AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290023566
Éditeur : J'ai Lu (15/05/2010)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 78 notes)
Résumé :
1199, Richard Cœur de Lion, roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine, est atteint par un carreau d'arbalète au cours d'un siège. Il trépasse peu après, entouré de sa mère Aliénor et de son ami Robert de Locksley, connu dans sa jeunesse sous le fameux nom de Robin Hood. Accusé d'avoir dérobé un trésor, Locksley, à nouveau hors-la-loi, disparaît. Sa jeune épouse Anna Maria demande alors l'aide de l'ancien mercenaire Guilhem d'Ussel.

Pourchassé par les Templi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  20 juin 2014
L'épisode parisien est meilleur que l'épisode marseillais. Pas de mal de défauts ont été gommés, mieux les 100 dernières pages fleurent vraiment bon le roman d'aventure et m'ont réconcilié avec l'auteur au point d'être optimiste pour l'épisode londonien. Mais des lacunes pour moi très gênantes subsistent…
Je n'ai rien contre le plaisir de la ligne droite, bien au contraire, mais il y a encore pas mal de choses précipitées voire même simplistes, et quand en plus c'est raconté avec beaucoup de sérieux cela tombe d'autant plus à plat. Bref, j'ai encore ressenti par moment l'impression de retrouver les déficiences d'un bon vieux téléfilm français…
Exemple : page X, machin est arrêté, condamné et emprisonné, page X+2 on décide de libérer machin, page X+5 machin est libéré, page X+7, les méchants se lancent à la poursuite de machin et ses libérateurs… qui trouvent page X+9 un indice abandonné page X+8 permettant de remonté la piste des fuyards (car oui, en plus les fusils de Tchekov sont nombreux).
La caractérisation est toujours aussi faiblarde : il y a des personnages qui n'ont aucune personnalité, il y a des personnages qui ne vont pas plus loin que la mention de leur nom, il y a des personnages qui peinent à s'éloigner des images d'Epinal… Bref beaucoup de stéréotypes qui parfois n'ont pas plus d'épaisseur qu'une feuille de papier et donc peuvent donner l'impression de ne servir à rien (à commencer par le héros éponyme qui attend plus de 250 pages pour apparaître).
Car oui on cède volontiers aux images d'Epinal : Richard Coeur de Lion est courageux mais coléreux, Jean sans Terre est malin mais lâche, Philippe Auguste est ambitieux mais calculateur, Simon de Montfort est une grosse brutasse fanatique, les Templiers sont belliqueux et cupides, les Cathares sont pacifistes et désintéressés… Et niveau religion c'est presque pire qu'un peplum fondamentaliste avec les gentils chrétiens qui se sont persécutés par les méchants païens ! Au secours la naïveté du truc : ça ne nuit pas au récit, mais parfois j'ai poussé de gros soupirs...
On retrouve également les méchants d'opérette qui déclament leurs machinations dès qu'ils en ont l'occasion, les gentils d'opérette qui déclament leurs déductions dès qu'ils en ont l'occasion, et les romances d'opérette où tout le monde tombe amoureux de tout le monde au premier regard… C'est d'une naïveté confondante voire insupportable.
Exemple : Sanceline qui a juré d'être Parfaite et de rester chaste jusqu'à son dernier jour rougit au possible et ressent d'étranges émois ou premier compliment joliment tourné par Guilhem… Gros soupirs…
Difficile de construire des intrigues fortes avec des personnages sans véritable charisme autour de situations bien souvent archivues. Et ce n'est pas en digressant sur le maillage judiciaire féodal, sur la mille-feuille territorial féodal ou les conflits de juridiction et d'intérêt entre untel et untel qu'on va relever la sauce. Néanmoins on évite les fausse-pistes bidons du tome 1 qui ne servaient à rien, donc le récit gagne en limpidité.
Car après tout, on peut résumer l'ensemble à un partie de cache-cache dans le Paris de Philippe Auguste : Locksley veut retrouver des comploteurs pour laver son honneur, alors que lui-même est recherché par les sbires de Mercadier (pour récupérer le magot de Châlus), ceux sbires du roi de France (qui le prenne pour l'un des comploteurs), et ceux du roi d'Angleterre (qui veulent les comploteurs aboutissent)…
Dans la mesure où les personnages et les situations créés par Sir Walter Scott repris par Jean d'Aillon ont bien plus d'épaisseur que les personnages et les situations créés par Jean d'Aillon, pourquoi ne pas s'être directement dirigé vers le revival Walter Scott ?
Mieux j'encourage les lecteurs à (re)lire les romans historiques romantiques du XIXe siècle car la prose de Jean d'Aillon m'a paru déjà un peu daté. Ce tome date de 2010, et il m'a presque paru moins moderne que "Le Prisonnier de Zenda" d'Anthony Hope qui date de 1898.
Et au risque de polémiquer, je lance un vaste débat : ce n'est pas un hasard si les auteurs d'aventures historiques se sont lancés dans la Fantasy et la Science-fiction dans l'Entre-deux-guerres ! Les littératures de l'imaginaire offre un terrain de jeu d'une infinie liberté aux auteurs qui n'ont plus à se soucier du carcan de l'Histoire sans pour autant l'oublier…
Car j'ai lu des centaines de romans de SFFF bien mieux troussés que celui-ci…
Je déteste cette expression, mais ici on a sans doute affaire à sympathique roman de plage car il se lit à 100 pages à l'heure tellement c'est rythmé, simple et facile d'accès. Je l'ai lu sans déplaisir mais sans plaisir non plus. Peut-être suis-je un peu sévère envers cette série résolument (very) easy readers, mais dans le même créneau j'ai lu tellement mieux et tellement plus intéressant… Néanmoins je comprends qu'il puisse plaire, et qu'il ait plu d'ailleurs, car il constitue une véritable lecture loisir, ici sans doute de pur divertissement, loin des biopics plan-plan et des sagas fleuves qui n'en finissent plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
frankgth
  23 mars 2014
La première chose étonnante dans ces aventures de Guilhem d'Ussel, c'est qu'on va attendre une bonne moitié du roman avant son entrée en piste. On va plutôt commencer par les aventures de Robert Locksley lancé à la poursuite des commanditaires de l'empoisonnement de Richard Coeur de Lion lors du siège de Châlus auquel il participait avec le triste Mercadier. Les traces vont rapidement le conduire à Paris, en pleine chasse au Cathares et au milieu d'un nids de vipères dont il va avoir du mal à se débarrasser jusqu'à ce qu'arrive enfin à la rescousse notre chevalier troubadour, accompagné de ses fidèles Ubaldi. Et dieu sait qu'ils ne seront pas de trop car la machination en route est loin d'avoir atteint toutes ses cibles.
J'ai replongé avec plaisir dans cette suite. L'intrigue est toujours aussi bien intégrée dans L Histoire et nous plonge dans ce Paris du moyen-âge en pleine construction. le seul petit bémol serait un trop plein de personnages que j'ai parfois eu un peu de mal à distinguer. le style de l'auteur et son sens du rythme restent implacables et je dois reconnaître qu'il me fut bien difficile de décrocher avant la fin et que l'enchaînement sur l'épisode suivant qui va cette fois nous emmener à Londres n'a pas tardé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
barjabulette
  26 mai 2016
Quel beau moment j'ai passé avec ce livre !
Je connaissais de réputation l'auteur mais c'est la première fois que je lisais un de ses romans.
Dans les points faibles, et comme ça c'est dit, ce qui m'a dérangé c'est la profusion de personnages dès le départ. J'ai été un peu perdue, voire découragée à certains moments.
Ensuite, voir arriver Robin et les cathares, c'était du bonheur.
Elément que j'ai particulièrement aimé : la précaution que prend l'auteur, en fin de volume, de signaler le vrai du faux.
Pour les lecteurs d'Andréa J.Happ, je ne doute pas que les aventures de Guilhem d'Ussel vous raviront !

Commenter  J’apprécie          120
tchouk-tchouk-nougat
  22 avril 2014
Le roi Richard Coeur de Lion se meurt à Chalus. Sa mère Aliénor se précipite à son chevet et enmene avec elle Robert Locksley. La Dame d'Aquitaine en est sure, son fils a été empoisonné et tandis qu'elle recueille les dernières volonté du roi, elle envoit Locksley à la poursuite du médecin royal qui a fui.
Quand Guilhem reçoit la demande d'aide de son ami il ne perd pas instant et pars à Paris l'aider à découvrir la vérité.
Une nouvelle aventure de Guilhem d'Ussel écrite avec tout autant de talent que la première. Action et rebondissement sont au rendez-vous mais également l'histoire avec un grand H. Particulièrement bien recherché ce livre est un passionant recueil historique bien que très romancé.
Si les descriptions des rues de Paris est plus ennuyeuse qu'utile elles ont le mérite de tenter de retranscrire un Paris médiéval. Si les ambiances rendent bien la cartographie de la ville reste de flou mais peut être est-ce mon manque du sens de l'orientation même détaillé sur des pages !!
En tout cas on s'attache beaucoup à nos personnages qui font toujours preuve d'honneté, d'ouverture d'esprit et de talents aux combats !! Beaucoup de personnages secondaires par contre, et dans ceux qui oeuvrent contre nos deux amis ont a parfois tendance à s'y perdre. La justice de Paris semblaient tellement complexe que nous n'avons rien compris et les acteurs non plus visiblement vus que tout le monde s'en mêle!!
En conclusion, un nouvel opus dans la lignée du précédent permettant un belle évasion dans un moyen age véridique et détaillé!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
soleil
  13 août 2014
En région limousine, Richard Coeur de Lion n'a qu'un souhait et qu'une mission en tête : faire en sorte que les habitants de la région ploient sous ses hommes, capitulent ; ainsi il pourra récupérer ce fief plutôt que de voir Philippe-Auguste (qui règne alors sur Paris) dominer cette région.
Malheureusement sa tentative échoue et il est mortellement blessé.
Robert de Locksley, saxon, manque finir pendu au bout d'une corde car il est accusé de s'être laissé dérober le trophée de la prise du chateau. Robert de Locksley met la main sur le voleur et sur la statuette et se rend à Paris afin de trouver celui qui a empoisonné Richard Coeur de Lion puisque certains n'ont pas hésité à faire croire qu'il était l'empoisonneur de Richard Coeur de Lion.
Une fois à Paris, de nombreuses aventures vont lui arriver. Il rencontrera notamment des cathares qui vont l'aider à déjouer un complot contre Philippe-Auguste.

-------------------------------------------

Epoque médiévale où l'on découvre un Paris minuscule, des guerres fratricides, des conquêtes de territoires. La barbarie, la sauvagerie et le danger sont omniprésents.
J'ai beaucoup aimé ce roman agréable à lire, entraînant. L'histoire est très bien rythmée et j'ai eu la sensation d'être aux côtés de ce célèbre Robert de Locksley (Robin au capuchon ou Robin des bois). J'ai été embarquée à ses côtés pour suivre son aventure. On y découvre des mots qui ont donné naissance à certains noms de notre vocabulaire actuel.
Je vous le recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   13 juin 2014
[Guilhem d'Ussel] Les croyances des cathares ne l’indisposaient pas. Il avait connu tant d’horreurs qu’il n’imaginait plus, depuis longtemps, que ce monde terrestre ait pu être créé par un dieu bon. En revanche il désapprouvait les cathares dans leur rejet des rapports sexuels et du mariage ou dans leur refus de manger de la viande et de boire du vin. La vie était déjà si rude qu’il n’était pas nécessaire de la rendre encore plus intolérable jugeait-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AlfaricAlfaric   15 juin 2014
- Dieu a créé le ciel et la terre, dit Locksley en séparant délicatement un filet de brochet avant de le porter à sa bouche. Il n’est dit nulle part que Satan a crée notre monde.
- C’est pourtant évident, expliqua Enguerrand. Si le Seigneur vrai Dieu avait créé les ténèbres et le mal, il serait à n’en pas douter la cause et le principe de tout mal, ce qu’il est vain et funeste de penser.
Commenter  J’apprécie          110
AlfaricAlfaric   20 juin 2014
Aucunes gens m’ont demandé
Pourquoi me suis-je si empiré.
Ne me vient pas de maladie
Il me vient de mélancolie.

L’autre jour à Paris allé
Oncques mais n’y avais-je été
Avec moi ma femme menais
A la grande-messe à Saint-Gervais

Je la perdis à la sortie
Sur le parvis je m’en enquis
Je n’en oui nulles nouvelles
Or chacun sait qu’elle est très belle

Un homme qui portait deux seaux,
Me dit compaing si tu m’en crois,
Tu la trouverais plus haut
Sur la grève devant la croix

Je demandais aux chambrières,
Qui se trouvaient rue Lavandières,
On me dit qu’elle était partie,
Avec un bien meilleur ami,
J’étais alors plus blanc qu’albâtre,
Et me dis que je devais la battre

M’en vint plein de mélancolie
Devant la grande boucherie
M’en vint plus tard rue des Deux-Portes
Où trouvait une femme mort.

Et à chacun je demandais
J’enquis à clercs et à curé
De la quérir j’étais honteux
Mais les pleurs emplissaient mes yeux
Je crois bien que j’étais fourbu
Mais d’amour j’étais perdu

Mon soulier était percé
Quand j’arrivais porte Baudoyer
Trop de vergogne l’on me dit
Pourtant allais rue de la Mortellerie

Fatigué un peu m’assis
Sur un pas ride de la Tissanderie
Allait rue de Poterie
Mais ma femme n’y était mie

Enfin au Grand Pont la trouvait
Où depuis elle m’attendait
J’en suis resté bien trop honteux
Car les galants étaient nombreux
Je les chassais d’un coup de pied
Et je rentrai chez nous fatigué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AlfaricAlfaric   16 juin 2014
- Un sergent du Temple qui a blasphémé en jurant par le sang du Christ. Il restera exposé à l’échelle toute la journée. Il a de la chance, car le roi exige désormais que ceux qui jurent par un morceau du corps du Christ soient noyés dans la Seine.
- Les pauvres, certainement, intervint l’aubergiste en crachant par terre, mais les riches peuvent jurer par le cul de Dieu et payer seulement cinq sous d’or d’amende !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AlfaricAlfaric   12 juin 2014
Des souvenirs enfouis au fond de sa mémoire remontèrent pas vagues.
La première fois qu’il avait vu Bracy, celui-ci était avec le Prince Jean. Ils assistaient à une joute en lice où s’étaient opposés le chevalier Wilfrid d’Ivanhoé et le chevalier Brian de Bois-Guilbert, pour les beaux yeux de la juive Rebecca.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Jean d'Aillon (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean d'Aillon
Les Templiers et leur trésor | Au cœur de l’histoire | Europe 1
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1087 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre