutin-Chantal et du prince de Marcillac, s'agitent les Importants. Cherchent-ils simplement à influencer la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Taraxacum
  25 avril 2016
La conjuration des Importants, c'est la sympathique petite cabale organisée par le Duc de Beaufort et la Duchesse de Chevreuse, et d'autres grands de l'époque, profitant de la mort de Richelieu et de Louis XIII, et de la régence d'Anne d'Autriche, pour tenter de se tailler une part du lion dans les charges, d'éloigner Mazarin, ancien protégé de Richelieu du pouvoir, et prendre sur la reine la plus grande influence possible en dépouillant d'autres maisons.
C'est dans ce paquet de noeuds que, bien malgré lui, Louis Fronsac notre héros, se trouve entraîné, ou plutôt cette cabale qu'il tente de stopper après avoir été appelé pour donner son aide au sujet d'un meurtre qui cherche à la couvrir.
Un personnage secondaire ou inexistant de l'histoire, mêlé à L Histoire, la formule est centenaire dans la littérature, et Jean d'Aillon lui-même en est familier.
Je n'ai cependant pas retrouvé le plaisir que j'avais eu à lire, de ce même auteur, Les aventures de Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour : Marseille, 1198, par exemple. A trop vouloir présenter l'époque, l'intrigue parfois passe au second plan, trop, et il faudrait plus de panache et de sens de l'anecdote, pour que cela soit rattrapé.
En matière de polar historique, cela reste solide et permet de se rappeler quelques traits de l'Histoire, mais l'auteur en a commis de plus réussis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
GribouilleChat
  11 janvier 2011
Décembre 1642, Richelieu vient de mourir après avoir introduit à la Cour Mazarin ; les luttes d'influence sont âpres : que va-t-il advenir des nobles que le Cardinal a écartés, voire emprisonnés ? La clémence du roi leur per-mettra-t-elle un recours en grâce ? Quelle sera l'attitude de l'éternel comploteur qu'est Gaston d'Orléans, frère du roi ? Vendôme et son fils Beaufort ont-ils abandonnés l'espoir d'enlever le trône ? Et les Espagnols, ne font-ils pas profiter de la situation pour tâcher de reprendre la guerre ? le roi semble apte pourtant à tenir la France en main, rien ne laisse prévoir que la maladie est sur le point de l'emporter à son tour.
Dans ce contexte, Louis de Fronsac, un jeune notaire, fraîchement anobli par le roi, entrevoit la possibilité d'épouser Julie de Vivonne, la nièce de Madame de Rambouillet, même si l'état de la propriété qui lui a été attribuée ne laisse de l'inquiéter. Tandis qu'il fait et refait ses comptes, son ami Gaston de Tilly, commissaire à Saint-Germain l'Auxerrois vient demander son aide pour l'enquête qu'il doit mener à propos de la mort mystérieuse d'un de ses collègues.
Les deux hommes sont loin d'imaginer que ce qui pourrait passer pour un fait divers est le premier d'un vaste complot qui ne vise rien moins que le trône de France.
Le principal mérite de ce roman historico-policier est de nous plonger dans une période de l'histoire de France qui a été assez peu choisie comme cadre de fiction depuis Dumas. le climat de la fin d'un règne et les troubles du début du suivant sont bien rendus, ainsi que les intrigues plus ou moins souterraines qui nourrirent cette époque où chacun pensait que le moment était enfin venu de saisir sa chance. La bataille de Rocroi est racontée avec tout le panache désiré.
Au détour du récit, on rencontre Vincent Voiture, le Grand Condé encore duc d'Enghien, Gondi, pas encore cardinal de Retz… L'intrigue est bien menée, le héros intelligent et courageux même s'il ne porte jamais d'épée, ce qui choque Charles de Batz.
On peut toutefois regretter certains anachronismes qui n'ôtent rien au plaisir du lecteur mais peuvent quand même l'agacer un peu. C'est ainsi que les relations amoureuses du héros et de fiancée nous paraissent bien peu conventionnelles, trop « modernes » sans doute ou que l'on s'étonne de voir une partie des troupes espagnoles viennent attaquer la France en partant de Charleroi : on sait pourtant que la ville n'a été fondée qu'en 1666, soit 20 ans après les événements racontés ici.
Ce sont des détails sans aucun doute pour lesquels d'ailleurs l'auteur de-mande toute l'indulgence du public et qui ne doivent pas nous empêcher de découvrir ce roman, le premier d'une série que devrait publier cette collection.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cyril34
  05 août 2015
Amateurs d'expressions savoureuses et de mots fleuris, passez votre chemin ! Ici, point de termes ampoulés ni de belles métaphores propres au verbe De La Renaissance. Jean d'Aillon assume un style sobre et plat qui n'est pas pour faciliter l'immersion.
Autre handicap, le "poids" de l'Histoire. Assommé par force détails à l'intérêt parfois discutable, perdu au milieu d'une foule d'aristocrates dont les privilèges et la richesse se mesurent à la longueur de leur patronyme, on s'emmêle les pinceaux et on se prend à renoncer.
Mais la persévérance l'emporte. Bien nous en prend ! Car les conjurateurs oeuvrent dans l'ombre. Bientôt, les mécanismes de leur conspiration se mettent en branle. Et nous voilà entraînés dans de sombres cabales où les Grands s'écharpent pour se partager les miettes du pouvoir.
Saluons aussi la rigueur sans faille de l'auteur qui permet à son intrigue de se fondre dans les grandes pages de l'histoire de France sans les écorner.
Commenter  J’apprécie          70
la_chevre_grise
  02 janvier 2013
Déjà, petit cours d'histoire. La conjuration (ou cabale) des Importants est organisé le 27 mai 1643 par François de Vendôme, duc de Beaufort, et Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse, avec plusieurs grands du royaume, pour dépouiller les partisans de Richelieu, mort fin 1642. le but est également d'éloigner la régente de l'influence de son nouveau premier ministre Mazarin et de signer une paix avec le roi d'Espagne.
J'avoue avoir eu un peu peur au début de ma lecture. Nonobstant tous les grands du royaume dont les noms sont changeants en fonction des titres qu'ils obtiennent, et dont les alliances varient en fonction de leurs intérêts, l'auteur avait un peu trop tendance à faire cour d'histoire à mon goût. Surtout lorsqu'il s'agissait de la topographie du Paris de l'époque. Mais bien vite, une fois le contexte social posé, les interventions de l'auteur sont beaucoup plus agréables et intéressantes. Car c'est bien là l'intérêt de ce roman policier historique que de nous apprendre une période au final assez peu traitée depuis Les trois mousquetaires d'Alexandre Dumas. Nous sommes plongés en plein troubles politiques : Richelieu est mort, tous ses détracteurs reviennent sur le devant de la scène alors que ses supporteurs font tout pour garder leur emprise sur le roi. Or, Mazarin monte, le roi se meurt et la reine est nommée régente. Chacun va donc poursuivre ses intérêts propres, même si pour cela il doit attenter à la vie du petit roi ou de son frère. Tout est bon pour gravir les marches du pouvoir et faire chuter ses ennemis. L'intrigue est bien ficelée et sait tenir le lecteur en haleine pour le plonger dans l'Histoire de France. Quant à Fronsac, il est au final un notaire assez attachant.
On croise bon nombre de personnages célèbres ou en passe de le devenir : le Grand Condé, D Artagnan, le poète Vincent Voiture… et cela est d'autant plus amusant que notre héros, Fronsac, simple notaire qui sait faire fonctionner sa cervelle, n'est pas particulièrement courageux, voire un peu peureux. Il ne porte d'ailleurs pas l'épée de peur de se retrouver mêlé à un duel !
J'ai tout de même été assez choquée de la modernité des relations entre jeunes personnes, Fronsac baladant seul sa promise, voire allant jusqu'à l'emmener dans sa future demeure et à dormir avec elle ! Est-ce moi ou bien est-ce qu'à l'époque cela ne se faisait pas ?
En bref, je retrouve là un roman historique comme je les aime, qui sait nous faire apprendre tout en nous amusant. Vivement les autres épisodes !
Lien : http://nourrituresentoutgenr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Pchabannes
  31 décembre 2009
Décembre 1642 la disparition de Richelieu, suivie quelques mois plus tard de la fin de Louis XIII, entraîne une vacance du pouvoir. Les Grands s'agitent, les alliances se font et se défont. Complots, poisons, sicaires…Jean d'Aillon d'une plume alerte et légère nous emmène découvrir la grande et la petite histoire. le genre est certes connu mais Jean d'Aillon a su créer son style parmi de nombreux devanciers de talent.
A la façon d'un Steven Saylor, les faits collent à la réalité et aux personnages historiques aux cotés desquels les personnages romanesques sont clairement identifiés. Jean d'Aillon sait saisir les moments les plus importants de l'Histoire tels la conjuration des Importants ou la très importante bataille de Rocroy. Bref les faits qui préfigurent et expliquent en partie la façon qu'aura de régner de Louis XIV.
Jean d'Aillon a sa façon bien particulière de nous faire partager la vie quotidienne au XVIIéme. Rien ne nous échappe, satisfaisant notre curiosité, des habitudes de nos aïeux. Même pour la bourgeoisie ou la petite noblesse les habitations sont froides et peu éclairées, l'hygiène est douteuse -Le dauphin n'a pris son premier bain qu'à 7 ans. le prix du pain ou du montant des salaires, les petites gens sont aussi à l'honneur.
Particulièrement documenté, Jean d'Aillon nous promène dans le Paris du XVIème siècle ses rues, ses coupe-gorges, ses ouvrages tels le Louvre bâti depuis 300 ans, son extension rapide au-delà des murs de Philippe Auguste…
Je suis heureux de la découverte, faite par hasard, de cet auteur fort connu par ailleurs si j'en crois sa bibliographie, musardant à la grande Procure cette semaine.
A conseiller aux jeunes gens qui s'échinent à apprendre leurs leçons d'histoire et à leurs parents bien sur, car Jean d'Aillon a la fibre enseignante et je serai le dernier à m'en plaindre. de plus une bibliographie précise donnera la possibilité aux passionnés de continuer sur leur lancée.
Labyrinthes, 8,5€, format poche, 410 pages.
Lectori salutem, Nathan

Lien : http://www.quidhodieagisti.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Cyril34Cyril34   22 juin 2015
Plusieurs ouvriers ricanèrent en regardant un arracheur de dents extirper une molaire à une bourgeoise qui hurlait, tenue serrée par ses valets qui en profitaient pour la pincer et lui palper les mamelles !
Commenter  J’apprécie          70
GrouchoGroucho   20 novembre 2014
Sur le plan militaire, Rocroy est aussi une rupture totale dans le déroulement des grandes batailles de fantassins.
En effet, le duc d'Enghien, le futur Grand Condé, va pour la première fois s'affranchir des règles immuables en vigueur depuis trois ou quatre siècles dans la stratégie militaire.
Commenter  J’apprécie          20
GrouchoGroucho   21 novembre 2014
.../...
Ainsi le petit Sicilien, dont tout le monde s'accordait à dire qu'il allait rentrer en Italie, s'imposait et parvenait au faîte du pouvoir ! La créature de Richelieu devenait le nouveau maître de la France !
Commenter  J’apprécie          30
GrouchoGroucho   21 novembre 2014
Le duc d'Enghien dit à Louis Fronsac :
- Gardez vous bien, et n'oubliez jamais que vos ennemis sont aussi les miens, même si ce n'est pas le cas de vos amis.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean d'Aillon (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean d'Aillon
Jean d' Aillon - Les chroniques d'Edward Holmes et Gower Watson .Jean d' Aillon vous présente "Les chroniques d'Edward Holmes et Gower Watson : Une étude en écarlate" aux éditions 10-18. Retrouvez le livre http://www.mollat.com/livres/aillon-jean-une-etude-ecarlate-9782264065490.html www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/Librairie.mo... https://twitter.com/LibrairieMollat http://www.dailymotion.com/user/Libra... https://vimeo.com/mollat https://instagram.com/librairie_mollat/ https://www.pinterest.com/librairiemo... http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ https://soundcloud.com/librairie-mollat http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : policier historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1317 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .