AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368924582
Éditeur : L'ivre-book (22/04/2017)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Faëry, sous le règne de l’Empereur Fenrír.
Melyan est une bâtarde. Mi-fomoire mi-fée, elle a pour unique ambition de devenir une grande guerrière, digne de son héritage.
Elyalë est une banshee. Magicienne aux pouvoirs terrifiants, elle est aussi la martyre de l’Empereur.

Tout les oppose, et elles se connaissent à peine.
Pourtant, elles sont demi-sœurs.
Un coup du sort les rapprochera, mêlé à un même désir : celui de survivr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Khiad
  13 juillet 2017
J'ai été ravie de découvrir la plume de Manon Elisabeth d'Ombremont, qui est très agréable et fluide malgré la noirceur de son univers par lequel on est tout de suite happé. J'aurais peut-être aimé un peu plus de descriptions des personnages, mais c'est juste histoire de chipoter un peu. :p
Oh ! Et je trouve la couverture, faite par Antera, plutôt jolie. Bravo !
Certains vous diront probablement que c'est un genre plutôt répandu mais, pour moi, ce fut mon baptême de Dark Fantasy... et je dois dire que j'en suis très contente. On y côtoie des Faës, des bonnes (le peuple Seelie) comme les mauvaises (les Unseelie). Surtout les mauvaises...
L'univers est sombre et violent, cruel, mais ça passe plutôt bien du fait que ça soit la façon de vivre des personnages. Parce qu'ici, nous vivons l'aventure du côté des "méchants", les Unseelies (comprenez par là tout ce qui est hybride (mais pas que) et ayant un goût prononcé pour la violence ou la magie noire) pour qui la force, la peur et la domination sont des principes de vie. Partant de ça, on ne peut s'étonner d'y trouver des combats, des passages à tabac, de la manipulation, de l'intimidation, des viols (même si cela reste quelque chose de vraiment dérangeant, cela fait partie de l'univers de ce peuple guerrier et barbare, donc cela parait moins "choquant").
En parlant des méchants, certains le sont vraiment et ne le cachent pas comme l'Empereur Fenrír qui est la cruauté et le Mal incarné, d'autres évoluent d'une façon dont on n'aurait pas pensé (je vous laisse la surprise) et certains, bien qu'ancrés dans leur culture fomoire, ont notre sympathie. Pour ces derniers, je pense surtout à Telbrin que j'ai beaucoup aimé, et à Melyan, un personnage à la fois simple et complexe dont j'ai aimé suivre les aventures. J'ai d'ailleurs particulièrement aimé le "jeu" du chat et de la souris auquel ils se livrent, un peu sans s'en rendre compte. Il apportent parfois un peu de "douceur" malgré leur rusticité (je me comprends lol).
Le personnage d'Elcmar est aussi intéressant. Il rajoute une petite touche d'humour en même temps qu'il nous met mal à l'aise et on sent clairement que c'est un personnage dont il faudra se méfier, en même temps je dirais normal pour un dieu-dragon Déchu (sachez que j'adooore les dragons que je trouve magnifiques et particulièrement badass !).
Ce livre, on ne s'ennuie pas en le lisant, parce qu'il s'y passe toujours quelque chose pour capter notre attention.
On y suit principalement la vie de deux demi-soeurs, filles du sanguinaire Empereur Fenrír.
Melyan est une sang-mêlé, une bâtarde mi-fomoire mi-fée qui va consacrer sa vie au combat et à s'endurcir pour faire oublier le physique délicat qu'elle tient de sa mère. Ce faisant, elle va vivre de drôles d'aventures et, quand je dis "drôles", je ne veux pas du tout dire "amusantes", bien au contraire...
Elyalë est également une sang-mêlé, mi-fomoire mi-banshee et elle aussi tient son physique de sa mère. Par contre, faible physiquement, elle mise tout sur la magie et s'entoure de mystères.
Un point que je voulais absolument aborder qui est à la fois positif et négatif, c'est le lexique. Il se situe au début du livre et nous explique un peu le vocabulaire du livre, comme le mana, le plan draconique, le multivers... et c'est une bonne chose pour se plonger dans l'univers de l'auteure. Mais dès que l'on aborde les différentes races, ça coince. Parce que la présentation des Dragons, des Fomoires, des Sidhes et des Unseelies nous spoile le livre (également ceux à venir) et c'est extrêmement dommage ! ! ! Mais en plus de nous spoiler, on s'y perd en cherchant à comprendre qui est qui et où, parce qu'on ne retrouve pas l'univers que ce lexique décrit.
Alors soit il devrait être mis à la fin du livre, mais cela prive le lecteur d'explications utiles avant sa lecture ; soit les passages qui spoilent devraient être enlevés pour qu'il puisse rester en début d'ouvrage (ce qui serait la meilleure chose à faire).
En résumé, j'ai vraiment beaucoup aimé ma lecture et cette immersion riche et mouvementée dans l'univers ce la Dark Fantasy avec la plume de Manon Elisabeth d'Ombremont que j'ai trouvé vraiment très agréable. Elle sait nous faire oublier pour quelques heures nos codes de vie pour nous confronter à ceux de ces personnages que l'on adopte presque sans s'en prendre compte. Je vais garder un très bon souvenir de cette lecture qui me laisse à penser qu'il faudra que je lise la suite. ^^
Si vous aimez les univers noirs et le point de vue des "méchants", je ne peux que vous recommander ce livre et espérer qu'il vous séduise autant que moi.
Si vous n'aimez pas ce genre d'ambiance ou la force, l'intimidation et les tortures sont monnaie courante, je vous suggère de passer votre chemin (quoi que cet univers ne soit pas non plus ce que l'on peut appeler gore).
Lien : http://booksfeedmemore.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Artelode
  29 juillet 2017
Un roman de dark fantasy très bien écrit. Une belle découverte !
Entre le lexique et le prélude, l'auteure s'adresse à nous, lecteurs, et pique notre curiosité.
"Non, cette histoire n'est absolument pas féerique et n'a pas de fin heureuse. À peine fournit-elle une morale. de toute façon, qui s'en soucie encore ? le passé n'apprend plus rien puisque personne n'en tire d'enseignement. […] Ceci est le récit de la chute des mondes, provoquée par une poignée d'êtres aveugles. Des acteurs aisément remplaçables, animés par leurs désirs personnels et futiles de vengeance, de pouvoir. C'est une course éternelle, un cycle condamné à se répéter. Dans le nôtre, il n'aura fallu qu'une guerrière fomoire, un Seigneur noir, une reine banshee et un dieu-dragon pour déclencher une fin du monde trop prévisible. Ensemble, ils m'ont fait écrire l'Histoire en lettres de sang."
Les premiers chapitres de la Chienne de l'Ombre se déroulent en 1324. Nous y découvrons alternativement Melyan, la fille de l'Empereur unseelie Fenrír et d'une fée, au camp d'entraînement fomoire, et sa demi-soeur, Elyalë, résidant dans la forteresse impériale située dans la grotte-capitale de Lorlín. Les Fomoires sont les guerriers d'élite du peuple unseelie. Pendant que Melyan apprend à se battre, notamment avec Telbrin, le seul fomoire qui semble la prendre au sérieux – les autres, en effet, ne la tolèrent qu'en tant que progéniture de l'Empereur, Elyalë subit la violence quotidienne de son père. Les deux soeurs ne se côtoient pas, Melyan ayant quitté la forteresse dès son plus jeune âge. Jusqu'au jour où Elyalë décide de faire appel à sa soeur, en 1357… Comment la contacte-t-elle ? Je vous laisse le découvrir… N'oublions pas que sa mère est une banshee…
En quelques chapitres donc, le ton est donné. Les deux jeunes filles, bien que physiquement séparées, doivent faire preuve de force et/ou de ruse pour vivre, ou plutôt survivre, en milieu hostile. Où l'on a l'impression que l'une est privilégiée, il n'en est rien en réalité. Certaines scènes marquent, choquent, remuent. Mais l'écriture de l'auteure envoûte, s'empare des instants potentiels de bascule – ceux où le lecteur pourrait faire une pause pour reprendre sa respiration, pour donner une envie irrépressible de continuer à tourner les pages.
Si ce premier tome relate des événements qui s'étalent sur plusieurs décennies, des ellipses temporelles – fort bien amenées, également commentées par la narratrice/auteure – permettent d'avancer dans l'intrigue et d'aller à l'essentiel. On n'apprend rien, par exemple, des retrouvailles entre les deux soeurs. Treize ans ont passé lorsqu'on les retrouve, mais très vite, on comprend que les liens qui les unissent sont devenus étroits et indéfectibles. Nécessaire, quoique parfois ambigu, lorsqu'on réalise les plans diaboliques de l'Empereur, personnage effroyable et dénué de tout sentiment envers sa progéniture !
Je n'ai pas ressenti pas une once d'ennui à la lecture du roman. Les rebondissements nous entraînent dans des lieux sombres, jusqu'à l'antre du dieu-dragon Déchu, Elcmar, prêt à tout pour retrouver sa liberté et récupérer ses Sphères éparpillées en différents et improbables endroits. Ils nous font douter en permanence des personnages-créatures, si bien qu'il est difficile d'anticiper la suite. Se perdre dans les ténèbres a quelque chose de fascinant…
Fluide, limpide, l'écriture de Manon Elisabeth d'Ombremont nous fait voyager dans un univers – ou des univers – magiques et impitoyable(s). Les peuples (mythiques) unseelie et seelie se vouent une haine ancestrale et sans limite. J'aimerais maintenant en apprendre un peu plus sur le Multivers, car Faërie n'est qu'un univers parmi une infinité. Pourquoi son équilibre semble-t-il à ce point menacé ?
Je ne suis pas une grande amatrice – a priori – de Dark Fantasy et pourtant La Chienne de l'Ombre a plus qu'éveillé ma curiosité de lectrice. J'ai apprécié l'ambiance oppressante, la noirceur des actes et des propos, la complexité des personnages, les scènes poussées à l'extrême. Si bien que le Déchu, deuxième tome des légendes Faës (L'ivre-Book, avril 2017), me tend naturellement les bras... enfin... les pages !
Lien : http://lecalepindunelectrice..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Miss_Huakinthos
  18 octobre 2017
Lors du Salon Fantastique 2016 à Paris, je me promenais dans les allées quand une jeune femme me hèle et me présente ce petit ouvrage : "l'histoire est racontée du côté des méchants !" Ah ça devient intéressant !
Quand vous ouvrirez les premières pages, ne vous attendez pas au monde de Oui-Oui ou des Bisounours. On en est loin ! C'est de la Dark Fantasy !
 
 
"Non, cette histoire n'est absolument pas féerique et n'a pas de fin heureuse. À peine fournit-elle une morale. de toute façon, qui s'en soucie encore ? le passé n'apprend plus rien puisque personne n'en tire d'enseignement. […] Ceci est le récit de la chute des mondes, provoquée par une poignée d'êtres aveugles. Des acteurs aisément remplaçables, animés par leurs désirs personnels et futiles de vengeance, de pouvoir. C'est une course éternelle, un cycle condamné à se répéter. Dans le nôtre, il n'aura fallu qu'une guerrière fomoire, un Seigneur noir, une reine banshee et un dieu-dragon pour déclencher une fin du monde trop prévisible. Ensemble, ils m'ont fait écrire L Histoire en lettres de sang."
 
Certains scènes peuvent choquer mais l'écriture est fluide et accessible. On plonge dans un univers magique et impitoyable, dans une ambiance oppressante et pleine de noirceur. On a qu'une hâte : connaître la suite, avancer et se laisser porter par les nombreux rebondissements et la complexité des personnages. le rythme est soutenu et va nous entraîner jusqu'à l'antre du dieu-dragon Déchu, Elcmar, prêt à tout pour retrouver sa liberté, et dans une relation très difficile entre deux demi-soeurs, Melyan et Elyalë, qui vont s'allier malgré tout.
 
  
C'est le premier volume des "Légendes Faës". le deuxième est déjà sorti mais j'attends la publication de la trilogie entière que l'auteure se doit de me dédicacer :D
Très bien écrit, envoûtant, ce premier volume n'est pas épais mais il vous emporte dans un monde sombre, de désirs noirs. J'ai adoré !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sorcier
  22 mars 2017
Je dois dire qu'au début de ma lecture, mon sentiment était très mitigé. L'intrigue démarre pied au plancher, où les scènes d'actions et de combats s'enchainent dans certains chapitres, entrainant des répétitions, et tout cela m'est apparu trop rapide. En fait, la 1ère partie de l'histoire n'a pas été vraiment aisée. J'avais du mal à vraiment me projeter, le déroulement des scènes n'étant pas assez imagées pour moi. de plus, les quelques fautes disséminées ça et là n'ont pas aidé (c'était la première version cela dit).
Heureusement, dès la 2ème partie, il y a eu du mieux. L'intrigue s'est faite plus complexe, plus posée, Manon prenant le temps d'expliquer la particularité des créatures peuplant la faërie, ainsi que sa hiérarchie et l'ambiance des différents lieux. Quant aux personnages, je ne suis pas parvenu à m'attacher à eux, bien qu'ils ne soient pas mauvais. Je crois que le problème vient du fait que l'ensemble de l'histoire m'a semblé rapide. C'est difficile de l'expliquer clairement, mais les dialogues, associés à l'enchainement des évènements, ont fait que je n'ai pas eu le temps de bien les cerner psychologiquement, trop pris dans le feu de l'action et les différentes machinations.
Ce qui m'a vraiment plu cependant, c'est que Manon a créé son propre univers, même si certaines créatures de la faërie sont connues. C'est un univers très sombre, barbare (parfois trop peut-être), dans une faërie maléfique, où les personnages sont certes nuancés, mais à petite dose, car leur côté sombre est bien plus mis en avant. Son monde a finalement son identité car il a ses propres codes. L'écriture de Manon demeure simple mais suffisamment prenante pour maintenir l'intérêt de l'intrigue, car le suspense est présent.
En livrant mes impressions et en discutant avec Manon du roman, cela m'a permis de prendre du recul par rapport au déroulement de l'histoire. Les personnages sont clairement des créatures et ne sont pas humanisés, ou à peine. Leur comportement est donc compréhensible. Seulement, comme je préfère que le cadre soit posé avant d'entrer dans l'action, je pense que c'est pour cela que je n'ai pas su me plonger totalement dans l'histoire, même si je comprends la démarche.
Je pense qu'à travers son roman, Manon soulève la question de l'équilibre du monde et ce qu'il subit par l'égoïsme et la soif de pouvoir des êtres qui le peuple. Même si l'univers en question est la faërie, pour moi il y a tout de même un parallèle avec notre monde sous certains aspects. Ses remarques sont donc pertinentes et ne sont pas à négliger.
Légendes faës est un roman qui ne m'aura pas transcendé pour les raisons évoquées, mais que j'ai tout de même assez aimé. J'ai conscience qu'il s'agissait du 1er livre de Manon, que certaines choses dans la construction de l'intrigue m'ont laissé une impression de floue. Cependant, Manon a déjà son univers bien à elle, ainsi que sa marque de fabrique, et c'est appréciable.
Lien : http://for-ever-dreamer.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
christineremy
  27 mai 2016
Si vous aimez les contes de fées avec de belles princesses, de preux chevaliers, … passez votre chemin, ce roman n'est pas pour vous.
En revanche, si vous aimez la fantasy et les anti héros, n'hésitez pas et plonger dans ce premier tome de la légende Faës.
A la place des paillettes et décors féériques, vous aurez du sang, des larmes, des fées pas vraiment sympas, des intrigues et complots à foison.
D'une écriture claire, fluide, Manon Elisabeth d'Ombremont nous emmène dans le monde de la dark fantasy.
Les scènes sont très bien décrites, à tel point qu'on croirait les vivre mais malgré la violence de certains passages, on ne tombe pas dans le gore.
La psychologie des personnages est merveilleusement exploitée.
A tel point qu'on finit par se prendre d'empathie pour certains.
J'ai un faible pour Meylan et Fenrir, peut être par ce qu'avec leurs forces et faiblesses respectives, ils pourraient être humains, allez savoir.
J'ai attendu un an avant de rencontrer l'auteure et pouvoir me procurer ce roman, j'espère ne pas devoir attendre encore un an avant le second tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
steffy77steffy77   04 août 2015
C'est un univers assez sombre dans lequel l'auteur a su me faire plonger.
Un petit lexique vous explique les différentes "catégories" de personnages avec leurs caractéristiques ce qui vous permet de ne pas etre trop perdu dans la lecture.
Quelques passages que certains définiront de "trash" mais qui permettent de pimenter l'histoire.
Les personnages sont attachants, sont ils gentils ?
Cela seul la lecture de cette trilogie nous le dira.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BluennBluenn   04 mars 2016
Elle laissa son regard se perdre dans le vague, quelque part entre la pointe de ses ailes et le bord du lac rubis qui s'élargissait sous son corps. Ils voulaient le rendre insensible, ils voulaient repousser les limites de sa psyché au maximum jusqu'à ce qu'il craque...Ou au contraire, qu'il triomphe et soit au-delà de la douleur.
Commenter  J’apprécie          20
Debbie-fanDebbie-fan   22 septembre 2016
- Je ne suis pas faible, cracha la gosse en tapant du poing sur les feuilles. Elles saignait aux coudes et avait plusieurs hématomes, mais elle ne s'en soucia pas. A la place, elle préféra se relever pour tenter une nouvelle attaque. Le fomoire l'envoya valser d'un revers dédaigneux.
- Si, tu l'es. T'as rien d'une guerrière, t'es juste une petite fée. Va jouer avec la magie avant de te faire mal, gamine.
- JE NE SUIS PAS UNE FÉE ! hurla-t-elle mais Rhagnal n'en avait cure, il lui avait déjà tourné le dos.
Comme les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lessorciereslessorcieres   15 mars 2016
– […]T’as rien d’une guerrière, t’es juste une petite fée. Va jouer avec la magie avant de te faire mal, gamine.

– JE NE SUIS PAS UNE FEE! hurla-t-elle.
Commenter  J’apprécie          20
KhiadKhiad   13 juillet 2017
Il ne put rien ajouter, car un hurlement naquit d’entre ses lèvres et il ne fut pas en mesure de l’arrêter. Son corps entier subissait une Agonie, un sortilège de banshee particulièrement violent : sa chair semblait se retourner sur ses os alors que chaque nerf lui paraissait en feu. Il avait l’impression de pourrir sur place, comme si toute sa précieuse lumière le quittait. Plus de chaleur, plus de bonheur, rien d’autre que les ténèbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : faeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
969 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
. .