AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350872386
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (24/10/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Ce prix a été créé en mémoire de Clara, décédée subitement à l’âge de treize ans des suites d’une malformation cardiaque. Destiné aux adolescents qui, comme elle, aiment lire et écrire, il est décerné par un jury composé de personnalités du monde des lettres et de l’édition.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Petitebijou
  07 octobre 2013
Billet effectué dans le cadre de Masse Critique – Merci à Babelio et aux Editions Héloïse d'Ormesson.
Le Prix Clara est un prix littéraire à vocation caritative (les bénéfices de la vente du livre sont reversés à l'ARCFA – Hôpital Necker-Enfants malades) créé en mémoire de Clara, une adolescente aimant lire et écrire, décédée à l'âge de 13 ans des suites d'une malformation cardiaque.
Ce recueil 2013 contient les six nouvelles retenues, écrites par « des ados qui écrivent pour des ados ». Les lauréats de cette année ont entre 15 et 17 ans, et si les thèmes de leurs nouvelles nous sont présentés comme « les préoccupations de leur génération », ils ne laisseront pas indifférents les adultes qui pourront lire ces textes avec grand plaisir.
J'ai été frappée par la maturité de ces jeunes écrivains. Maîtrise de la langue, habileté dans la conduite du récit, suspens savamment entretenu… paradoxalement, si je suis admirative de tant de talents précoces, il m'a manqué un parfum de candeur, un peu plus de naïveté. Ceci dit, on sent chez chacun des auteurs un plaisir à l'écriture et une imagination foisonnante, ce qui est très vivifiant.
Parmi les six nouvelles, deux selon moi se détachent du lot. « Sombre dessin » de Marie Bouvier, et « Vim Corpus Tulit » d'Annabelle Moulin, toutes deux âgées de 17 ans, ayant déjà un style affirmé et personnel, un regard vraiment original, et une expression qui semble s'être affranchie du souci de « trop bien écrire » que l'on trouve par instants dans les autres nouvelles.
En effet, parfois, les effets sont un peu trop appuyés, les phrases trop longues et détaillées, si bien que l'on devine bien avant la fin le noeud du récit. Cette maladresse est rassurante, et laisse présager une marge de progression encourageante. Néanmoins, je regrette qu'une nouvelle porte un titre trop explicite, tuant un effet de surprise qui aurait renforcé le récit.
Les thèmes et les décors sont variés : l'école, l'art, l'écologie, la violence, la souffrance, mais aussi (trop peu selon moi) l'humour, sous la plume d'un garçon fantaisiste dont la nouvelle aurait gagné en concision mais est également très réussie. Pas d'histoire d'amitié, une histoire d'amour assez sordide, il semble que nos ados se réfugient plutôt dans des univers un peu décalés, oniriques. le quotidien ordinaire est occulté, pas de conflits avec les parents, de références médiatiques : en cela, ces nouvelles nous montrent que la capacité d'invention des ados est intacte. Ils aiment les histoires, les dialogues sont vivants, rythmés. Une part de rêve subsiste dans ces récits parfois sombres mais jamais désespérés.
J'ai donc retenu plus particulièrement « Vim Corpus Tulit » et « Sombre dessin ».
La première nouvelle est étonnante par le thème choisi de la part d'une adolescente, se réfère à un phénomène de société largement commenté de nos jours, mais en propose une vision d'une maturité exceptionnelle. Aucun cliché, beaucoup d'ambivalence dans la psychologie des personnages, une histoire âpre et sans concession, un écrivain, Annabelle Moulin, à suivre assurément.
Enfin, « Sombre dessin » est un texte magistral. le plus court, le plus sobre aussi stylistiquement, une idée forte développée avec une grande subtilité, un univers d'une sensibilité fragile mais déterminée, une exaltation de l'art et de la création, et une dernière phrase inattendue qui transcende toute la nouvelle. Je suis très curieuse de lire les prochains opus de Marie Bouvier pour qui « l'art, les sentiments et mes revendications font l'objet de mes nouvelles ».
Je vous encourage donc à lire ces « nouvelles d'ados » qui ne sont pas que pour ados, à les offrir pourquoi pas à vos ados à qui elles pourraient bien donner l'envie d'écrire. le prix Clara sera remis le 24 octobre par Erik Orsenna, Président du Jury, mais pour moi, comme disait quelqu'un lorsque j'étais ado, « ils ont tous gagné ».

Lien : http://parures-de-petitebijo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
nathlectrice
  06 novembre 2016
Rassemblant leurs plumes autour du Prix Clara 2016, six adolescentes partagent leurs émotions, avec un brio et une sensibilité inouïs, qui ne peuvent qu'interpeller le lecteur sur leurs préoccupations, leurs rêves et le regard qu'elles portent sur le Monde.
Six nouvelles, toutes différentes, mais avec un dénominateur commun : l'Espoir, en dépit d'un réalisme étonnant mature.
Un violon salvateur, une maison dotée d'une âme, les premiers mots d'un auteur qui deviendra célèbre, l'horreur de l'exil, un crash aérien qui rappelle que derrière l'implacable bilan, il y avait des gens, des gens qui s'aimaient, un futur dépourvu d'émotions, et voilà le lecteur transporté, bouleversé ou amusé.
J'ai pour ma part été profondément ébranlée par chacun de ces récits, par la sagesse de leurs auteures, par cette sensibilité partagée au-delà des différences, par la profondeur des préoccupations de ces jeunes filles à l'indéniable talent.
Il est inscrit sur la couverture que ces ados « écrivent pour des ados ». J'aimerais que ce petit livre passe entre toutes les mains, celles desdits « adultes » en tout premier lieu. J'aimerais que les voix de Clara, Solène, Ysaline, Zoé, Irène et Estelle franchissent ces pages pour atteindre l'âme de certains décideurs qui , en ce Monde, en semblent totalement dépourvus.
Chaque récit, à sa façon, est une leçon d'Humanité, de Tolérance, et par-dessus tout, d'Espoir.
Je remercie les Editions Héloïse d'Ormesson pour cette belle découverte, pour l'Espérance générée par ces jeunes plumes qui donnent foi en l'avenir. Merci à Elles !
NB : le Prix Clara a été créé en mémoire d'une jeune fille portant ce prénom, et décédée subitement à l'âge de treize ans des suites d'une malformation cardiaque. La vocation de ce Prix est caritative. Les bénéfices de la vente de ce livre seront versés à l'Association pour la recherche en cardiologie du foetus à l'adulte, de l'hôpital Necker-Enfants malades
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BibJP
  13 octobre 2013
Je viens de refermer ce recueil de nouvelles et comme à chaque fois je suis bluffée. La cuvée 2013 du prix Clara est aussi bonne que les autres et fait honneur aux adolescents !
En effet les jeunes auteurs de ces 6 nouvelles ont fait preuve d'une imagination débordante, de créativité et de maturité. Chacun à leur façon donnent envie de continuer à les lire, d'aller jusqu'au bout de l'histoire, mais ma nouvelle préférée est Vim Corpus Tulit . On se demande comment Annabelle, l'auteure, qui a 17 ans peut parler aussi bien de l'amour. Sans préjugé elle nous raconte l'histoire d'une femme battue et du médecin qui la soigne, et grâce à son écriture tellement mature digne des grands auteurs elle nous fait nous questionner sur nos réactions.
Et puis il y a aussi cette nouvelle, Tel un martyr, d'Elorn, jeune homme de 15 ans, qui nous tient en haleine jusqu'au bout avec en prime une belle note d'humour.
C'est un livre à conseiller à tout le monde : ados,adultes et à partager entre génération.
Merci à ces jeunes auteurs ce fut un vrai plaisir de lecture avec un seul regret qu'il n'y en ait que 6 dans le recueil !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
natali33
  04 novembre 2013
« Des ados qui écrivent aux ados ». le prix Clara est décerné chaque année à des jeunes écrivains de moins de 17 ans et publié par les éditions Héloïse d'Ormesson. Ce prix littéraire a été créé à la mémoire d'une jeune adolescente, Clara, décédée d'une malformation cardiaque, à l'âge de 13 ans. Les bénéfices de la vente du livre vont à la recherche en cardiologie de l'Hôpital Necker Enfants Malades à Paris.
Cette année, pas moins de six cents nouvelles ont été envoyées et six ont été récompensées. Les auteurs ? Quatre filles et deux garçons, passionnés de lecture et d'écriture. Irène, Marie, Elorn, Benjamin, Annabelle et Eugénie nous enchantent par leur imagination, leur style, leur technique d'écriture. « Hyperbole » où l'on se trouve dans un lycée, dans la peau d'un professeur un peu « spécial ». « Sombre dessin » où l'histoire d'un rêve avec une chute extraordinaire. « Tel un martyr » où l'on se fait prendre au jeu de l'auteur qui a toujours un tour d'avance sur le lecteur. « le rouge d'un champ de coquelicots » où l'on tient compagnie à un petit garçon rentrant de l'école et à une petite fille, qui elle, n'y va pas… Une petite fille couverte de bleus. « Vim corpus tulit » où la rencontre entre une femme battue et un médecin. Inversion des rôles. « Lavi's Jean » où l'histoire de la vie d'un jean, de sa création à sa fin.
Belle initiative. Beaux textes. Incitant, espérons-le, beaucoup de ferventes lectures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Laviniaa
  20 octobre 2013
Ce prix a été crée en mémoire de Clara, une jeune fille morte des suites d'une malformation cardiaque. Ce livre regroupe les nouvelles des lauréats, six nouvelles pleines de jeunesse mais surtout d'émotions.
Je ne suis pas une grande fan de ce genre et j'ai apprécié le redécouvrir avec des petites nouvelles légères. Certaines m'ont plue, d'autres m'ont beaucoup touchée dont la nouvelle d'Annabelle Moulin, Vim Corpus Tulit. En voici un petit extrait:
"- As-tu déjà aimé une présence, un silence? Une empreinte de corps dans un lit défait? Mais aimer, aimer vraiment! Aimer comme moi j'aime! Aimer d'amour, quand un seul sourire suffit à remplir toute une journée! C'est trouver un monde au creux d'une étreinte, boire ses larmes comme un élixir, lire dans les lignes de sa main un avenir où j'existe; c'est savoir que je ne serai jamais seule car j'aurai toujours cet oiseau dans mon ventre, ce chaos dans ma vie, ces imprévus, ces rituels; c'est respirer l'air de ses poumons, habiter dans ses chemises, m'enfouir au creux de son cou là où c'est tout doux tout chaud et où ça sent bon; ce sont ces rares instants de faiblesse comme des fragments de vérité où il laisse son chagrin éclater et ses sanglots dans ma poitrine, quand les autres n'existent plus parce qu'ils ne sont pas lui et moi; aimer ses espoirs et ses doutes; aimer enfin qu'il soit vulnérable comme tous les hommes. "
J'ai trouvé ce moment intense, bourré d'émotion bruts. On y ressent la jeunesse et en même temps une maturité certaine, j'ai trouvé ça.. Juste beau. D'autres sont un peu plus pompeuses, plus classiques. On ressent une volonté de trop bien vouloir faire et ça en perd de la spontanéité. Malgré cela, j'ai été surprise plus d'une fois, notamment grâce à une ou deux fins bien surprenantes et légèrement loufoques. On sent du talent, de l'envie, et rien que ça c'est admirable.
Ce livre est un tremplin pour des apprentis-écrivains mais aussi un beau geste puisque tous les bénéfices des ventes sont reversés à l'Association pour la recherche en cardiologie du foetus à l'adulte de l'Hôpital Necker-Enfants malades. Je ne peux donc que vous conseiller de vous le procurer!
Lien : http://mamantitou.blogspot.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
BibJPBibJP   13 octobre 2013
En chacun de nous sommeille un enfant qu'on ne devrait pas laisser grandir.
Commenter  J’apprécie          40
juliiie7662juliiie7662   11 octobre 2017
Depuis je ne l'ai plus jamais revue, Jennie, mais je sais que là-bas on s'occupe bien d'elle, et qu'elle pourra, comme un oiseau, voler dans les champs de coquelicots.
Commenter  J’apprécie          00
BibJPBibJP   13 octobre 2013
Le courage c'est de mettre un terme à sa souffrance, pas de l'endurer
Commenter  J’apprécie          10
juliiie7662juliiie7662   11 octobre 2017
C'est fou comme on peut se croire le plus fort et comme on peut tomber sitôt qu'on s'aperçoit qu'on est seul.
Commenter  J’apprécie          00
juliiie7662juliiie7662   11 octobre 2017
- Aimer, c'est accepter de ne pas pardonner et rester quand même.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Héloïse d'Ormesson (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Héloïse d'Ormesson
Rencontre avec Lorraine Fouchet autour de son ouvrage "Tout ce que tu vas vivre" aux Éditions Héloïse d'Ormesson .
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2306462/lorraine-fouchet-tout-ce-que-tu-vas-vivre
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : femmes battuesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Héloïse d'Ormesson (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1055 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre