AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2819101453
Éditeur : Éditions Sharon Kena (14/03/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Rayna est l'ombre du cartel Aslanov. Elle est celle qui exécute les traitres, les balances, celle qui répand la terreur chez leurs ennemis par ses ?uvres macabres. Pour elle, la mort est un art et les cadavres, une matière première indispensable. Rayna est un monstre, et elle le vit bien. Eleyna est la fille unique de Vassily Aslanov. Élevée dans un monde violent, ses valeurs morales sont viciées, mais pas autant qu'elle l'aimerait. Rayna la fascine et la dégoûte à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
casscrouton
  03 avril 2017
Bratva est un roman qui m'a plu même si je suis mitigée sur certains points.
Nous faisons la rencontre de Rayna, une machine à tuer fabriquée par Vassily Aslanov, le boss du cartel Aslanov. Alors que Rayna sort d'un de ses « spectacles », Eleyna, la fille de Vassily se fait agresser et Rayna tue ses assaillants. Cela marque la reprise de la guerre entre le clan Aslanov et le clan Matven, de manière extrêmement violente…
On rentre direct dans le vif du sujet avec le titre, qui fait référence à la mafia russe. Cela m'a intéressée car j'apprécie la littérature immergée dans le monde de la mafia –à plus forte raison lorsque j'ai constaté que l'auteur faisait référence dans sa préface aux Velazquez d'Aspi Deth que j'avais adoré !
Bratva est un roman particulièrement sombre tant par l'atmosphère que l'on s'en fait que par les personnages. Rayna, la protagoniste est une jeune femme qui est exempte de toute humanité. Elle n'est plus qu'une machine à tuer, dépourvue d'empathie et d'une cruauté sans nom. C'est assez difficile de suivre un tel personnage principal parce que l'on ne peut pas s'y identifier et l'on a du mal à l'appréhender. J'étais fascinée par sa personnalité mais elle me mettait aussi mal à l'aise et c'est plutôt étrange comme sensation.
Heureusement, avec l'apparition d'Eleyna, une once d'humanité peut se discerner chez Rayna. Cela fissure –de manière infime- la carapace totalement impassible et insensible de cette dernière et nous permet d'être un peu moins distants d'elle.
Les descriptions que l'on nous offre dans le roman sont… Assez atroces. Je parle des « crimes » de Rayna. Elle tue avec une telle envie, une telle force mais de manière absolument horrible. Si j'ai été particulièrement mal à l'aise à certains moments, j'ai aussi été captivée par ces fameux meurtres. On ressent vraiment le côté artistique de Rayna qui se considère comme une artiste et non comme une bouchère, comme elle le dit à plusieurs reprises. C'est ainsi que je l'ai ressenti, ses mises en scène relèvent de l'art. de la même manière, j'ai été intéressée par les souvenirs des exécutions qu'elle commet, qui se constituent de draps recouverts de sang qu'elle collectionne. Cela m'a fait penser au Dexter de Jeff Lindsay qui collectionne dans une boîte une tâche de sang pour chacune de ses victimes.
Je tiens donc à préciser pour ceux qui voudraient lire ce roman que le « réservé à un public averti » du résumé est bien là pour une raison. Il faut avoir le coeur accroché en lisant les meurtres de Rayna, entre mutilations et énucléation, vous serez servis !
Je regrette en revanche que l'on n'ait pas plus d'informations sur le cartel d'Aslanov. Certes l'histoire se focalise plus sur l'histoire de Rayna et Eleyna, mais j'aurais apprécié avoir une vue d'ensemble plus large. Mais peut-être qu'il y aura une suite avec une découverte plus intense de ce monde si spécial !
En définitive, j'ai apprécié ma lecture parce que j'aime le monde des mafieux en littérature, avec les guerres de clans, les vengeances et les trahisons. J'ai aussi apprécié la relation entre Rayna et Eleyna. Mais les meurtres et mutilations m'ont parfois vraiment mises à l'aise et j'aurais aimé un peu plus d'informations sur le cartel Aslanov et ce qui a lié dans le passé Vassily et Rayna.
Lien : http://www.casscrouton.fr/br..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Peirle
  31 mai 2017
Comme dit par d'autres, difficile de noter et poser des mots sur cette lecture "hors norme".
S'il y a un point positif qu'on ne peut pas enlever à ce roman, c'est qu'il est captivant. Difficile de le lâcher avant la fin.
Pour autant, dire que j'ai adoré, pas vraiment. L'héroïne est vraiment très particulière, l'univers extrêmement sombre. Peut-être un peu trop.
Je crois que le texte joue beaucoup sur la fascination presque malsaine pour la violence et le macabre. En ce sens, c'est très réussi, certains détails font frémir.
Malgré tout ça, en second plan, une romance lesbienne. J'affectionne beaucoup ce genre. Là encore difficile de savoir ce que j'en ai pensé exactement..
En résumé: une lecture déroutante!
Commenter  J’apprécie          00
Miss_Huakinthos
  20 octobre 2017
Dans cet ouvrage, on y retrouve la plume de Manon Elisabeth d'Ombremont dont on a déjà parlé pour « Les légendes Faës – Volume 1 – La chienne de l'Ombre ». Cette fois, nous entrons dans un autre registre. Il s'agit d'un thriller teinté d'une romance atypique.
Rayna, tueuse apathique et organisée, est touchante dans sa froideur. Elle se retrouve bousculée dans son quotidien par Elayna, la fille de son patron, Vassily Aslanov. Les personnages sont attachants et nous invitent à les suivre dans cet univers de mafia russe, au milieu des cadavres et règlements de comptes. Entre sadisme et provocation, l'écriture reste pourtant fluide et supportable par un style parfois poétique.
Lien : https://abaciaetacu.wordpres..
Commenter  J’apprécie          10
sariahlit
  15 avril 2017
Bratva est un récit surprenant et totalement déroutant dont il est difficile d'exprimer les sentiments qu'il nous fait ressentir. L'auteure nous embarque dans un univers sombre, rempli de sang et de cruauté. Rayna est une tueuse impitoyable, qui éprouve du plaisir à égorger, à éventrer, à faire couler le sang. C'est déconcertant. Elle utilise ce moyen pour ...
Lien : http://www.sariahlit.com/201..
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : mafiaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1200 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre