AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Junie


Junie
  06 mars 2016
Pour ceux qui ne craignent pas de s'embarquer sur des coques de noix, ceux qui aiment les mots comme "ressac", "estran", "timonier", ceux surtout qui ont dévoré dans leur jeunesse les romans de piraterie, de navigations périlleuses, d'explorateurs des mers, ceux dont les narines palpitent quand une bonne brise iodée fait moutonner les vagues, ceux-là peuvent monter à bord avec ce chenapan de Jon.
Moi qui avait gardé le souvenir de "L'aventure viking" et des exploits d'Eric le Rouge et de Leif Turlusson, qui raconte la traversée de l'Atlantique nord au Xè siècle, et la découverte du Canada par les Scandinaves, je me suis sentie en milieu connu dans ce récit, bien que l'histoire se déroule quelques siècles plus tard.
L'Islande, comme chacun sait, est la terre natale des Sagas, interminables poèmes épiques en prose rapportant des exploits guerriers, des faits surnaturels, des histoires de familles et de dynasties héroïques. L'équivalent de nos chansons de geste.
Dans Jon l'Islandais, il est bien question d'exploits et de voyages, de quête personnelle, de retour aux sources et aux origines, dans une société médiévale où l'individu ne compte pas. Comme il n'a pas lu "L'Alchimiste", il ne se doute pas qu'il cherche à "accomplir son destin", à réaliser sa "légende personnelle". Il tente de survivre en milieu hostile, et tient peut-être de ses ancêtres le goût de la liberté. Sans famille, sans instruction, sans aucun soutien, il n'a que sa force de résilience pour affronter les coups de tabac et la fortune de mer.
Est-ce que ça finit bien? Je ne suis pas encore arrivée au dernier chapitre, mais je soupçonne l'auteur de s'être identifié à son personnage et d'avoir lui-même un peu de sang viking. Il ne peut donc y avoir de fin malheureuse!
Commenter  J’apprécie          112



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (11)voir plus