AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B005Q3MX5G
Éditeur : (27/09/2011)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Ce document est une étude faite par un juge du XVIIe sur un psychopathe criminel qu'il a fait pendre. Les connotations psychopathologiques sont intéressantes, en particulier à propos de l'importance des parents dans ce type de cas, mais limitées par les possibilités de théorisation d'un petit magistrat de province de l'époque. Il s'en remet finalement au diable pour y comprendre quelque chose. En particulier il imagine que celui-ci est venu étrangler le condamné sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
LydiaB
  28 février 2014
Je suis tombée par hasard sur ce petit texte dont voici le titre complet : Histoire veritable et prodigieuse sur la vie, la mort & punition d'un homme qui a esté condamné par arrest à estre pendu & estranglé & puis bruslé, pour avoir tué son Père aux Alleux le Roy, prés Poissy, & a qui le Diable à tords le col estant sur l'Eschelle.

Ce texte du XVIIe siècle a été écrit par un juge, Jean d'Ameron. Celui-ci a fait arrêter Louis le Febure, dit Malengrené, pour avoir tué son père, Simon. le juge commence donc par une description de la famille en bonne et due forme : identité du père, de la mère et des frères. S'ensuit ensuite une réflexion sur la façon dont Louis a été élevé. Une éducation somme toute bizarre puisque le père faisait combattre ses fils et offrait au vainqueur du vin. le vaincu, quant à lui, avait droit au fouet. Bien que riche, le père leur apprenait également à voler, notamment les poules des voisins... Charmant !

Peut-on, dès lors, s'étonner que Louis devienne violent, au point de donner des coups de couteau à l'un de ses frères et d'en arriver ensuite à l'acte ultime avec la figure paternelle ?

Ce court texte d'une quinzaine de pages mérite vraiment d'être lu, non seulement par curiosité mais encore pour les commentaires de ce juge peu objectif.

Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6111
Niratrem
  27 novembre 2016
Aurais-je le courage d'écrire le titre du livre. En entier ! pff ... c'est tellement long, presque plus long que le récit. Rébarbatif. La flemme n'est pas en cause, loin de là. N'allez pas imaginer qu'une quelconque fainéantise m'habite. Pas aujourd'hui du moins.
Une toute autre raison justifie ce refus. Une peur, celle d'oublier un mot, de passer pour un incapable, (une fois de plus ?) de faire une erreur de frappe car ce texte est écrit en vieux françois pour celui qui ne l'aurait pas remarqué (pas vous qui êtes en train de lire, bien sûr). Et puis, toutes ces informations inutiles pourraient vous faire perdre votre temps si précieux ou pire, alourdir ma brillante critique. le titre d'un livre, une information inutile ? Je m'égare. L'écrire, il faut l'écrire ... c'est obligatoire ... A moins que ...

Regardez la critique au-dessus de la mienne. C'est bon ? Il n'y en a pas d'autres pour ce livre de toute manière. Pour les cerveaux les plus lents , LydiaB en est l'auteur. Voilà. Vous y êtes ! Vous avez le titre. Ah ! la patience, quelle merveilleuse qualité.
Alors ma critique, brillante ! Il faut que je me dépêche. Un rendez-vous. Ayant fait du droit pendant quelques années ... mais j'y pense, un doute m'envahit soudainement. Les lecteurs qui n'ont pas envie de lire la critique de LydiaB et qui se sont déplacés spécialement pour la mienne. Pas beaucoup, pour l'instant. Commencer une critique sans connaître le titre, quelle ineptie ! Elle pourrait même être publiée, un jour, à n'en pas douter. Alors, faisons les choses dans les règles de l'art. Roulement de tambours ...
Voici le titre : Histoire veritable et prodigieuse sur la vie, la mort & punition d'un homme qui a esté condamné par arrest à estre pendu & estranglé & puis bruslé, pour avoir tué son Père aux Alleux le Roy, prés Poissy, & a qui le Diable à tords le col estant sur l'Eschelle.

Et sans faute en plus ! Un petit copié-collé, c'est vrai ! On s'adapte à ses faiblesses. Connais-toi toi même comme dirait l'autre. Et puis, je suis pressé. Un rendez-vous, mais vous savez déjà.
C'est l'heure, l'heure de ma critique détaillée. Ayant fait du droit pendant quelques années ... ça, je crois l'avoir déjà dit, passons ... Ayant fait du droit pendant quelques années, les incohérences juridiques foisonnent dans ce texte. Si j'avais été déjà diplômé au moment du procès, le juge n'aurait pas eu d'autre solution que de relaxer le jeune Malengré. Ma plaidoirie aurait envoyé aux oubliettes l'affaire Calas et Voltaire. Malengré et Niratrem, c'est d'un tout autre niveau.
Arrêtez votre infamie, M. Arouet ! L'infâme se traduit par la condamnation d'une personne à être pendue, étranglée et puis brûlée alors que tout le monde sait bien que la peine de mort a été abolie en 81 après J.C. Paf, premier argument en pleine poire !
Le deuxième ... le meilleur de tous ... arf! c'est l'heure, l'heure de mon rendrez-vous. Mais vous savez déjà. Direction pôle emploi.
Juste le temps de noter la moralité de l'histoire : Élevez bien vos enfants où vous pourriez le regretter un jour. On ressent toute la concision du juriste accompli et l'âme de l'écrivain en puissance.
Ah oui, pour le développement, certainement demain, à moins que je ne sois atteint d'une quelconque fainéantise. Pas mon genre. Sait-on jamais ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   28 février 2014
Ce père avait si bien appris et accoutumé les enfants au larcin, qu'ils dérobaient à lui-même tout ce qu'ils lui pouvaient attraper, et, par leur mauvaise vie, se rendaient si odieux à tout le monde, qu'on les tenait pour la peste du pays, étant fuis de ceux qui vivaient honnêtement, et n'étant hantés que des désespérés et perdus comme eux.

Donc, ou fusse pour le larcin et dépense que ces malheureux enfants faisaient à ce misérable père, ou par une vengeance divine, le désastre tomba sur cette maison, laquelle, comme elle était auparavant remplie de biens et de prospérité, fut comblée de misères et d'adversité : de sorte que ce père et cette mère, sur la fin de leurs jours, étaient presque contraints de demander leurs vies par aumônes.

(J'ai modernisé l'écriture pour une meilleure compréhension)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
NiratremNiratrem   27 novembre 2016
Environ le mois de Janvier 1626, lesdits père et mere, ayans vendu, pour vivre, quelque heritage, dont ils receurent quinze escus comptant, Malengrené l'ayant sceu, fut trouvé son père, sur le soir, en sa maison, & luy demanda de l'argent : père vieil et caduc, estoit couché sur son lict ; & luy remonstra son incommodité, qu'il ne pouvait passer le reste de l'hyver sans cette somme, & que luy ostant, c'estoit luy oter la vie.

Malengrené, qui n'attendoit ceste response, aymant mieux consentir à ses desbauches, qu'au repos de son père, abandonné de la grace de Dieu poussé par le diable ; & continuant ses ordinaires violences, prend un bouchon de paille, l'allume, en brusle la barbe et les cheveux de son père, & non content de cela, le bat, l'outrage, le tire hors dulict, le traine en la court, luy rompt un bras, luy escorche la main, luy donne un coup de cousteau au front, & estant sur le fumier, luy jettr une grosse pierre sur l'estomac, en sorte qu'il le laissa pour mort, & après battit sa mere qui se sauva en la ruë.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : 17ème siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Jean d'Ameron (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien les contes de Perrault ?

Combien de contes Charles Perrault a-il écrit ?

6
9
11
15

17 questions
377 lecteurs ont répondu
Thèmes : conte , charles perrault , 17ème siècleCréer un quiz sur ce livre